raconte-moi-woippy Retour menu

  Dernière mise à jour : 9 juillet 2013

Le quartier du Roi
- 1 -

Contenu :
• Le quartier du Roi par la presse :
1959/1966 , 1988/1989 , 1990-1994 , 1995/1999 , 2000/2003 , 2004-2007
• Photos de classes : Maternelle et CP , CE et CM
Contrat de location d'un appartement en 1964
et vues photographiques côtés village et route de Rombas
| Retour menu « Rues de Woippy » |

| Page précédente |

| Page suivante |

 Le Quartier du Roi par la presse 
 et 
 quelques vues photographiques 


1959-1966
( Sauf indication contraire, tous les articles sont issus du Républicain Lorrain )


Jeudi 12 novembre 1959
Woippy. Ordre du jour chargé au prochain Conseil municipal

Le conseil municipal se réunira samedi prochain, à 20 heures et aura à étudier l’ordre du jour très chargé suivant :
Construction de logements par la S.N.C.F., acquisition des terrains pour la réalisation de ce projet, déclaré d’utilité publique.
Emprunt pour financement des travaux d’assainissement rue Henry-de-Ladonchamps, et route de Thionville.
Indemnité de gestion du receveur municipal.
Indemnité de logement du personnel enseignant.
Vente d’une parcelle de terrain communal (F.U.S.A.)
Eclairage public, ramassage scolaire, dénomination de rues, demande de sursis d’incorporation, remise pour matériel au cimetière, réfection de l’escalier de l’église, divers. MM. Caubet, directeur du M.R.L., le directeur de l’U.C.B.L., et l’ingénieur de la S.N.C.F. seront présents à cette réunion pour donner toutes précisions sur le premier point de l’ordre du jour. (Le Lorrain)

Mardi 17 novembre 1959
La commune va subir une crise de croissance

La nouvelle gare de triage, l’une des plus importantes de l’Est de la France, sera implantée en grande partie sur le territoire de la commune de Woippy, entre la ligne de Metz-Thionville et la route nationale 53.
De nombreux cheminots viendront s’installer dans ce nouveau secteur, et c’est au nord de Woippy, dans l’angle de la rue de Ladonchamps et route de Rombas, que la S.N.C.F. désire créer une cité destinée à ses employés.
Mais comme la commune de Woippy fait partie de l’agglomération d’urbanisme avec Metz, il a fallu étudier un plan d’ensemble qui satisfasse également les industriels qui désirent construire pour leur personnel, et aussi pour les habitants de la commune. Ce plan d’ensemble envisage la construction de 1 700 logements, construction qui se ferait par tranches. La première comprendrait 300 logements S.N.C.F., plus 50 logements locatifs pour Woippyciens, plus un certain nombre de maisons destinées à l’accession à la propriété ; au total, 600 logements, soit un apport de 2 500 à 3 000 personnes.
De nombreux corollaires viennent évidemment s’ajouter à ce plan : construction de nouvelles rues, eau, électricité, écoles, lieu de culte, une place publique, évacuation d’eaux usées, etc. Dès à présent, le premier problème à résoudre sera l’acquisition du terrain : il s’agit de trente hectares. Il faudra également obtenir un arrêté de déclaration d’utilité publique.
La première tranche de 600 logements comprendrait trois tours (genre Patrotte), des habitations en collectif à quatre étages et des habitations individuelles, avec équipement collectif. Les travaux commenceraient en 1961, près de la route de Rombas, à hauteur du pont reliant cette dernière route à celle de Thionville, pour être terminés en trois ou quatre ans. d’autre part, la ville de Metz envisage la construction, dans d’assez brefs délais, de 200 logements sur un terrain lui appartenant, sur le ban de Woippy, rue Saint-Eloi, près de la route de La Maxe. Ce plan comporte également la construction d’une nouvelle école qui pourrait recevoir non seulement les enfants des nouveaux habitants, mais encore tous ceux qui sont déjà dans ce quartier, y compris ceux de la route de Thionville. Un service social y serait également prévu et une chapelle y sera nécessaire.
Ainsi qu’on peut le voir, notre commune va subir un accroissement démographique considérable et son nombre d’habitants, qui s’approche des 5 000, pourra être doublé d’ici une dizaine d’années. (LL)

Mercredi 18 novembre 1959
Le Conseil municipal

Le conseil s’est réuni au grand complet sous la présidence de M. André Debs, maire. Après avoir entendu les explications de M. Caubet, directeur du M.R.L., sur la future construction de logements par la S.N.C.F., le conseil a décidé de demander des renseignements supplémentaires avant de déclarer ce très grand projet d’utilité publique. (LL)

Vendredi 17 mars 1961
Dans trois ans, la SNCF aura réalisé à Woippy, en vue du nouveau triage
Un ensemble de 400 logements avec équipement social, scolaire, culturel et sportif des plus modernes pour accueillir les familles du personnel

L'importante GARE DE TRIAGE de WOIPPY-MAIZIERES qui se réalise actuellement avec la mise en œuvre de moyens matériels et techniques très puissants, sera servie en période de pleine activité par 600 agents et cadres. La préoccupation actuelle du service Voie et Bâtiments de la S.N.C.F., que dirige M. Petit, ingénieur principal chef d'arrondissement, est donc de prévoir le logement de ce personnel nombreux, et cela à proximité du triage.

Le problème a été soumis il y a plusieurs mois déjà à la Société d'H.L.M. Lorraine-Ardennes, qui construit pour le compte de la S.N.C.F. et M. Bercier, l'architecte messin a dressé les plans d'un ensemble remarquable qui, dans trois ans, sera devenu réalité.

Un terrain de 7 ha
C'est à l'angle de la rue de Ladonchamps et de la route de Rombas, à Woippy, au lieu-dit « Le Sureau », sur un terrain de 7 ha appartenant à une trentaine de propriétaires et acquis en novembre et décembre derniers, que se fera l'implantation des pavillons et des immeubles collectifs.
L’œuvre est très importante puisque l'ensemble ne comportera pas moins de 380 à 400 logements en bâtiments collectifs et 30 pavillons individuels réservés au logement des cadres. Les collectifs seront des bâtiments à plusieurs niveaux : 6 ou 8 sans doute l'on ne sait pas encore. D'ailleurs la nature du terrain obligera peut-être à modifier l'implantation initialement prévue de ces grands immeubles.
Mais le logement n'est pas l'unique problème qu'il a fallu résoudre, car il est impossible de fixer dans un groupe de constructions 2 ou 3.000 habitants sans songer à créer tout l'équipement indispensable, social, culturel, commercial, scolaire, sportif, etc. Pour l'ensemble S.N.C.F. « du Sureau », des solutions ont été prévues qui semblent particulièrement heureuses.
Un groupe scolaire de 15 classes
Tout d'abord le projet prévoit la construction d'un important groupe scolaire d'une quinzaine de classes garçons, filles et maternelles. Un terrain a été réservé également à proximité pour la création d'un terrain de jeux avec gymnase.
Pour donner aux habitants la possibilité de trouver près de leur domicile les choses essentielles dont ils auront besoin, 6 ou 8 magasins seront aménagés dans l'entre-sol d'un bâtiment collectif et recevront sans doute une épicerie, une boucherie, une boulangerie, etc.

Voici la maquette de l’ensemble S.N.C.F. de Woippy. Les bâtiments A, B, C, D, E et F seront des collectifs à plusieurs niveaux ; les constructions L : les bâtiments caténaires ; M : le foyer des célibataires ; O : le centre médico-social ; N : le groupe scolaire : J, les pavillons des cadres, et P : les quarante garages.
Le centre médico-social abritera de son côté le bureau de l'assistante sociale, une consultation de nourrissons, la bibliothèque de la S.N.C.F. et peut-être aussi un « centre du jeudi » organisé en accord avec le personnel enseignant.
Un foyer sera construit, qui offrira aux célibataires une soixantaine de chambres claires et parfaitement situées. Non loin de là sera réalisé un « centre-caténaires » comprenant des logements, des ateliers et des garages pour les agents chargés spécialement de l'entretien des lignes caténaires du triage. L'opération « Logements », non compris le groupe scolaire et le centre social, représente une dépense de l'ordre de 14 millions de NF.
Trois tranches de 100 logements
Le planning prévoit que les travaux débuteront très prochainement, les logements devant être livrés par tranche de 100 chaque année, en 1961, 1962 et 1963, mais plus vite encore démarreront les constructions S.N.C.F. proprement dites, le centre caténaire et le foyer des célibataires, qui seront nécessaires dès 1962.
Actuellement des discussions sont en cours d'une part avec Gaz de France pour l'alimentation en gaz de cet ensemble, et d'autre part avec la commune de Woippy pour la cession des terrains destinés à la construction du groupe scolaire. Mais tout porte à croire que ces difficultés s'aplaniront rapidement.
« L’ensemble S.N.C.F. de Woippy, nous déclare M. Heckly, le distingué ingénieur, adjoint au chef d'arrondissement V.B., doit être réalisé dans trois ans, car les agents doivent être sur place dès la mise en service du triage ». Tout est mis en œuvre afin que les délais soient respectés.
Avec cet apport important de population, la charmante cité des fraises connaîtra bientôt une nouvelle et heureuse extension et un développement intéressant lui assurant un avenir digne de son passé et de sa vitalité présente.

Samedi 25 mars 1961
A cet endroit s’élèvera dans quelques années une cité de 2.000 habitants
Nous avons évoqué récemment le vaste projet de construction de l’ensemble SNCF du Sureau à Woippy qui grouperont plusieurs centaines de logements destinés aux agents employés à la gare de triage de Woippy-Maizières, un centre culturel, un centre médico-social, un groupe scolaire d’une quinzaine de classes, un foyer des célibataires, etc.
C’est sur ce vaste terrain admirablement situé à l’angle de la route de Rombas et de la rue de Ladonchamps que sera réalisé cet ensemble, véritable ville de plus de 2.000 habitants.

Jeudi 6 décembre 1962
Près de 500 logements ou chambres individuelles permettront d’abriter à Woippy le personnel du nouveau triage

Dans quelques mois les installations du nouveau triage de Woippy entreront en activité et permettront à la S.N.C.F de disposer d’infrastructures correspondant aux besoins de notre région, et capables d’acheminer dans les meilleures conditions les importants et nombreux convois écoulant vers l’intérieur de la France et l’étranger les productions industrielles lorraines.

On peur voir sur notre photo, l’état actuel des travaux du bâtiment I, à gauche, et J à droite, qui sera mis en service en mars prochain.
Mais, tandis que se poursuivent ces aménagements techniques, la SNCF s’occupe du logement des employés appelés à assurer les services du triage. Afin d’éviter à ceux-ci d’effectuer chaque jour un long trajet de leur domicile à leur lieu de travail, un vaste programme de constructions a été mis en chantier à Woippy, pour offrir aux célibataires comme aux chefs de famille, un logement correspondant à leurs besoins.
Ce programme a été entrepris parallèlement aux constructions des bâtiments de service du triage, et la première tranche pourra être mise en service d’ici quelques mois.
Cet ensemble réalisé en coopération entre la S.N.C.F et la Société d’H.L.M. « Ardennes et Lorraine », comporte à la fois des chambres pour célibataires, des logements de cadres et des logements d’employés répartis en plusieurs blocs. Sur le plan de masse que nous publions ci-contre, on peut voir l’implantation de ces divers immeubles.
72 chambres pour célibataires
La première tranche concerne les deux constructions I et J situées en bordure de la route de Rombas, à quelques centaines de mètres du passage supérieur qui relie cette route à celle de Metz-Thionville.

Ci-dessus, le plan de masse de l’ensemble des bâtiments actuellement en cours de construction.

