raconte-moi-woippy Retour menu

  Dernière mise à jour : 9 mai 2019

La municipalité de Woippy
- Années 2000 -


Années disponibles : | 2001 | municipales mars 2001 |
| Page précédente : Années 1990 |



Année 2000


Dimanche 2 janvier 2000



Samedi 25 novembre 2000

Mercredi 29 novembre 2000


Samedi 2 décembre 2000

Mercredi 20 décembre 2000
 
Samedi 23 décembre 2000
 

Année 2001

Samedi 6 janvier 2001
Mercredi 10 janvier 2001
Lundi 12 février 2001
La police municipale de Woippy enjeu du bras de fer
A entendre deux des quatre candidats en lice, la ville des fraises est devenue le paradis des dealers. François Grosdidier et René Leucart placent le rôle de la police municipale au centre de leur campagne. Jérôme Prache et Jean-Paul Pilla, le maire et le premier adjoint sortants, en plein divorce, préférent évoquer un bilan commun pour tracer les voies de l'avenir.
Comme Marseille possède ses quartiers Nord, Woippy a mal à ses quartiers Est. Au centre des débats, où se mêlent accusations péremptoires et visions fantasmées : Boileau-Pré-Génie et Saint-Eloy, les quartiers populaires composés dans les années 60 de barres grises et de tours aux ascenseurs éternellement déglingués.
« En cinq nuits, on a vu brûler six voitures ! », s'indigne le conseiller régional René Leucart, du Parti radical de gauche mais qui refuse qu'on donne une étiquette à la liste qu'il va proposer aux électeurs. « Ici, toute autorité a été abandonnée. On a fini par accepter que des quartiers entiers entrent dans une zone de non-droit », complète Français Grosdidier, leader de la droite unie. Entre le candidat en rupture de gauche et l'ancien député gaulliste, il y a à peine l'épaisseur d'une feuille de papier.
Structurer la ville
En face, le maire socialiste sortant, Jérôme Prache, et son premier adjoint, Jean-Paul Pilla, qui a rendu sa carte au PS en 1997, se disputent les voix de la gauche. Avec un discours commun sur la question de l'insécurité : « C'est l'affaire de l'État, affirme Jean-Paul Pilla. La police municipale peut jouer un rôle de prévention, mais il est malhonnête de faire croire à la population qu'une municipalité serait capable de régler le problème. » A l'évidence, Jean-Paul Pilla et Jérôme Prache, les frères ennemis, sont assez fâchés de voir leurs adversaires concentrer le tir sur la question de la sécurité, comme en 1995. « Woippy, 14 000 habitants, c'est une ville, avec ses points noirs mais aussi ses bons côtés », souligne le maire sortant. Le vieux village a conservé son charme désuet, tandis que s'est ouverte une ZAC en plein centre. « Nous avons commencé à structurer la ville, en cherchant à rentabiliser les équipements centraux et à favoriser le brassage des populations. Je sais qu'on me dit technocrate, mais beaucoup de gens ne parviennent pas à comprendre que de telles opérations ne doivent pas se monter pas aussi vite qu'on le voudrait. »
Jean-Paul Pilla n'est guère critique là-dessus non plus. Pour cause, puisque, officiellement, il a soutenu jusqu'à ces derniers mois à toutes les initiatives. Tout de même, « il faudra concevoir un vrai projet de ville, en n'oubliant pas le Nord, du côté du ruisseau... »
Quant à François Grosdidier et René Leucart, ils s'opposent en choeur à la construction de nouveaux immeubles. « Woippy est victime d'un Yalta de l'agglomération messine. S'il faut encore du logement social, pourquoi pas à Plappeville ou Saint-Julien ? », grogne Leucart.
Intégrer l'agglomération
Et puis, il y a l'affaire du District de l'agglomération messine. Woippy a toujours refusé d'adhérer à cette structure, qui lui aurait permis de bénéficier des bus des TCRM. Ceux-ci s'arrêtent aux portes de la ville... « C'est à cent pour cent la faute des maires successifs de Woippy », affirme, seul contre tous, René Leucart.
« En 1977, notre équipe avait été élue sur un consensus : la population était contre le District, par crainte de voir Woippy phagocytée par Metz, objecte Jérôme Prache. Il y a aussi toujours eu des problèmes de personnes entre Woippy et Metz. Pour résoudre la question des bus, des contacts ont eu lieu entre 1989 et 1995 avec les TCRM, mais Jean-Marie Rausch est resté ferme : c'était l'entrée au district ou rien ! »
Ce fut « rien ». Ce qui, tout le monde en est conscient, ne durera pas éternellement. Les quatre postulants au fauteuil de maire comptent sur la mise en oeuvre d'une nouvelle intercommunalité pour réinsérer Woippy dans l'agglomération. « Le maire de Metz, quel qu'il soit, finira bien par s'ouvrir », espère avec quelque malice François Grosdidier. Ce que Jean-Paul Pilla, soucieux de ne pas désavouer ses anciens colisiters, traduit avec diplomatie : « Il faudra bien se mettre d'accord entre gens intelligents... »

