raconte-moi-woippy Retour menu

  Dernière mise à jour : 9 novembre 2012

Presse locale : Informations, Faits divers, Courriers, Annonces ( 1935 )

Journaux consultés et abréviations utilisées Sources
Le Lorrain (LL)
Le Messin (LM)
 
  Les journaux consultés sont issus des collections de la Bibliothèque-Médiathèque de Metz-Pontiffroy, des Archives municipales de Metz et des Archives départementales de la Moselle.
(références disponibles sur place)

| Année précédente (1934) | Année suivante (1936) |

Année 1935

Vendredi 4 janvier 1935
Vol.
– Au cours de l’avant-dernière nuit, des malfaiteurs ses ont introduits chez M. Domer, directeur de l’usine de Sainte-Agathe, et se sont approprié sept poules. Le vol ne fut constaté qu’au matin et bien que les voleurs soient encore inconnus, certains indices laissent supposer une bonne piste. Le vol est d’autant plus important qu’il s’agit ici de poules sélectionnées. (LL)

Samedi 5 janvier 1935
U.N.C.
– M. Eugène Simon qui vient de donner sa démission de trésorier de la section de Woippy, a quitté volontairement le comité et la section ; il prie en conséquence, les camarades de ne plus s’adresser à lui pour les renseignements concernant l’U.N.C.
Echos. – Prochainement une exposition de menu bétail sera organisée ; celle-ci serait la bienvenue pour de nombreux éleveurs.
– Le Radio-Club vient d’organiser tout récemment un service de montage et de modification d’antenne gratuit ; on peut s’adresser chez le secrétaire ou chez M. Gille, chargé par le comité d’effectuer ces travaux.
– Au cours des jours de Nouvel-An, la distribution du courrier a donné toute satisfaction. Un bravo à nos deux facteurs. (LL)

Jeudi 10 janvier 1935
Section de l’U.N.C.
– L’assemblée générale de la section aura lieu le dimanche 13 janvier, à 15 h. précises, dans la salle du café de la Gare.
Les camarades A.C. sont invités à apporter leurs cartes de membres pour l’apposition des timbres de cotisations 1935. (LL)

Dimanche 13 janvier 1935
Ligue Patriotique des Françaises.
– A la dernière réunion organisée jeudi dernier par la Ligue Patriotique des Françaises, presque toutes les adhérentes y assistaient, sous la présidence de Mlle Gadelle. Ardente conférencière, Mlle Louis fit, en toute compétence, une excellente causerie sur la vie de l’œuvre de Don Bosco. Cette causerie fut rendue plus attrayante par quelques projections cinématographiques.
Les ligueuses décidèrent d’autre part de se rendre en groupe à l’assemblée générale qui aura lieu le 18 janvier, à Longeville-lès-Metz.
Cinéma paroissial. – Aujourd’hui, à 15 heures et à 20 heures, un grand film policier en deux parties : « Vidocq », avec René Navarre. Au programme : « Chinoiserie », comique avec Paul Parrot ; Pathé-Revue : Louvain et Malines.
Société « Le progrès ». – La Société est heureuse de féliciter deux de ses membres qui, dimanche dernier obtinrent, en présence des plus hautes autorités civiles, deux diplômes des plus enviables. M. Simon se vit attribuer un diplôme d’honneur pour l’aide apportée à l’Exposition internationale d’aviculture, et Mme Galleron un diplôme de premier prix pour ses sujets exposés.
Avis. – Il est rappelé que l’alignement des tombes dans le nouveau cimetière est obligatoire. Les intéressés qui ne de seraient pas soumis à cette prescription et n’auraient pas fait faire les travaux nécessaires avant le 1er mars, seraient redevables des frais à la municipalité pour les accomplir. (LL)