Le bâtiment J offre aux célibataires 72 chambres réparties en trois étages, et permettant le logement de deux personnes, avec un lavabo équipé en eau chaude et froide et des placards à vêtements. En outre, ces locataires disposeront d’une salle de détente, qui se trouve à gauche de l’entrée, d’un réfectoire commun, d’une cuisine et, à chaque étage, d’un office avec installation de cuisine et gaz, ainsi qu’un équipement sanitaire : douche et W.C.
Au rez-de-chaussée, un logement sera réservé au concierge, qui assurera la gestion et la surveillance des logements, ainsi que le gardiennage de l’immeuble.
A côté de ce premier bâtiment, un second, le bloc I, comportera dix logements de ménages, réservés aux employés du service des caténaires, dont les obligations de service impliquent qu’ils soient logés le plus près possible du triage de façon à pouvoir faire appel à eux à toute heure du jour ou de la nuit. Ce sont des logements de quatre pièces, cuisine, conçus pour des familles moyennes.
Entre les bâtiments I et J, des garages et des ateliers seront réservés au matériel et aux véhicules de service.
Le bâtiment J, dont le gros œuvre est maintenant terminé, pourra sans doute être mis en service au mois de mars prochain, sauf retard imputable aux intempéries. Les logements du bâtiment I seront probablement terminés quelques semaines plus tard, en mai ou juin 1963. Un peu plus loin, les ensembles G et H comporteront 27 logements de « cadres », répartis dans des pavillons à un ou deux niveaux, c’est-à-dire avec un rez-de-chaussée ou un rez-de-chaussée et un étage. Ces pavillons seront divisés à chaque « niveau » en deux logements jumelés de cinq pièces et cuisine, conçus selon les normes H.L.M., c’est-à-dire offrant le confort nécessaire, mais sans aucune installation somptuaire.
375 logements H.L.M.
Enfin, le reste de cet ensemble permettra d’offrir aux employés 375 logements de type H.L.M., de trois ou quatre pièces avec cuisine, répartis en six blocs. Trois blocs auront 8 « niveaux » et trois autres auront 5 « niveaux », y compris le rez-de-chaussée.
Sur ces 375 logements, 300 sont réservés d’ores et déjà à la SNCF pour les employés du triage, et 75 sont mis à la disposition de la commune de Woippy pour les familles prioritaires. En plus de ces blocs essentiellement affectés au logement, le bloc F comportera un centre commercial pour le nouvel ensemble.
Un autre emplacement sera ultérieurement utilisé pour la construction de garages individuels. Par la suite, ces installations seront complétées par l’installation d’un centre médico-social, un équipement culturel, une école, un terrain de sports, et des logements pour les instituteurs de l’école.
Toutefois, cette dernière tranche sera mise en chantier ultérieurement, en liaison entre les diverses administrations intéressées.
Mais dès maintenant, le « planning » établi par la S.N.C.F., qui assure la surveillance des travaux, prévoit que les 27 logements de cadres seront disponibles vers le mois de juillet 1963. Quant aux 375 logements, ils seront terminés dans une période qui s’échelonnera entre le mois de mars 1963 et le mois de décembre 1964.

Vendredi 13 mars 1964
FÉDÉRATION DES CHEMINOTS C.F.T.C.

La Fédération des cheminots communique :
« L’assemblée générale du Syndicat de Woippy et environs aura lieu à Hagondange, salle Trianon, dimanche à 9 heures. M. Lucien Kron, ouvrira la séance. Puis le rapport d’activité du Syndicat sera présenté par Pierre Ficot, ; le rapport financier, par R. Olry ; le compte-rendu de mandat par les délégués EX. VB. MT. ; la situation générale et professionnelle par Maurice Dubois, secrétaire général adjoint. Le secteur de la Moselle sera représenté par Jean Hoffmann, secrétaire fédéral, membre du bureau national, secrétaire du secteur de la Moselle. »

Mardi 26 mai 1964
Dimanche prochain, à l'occasion de la Fête-Dieu, et en étroite collaboration entre le curé et les paroissiens de la cité SNCF, paroisse Ste-Catherine Labourée, rue Henri-de-Ladonchamps, route de Rombas, la grand-messe paroissiale de la Fête-Dieu sera célébrée en plein air au milieu de la cité proprement dite. Tous les paroissiens de la cité des fraises assisteront à l'office, qui aura lieu dimanche, à 10 h., et sera rehaussée par le concours de la société de musique « L'Union ».

Samedi 30 mai 1964
L'Union prêtera son concours demain dimanche, à l'occasion de la Fête-Dieu, à la grand-messe célébrée en plein air à la cité S.N.C.F., route de Rombas. Les musiciens se rassembleront au siège (ancienne mairie) pour le départ en musique fixé à 9 h. 30.

Dimanche 31 mai 1964
Une protestation des cheminots C.G.T.

Le syndicat CGT de Woippy se déclare solidaire avec les cheminots auxiliaires et titulaires hébergés au foyer SNCF des célibataires à Woippy qui sont menacés d’expulsion.
Il élève une vive protestation contre la forme draconienne qui caractérise cette décision arbitraire.
Le Foyer des célibataires de Woippy quoique meublé sommairement, offrait certaines facilités d’adaptation à ces jeunes cheminots, quelque peu dépaysés par leur transplantation.
Mais le baraquement de St-Remy, construction en planches et matériaux divers, élevé provisoirement pour abriter les ateliers de certains organismes V.B. responsable de l’édification du triage et dont les installations pratiques (eau, électricité, W.C.) sont pratiquement inexistantes, c’est qu’un taudis.

Lundi 1er juin 1964
WOIPPY : messe en plein air dans la nouvelle cité SNCF

En même temps qu'arrivent les locataires dans les immeubles de la nouvelle cité S.N.C.F., construite pour les agents de la gare de triage de Woippy, naît une nouvelle paroisse déjà dédiée à Sainte Catherine Labourée. C'est sur la place centrale de la cité, au milieu des bâtiments dont beaucoup sont encore en cours de construction qu'une messe en plein air a été dite pour l'ensemble de la cité des fraises. La nouvelle paroisse ne possède pas encore son lieu de culte mais la Fête-Dieu de 1964 a préfiguré, par le nombre des fidèles qui ont suivi la messe, l'image de ce nouveau et populeux quartier de Woippy.

Mercredi 9 septembre 1964
Inscription dans les écoles

La directrice de l'école de filles et le directeur de l'école de garçons de Woippy-Centre recevront les parents pour les inscriptions vendredi prochain 11 septembre, de 9 à 12 h.
Les inscriptions à la nouvelle école de la cité SNCF auront lieu le même jour, de 9 à 12 h. et de 14 à 16 h. S'adresser au local ayant servi d'école au cours de l'année scolaire écoulée, 2, rue des Ardennes.
Prière de se munir du livret de famille, des certificats de vaccination, éventuellement du certificat de radiation de l'école précédemment fréquentée et du certificat de visite médicale d'admission dans les écoles.

Mercredi 21 octobre 1964
Assemblée générale du syndicat des cheminots C.G.T.

La section locale du syndicat des cheminots CGT organise son assemblée générale le vendredi 23 octobre à 17 heures, dans la salle de réunion du café National à Woippy. Les décisions concernant la réorganisation qui seront prises au cours de cette réunion, seront pour tous les cheminots de la plus grande importance. Elle invite particulièrement les adhérents des syndicats de Pagny, de Conflans et de Sablon, qui par suite de la rétrogradation de leur établissement ont été, soit mutés, soit promus à Woippy. (LL)

Jeudi 3 décembre 1964
OUVERTURE aujourd’hui du Centre social S.N.C.F.

Les familles cheminotes sont informées de l’ouverture du centre social SNCF.
Les activités suivantes fonctionneront :
Permanence social, le jeudi, de 14 à 17 h. 30.
Bibliothèque pour adultes et jeunes, le mardi, de 14 h. 30 à 17 h., et le jeudi, de 14 h. à 17 h. Le 10 décembre aura lieu une réunion d’information destinée aux parents en vue de l’ouverture du centre le jeudi.


Quelques vues du quartier du Roi



Jeudi 21 janvier 1965
Une « supérette » SANAL dans la nouvelle cité H.L.M.
Rue de Bourgogne, dans la cité HLM d'un village sururbain en plein expansion, une « supérette » Sanal vient de s'ouvrir et accueille dans un cadre agréable et fonctionnel tous les consommateurs désireux d'être bien servis.
La gérance de cette nouvelle succursale, d'une superficie de 100 mètres carrés, a été confiée à M. Maurice Koehl. De type libre-service, ce nouveau magasin est prêt à alimenter les quatre cents familles qui demeureront dans ces nouveaux immeubles au printemps prochain.
Avant que les nombreux invités sablent le champagne, il appartint à M. René Tribout, inspecteur, de souhaiter la bienvenue et de déclarer la « supérette » officiellement ouverte. Dans son allocution, M. Tribout devait remercier au nom de la direction, tous ceux qui ont contribué à la réalisation de la « supérette ».
Parmi les personnalités invitées on notait la présence de M. Debs, maire de Woippy ; Janin, gérant administratif de la société d'H.L.M. « Ardennes et Lorraine » ; Idoux, directeur de l'école communale, entouré des membres du personnel enseignant. M. Stoltz, inspecteur Sanal de Metz, participait, de droit, à cette petite cérémonie.

Les élections municipales du 14 mars 1965
(Républician Lorrain)

Dimanche 28 février 1965
LISTE D’UNION ET D’ACTION MUNICIPALE

MM. Debs André, maire sortant ; Bodin Georges, C.S. ; Bourgeois Alfred, C.S.; Castille Auguste, ouvrier S.E.I.T.A. ; Charette Claude, artisan serrurier ; Coquard Pierre, chef d’équipe S.N.C.F. ; Floret René, retraité U.E.M. ; Hergott Victor, industriel ; Jean Robert, agent S.N.C.F. ; Lahaire Maurice, laitier-crémier ; Lamboley Jean-Pierre, préparateur en pharmacie ; Mme Marchel, née Dieudonné Charlotte, infirmière ; MM. Mayot Charles, C.S. ; Meyer Auguste, agent S.N.C.F. ; Moitry Georges, C.S. ; Natier Maurice, adjoint sortant ; Ravidas Gérard, comptable ; Renan Claude, surveillant S.N.C.F. ; Schuster Raymond, C.S. ; Sidot Charles, employé de banque ; Thiriet René, agent hospitalier ; Mlle Tillement Marie-Luce, assistance sociale ; M. Welfringer Roland, artisan carrossier.

Mardi 2 mars 1965
LISTE D’UNION OUVRIÈRE ET DÉMOCRATIQUE

Joseph Clément, retraite SNCF ; Daniel Noisier, agent SNCF ; Jean Golka, commerçant (vice-président des anciens combattants d’outre-mer) ; Gilbert Catherine, ouvrier métallurgiste ; Yvon Tarrisse, agent SNCF ; Gérard Gaillot, agent SNCF ; Guy Lemoine, agent SNCF ; Ernest Binet, ouvrier plâtrier ; Jean Lasseverie, agent SNCF ; Jean Selzner, ouvrier métallurgiste ; Etienne Jolly, agent SNCF ; ainsi que tous les candidats suivants : Paul Phelippeau, Maurice Genot, Henri Marty, Robert Maury, Pierre Scotti, Michel Montier, Francis Riquelme, Louis Finck, Claude Couget, Roger Allard, Pierre Vincent, Lucien Crépin.