Bernard MAILLARD.

Les quatre chefs de file

• François Grosdidier, 40 ans, vice-président du conseil régional (RPR), ancien député, ancien conseiller municipal à Metz.
• René Leucart, 50 ans, conseiller régional (Gauche plurielle, Parti radical de Gauche), ancien conseiller municipal à Metz.
• Jean-Paul Pilla, 52 ans, premier adjoint sortant (PS jusqu'en 1998), conseiller municipal depuis 1977, revendiquait la succession de Sébastien Cansell, maire démissionnaire en 1998.
• Jérôme Prache, 56 ans, maire sortant (PS) élu en 1998, membre du conseil municipal depuis 1977.

1 600 habitants perdus en neuf ans
Entre le recensement de 1990 et celui de 1999, Woippy a perdu près de 1600 habitants, passant de 14 326 à 13 896 âmes. Ellee n'en reste pas moins la troisième commune de l'agglomération après Metz et Montigny-lès-Metz.
Ce n'est d'ailleurs pas l'espace qui manque, puisque le bau communal est l'un des plus vaste du département, avec 1 398 hectares.
Paradoxalement, le nombre d'électeurs progresse. Alors qu'en 1995, 7 356 citoyens étaient inscrits sur les listes électorales les services municipaux recensaient déjâ 7 882 électeurs inscrits au 10 janvier dernier.

Jeudi 15 février 2001
Samedi 17 février 2001
Jeudi 22 février 2001
Vendredi 23 février 2001

Samedi 24 février 2001
 

formation et armement des agents pour intervenir sur tous les flagrants délits de jour et de nuit.
- Une solidarité entre les générations : réalisation de structures d'accueil pour la petite enfance et pour le 3e âge, ainsi que 1'aide et assistance à domicile.
- Une solidarité dans la recherche d'emploi : mobilisation de chaque demandeur d'emploi, bilan, remise à niveau, formation qualifiante, insertion par l'économique en lien avec les entreprises.
- Une qualité de vie retrouvée et un environnement protégé : la tranquillité publique à l'Est, le rattrapage de 24 ans de retard d'investissement à l'Ouest, les transports en commun, l'embellissement et la sauvegarde des espaces verts.
« Par une gestion maîtrisée et responsabilisée, par une intercommunalité bien négociée, nous voulons redresser la situation à Woippy. La ville a les moyens : sa jeunesse, sa situation géographique, sa réserve foncière, son tissu économique et ses recettes fiscales. Notre liste a ce qui manque à la municipalité actuelle : la cohérence, la proximité, la volonté et l'efficacité.