Lundi 14 janvier 1935
Assemblée générale de l’U.N.C.
– Hier dimanche, 13 janvier, à 15 h., dans la salle des fêtes du Café Fléres, s’est tenue l’assemblée générale de l’U.N.C. Environ 180 membres de Woippy et des alentours avaient répondu à l’appel du comité organisateur. M. Sechehaye, président de la section, ouvre la séance en remerciant les membres d’avoir répondu en si grand nombre à son appel. Il donne ensuite un compte rendu détaillé de l’activité et de la prospérité de la section au cours de l’année écoulée. Il passe ensuite la parole à M. Gardeux, le secrétaire très actif, qui a assuré pendant toute l’année la fonction de vice-président. Plus de 350 lettres ont été envoyées par le secrétaire.
Le compte rendu financier très détaillé est donné par M. Sechehaye, en place du trésorier, démissionnaire. Toute la comptabilité a été soumise à un comptable et pointée par les membres du comité. Les recettes se montent à 4.515 fr. Trente secours d’une somme globale de 3.500 fr. ont été versés au cours de l’année, ainsi que 25 primes de naissance, d’un total de 1.250 fr. La collecte organisée par le comité de l’U.N.C. pour le monument du Roi Albert 1er a rapporté 209 fr.
Puis l’assemblée procède à l’élection d’un tiers sortant. (LL)

Mercredi 16 janvier 1935
U.N.C. – Lors de la dernière assemblée générale de dimanche dernier, les quatre membres sortants du comité furent réélus à une belle majorité. Entrèrent également au comité : MM. Tiné et Buzy Charles (avec possibilité pour ce dernier, habitant Lorry-lès-Metz, de se destituer en faveur de M. Bader).
La composition du comité pour 1935 sera la suivante : Président : M. Sechehaye ; vice-président : MM. Trimbour, Mangenot-Mayot Alfred, Lamort Auguste ; secrétaire : M. Gardeux ; trésorier : M. Tiné. Assesseurs : MM. Chareau Charles, Gény Charles, Mangenot Augustin, Hennequin Eugène, Natier Lucien père, Lurion Auguste, Bogenez, Bombardier, Schmeiser, et Mme Brice, au nom des veuves de guerre, Glad Adrien, Pette Emile.
Pour l’année en cours, la comptabilité est confiée à M. Stablo, secrétaire de Mairie. (LL)

Vendredi 18 janvier 1935
Société « Le Progrès ».
– Samedi prochain, aura lieu au café du Commerce une grande réunion. Une causerie très intéressante sera faite par un éminent éleveur ; plusieurs sujets seront traités ; une grande tombola clôturera cette soirée. Les membres de la Société, ainsi que tous les petits éleveurs sont invités, ils y trouveront le meilleur accueil.
Cinéma paroissial. – Dimanche, à 15 h. et 20 h., sera donné au Cinéma paroissial le grand film : « Vidocq ». Au programme : « Beaucitron a du flair », comique, interprété par Harry Pollard ; Pathé-Revue. (LL)

Samedi 19 janvier 1935
Vol.
– Des cambrioleurs se sont introduits dans la soirée d’avant-hier chez M. Adolph Evrard, demeurant route de Thionville, à Maison-Neuve, près de Woippy. Ils emportèrent des articles de lingerie, des vêtements, bibelots, etc. C’est en entrant chez lui, vers 18 h. 30, que M. Evrard constata tout d’abord le désordre le plus complet dans lequel les pièces avaient été mises, puis la disparition de nombreux objets : un portefeuille contenant des cartes d’identité, papiers d’affaires, a été retrouvé vidé de son contenu, les différentes pièces étant éparpillées sur les tables ou le parquet. Les voleurs sont inconnus, néanmoins un indice : à l’heure du vol, une voiture automobile stationnait devant l’immeuble de M. Evrard. (LL)