Vendredi 5 mars 1965
Liste d’Union et d’Action municipale

La « liste d’union et d’action municipale », présidée par M. André Debs, maire sortant, a été présentée tout récemment. Les conseillers sortants qui ont bien voulu continuer la tâche commencée il y a six ans, ainsi que les nouveaux candidats, sont issus de toutes les couches de la société et seront, de par leurs compétences respectives, capables d’assurer le rôle important de conseiller municipal.
L’évolution sociale, les techniques nouvelles, le progrès constants, ont transformé complètement la structure de la commune et multiplié les problèmes municipaux.
Le Conseil municipal que les électeurs seront amenés à désigner prochainement, et qui aura la responsabilité des destinées de la ville, devra, par conséquent, être au service de la communauté et se dépenser sans compter pour la collectivité.
Les personnalités, la capacité, l’identité de vues des candidats de la liste d’union et d’action municipale en sont le meilleur garant.
L’équipement et la modernisation de Woippy, contribuer à son extension ordonnée, alliée à une expansion rationnelle, tels sont, en résumé, les buts de la liste d’union et d’action municipale, dont voici la composition :
MM. André Debs, maire sortant ; Georges Bodin, conseiller sortant ; Alfred Bourgeois, conseiller sortant ; Auguste Castille, ouvrier S.E.I.T.A. ; Claude Charette, artisan serrurier ; Pierre Coquard, chef d’équipe S.N.C.F. ; René Floret, retraité U.E.M. ; Victor Hergott, industriel ; Robert Jean, agent S.N.C.F. ; Maurice Lahaire, laitier-crémier ; Jean-Pierre Lamboley, préparateur en pharmacie ; Mme Charlotte Marchal, née Dieudonné, infirmière ; MM. Charles Mayot, conseiller sortant ; Auguste Meyer, agent S.N.C.F. ; Georges Moitry, conseiller sortant ; Maurice Natier, adjoint sortant ; Gérard Ravidas, comptable, Claude Renan, surveillant S.N.C.F. ; Raymond Schuster, conseiller sortant ; Charles Sidot, employé de banque ; René Thiriet, agent hospitalier ; Mlle Marie-Luce Tillement, assistante sociale ; M. Roland Welfringer, artisan carrossier.

Vendredi 12 mars 1965
LISTE D’ENTENTE COMMUNALE

MM. Schwartz Eugène, conseiller sortant, inspecteur central du Trésor ; Tailleur Roger, fonctionnaire de la Construction, diplômé de l’Ecole d’administration de Strasbourg ; Bombardier Roger, ouvrier, Saint-Remy ; Bor Emile, employé S.N.C.F., Quatre-Bornes ; Bott Roger, dessinateur industriel, route de Metz ; Estienne André, conducteur de travaux, rue du Château ; Henaux Claude, fraiseur, rue d’Alsace ; Hoffmann Jules, adjoint sortant, instituteur, rue R.-Schuman ; Kanny Raymond, employé S.N.C.F., rue Général-Gibon ; Klein Jean, contrôleur du Trésor, rue Foch ; Kleman Camille, machiniste, route de Thionville ; Lebrun René, employé S.N.C.F., rue de Lorraine ; Leidelinger Jean-Marie, électricien, rue de l’Eglise ; Manesse André, employé commercial, route de Thionville ; Mangenot Henri, conseiller sortant, employé S.N.C.F., rue Foch ; Paulin Henri, conseiller sortant, artisan menuisier, rue de Nachy ; Ringeisen Claude, serrurier, rue du Moulin ; Roblet André, employé S.N.C.F., rue de Provence ; Sautereau Pierre, inspecteur de la S.N.C.F., rue de Lorraine ; Steffens Jean, agent S.N.C.F., rue du Pâquis ; Wittmann-Bihr Yvonne, militante familiale, rue Général-de-Gaulle ; Zahm Adrien, menuisier, rue de Nachy ; Zimmer René, adjoint sortant, chef de chantier, rue de Nachy.

Lundi 15 mars 1965
Les résultats des élections dans la MOSELLE
Canton de METZ-CAMPAGNE
WOIPPY.

Elus. - MM. Debs, Bodin, Bourgeois, Castille, Charette, Coquard, Floret, Hergott, Jean, Lahaire, Lamboley, Marchal, Mayot, Meyer, Moitry, Natier, Ravidas, Renan, Schuster, Sidot, Thiriet, Tillement, Welfringer.

Mercredi 17 mars 1965
Election du maire demain soir

Demain jeudi, à 20 h 30, à la mairie, réunion du nouveau conseil municipal. A l’ordre du jour : mise en place du nouveau conseil, élections du maire et des adjoints.
Les candidats de la liste d’Action et d’Union municipale, présentée par M. André Debs, tous investis à une grande majorité, remercient les électrices et électeurs de la confiance qui leur est accordée et conscients des nombreux problèmes qui se posent à notre ville, en pleine expansion, vont dès à présent tout mettre en œuvre pour obtenir le maximum de réalisations et le bien-être de toute la population.

Jeudi 18 mars 1965
Le maire sera élu dimanche

Contrairement à ce qui avait été annoncé, la première réunion du nouveau conseil aura lieu dimanche prochain, à 17 heures, à la mairie, et non jeudi, comme prévu. Rappelons l’ordre du jour : installation du nouveau conseil, élection du maire, élection des adjoints.

Lundi 22 mars 1965
Les nouvelles municipalités dans le pays messin
M. André DEBS à Woippy

Les 23 conseillers de Woippy s’étaient regroupés à l’hôtel de ville, sous la présidence de M. Victor Hergott, doyen d’âge.
Le maire sortant, M. André DEBS, a été à nouveau réélu à l’unanimité des voix et est donc appelé à remplir son deuxième mandat de maire.
Il fut ensuite procédé à l’élection du 1er adjoint. Les voix des conseillers se portèrent sur M. Georges MOITRY, conseiller sortant (22 voix et un bulletin blanc), puis sur M. René THIRIET, nouveau conseiller, pour les fonctions de deuxième adjoint.
M. Debs évoqua les nombreux problèmes qui se posent encore dans une commune en expansion et dont la population a pratiquement doublé en deux ans. C’est pourquoi il proposa la désignation de deux postes d’adjoints supplémentaires qui seraient occupés par MM. Maurice NATIER et René FLORET.
Cette proposition sera entérinée lors de la prochaine réunion du conseil municipal samedi prochain, réunion au cours de laquelle seront mis en place les différentes commissions.


Dimanche 11 avril 1965
Les édiles ont visité la nouvelle école de la cité SNCF

Hier, M. Debs, maire de Woippy et les membres du conseil municipal, se sont rendus au nouveau groupe scolaire de la cité SNCF pour une visite de réception des locaux. Aux côtés des édiles, on notait également la présence des entrepreneurs qui participèrent à la construction de l'école. Celle-ci, qui fonctionne déjà partiellement, comprend 16 classes, trois maternelles, une salle d'éducation et deux salles de travaux pratiques.
Notre photo : les personnalités au cours de leur visite au groupe scolaire.

Jeudi 22 avril 1965
CLASSE MATERNELLE CITE S.N.C.F.

Une classe maternelle sera ouverte à la cité S.N.C.F., à la rentrée des vacances de Pâques, demain vendredi.
L’institutrice recevra le même jour, à partir de 8 heures, les parents pour les inscriptions des enfants nés en 1959. Prière de se munir du livret de famille et des certificats de vaccination.

Dimanche 2 mai 1965
A propos de l’école maternelle de la cité S.N.C.F.

Lors de la rentrée scolaire de Pâques, une cinquantaine d’enfants de la cité SNCF, ont pu prendre place à l’école maternelle. Hélas ! il y en a encore une centaine qui attendent. Les locaux sont prêts, deux classes étant terminées pour recevoir les bambins. Malheureusement, les services responsables n’ont, jusqu’à présent, désigné qu’une institutrice, la municipalité a dû lui adjoindre une aide pour la seconder. Il est indéniable que deux personnes ne peuvent s’occuper que d’une classe. Les mamans de la cité aimeraient que l’administration compétente désigne encore les deux institutrices nécessaires.

Samedi 8 mai 1965
L’école maternelle de la cité SNCF accueille une quarantaine d’enfants

La nouvelle école maternelle de la cité SNCF de Woippy est entrée en activité. L’établissement ne possède actuellement qu’une seule classe en service, mais les locaux nécessaires pour l’accueil d’effectifs plus importants sont construits et ne manqueront pas d’être utilisés au fur et à mesure que la nécessité s’en fera sentir.
Notre photo : les nouveaux écoliers en compagnie de leurs institutrices, le jour même de la rentrée.

Vendredi 25 juin 1965
Ecole maternelle cité S.N.C.F.

Les inscriptions des enfants nés en 1960 et 1961 pour la prochaine rentrée scolaire auront lieu à l’école, ce vendredi et samedi, de 8 à 9 heures.
Se munir du livret de famille et des carnets de vaccination.

Jeudi 16 septembre 1965
Ecole maternelle

Les parents sont informés que seuls les enfants nés avant le 15 août 1961 seront acceptés à l’école maternelle du groupe scolaire SNCF.

Jeudi 21 octobre 1965
Une classe maternelle supplémentaire à la cité S.N.C.F.

Une 3e classe maternelle sera ouverte à la cité S.N.C.F., le 2 novembre prochain.
La directrice recevra les parents le jeudi 28 octobre, de 10 h à 11 h, en son bureau de l’école, en vue de l’inscription des enfants nés en janvier, février et mars 1962, ainsi que ceux nés en 1961 qui n’ont pu être inscrits précédemment. Prière de se munir du livret de famille et des certificats de vaccination.

Dimanche 3 octobre 1965
Depuis le 1er octobre, l’économat de la cité SNCF a ouvert, rue d’Alsace (Cité SNCF), un nouveau magasin équipé en libre-service dans lequel pourront s’approvisionner les familles des cheminots en activité ou à la retraite résidant dans l’agglomération. (RL)

Dimanche 29 octobre 1965
CLASSE MATERNELLE DU QUARTIER DU ROI

Il est rappelé aux parents que seuls les enfants nés en janvier et février 1962 pourront être acceptés à l’école maternelle 3e classe, dont l’ouverture est prévue le 2 novembre à 14 heures.

Samedi 6 novembre 1965
La maternelle du quartier du Roi a accueilli de nouveaux enfants

Dans quelques instants, parents et enfants, réunis devant la nouvelle classe, vont se séparer pour la première fois.
Face à des exigences toujours plus pressantes dans un quartier à forte densité de population, s’est ouverte une nouvelle classe maternelle au quartier du Roi, s’ajoutant aux deux premières qui marchent à plein temps depuis la rentrée de septembre, et se sont avérées bien vite insuffisantes.
Il fallait pour répartir quelque 150 élèves, créer une classe supplémentaire, d’autant plus que de nouvelles inscriptions ont été encore enregistrées ces jours derniers.
Pour cette seconde rentrée, les nouveaux petits élèves, ravis pour la plupart des perspectives de jeux et de camaraderie qui leur sont offertes, furent accueillis par la directrice, Mme Adam, et les deux institutrices, Mme Jacquemin et Mlle Fresse.
Ils furent ainsi 52 bambins à prendre constact pour la première fois avec la craie, le tableau noir, les cubes de couleur et toute la vie d’une joyeuse classe maternelle.

Dimanche 7 novembre 1965
La consultation de nourrissons pour la cité SNCF aura lieu au centre médico-social, le mercredi 10, à 13 h 30.