 
Voici la composition de la liste Agir ensemble pour Woippy :
1. François Grosdidier, 40 ans, cadre dans l'industrie mécanique, vice-président du conseil régional (Le Rucher) ; 2. Gabriel Crippa, 49 ans, chauffeur, conseiller municipal (Saint-Eloy) ; 3. Marie-Louise Kuntz,40 ans, chef d'entreprise (Village) ; 4. Alain Mertz, 45 ans, agent maîtrise SNCF (Route de Briey} ; 5. Marie-Bernadette Charbonnier, 44 ans, fonctionnaire civile dans la défense nationale (Saint-Rémy) ; 6. Carole Astié, 34 ans, mère au foyer (Le Moulin).
7. Jean-Claude Drouard, 60 ans, retraité, conseiller municipal (Cité Le Martet-Canadien) ; 8. Joseph Agius, 55 ans, cadre dans l'industrie électro-technique (Quatre-Bornes) ; 9. Nathalie Sadler, 30 ans, mère au foyer (quartier de l'Hôtel de Ville) ; 10. Erfane Chouikha, 26 ans, étudiant en 3e cycle universitaire (Boileau-Pré-Génie) ; 11. Marylène Decet, 45 ans, retraitée de l'administration (quartier du Roi) ; 12. Laurence Burg, 34 ans, demandeuse d'emploi (Village).
13. Alain Pierret, 44 ans, mécanicien de maintenance (Boileau-Pré-Génie) ; 14. Patrick Pierret, 41 ans, agent territorial (Les Chavées) ; 15. Huguette Henry, 73 ans, retraitée, conseillère municipale (Quatre-Bornes) ; 16. Amanda Adam, 43 ans, mère au foyer (Saint-Eloy) ; 17. Amédée De Ladonchamps, 75 ans, ingénieur agricole en retraite, conseiller municipal (Ladonchamps) ; 18. Annie Peratte, 44 ans, sans profession (Le Patis).
19. Maurice Lahaire, 74 ans, commerçant retraité, conseiller municipal (Village) ; 20. Adil Belgaid, 30 ans, sportif de haut niveau (Boileau-Pré-Génie) ; 21. Martine Castanier, 52 ans, secrétaire d'intendance dans l'Education nationale (Village) ; 22. Françoise Steff, 34 ans, enseignante (Village) ; 23. Jean-François Meyer, 56 ans, chauffeur livreur (Boileau-Pré-Génie) ; 24. Catherine Michel, 42 ans, assistante de direction (Village).
25. Jean-Louis Perrin, 45 ans, contrôleur du trésor (Quatre-Bornes). 26. Sandra Gony, 28 ans, mère au foyer (quartier de l'Hôtel de Ville) ; 27. Bernard Humbert, 52 ans, laborantin industriel (Le Rucher) ; 28. Marie-Josée Sallca, 25 ans, mère au foyer (Les Chavées) ; 29. Abdelmadjid Maouche, 40 ans, chauffeur routier (Quartier de l'Hôtel de Ville) ; 30. Thérèse Pillois, 66 ans, retraitée (Quatre-Bornes).
31. Magalie Seguin, 35 ans, cadre (Saint-Eloy) ; 32. Jean-Pierre Popieu1, 31 ans, dessinateur industriel (quartier de l'Hôtel de Ville) ; 33. Chantal Schuster, 42 ans, catéchiste (Bellevue).