Mercredi 17 novembre 1965
Aux cheminots de Woippy

Les cheminots C.G.T., C.F.D.T. et F.O., réunis à Woippy, le 15 novembre, sur convocation de la C.G.T., ont approuvé les décisions suivantes :
Jeudi, 18 novembre, des délégations de cheminots iront à Paris, au ministère des Travaux publics et des transports, déposer nos légitimes revendications, à savoir : application de la semaine de 40 h en 5 fois 8 sans diminution de salaire ; augmentation générale des salaires en rapport avec l’augmentation du coût de la vie et refonte de la grille de salaires actuelle ; arrêt de la compression du personnel, de la déqualification, amélioration des conditions de travail et revalorisation des filières ; allègement de la fiscalité, par la fixation du plafond imposable à la somme de 500 000 francs.
Depuis Woippy, ce jeudi 18 novembre , les cheminots se rendront en délégation en délégation à la direction de la gare (bâtiment central) pour déposer des pétitions. Tous les cheminots sont invités à se joindre à la délégation. Le départ aura lieu, en mobylettes, motos, vélos, à 14 h 30, rue Schuman, Cité SNCF.

Dimanche 5 décembre 1965
Le week-end

Volley-ball : entraînement aujourd’hui dimanche, de 9 à 12 heures au terrain du quartier du Roi.

Samedi 11 décembre 1965
Basket.
Entraînement aujourd’hui samedi, à 15 h 30, au terrain du quartier du Roi.
Volley-ball. Entraînement demain dimanche, de 9 h à 12 heures, au terrain du quartier du Roi.

Dimanche 12 décembre 1965
Volley-ball.
jeudi après-midi, entraînement au terrain du quartier du Roi.

Dimanche 19 décembre 1965
Volley-ball.
Entraînement de 9 à 12 heures, au terrain du quartier du Roi.

Soirée de détente à l’A.P.F.
Ce soir, dimanche, à partir de 20 h 30, l’A.P.F. organise une soirée de détente à la salle d’œuvres. A cette veillée familiale, sont invités les membres de l’association et tous ses amis. On peut apporter des boissons et des gâteaux.

Mardi 21 décembre 1965
Succès de la soirée-détente de l’Association populaire familiale

L’Association populaire familiale de Woippy a organisé dimanche soir une soirée-détente dans la salle d’œuvre.
De nombreux amis de l’Association avaient répondu aux invitations et tout au long de la soirée, ont contribué à entretenir l’ambiance de bonne humeur nécessaire à la réussite d’une telle manifestation.
Les responsables de l’A.P.F. remercient très vivement les membres de la Maison des Jeunes qui s’étaient joints nombreux aux familles invitées.
Il faut souhaiter que les contacts profitables à tous soient maintenus entre des associations qui ont un but commun : animer la vie collective dans la commune.
Il est rappelé que dans le cadre du service « jeudis éducatifs », un goûter sera organisé courant janvier au cours duquel les enfants tireront les Rois. Ce sera l’occasion en même temps que les parents de mesurer les efforts déployés depuis plusieurs semaines.

Dimanche 26 décembre 1965
D’une semaine à l’autre.

Jeudis éducatifs. De 14 à 16 h 30, à la salle d’œuvre, organisé par l’Association populaire familiale, pour tous les enfants d’âge scolaire.v Volley-ball. Jeudi après-midi, entraînement au terrain du quartier du Roi.

Vendredi 31 / Samedi 1er janvier 1966
Comme les jours précédents à Montigny ou à Metz, « la Famille du Cheminot » a organisé à la salle d’œuvres de WOIPPY, un arbre de Noël. A cette occasion, on présenta à environ 400 enfants « La Farce de Maître Pathelin » jouée par la troupe du Théâtre Populaire de Lorraine. Une projection de films suivit ce divertissement fort apprécié, avant que l’on ne procède à une distribution de friandises. On notait la présence de MM. Leclère, président de « La famille du Cheminot » ; Ertle, chef-adjoint du 7e arrondissement ; Fischer, chef de section principal à Woippy ; Cordier, ingénieur adjoint ; Grotse, chef de gare principal de Woippy ; Kuntz, chef de dépôt de Metz ; Mazurier, chef d’entretien de Metz ; Kuchly, chef de district principal de Woippy ; Jean, conseiller municipal, remplaçant M. le Maire de Woippy, ainsi que Mlle Krommenacker, assistante sociale.

La naissance de l'Association populaire familiale
(Woippy-centre et quartier du Roi)

(Républicain Lorrain)

Jeudi 1er juillet 1965
Association familiale populaire

L’Association familiale populaire de Woippy met à disposition des familles pour leurs vacances, une tente de deux pièces séparées, pour six personnes ; plusieurs accessoires peuvent être mis également en service, notamment un double matelas, trois matelas, un gonfleur, un réchaud. Les personnes intéressées peuvent se faire inscrire soit chez M. Alcasard, 3, rue d’Alsace, soit chez M. Wittmann, rue Général-de-Gaulle.

Mardi 6 juillet 1965
Constitution d’une Association populaire familiale

Un groupe de pères et de mères de famille de Woippy vient de distribuer des tracts dans les différents quartier, pour intéresser la population à la constitution d’une Association populaire familiale (A.P.F.) susceptible de mettre à la disposition de tous, différents services collectifs et de représenter les intérêts des consommateurs et des usagers, en respectant les opinions de chacun.
Pour fixer ses objectifs, la future association doit connaître les besoins des familles, de même qu’il lui faut savoir si certaines démarches tant auprès de la municipalité que des différentes administrations méritent d’être tentées.
C’est pourquoi il était souhaitable que chacun s’exprime à travers un questionnaire inclus dans les tracts distribués. Un effort de participation est nécessaire si les familles désirent voir leurs soucis exprimés et leurs intérêts pris en charge par une association qui serait leur oeuvre. Les résultats de la consultation en cours seront dépouillés dans les semaines qui viennent, de façon qu’au mois de septembre, en même temps qu’une équipe de responsables sera désignée par l’assemblée générale constitutive, les buts de l’action à mener soient fixés en fonction des désirs exprimés par chacun. Les familles qui n’ont encore pu faire connaître leur point de vue sont priées de déposer les tracts dans les boîtes aux lettres de Mme Gouriou, 8, rue d’Alsace, pour les familles de la cité S.N.C.F., et chez M. Kanny, rue du Maréchal-Foch ; Mme Mauger, rue de Briey ; Mme Wittmann, rue Général-de-Gaulle, pour le centre-ville.

Mercredi 7 juillet 1965
LES VÉRITABLES BUTS DE L’ASSOCIATION POPULAIRE

Dans une précédente édition, nous avons annoncé la création d’une Association populaire familiale à Woippy.
Ses véritables buts sont multiples. En effet, une Association populaire familiale est pour les familles de Woippy une occasion de faire connaître ses préoccupations, et de partager celles du voisin ; une possibilité unique qu’il convient d’exploiter, de faire participer chacune, à sa mesure et à sa place, à la vie sociale de la commune, au-delà des différents quartiers.
En participant à l’enquête lancée en vue de la constitution d’une A.P.F., les familles de Woippy, se regroupent pour poursuivre les buts que seules elles ne pourraient jamais espérer atteindre. Même celles qui ne sentent les problèmes posés, doivent cependant participer à la constitution d’une Association populaire familiale, dans un souci de solidarité.
Une convocation sera adressée à chaque famille au cours de la deuxième quinzaine de septembre, pour l’inviter à participer à l’assemblée générale constitutive.
D’ici là, chacun a la possibilité de prendre contact avec des personnes désignées dans notre précédente édition, pour les saisir des problèmes qu’il voudrait voir soulevés.

Dimanche 19 septembre 1965
Vers l’assemblée générale de l’A.P.F. à Woippy

Peu avant les vacances scolaires une distribution de tracts et une enquête sur les besoins des familles ont été effectuées parmi les habitants de la cité S.N.C.F. Une centaine de réponses ont été dépouillées et de nombreux « services » tels que groupement d’achat, machine à tricoter, garderie d’enfants, dont la mise en place était proposée, ont recueilli la majorité des suffrages. Constatons que de nombreuses personnes de différents quartiers ont pris contact avec les responsables. Comme nous l’avions déjà indiqué, l’assemblée générale constitutive de l’Association populaire familiale de Woippy se tiendra dans quelques jours au Centre médico-social, rue Général-de-Gaulle. Il est important que les personnes absentes au moment du ramassage des questionnaires ou celles qui n’ont pas été interrogées donnent leur avis. En outre, nombreuses sont encore celles qui ont manifesté l’intention de faire connaître leur opinion au cours de l’assemblée constitutive de l’association. Cette réunion se tiendra vers 20 h 30, et nous n’ignorons pas que les parents de jeunes enfants auront des difficultés à s’absenter. Nous demandons cependant aux familles de se faire représenter et il serait possible qu’un service de surveillance des enfants s’organise spontanément. Il est fait appel à cette occasion aux jeunes gens susceptibles de se voir confier, pour une soirée, la garde de jeunes enfants.

Vendredi 8 octobre 1965
La constitution d’une A.P.F. en bonne voie

Une cinquantaine de personnes s’étaient assemblées mardi à l’appel des responsables qui suggéraient aux habitants de Woippy de constituer une Association populaire familiale. On remarquait parmi les habitants tant de la cité S.N.C.F que du village, la présence de membres du conseil municipal qui parurent vivement intéressés par les préoccupations des familles présentes ou représentées.
Les organisateurs s’étaient assurés le concours de M. Lenhof, permanent de la fédération de la Moselle des Associations populaires familiales, ainsi que M. Meunier, animateur de l’A.P.F. du quartier de la Patrotte.
Ce dernier définit le sens des organisations familiales dans le mouvement général de « socialisation » des rapports des personnes comme des familles entre elles. Il devait noter l’originalité des A.P.F. dans ce qu’il est coutume d’appeler le « syndicalisme familial » ; il ne s’agit pas tant de constituer des associations de défense d’intérêts familiaux - ce qui a déjà été fait sous différentes formes - que de tenter à travers l’action, au niveau de « service » mis à la disposition des usagers, comme des démarches à caractère revendicatif, d’assurer la promotion des familles entre elles. C’est la raison pour laquelle il ne s’agit pas pour une minorité d’animateurs de prendre en charge des préoccupations de l’ensemble mais de susciter dans des tâches diverses, la promotion du maximum de familles. C’est ce qui explique le caractère varié des A.P.F. qui existent en Moselle : l’action engagée par chacune prend la forme et poursuit le but souhaité par les familles qui la constituent : les besoins exprimés déterminent avant tout les buts à poursuivre. Pour sa part, M. Lenhof replaça l’Association populaire Familiale de quartier dans une fédération départementale... puis au plan national dans un C.N.A.P.F. à laquelle son caractère représentatif reconnu par les pouvoirs publics, confère des responsabilités, en particulier au sein du Conseil économique.
Les deux invités intervinrent au cours de la discussion qui suivit et évoquèrent les solutions apportées par les familles elles-mêmes à leurs problèmes : constitution de groupements d’achats, organisation de « jeudis éducatifs » pour les enfants, etc.
Une quinzaine de personnes constituent dès maintenant un comité provisoire qui doit étudier dans quelques jours, en même temps qu’ils se chargera de la mise en place « juridique » de l’association, deux des préoccupations partagées par la plupart des familles présentes à la réunion : les groupements d’achats et le gardiennage des enfants le jeudi.
Le comité demande instamment aux personnes qui seront contactées par l’un de ses membres pour participer à la prochaine réunion de travail, d’apporter leur concours.

Jeudi 4 novembre 1965
Association populare familiale

En vue des jeudis éducatifs, l'A.P.F. fait appel à tous, jeunes mamans, jeunes gens et filles, pour l'encadrement des enfants de 6 à 12 ans. Une formation sera donnée à toutes les bonnes volontés. Pour tous renseignements, s'adresser à Mme et M. Bonnet, école des garçons, à Mme Germaine Klein, rue Foch, et à Mme Wittmann, rue Général-de-Gaulle.

Jeudi 18 novembre 1965
Jeudis éducatifs

L’Association populaire familiale (A.P.F.) de Woippy, à la demande de nombreuses familles, organise à partir de demain jeudi, le 18 novembre, dans la salle d’œuvres (derrière le presbytère), à Woippy-Centre, un service « Jeudis éducatifs ».
Les enfants seront pris en charge à partir de 14 h. et jusqu’à 16 h. 30 et seront occupés, pour l’instant dans un atelier de « peinture et décoration ».
Les parents, qui désirent confier leurs enfants aux personnes bénévoles qui assurent l’encadrement, voudront bien les accompagner.
Il sera demandé une participation forfaitaire aux frais (assurance obligatoire, fournitures, matériel éducatif), de 1 F. par enfant et par mois. Il n’est pas nécessaire d’être membre de l’association pour faire inscrire ses enfants.

Dimanche 21 novembre 1965
Bilan d'un premier mois d'activité de l'Association populaire familiale

Le comité de l'Association populaire familale de Woippy s'est réuni afin de faire le bilan de son premier mois d'activité.
Après un bref compte-rendu des démarches administratives et des contacts pris en particulier avec différents organismes publics, les responsables des commissions constituées lors de la précédente assemblées du comité ont fait un premier rapport d'activité.
Commission « achats groupés » : après avoir rappelé qu'il s'est avéré indispensable de pourvoir à la défense du pouvoir d'achat des familles, le responsable a précisé que pour le rodage de ce service, il était nécessaire d'offrir dans l'immédiat, l'occasion de juger de l'efficacité de l’association organisée dans ce but. L'exposition des jouets les 5 et 6 novembre a remporté un succès encourageant. Une centaine de familles de Woippy, tant du centre que de la cité SNCF ont témoigné de l'intérêt qu'elles portent à l’APF. La modicité des moyens d’information n'a toutefois, pas permis de contacter tous les habitants. Mais lorsque l'appareil administratif sera en place, les responsabilités partagées et démultipliées, le succès sera spectaculaire.
« Jeudis éducatifs » : une dizaine d'adultes (jeunes ou mères de famille) a pris en charge l'organisation des loisirs des enfants de 6 à 12 ans, le jeudi après-midi. Les moyens financiers sont encore réduits et un minimum d'équipement est nécessaire. Certes, le caractère strictement bénévole de la participation des adultes permet de limiter considérablement les frais de gestion, mais la bonne volonté ne suffit pas en matière d'éducation. Il ne n'agit pas, en effet, de « garder » des enfants pendant 3 heures pour libérer les familles... mais d'assumer en équipe l'éducation des enfants qui revient pour une part à la collectivité. En outre, il ne pourrait être question de grouper plusieurs dizaines de garçons et filles, sans courir les risques éventuels d'accidents. Dans le but donc de souscrire une police d'assurance de « groupe », et de permettre aux enfants de s’exprimer grâce à un matériel éducatif, une participation mensuelle de 1 franc est demandée par enfant. Naturellement entière, confiance est faite à la compréhension des organismes qui ont été saisis d’une demande de subvention. La formation des adultes encadrant les enfants est assurée depuis plusieurs semaines. Là encore, les possibilités offertes par différents organismes publics ou privés seront exploitées pour donner à tous la compétence voulue.
L'association tiendra au courant les familles de Woippy de ses efforts et dés maintenant fait une nouvelle fois appel à toutes les bonnes volontés intéressées par l'une ou l'autre des activités déjà mises en place.

Dimanche 19 décembre 1965
Soirée de détente à l’A.P.F.

Ce soir, dimanche, à partir de 20 h 30, l’A.P.F. organise une soirée de détente à la salle d’oeuvres. A cette veillée familiale, sont invités les membres de l’association et tous ses amis. On peut apporter des boissons et des gâteaux.

Lundi 20 décembre 1965
L'Association populaire et familiale de Woippy fait un premier bilan de ses activités

L'Association populaire familiale de Woippy s'est constituée depuis 3 mois. Elle regroupe les familles de Woippy-Centre et de la cité construite par la Société d'HLM « Ardennes-Lorraine », qui abrite surtout des agents de la SNCF. Les animateurs des différents services qui se constituent encore actuellement appartiennent indifféremment au « village » et à la « Cité SNCF ». Les responsables se réjouissent de trouver une égale compréhension chez tous.
Elle est affiliée à la Fédération de la Moselle des Associations populaires familiales (APF). C'est devenu un lieu commun de dire que les familles, après les travailleurs de toutes catégories, viennent de découvrir l'intérêt de se regrouper pour faire reconnaître leurs droits naturels. C'est dans la prise en charge par un grand nombre des besoins et des soucis de tous que s’expriment les APF. A partir des préoccupations du moment et de l'endroit, de telles associations suscitent, parmi les pères et mères de famille, des responsables qui éveillent l'ensemble de la collectivité dans laquelle ils vivent, aux soucis de tous... à travers des services gérés en commun. Leur but n'est pas de s'attacher le service de compétences ou de se substituer à des organismes qui n'ont pas leur vocation.
Quand l’APF de Woippy a décidé sans moyen financier, de la création d'un service « Jeudis éducatifs », elle a tiré un chèque sur l'avenir. Il le fallait ; elle répondait ainsi au besoin des familles. Woippy devient de plus en plus une ville jeune : des centaines d'enfants sont actuellement scolarisés. Il s’agissait pour les nombreuses mères de famille qui travaillent, ou qui, plus simplement, arrivent à grand peine à distraire quelques heures par semaine pour se rendre à Metz faire des achats ou des démarches administratives, de pouvoir confier leurs enfants à un « service » dont elles-mêmes assuraient la gestion. Il ne pouvait être question de choisir une autre solution, étant donné les ressources de l'association.
Dans une salle mise à la disposition de l'Association de Woippy par la municipalité, dès le premier jour, une cinquantaine d'enfants étaient réunis. Ils étaient déjà encadrés, comme ils le sont encore, par une dizaine de mères de famille et de jeunes qui, parallèlement, poursuivent leur propre formation en se retrouvant... le soir. Car il s'agit moins de « garder » des enfants que de leur proposer de s'exprimer à travers divers « ateliers ».
Actuellement, la totalité des garçons et filles de 6 à 12 ans (soit une soixantaine d'inscrits) doit être occupée dans un atelier de « dessin et décoration ». Très rapidement, une autre activité leur sera offerte : la « vannerie », en attendant que les moyens techniques trop insuffisants encore dont dispose l'association permettent la mise en route d'un atelier « modelage ».
Ce service « Jeudis éducatifs » dispose actuellement de bonnes volontés : le concours des adultes est strictement bénévole. Grâce à de nombreux commerçants, les « matériaux » nécessaires ont été trouvés... Il reste encore beaucoup à faire et les responsables de l’APF de Woippy mettent tous leurs espoirs dans la compréhension des pouvoirs publics, des administrations susceptibles de leur apporter leur aide et surtout de la municipalité, qui leur a déjà permis un démarrage timide mais attendu, en mettant la salle d'œuvres à leur disposition.
Il faut encore que l'APF de Woippy rassemble le plus grand nombre possible de bonnes volontés. Les adultes qui ont pris en charge les enfants, le jeudi, ne sont pas des éducateurs de métier, mais des gens qui s'efforcent de se former ensemble, en vue d'apporter quelque chose aux enfants. Il importe qu'ils soient le plus nombreux possible... pour que la charge soit mieux répartie entre les familles de Woippy. Le service « Jeudis éducatifs »,comme tout service demandé à l'Association des familles, est finalement l'affaire de tous. (RL)

Mardi 21 décembre 1965
Succès de la soirée-détente de l’Association populaire familiale

L’Association populaire familiale de Woippy a organisé dimanche soir une soirée-détente dans la salle d’œuvre.
De nombreux amis de l’Association avaient répondu aux invitations et tout au long de la soirée, ont contribué à entretenir l’ambiance de bonne humeur nécessaire à la réussite d’une telle manifestation.
Les responsables de l’A.P.F. remercient très vivement les membres de la Maison des Jeunes qui s’étaient joints nombreux aux familles invitées.
Il faut souhaiter que les contacts profitables à tous soient maintenus entre des associations qui ont un but commun : animer la vie collective dans la commune.
Il est rappelé que dans le cadre du service « jeudis éducatifs », un goûter sera organisé courant janvier au cours duquel les enfants tireront les Rois. Ce sera l’occasion en même temps que les parents de mesurer les efforts déployés depuis plusieurs semaines.

Dimanche 26 décembre 1965
D’une semaine à l’autre.

Jeudis éducatifs. De 14 à 16 h 30, à la salle d’œuvre, organisé par l’Association populaire familiale, pour tous les enfants d’âge scolaire.

Vendredi 31 / Samedi 1er janvier 1966
Comme les jours précédents à Montigny ou à Metz, « la Famille du Cheminot » a organisé à la salle d’œuvres de WOIPPY, un arbre de Noël. A cette occasion, on présenta à environ 400 enfants « La Farce de Maître Pathelin » jouée par la troupe du Théâtre Populaire de Lorraine. Une projection de films suivit ce divertissement fort apprécié, avant que l’on ne procède à une distribution de friandises. On notait la présence de MM. Leclère, président de « La famille du Cheminot » ; Ertle, chef-adjoint du 7e arrondissement ; Fischer, chef de section principal à Woippy ; Cordier, ingénieur adjoint ; Grotse, chef de gare principal de Woippy ; Kuntz, chef de dépôt de Metz ; Mazurier, chef d’entretien de Metz ; Kuchly, chef de district principal de Woippy ; Jean, conseiller municipal, remplaçant M. le Maire de Woippy, ainsi que Mlle Krommenacker, assistante sociale.

Mercredi 26 janvier 1966
Les « jeudis récréatifs » de l’A.P.F.

L’association populaire familiale de Woippy, à la demande de nombreuses failles, organise depuis maintenant trois mois, un service « jeudis éducatifs ».
Dans le cadre de cette activité, des animateurs bénévoles rassemblent tous les jeudis, de 14 à 15 h. 30, un nombre toujours croissant d’enfants de 4 à 12 ans, à la salle d’œuvres.
Tous ceux que les problèmes familiaux et éducatifs intéressent seront à même d’apprécier cet effort d’organisation collective des loisirs des enfants, en assistant à l’après-midi de détente, organisée demain jeudi, 27 janvier, à partir de 14 h., dans la salle d’œuvres.

Jeudi 27 janvier 1966
Association populaire familiale

L’A.P.F. rappelle que dans le cadre de son service « Jeudis éducatifs » qui accueille les enfants de 4 à 12 ans tous les après-midi de 14 h. à 16 h. 30, elle a voulu mettre les habitants à même de juger de efforts accomplis depuis le mois de novembre.
Ce jeudi, à partir de 14 h., elle invite dans ce but les familles et les éducateurs ainsi que toute les personnes que le problèmes de l’enfance et de la jeunesse préoccupe, à assister à la petite fête organisée pour les enfants. Le bureau remercie par avance tous ceux qui apporteront aux animateurs le soutien de leur présence et demande aux personnes qui n’auraient pas été invitées personnellement de bien vouloir l’en excuser.

Vendredi 28 janvier 1966
Affluence enfantine à la salle d’œuvres aux jeudis éducatifs de l’A.P.F.