Mercredi 28 février 2001

Vendredi 2 mars 2001


Samedi 3 mars 2001

Mercredi 7 mars 2001


Lundi 12 mars 2001


Mardi 13 mars 2001

Jeudi 15 mars 2001


Lundi 19 mars 2001


Mardi 20 mars 2001


Tracts distribués pendant la campagne, mars 2001 : - clic -



Lundi 26 mars 2001
Nouveau maire, François Grosdidier met le cap sur la sécurité
François Grosdidier, nouveau maire de Woippy, pratique la voile en Bretagne et sur la côte atlantique. Mais il a gagné en solitaire dans la dernière régate : celle de maire. Il a annoncé qu'il tiendrait fermement la barre, surtout par gros temps. Un œil sur le cap et l'autre sur l'équipage !
   Le nouveau conseil municipal est en représentation sur la scène de la salle des fêtes devant plus de trois cents personnes attentives, dont de nombreux parents et amis des nouveaux adjoints et conseillers.
   Pour la troisième fois, depuis qu'il est entré à la municipalité, Amédée de Ladonchamps présidera cette élection du premier magistrat et de ses adjoints. Le doyen du conseil affirmera que la page est tournée vers l'avenir, que l'équipe municipale appliquera son programme, sans que la ville soit coupée en deux et hors tous les extrémismes. Mais le respect des personnes n'empêche pas de combattre pour ses idées et contre celles des autres. »
Seul candidat
   Deux scrutateurs, les benjamins du conseil. Mme Genet et M. Erfane Chouikha, ayant été choisis dans chaque liste, l'heure était venue de passer à l'élection du maire et de ses neuf adjoints. Seul à se présenter au fauteuil de premier magistrat, François Grosdidier fut élu maire par 27 voix et six abstentions.
   Très applaudi et visiblement ému, il commença par rendre un hommage républicain à son prédécesseur Jérôme Prache, à toute l'équipe sortante et à remercier les Woippyciens, qui lui firent confiance. Une prise de relais discrète mais volontaire pour ne pas dire musclée dans le propos. « Je ne reviendrai pas sur la dureté et la brutalité de cette campagne électorale, si ce n'est pour faire une confidence et une recommandation. » La confidence, c'est qu'il en fallait plus pour ébranler un homme qui a tout juste 40 ans mais qui se dit « blindé » par la vie et la politique. Il rappellera au passage qu'il fut élu député de cette circonscription à 32 ans, en surfant sur la vague bleue, qui déferla sur la France. « Une belle victoire politique, mais celle de dimanche n'est pas politique. Elle est humaine. Simplement et formidablement humaine. Parce que c'est aussi la formidable aventure d'une équipe de tous les quartiers, de toutes conditions, de toutes origines, de toutes religions et opinions, qui s'étaient parfois opposés ou souvent pas compris. Ils ont réussi ensemble au-delà de leurs espérances les plus folles. »
A l'écoute
   Fin de la confidence, on passe à la recommandation : réconsilier la ville avec elle-même et les habitants entre eux, dans une volonté de dialogue et d'ouverture. « Woippy a besoin de concorde et de mouvement et les habitants doivent s'y sentir mieux ensemble. » Le nouveau maire propose une sorte de charte en plusieurs points, où on parle beaucoup de sécurité : Woippy ne sera plus la ville du deal et de la prostitution. La municipalité prendra toutes ses responsabilités dans la cadre des lois.
   François Grosdidier prône l'égalité de tous dans les domaines du social, de l'emploi, du sport et de la culture, des transports, de l'exercice du culte dans le respect des principes fondamentaux de la République. Il insistera sur une politique meilleure de la politique meilleure de la petite enfance, du 3e Age, sur la transparence de l'utilisation de l'argent des impôts locaux. Des droits mais aussi des devoirs ! « Je serai un maire à l'écoute du quotidien, un maire ouvert sur l'agglomération. »
   Le budget, qui sera discuté le 6 avril, sera de transition, poursuivant la politique de modération fiscale mais avec deux priorités : le triplement de la police municipale et la dynamisation de la politique de la jeunesse.
   Avant la mise en place du « gouvernement » de Woippy et la remise des clefs de l'hôtel de ville par le maire sortant, Jérôme Prache, René Leucart (PS) pour l'opposition félicita le nouveau maire et lança un appel à la raison et à l'intelligence : « Il vous faut rassembler. Vous devrez répondre aux sollicitations de tous. » Un bon début, de bonnes intentions pour aller vers un Woippy plus solidaire, plus convivial, ouvert à toutes les bonnes idées, bonnes volontés, d'où qu'elles viennent. Y compris de l'opposition !

Richard Bance.


Les adjoints
Maire : François Grosdidier.
1er adjoint : Gabriel Crippa, délégué au personnel, au logement et président du Conseil de St-Eloy.
2e adjoint : Marie-Louise Kuntz, déléguée aux affaires sociales.
3e adjoint : Alain Mertz, délégué à la sécurité.
4e adjoint : Marie-Bernadette Charbonnier, déléguée aux affaires scolaires.
5e adjoint : Carole Astié, déléguée à la culture et à la vie associative.
6e adjoint : Jean-Claude Drouard, délégué à l'urbanisme, à la voirie et à la circulation.
7e adjoint : Joseph Agius, délégué aux travaux et au patrimoine.
8e adjoint : Nathalie Sadler, déléguée aux fêtes et cérémonies.
9e adjoint : Erfane Chouikha, déléguée à l'intégration et à la politique de la ville.

Conseillers délégués
Marylène Decet : médiation et présidente du quartier du Roi.
Laurence Burg : emploi, entreprise et insertion.
Alain Pierret : cadre de vie et espaces verts.
Adil Belgaid : contrat éducatif local (CEL).
Jean-Louis Perrin : finances.
Conseillers subdélégués
Huguette Henry : chargée du 3e Age
Françoise Steff : chargée de la petite enfance
Maurice Lahaire : travaux et patrimoine
Martine Gastanier : affaires scolaires.

Les rendez-vous
Les commissions seront constituées le 2 avril, les conseils de quartier de St-Eloy, Boileau-Pré-Génie et du quartier du Roi seront installés le mardi 3 avril et le budget sera abordé le vendredi 6 avril.

Samedi 31 mars 2001



Mercredi 4 avril 2001



Jeudi 5 avril 2001


Jeudi 19 avril 2001



Vendredi 20 avril 2001

 
Samedi 21 avril 2001

 

Année 2002

(en cours )

| Retour menu : La ville de Woippy | Haut de page | Page précédente : 1990 | Page suivante : ... |

raconte-moi-woippy Retour menu