Les petits rois et les petites reines après la dégustation de la galette et
quelques-uns des jeunes gens qui les encadraient.
Pour tous les enfants de la commune, les « jeudis éducatifs », à la salle d’œuvres sont maintenant passés au rang de la bonne tradition.
Ces séances de détente et de loisirs pour la jeunesse sont le fruit des efforts de l’Association populaire et familiale. Celle d’hier, d’un cachet tout particulier, permit à une centaine de garçons et filles de profiter d’une joyeuse fête des Rois.
M. le Maire était représenté au cours de cet après-midi de détente par M. Jean et Mme Marchal, du conseil municipal. On notait également la présence de Mme Idoux, directrice de l’école des filles de la cité SNCF ; Mlle Krommenacker, assistante sociale ; M. Copeaux, directeur de l’école de garçons, et Hoffmann, directeur du foyer de la M.J.C.
Les enfants étaient encadrés par une dizaine de moniteurs et de nombreuses mères de famille. Divers jeux, chants et séances de poupées animées surent donner naissance à une ambiance des plus joyeuses, de bon ton pour couronner cette dixième séance, après sa création en novembre 1965.
Cet après-midi fut aussi l’occasion pour les organisateurs de l’A.P.F. d’intéresser les adultes aux problèmes familiaux et éducatifs, afin d’être à même de pouvoir un jour contribuer directement aux destinées de ces « jeudis éducatifs ».

Mercredi 2 février 1966
Hier à 19 h. 05, M. Joseph Leclaire, 23 ans, habitant 4, rue Robert-Schumann, à Woippy, employé S.N.C.F., qui se déplaçait à cyclomoteur, est entré en collision, avec une moto, rue de la Gare, à Woippy.
Contusionné à la jambe gauche et se plaignant de la tête, il a été pris en charge par les sapeurs-pompiers et conduit à l’hôpital.

Jeudi 3 février 1966
Nécrologie :
Mme Aldo RUPIL
C’est à la suite d’une longue et douloureuse maladie que Mme Aldo RUPIL vient de décéder à l’âge de 46 ans. Elle était originaire de Rombas, et vit le jour en 1920.
La défunte épousa en premières noces M. Maurice Guerquin, qu’elle eut la douleur de perdre en 1959. De cette union naquirent Christine, épouse de M. Jean-Marie Gilles, domicilié 4, rue Robert-Schuman, à Woippy ; Serge, restaurateur à Metz ; Mireille, épouse de M. Jean Thilly, demeurant à Metz-Borny, et Patrice, électricien, demeurant aussi à Woippy.
En secondes noces la disparue avait épousé, en 1961, M. Aldo Rupil, de Maizières-lès-Metz. Les obsèques auront lieu demain vendredi, à 10 h. 30, en l’église Notre-Dame, suivis de l’inhumation au cimetière de l’Est.
A la famille éprouvée, nous présentons nos biens sincères condoléances.

Dimanche 13 février 1966
L’Association populaire familiale de Woippy-Centre - quartier du Roi, rappelle aux pères et mères de familles, ainsi qu’aux jeunes époux, tous concernés par le contrôle des naissances, qu’une réunion d’information est organisée sur ce sujet lundi 14 février, à 20 h. 30, salle du Centre médico-social, rue De-Gaulle à Woippy-Centre. Un médecin du Centre mosellan de préparation au mariage répondra aux questions que tous se posent dans le respect des convictions religieuses ou philosophiques.
Mariages
Prochainement aura lieu à la mairie de Réding le mariage de M. Jean Bour, chaudronnier à Woippy, 9, rue de Lorraine, avec Mlle Rose Schoennenberger, demeurant à Réding. Nos félicitations et vœux.

Mercredi 16 février 1966
Une réunion d’information de l’A.P.F.
L’Association populaire et familiale de Woippy-Centre a organisé au centre médico-social de la rue Général-de-Gaulle une soirée d’information à laquelle les habitants avaient répondu nombreux, sur le problème primordial qu’est la régulation et le contrôle des naissances. Cette réunion d’information fut animée par un médecin du centre mosellan de préparation au mariage qui répondit à des questions nombreuses dans le vaste domaine des convictions religieuses. Après quelques projections qui étoffèrent cette soirée, le médecin donna lui-même la conclusion des problèmes soulevés : « Les différentes méthodes de régulation des naissances doivent être jugées d’après la conception philosophique de l’homme et de l’humanité ».

Mardi 22 février 1966
Carnet blanc

Prochainement aura lieu en ma mairie de Sarry (Marne), le mariage de M. Gérard Sautereau, dessinateur, demeurant 23, rue de Lorraine, à Woippy, avec Mlle Chantal Maillet, infirmière, demeurant à Sarry. Le futur jeune marié est le fils de Mme et M. Pierre Sautereau, inspecteur S.N.C.F. et vice-président du conseil d’administration de la M.J.C.
Nos meilleurs vœux de bonheur aux futurs époux et compliments aux familles.

Samedi 26 février 1966
Une résolution des cheminots C.G.T. et C.F.D.T.

Réunis sous la présidence des responsables syndicaux, CFDT et CGT, les cheminots de Woippy ont voté une résolution énumérant les mêmes revendications que celles formulées par les représentants CGT des « Roulants » du 7e arrondissement, avec une revendication supplémentaire : celle de la suppression des abattements de zones.

Mardi 1er mars 1966
Carnet blanc

Prochainement aura lieu à la mairie de Metz le mariage de M. Jean-Claude Chauvin, fraiseur, demeurant 12, rue des Ardennes, avec Mlle Marie-Anne Lombard, ouvrière, demeurant à Metz, 1/421, rue Charles-Nauroy.
Nos félicitations et meilleurs vœux de bonheur aux futurs époux.

Jeudi 3 mars 1966
Nouveau retraité, M. Pierre SPAETER a quitté ses collègues de la gare de triage

Une chaleureuse fête de famille s’est déroulée à la cantine de la gare de triage à l’occasion des adieux d’un des nombreux employés, le sympathique chef de manœuvres principal, M. Pierre Spaeter.
Présidée par le chef d’établissement du triage, cette cérémonie, non dénuée pour autant d’une petite note d’émotion, se déroula en présence d’une délégation du triage de Metz-Sablon, conduite par M. Marcel Schneider. Après une trentaine d’année au service de la S.N.C.F., nous présentons à M. Spaeter nos vœux de longue et douce retraite parmi ses enfants et petits-enfants.
Notre photo : M. Spaeter, entouré de ses chefs et collègues, après avoir reçu le cadeau de l’amitié.

Dimanche 20 mars 1966
Le syndicat des cheminots C.F.D.T. de Woippy et environs a défini ses objectifs

Le groupe des cheminots C.F.D.T. réuni au café National.

Le syndicat des cheminots C.F.D.T. de Woippy et environs a tenu son assemblée générale au café National sous la présidence de M. Lucien Kron.
Le rapport d’activité et d’orientation fut présenté par M. Pierre Ficot, qui rappela la présence immédiate du syndicat dès la création du triage de Woippy. Il signala également que les groupes actifs d’Hagondange, Uckange et Rombas sont rattachés au syndicat de Woippy qui s’est surtout affirmé à l’occasion des différents problèmes posés par l’implantation du nouveau triage, logements, indemnités de déplacement, transport sur les lieux de travail, reclassement en raison de la modernisation, conditions et horaires de travail, etc.
L’orateur traita également de l’actuelle évolution de la C.F.D.T. et des activités internes récemment réglées par le Conseil syndical. Il présenta un plan de restructuration dudit syndicat : travail en commun entre les adhérents du personnel d’exécution et de maîtrise, réunion des groupes et sections des différents services, etc.
Après lecture faite par M. Olry du rapport financier, l’assemblée procéda à l’élection du nouveau bureau ainsi composé : L. Kron, président ; P. Huth, vice-président ; R. Olry, secrétaire ; P. Ficot, secrétaire adjoint ; R. Spielmann, trésorier ; P. Moyon, trésorier adjoint ; G. Delivron, responsable de cadres A. Zimmermann, représentant des retraités ; C. Zimmermann, informations ; R. Conrard, service EX ; J. Fixe, service MR ; P. Ficot, service VB ; ainsi que MM. P. Gilles et J. Meyer, nommés réviseurs aux comptes.
Au cours de l’exposé qui suivit, Monsieur René Wenger, président de l’Union des cheminots C.F.D.T. d’Alsace et de Lorraine, développa les questions revendicatives de la corporation, insistant tout particulièrement sur le problème des salaires qui reste le souci majeur du syndicat.
Finalement, l’assemblée désigna ses représentants au prochain congrès de la Moselle fixé pour le 27 mars prochain.

Jeudi 24 mars 1966
Au conseil municipal : Camille Hilaire décorera la maternelle du quartier du Roi. (...) autorisé le maire à signer un marché de gré à gré avec M. Camille Hilaire, artiste peintre, concernant la décoration de l’école maternelle. (...)
La journée
Après-midi éducatif : organisé par l’APF de Woippy-Centre - Quartier du Roi, de 14 à 16 h. 30, salle d’œuvres, rue de Biche, pour les enfants de 4 à 12 ans.

Dimanche 27 mars 1966
Soirée familiale de l’A.P.F.

L’Association populaire familiale organise, aujourd’hui dimanche, à partir de 20 h. 30, une soirée familiale de détente, à la salle d’œuvres (centre).
L’entrée sera gratuite et les organisateurs espèrent accueillir de nombreuses familles et les jeunes gens, qui désirent passer, ensemble, une soirée agréable.

Mercredi 30 mars 1966
Double départ à la retraite à la gare de WOIPPY

Une sympathique cérémonie a été organisée à la cantine de la gare de triage de Woippy, à l’occasion du départ à la retraite de M. Robert Ilgen, facteur-chef, et de M. Jean Kury, sous-chef de gare de 2e classe. Le premier est entré à la SNCF en 1929 et le second en 1936. C’est de leur carrière digne d’éloges, que M. Grosse, chef de gare principal, parla devant une nombreuse assistance. Il félicita les deux retraités et leur souhaita un long repos entourés de l’affection des leurs. La plupart des camarades de MM. Ilgen et Kury, avaient tenu à assister à la petite fête donnée à cette occasion. On remarquait également la présence de MM. Jaugey, chef de gare adjoint ; Klein, sous-chef de gare principal, et Meyer, chef de bureau du personnel.
Un cadeau fut remis à chacun des retraités, à l’issue d’un vin d’honneur et d’une petite sauterie, animée par un orchestre du cru. Nous souhaitons une longue et paisible retraite à MM. Ilgen et Kury.
Notre photo : Les deux retraités (assis) entourés de leurs camarades de travail.

Mardi 19 avril 1966
Carnet blanc

Prochainement aura lieu à la mairie de Sainte-Marie, le mariage de M. Michel Glein, chauffeur à Woippy, 10, rue d’Alsace, avec Mlle Liliane Gebus, 9, Grand-Rue à Sainte-Marie. Nos félicitations et meilleurs vœux de bonheur aux futurs époux.

Jeudi 28 avril 1966
Sortie des familles

La sortie prévue pour le 1er mai, aura bien lieu à Saulny. Rendez-vous est donné à 10 h., aux habitants du quartier du Roi (cité S.N.C.F.) sur la place de France, devant l’économat S.N.C.F. ; aux habitants de Woippy-Centre, à l’angle des rues de Briey et Maréchal-Leclerc (devant le lavoir).
Si les conditions atmosphériques ne le permettent pas, la sortie serait remise. Prévoir un repas froid à emporter et se munir de jeux, ballon,s, etc. Le transport est assuré.

Samedi 30 avril 1966
La sortie du 1er mai, organisée par l’A.P.F., aura lieu à Saulny. Le rendez-vous est fixé pour les habitants du quartier du Roi (cité S.N.C.F.), à 10 heures, place de France, devant l’économat de la S.N.C.F. ; les habitants de Woippy-Centre se retrouveront à l’angle des rues de Briey et Maréchal-Leclerc (devant le lavoir).
Le repas sera tiré du sac et il est recommandé de se munir de jeux.

Mardi 3 mai 1966
Nouvelles de l’Association Populaire Familiale

Les APF de l’agglomération messine organisent une colonie de vacances pour garçons et filles de 9 à 14 ans, du 19 août au 12 septembre, au château de Bellevue à Bollène, dans le Vaucluse.
Les inscriptions sont prises, et tous renseignements donnés par M. Wittmann, le mercredi, de 17 à 19 h., et le samedi de 15 à 18 h., par M. Rohrmann, le mardi de 19 à 20 h. Peuvent être inscrits tous les enfants, y compris ceux de familles non adhérentes à l’APF. La municipalité participera aux frais par une subvention. D’autre part, la caisse d’allocation familiale et les organismes gérants les régimes spéciaux de Sécurité sociale aident sous forme de bons de vacances ou d’une autre manière les familles qui désirent envoyer leurs enfants en colonie de vacances.
- - -
L’APF dispose d’un « chargeur de batterie » qui peut être, dès maintenant, mis à la disposition, des utilisateurs au prix de 1 F par jour. Renseignements auprès de M. Dubois, 3, rue d’Alsace, ou des responsables de quartiers.

Vendredi 27 mai 1966
Association populaire familiale

L’Association populaire familiale (A.P.F.) de Woippy s’est manifestée la première fois, voici près d’un an. Au bout de vacances scolaires de 1965, des tracts-questionnaires ont été diffusés parmi la population tant du quartier du Roi (cité SNCF) que de Woippy-centre. De nombreuses familles ont participé à cette enquête et c’est en s’inspirant de suggestions faites par les personnes interrogées que certains services tels que « Jeudis éducatifs » ou « Achats groupés » ont été mis en place dès l’automne dernier.
Le bureau est persuadé que chacun fera bon accueil aux enquêteurs bénévoles. D’avance, il remercie tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, encourageront les animateurs de l’A.P.F. dans leur effort.

Mardi 7 juin 1966
Dimanche prochain 12 juin, l’Association populaire familiale (A.P.F.) organise une sortie familiale sur le plateau de Saulny. Rendez-vous est donné à tous les participants à 10 heures pour les habitants du quartier du Roi (cités S.N.C.F.), place de France, devant l’économat S.N.C.F. ; pour les habitants du Woippy-Centre, au lavoir, à l’angle de la rue Maréchal-Leclerc et de la rue de Briey. Le transport de tous sera assuré. On est prié d’apporter un repas froid.

Jeudi 9 juin 1966
Une belle manifestation

A la demande de la municipalité, les directeurs, directrices, instituteurs et institutrices, avaient préparé un magnifique après-midi récréatif, à l’intention des mamans. Plus de 900 enfants, groupés cour de l’école de filles, interprétèrent un programme varié, agrémenté de petits lendits (par les enfants du Centre et du quartier du Roi), et de grands lendits (élèves du Centre et du quartier du Roi).
Par ailleurs, M. André Debs, maire, décora quatre mamans méritantes : Mme Spaeth, née Justine Ringenbach (médaille d’or), 13 enfants ; Mme Pauly, née Albertine Rédercher (médaille d’argent, 10 enfants), et Mmes Le Thohonc et Benochou (médaille de bronze, 8 enfants).
Parmi les personnalités présentes, nous avons remarqué M. le Maire ; ses adjoints ; les conseillers municipaux ; MM. Les abbés Bémer et Scotto ; Mme Wittmann, de l’A.P.F. Woippy-Centre ; M. Maisondieu, de l’A.P.F. Saint-Eloi - Maison-Neuve.
La journée
A.P.F. de Woippy-Centre - Quartier du Roi. – Après-midi éducatif, à la salle d’œuvres, rue de Biche, pour les enfants de quatre à douze ans.

Samedi 18 juin 1966
Démonstration du Judo-Club

Dans le cadre de la fête des fraises de Woippy, le nouveau Judo-Club de Woippy fera deux démonstrations inaugurales, afin se susciter de nombreux adeptes à ce « sport intelligent », intéressant pour les Jeunes.
Les deux démonstrations présentées par : maître Henry Dalbin, ceinture noire 3e dan-compétition, directeur technique du club et M. Bossuyt, « Le Pneu Lorrain », président du club, auront lieu : le samedi 25 juin à 15 heures au gymnase SNCF, dans la cadre de la fête des écoles SNCF ; le dimanche 26 juin vers 17 heures après le défilé, face à la mairie de Woippy.
Pour toutes demandes de renseignements et adhésion, s’adresser à Judo-Club de Woippy, M. Bossuyt, BP N° 19, à Woippy. Premier cours inaugural d’entraînement, le lundi 27 juin à 19 heures.

Mardi 21 juin 1966
Inscriptions scolaires

Aux écoles maternelles de Woippy-Centre et du quartier du Roi concernant les enfants nés en 1961 et 1962, ce mardi, de 14 à 16 heures.
Se munir du livret de famille et du certificat de vaccination.

Mercredi 22 juin 1966
Ecole de filles de la cité S.N.C.F.

Ce mercredi, de 14 à 18 heures, la directrice prendra les inscriptions pour la prochaine rentrée scolaire (enfants nés en 1960).
Se munir du livret de famille et du certificat de vaccination.

Jeudi 23 juin 1966
Ecole de garçons cité S.N.C.F.

Ce jeudi, de 8 à 11 h. 30, le directeur prendra les inscriptions pour la prochaine rentrée scolaire (garçons nés en 1960). Se munir du livret de famille et du certificat de vaccination.

Mercredi 29 juin 1966
Goûter de l’A.P.F.

L’Association populaire de Woippy organise, pour les enfants qui ont suivi depuis octobre dernier les activités des jeudis éducatifs, un goûter demain, jeudi, à partir de 13 h. 45, à la salle d’œuvres de Woippy-Centre. Cette manifestation clôturera l’exercice 1965-66. Les jeudis éducatifs reprendront dès septembre prochain.

Vendredi 1er juillet 1966
Avant le grand envol des vacances, après-midi de jeu et goûter pour les jeunes habitués des « JEUDIS EDUCATIFS »

L’Association Populaire Familiale de Woippy avait chargé les responsables du service des « Jeudis éducatifs » de clore l’année 1965-66 par un goûter, auquel étaient conviés tous les enfants qui ont suivi les activités depuis le mois d’octobre dernier.
En ce premier jeudi de grandes vacances, les enfants furent nombreux à revenir une fois encore au plaisir de retrouvailles amicales, de jeux animés et variés, avant de profiter d’un bon goûter. Ils ont su remercier avec des mots qui viennent du cœur, les responsables qui leur ont consacré tous les jeudis de l’année scolaire.
Notre photo : avec les responsables des « jeudis éducatifs » de l’A.P.F. de Woippy, la joyeuse troupe des jeunes habitués.

Lundi 4 juillet 1966
Bilan des « JEUDIS EDUCATIFS » de l’A.P.F. de Woippy

Un goûter, suivi d’une séance animée et joyeuse, vient de clore la première année de fonctionnement du service « Jeudis éducatifs » de l’Association Populaire Familiale de Woippy. Une soixantaine d’enfants se sont trouvés réunis avant le départ en vacances et dan la perspective d’une nouvelle année qui reprendra dès la rentrée scolaire à une date qui sera annoncée en temps voulu.
Au terme de cette première année de fonctionnement qui a constitué un « rodage » nécessaire à un type d’activité encore inhabituel pour les A.P.F., les dévoués animateurs du service tant apprécié par les familles ont fait le bilan de leurs activités.
Rappelons tout d’abord que depuis le 18 novembre 1965 et jusqu’au 30 juin, une trentaine de séances ont eu lieu. Au total, un peu plus de 2.000 enfants ont passé une après-midi, le plus souvent dans la salle d’œuvres mise à la disposition de l’APF par la municipalité.
Le vrai bilan qu’il convient de faire ne pourrait en réalité être dressé qu’au terme d’une enquête auprès des dizaines de familles qui ont confié leurs enfants à de gens de bonne volonté, qui ont fait confiance à des éducateurs bénévoles, dont il convient de souligner les mérites. Il s’agit notamment de cinq mères de familles, trois jeunes filles et quatre jeunes gens.
Rappelons qu’à travers les 30 séances organisées au cours de l’année, de jeux d’intérieur ou de plein air dont deux « grands jeux » ont occupé garçons et filles toute une après-midi chaque fois. Une initiation aux danses folkloriques a été tentée avec un certain succès, de même que les enfants ont eu l’occasion de s’exprimer sur scène, pour la première fois.
Différents ateliers ont été mis en place. Les enfants y ont été répartis selon leur âge et la découverte de chaque technique d’expression a fait l’objet d’une progression.
C’est ainsi que pour la peinture, garçons et filles sont allés des travaux individuels aux travaux collectifs.
En ce qui concerne les travaux du papier, il a fallu passer successivement du découpage et du collage à la confection et à la décoration de chapeaux, à la réalisation de guirlandes, au piquage artistique et aux « vitraux » de papier et carton.
Les plus grands ont fait du bricolage et ont réalisé des poupées de fil de fer, puis participé avec les animateurs à la présentation d’un spectacle de poupées animées.
La fête des Mères et la fête de Pères ont fourni l’occasion de centrer l’activité sur la confection de cadeaux par les enfants eux-mêmes.
La fête des fraises a mobilisé tout le monde, car il a fallu que chacun participe à la confection des costumes et à la construction du char. Il importe, à ce propos de rappeler que les enfants qui avaient pris place sur le char avaient tous été habillés par leurs mamans. C’était là une œuvre commune et qu’il n’était pas dans l’intention de l’APF en acceptant l’invitation de l’Union de Woippy à participer au défilé, de satisfaire une autre ambition que de voir le maximum de familles prendre leur part à une réalisation qu’il leur appartenait de mener ensemble.
Le char de l’APF et le défilé des garçons et filles qui suivaient, a été l’affaire de tous ceux qui, à Woippy, ont senti petits et grands, l’utilité d’un service éducatif géré par les familles elles-mêmes.
Les usagers de l’APF, les animateurs des « Jeudis éducatifs » et les enfants se retrouveront à la prochaine rentrée scolaire. Chacun s’efforcera d’apporter quelque chose à une œuvre commune créée à la demande des familles et qui ne fonctionnera que grâce à elles toutes. Il serait nécessaire que l’encadrement réalisé au cours de « l’année » qui se termine soit renforcé pour permettre à chacun de mieux remplir une fonction éducative, qui demande un effort constant d’attention et exige une disponibilité permanente.
Les mamans, jeunes gens ou jeunes filles qui peuvent consacrer de temps en temps une après-midi même irrégulièrement au service des enfants, sont priées de se mettre dès le mois de septembre à la disposition de l’APF dont le siège est : 49, rue Général-de-Gaulle à Woippy.

MARIAGES
Prochainement aura lieu à la mairie de Woippy, les mariages suivants : M. René Lejeune, employé S.N.C.F., demeurant route de Rombas 3, sera uni à Mlle Marie-Lucienne Marin, dactylographe. La future mariée, fille de M. et Mme Marin, concierge du bâtiment des célibataires de la cité S.N.C.F., fut demoiselle d’honneur de la « Reine des Fraises 1964 ». (...)
Nos félicitations aux parents et meilleurs vœux de bonheur aux futurs époux.

Dimanche 17 juillet 1966
Association populaire familiale

Les familles qui n’ont pu, à ce jour, inscrire leurs enfants à une colonie de vacances peuvent encore profiter de quelques places vacantes qui restent libres pour la colonie organisée par la Fédération mosellane des APF, à Bollène (Vaucluse), à partir du 19 août et jusqu’au 12 septembre.
Les inscriptions seront bientôt closes et il est urgent de se renseigner auprès de : M. Wittmann, 49, rue Général-de-Gaulle, le mercredi, de 17 à 19 h. et le samedi, de 13 h. à 18 h. ; M. Rohrmann, 4, rue Franche-Comté, le mardi de 18 h. 30 à 20 h. 30.
Pour permettre aux responsables de se consacrer le plus rapidement possible aux tâches d’organisation, il est nécessaire que les familles intéressées inscrivent très rapidement leurs enfants.

Mercredi 3 août 1966
Le coin du bonheur

A la sortie de l’église de Woippy, M. et Mme LEJEUNE, entourés de leurs familles.
En l’église de Woippy, Mlle Lucienne MARIN, dactylo, fille de M. Marcel Marin, employé à la S.N.C.F. et concierge du bâtiment des célibataires, route de Rombas, à Woippy, a uni sa destinée à celle de M. René LEJEUNE, employé à la S.N.C.F., domicilié 3, route de Rombas.
La jeune épouse est l’ex-demoiselle d’honneur de la reine des Fraises 1964. (...)
A ces jeunes couples, nous présentons nos vœux de bonheur, et à leurs familles nos félicitations.

Vendredi 9 septembre 1966
- En prélude à la construction d’un C.E.S. au centre de la ville, une classe de sixième va s’ouvrir dès cette prochaine rentrée scolaire, à l’école de la cité S.N.C.F., quartier du Roi et groupera les élèves de Woippy-Centre, cité S.N.C.F, quartier du Roi et Saint-Eloi - cité Sonacotra.

Lundi 12 septembre 1966
- Inscriptions des nouveaux élèves à l’école de garçons de la cité S.N.C.F., quartier du Roi, mercredi 14 septembre, de 8 h. à 10 h, au bureau du directeur de l’école. Pour les enfants nés en 1960, se munir du livret de famille, du carnet de vaccination et du certificat d’admission. Aucune inscription ne sera reçue le jour de la rentrée.

Mercredi 14 septembre 1966

Nommé à Vincennes, M. LERAPT, chef de district au triage S.N.C.F. de Woippy, a fait ses adieux à ses collègues
Après avoir exercé durant quatre ans comme chef de district V.B. à la gare de triage de Woippy, M. Jean-Claude LERAPT va quitter ses fonctions pour rejoindre Vincennes où d’autres occupations l’attendent.
Son départ prochain a donné lieu à une petite manifestation, organisée en présence de son successeur, M. Simon ; de MM. Hanrion, chef de gare à Maizières-lès-Metz ; Fischer, chef de section ; Bramerts et Sauce, chefs de canton principaux.
Au cours du vin d’honneur qui suivit, M. Sauce, également entouré des agents du district, rendit hommage aux qualités professionnelles de M. Lerapt et lui offrit un magnifique présent au nom de tous les membres du service.

Mardi 27 septembre 1966
Les décisions du conseil municipal

Le conseil municipal qui s’est réuni dernièrement a : (...)
- Décidé l’achat de matériel collectif destiné aux classes de 5e et 6e du groupe d’observation du quartier du Roi ;
- Accepté la cession à titre gratuit de rues, trottoirs et parking de la Société HLM Ardennes-Lorraine à la commune (lotissement quartier du Roi).

Prochaine reprise des activités de l’A.P.F.
Le bureau de l’Association populaire familiale rappelle aux adhérents et à toutes les familles qui lui ont fait confiance jusqu’ici, qu’en attendant la reprise de l’ensemble de ses activités, elle tient dès maintenant à la disposition de tous : machines à tricoter, machine à coudre, chargeur de batterie, perceuse électrique. Les personnes désirant louer ce matériel – aux mêmes conditions que précédemment – pourront s’adresser aux responsables d’immeubles (pour le quartier du roi ou cité SNCF) et de quartier (pour Woippy-centre).
La mise en route des autres services, qui avaient fonctionné jusqu’au mois de juillet dernier, fera l’objet d’un avis ultérieur.

Jeudi 29 septembre 1966
• A compter du 3 octobre, le centre social S.N.C.F. ouvrira ses portes, rue de Bourgogne, et comprendra les activités suivantes : adultes : consultations ménagères, le lundi, de 14 h. 30 à 17 h. ; cours de coupe-couture, le mercredi, de 14 à 17 h. ; bibliothèque, le mardi après-midi ; pour les enfants : Centre de jeunesse, le jeudi, toute la journée ; initiation à la couture, le jeudi matin et après-midi ; bibliothèque, le jeudi après-midi.

Mercredi 5 octobre 1966
- Demain jeudi, de 14 à 17 h., reprise des jeudis éducatifs organisés par l’A.P.F. (Cotisation : 1 F par mois). Les inscriptions seront reçues à partir de 14 h.

Mardi 22 novembre 1966
L’Association populaire familiale fait le point

Constituée le 12 octobre 1965, à la suite d’une enquête à laquelle plus de 100 familles de Woippy ont participé, l’Association populaire familiale (APF) se devait de faire le point au terme d’une année d’activité.
Elle envisage, dans ce but, de réunir son assemblée générale statutaire le 27 novembre à 15 h., dans la salle d’œuvres.
Depuis sa constitution, l’APF de Woippy a mis en place et assure le fonctionnement de services, à la demande des familles usagères.
C’est ainsi que très rapidement s’est organisé le service « Jeudis éducatifs » qui continue encore cette année à accueillir, les jeudis après-midi, de nombreux enfants dans la salle d’œuvres. Grâce à l’aide dispensée par la Caisse d’allocations familiales et à la compréhension de la municipalité qui a mis la salle d’œuvres à la disposition des responsables, grâce encore au soutien qu’ont apporté les familles, les « Jeudis éducatifs » fonctionneront encore cette année. Toutefois, pour ce « service » comme pour d’autres, il est nécessaire que l’APF puisse compter sur des bonnes volontés et des compétences qui existent dans notre localité.
Dans le même temps, les « achats groupés », regroupant les familles en tant que consommatrices rassemblaient un nombre toujours plus grand d’usagers qui estiment qu’un des moyens les plus sûrs d’améliorer leur pouvoir d’achat et de s’organiser pour obtenir les conditions les plus avantageuses des commerçants. Là encore, il est souhaitable que les mères de famille qui ont mieux que quiconque l’expérience des achats prennent conscience qu’elles peuvent s’aider.
Enfin, plus récemment, l’APF a pu mettre à la disposition de tous, sous forme de location consentie à des taux peu élevés, de l’outillage pour bricoleurs (perceuse électrique et chargeur de batterie, pour l’instant), du matériel susceptible d’aider les mamans dans leurs tâches ménagères (machine à coudre et machine à tricoter), du matériel de camping, enfin, pour toute la famille.

Mardi 6 décembre 1966
L’A.P.F. a tenu ses assises annuelles

L’Association populaire familiale locale a tenu dernièrement son assemblée générale statutaire.
La plupart des présidents ou représentants de sociétés locales y assistaient. La séance fut ouverte par Mme Wittmann qui rappela en quelques mots la place de l’association dans le mouvement familial. Le rapport moral fut lu par M. Gouriou, secrétaire. Il en ressort que les services demandés par les familles, c’est-à-dire « achats groupés » et « jeudis éducatifs », ont été mis en place durant l’année passée.
Le rapporteur insista sur l’action entreprise par l’ensemble du bureau dans le domaine de l’information et de la détente. Au niveau de l’information, plusieurs conférences furent organisées dont une sur « le contrôle des naissances » et l’autre sur « les vacances familiales ». Sur le plan détente, deux sorties familiales et trois soirées furent organisée. Il importait aussi de rappeler que l’A.P.F. a provoqué deux rencontres de responsables des différentes associations locales avec des membres de la municipalité pour analyser les besoins communaux en installations collectives de caractère socio-culturel.
Les responsables des différents services eurent ensuite la parole. Mme Klein, fit tout d’abord le bilan des « jeudis éducatifs ». Plus de 60 enfants ont été accueillis chaque semaine. Le manque de locaux ne facilite pas le travail.
Pour l’année en cours, du matériel a été acheté. Pour améliorer ce service, la participation des parents devra passer de 1 F à 1 F 50 par enfant et par mois.
M. Urbaniak parla ensuite du service « achats groupés », dont le but n’est pas de se substituer au commerce de détail, mais d’organiser les consommateurs qui doivent prendre conscience de leur rôle dans l’économie.
Les différents rapports approuvés, l’assemblée décida de reconduire le bureau, et après le compte rendu du trésorier, M. Gérard, qui tint à rappeler les subventions accordées par la Caisse d’allocations familiales et la municipalité. Il a été donné lecture d’une motion adoptée dans la forme suivante :
« Les familles adhérentes à l’A.P.F. de Woippy, réunies ce jour en assemblée générale, après avoir approuvé ses rapports d’activité et d’orientation présentés, décident l’adhésion de l’association à l’U.D.A.P.
« Elles mandatent le conseil d’administration et le bureau ; pour qu’ils tiennent la municipalité informée des problèmes posés aux familles de Woippy ; pour qu’ils gardent un contact étroit avec les autres associations locales à vocation culturelles et sociale, afin que toutes ensemble puissent, dans la meilleur esprit de compréhension, examiner les problèmes propres à la commune et qu’il appartient à ses habitants d’aider la municipalité à régler, tout particulièrement en ce qui concerne l’équipement socio-culturel de Woippy ; pour que toutes les préoccupations des familles (pouvoir d’achat, éducation et avenir des enfants, logement, vacances) soient portées à chaque occasion à la connaissance des pouvoirs publics.
« Elles déclarent partager l’inquiétude des familles dont le sort est lié à l’activité industrielle et s’associent aux protestations des organisations qui, avec les travailleurs de la sidérurgie et des mines, en particulier dans le département, désirent pouvoir partager les décisions économiques qui commandent leur avenir ».
• Au centre social SNCF, rue de Bourgogne, ce mardi après-midi, bibliothèque pour adultes.

Jeudi 8 décembre 1966
Vin d’adieux pour le départ à Strasbourg du chef de section principal, M. Ficher

Les collègues de M. Ficher, groupés autour de lui après la remise du cadeau.
Offert par les chefs d’équipe, un vin d’honneur a eu lieu à l’occasion de la mutation pour Strasbourg de M. FICHER, chef de section principal à la gare de triage de Woippy.
Dans l’amicale allocution que prononça au nom de ses collègues, l’un des chefs d’équipe, furent exprimés les regrets ressentis de ce départ, tout autant que les félicitations pour une mutation qui rendra à l’Alsace l’un de ses fils, et qui correspond aux désirs exprimés par celui qui en est l’objet.
Un cadeau fut ensuite remis à M. Ficher qui laissa pointer une note d’émotion dans les chaleureux remerciements qu’il adressa en réponse, à ses collègues.

Vendredi 23 décembre 1966
Autour des sapins illuminés...
Noël approche et c’est pourquoi de nombreuses sociétés profitent de la proximité de cette fête pour organiser le traditionnel sapin, mais aussi gâter les enfants et les anciens.

Aux JEUDIS ÉDUCATIFS DE WOIPPY, un des groupes présentant des danses folkloriques. Une matinée récréative organisée par les enfants fréquentant les « jeudis éducatifs » de Woippy, ont exposé à leurs parents les différents travaux faits au cours de l’année. Différentes concours avaient été organisés sous le patronage de l’A.P.F., représentée par Mme Wittmann, présidente, et Klein.

date

| Retour menu « Rues de Woippy » | Page précédente | Haut de page | Page suivante |

raconte-moi-woippy Retour menu