Mercredi 23 janvier 1935
L’assemblée générale de la Société « Le Progrès »
a eu lieu samedi dernier, au café du Commerce. Près de cinquante petits éleveurs sont inscrits à la section, et bon nombre étaient présents. Après le compte rendu moral donné par l’actif président, M. Mangenot-Neu Alfred, une causerie fut faite par le secrétaire, puis décharge est donnée au trésorier, dont la caisse accuse un excédent de plusieurs centaines de francs. M. Mussot, secrétaire du groupement, traite un sujet général d’horticulture et d’aviculture. Le comité sortant est réélu à mains levées. Le président propose alors trois membres, qui sont élus avec une belle majorité. Avant la fin de la séance, des billets de tombola sont remis gratuitement et M. Kocher gagne un beau lapin.
Société d’horticulture. – La Société d’horticulture et des jardins ouvriers de France, groupement de Woippy, a reçu les premières adhésions. C’est M. François qui est délégué local ; pour obtenir tous renseignements, on peut s’adresser à M. François, ou au président de la Société d’aviculture.
Concours de belote. – Un grand concours de belote réunira samedi prochain, à 20 heures, les fervents du jeu de cartes. Les prix offerts par M. Natier, café du Commerce, sont superbes et originaux. (LL)

Jeudi 24 janvier 1935
- Calendrier des fêtes de l’année.
– Sur invitation de M. Sechehaye, maire de Woippy, avait lieu, dimanche dernier, une réunion des délégués des Sociétés, en vue de fixer le calendrier des fêtes. Etaient présents : MM. Feltz et Gille pour les sapeurs-pompiers, Bach pour le Radio-Club, Mangenot Alfred pour le Souvenir Français, Mangenot-Neu Alfred pour la Société « Le Progrès », Kopp pour l’Union, Gardeux pour l’U.N.C., Jungling pour la Relève et l’Espérance ; d’autre part, plusieurs personnalités assistaient à cette réunion.
C’est le 16 juin qu’aura lieu le fête des fraises, et les différents bals et soirées auront lieu : le 3 mars pour la « Relève », le 5 mars pour le « Progrès », le 31 mars pour l’Union, le 10 juin pour le Radio-Club, le 30 juin pour les sapeurs-pompiers, le 7 juillet pour l’Union, le 14 juillet pour l’Espérance, le 11 novembre pour le Souvenir Français et l’U.N.C., le 24 novembre pour l’Union, le 1er décembre pour les sapeurs-pompiers, le 31 décembre pour les Anciens Combattants et la Relève.
A ces différentes soirées il faudra ajouter de nombreuses manifestations telles que théâtre de l’Union, revue de l’Union, matinée enfantine organisée par le Radio-Club à la Saint-Nicolas, la fête patronale, la petite-fête, les Relève-selles, etc.
- Section de l’U.N.C. et Relève. – Les camarades des sections d’U.N.C. et de la Relève de Woippy et des environs sont priés de s’adresser, pour toutes questions concernant des pièces officielles ou les demandes de secours, soit au président, soit au camarade Gardeux, soit au nouveau trésorier en fonction, M. Tiné.
Ils sont invités à se mettre en règle le plus tôt possible pour le paiement de leurs cotisations 1935, et à réclamer le timbre correspondant à leurs versements à apposer sur leurs cartes. Les numéros 438, 614, 618, 645, 660, 693, 788, du 31 décembre sont à la disposition des intéressés à la Mairie de Woippy, aux heures d’ouverture des bureaux jusqu’au 15 février inclus. (LL)

Jeudi 31 janvier 1935
Assemblée générale du Radio-Club.
– Dimanche prochain aura lieu au café Bader, à 17 h., la réunion générale du Radio-Club. Le comité qui s’est efforcé de faire du bon travail, donnera le compte rendu financier et moral, puis aura lieu l’élection du comité. Toutes les personnes s’intéressant à la T.S.F. sont cordialement invitées. (LL)

Vendredi 1er février 1935
Syndicat des producteurs de fraises.
– Le Syndicat des producteurs de fraises invite tous ses membres à assister à la grande réunion qui aura lieu dimanche prochain, à 15 h. très précises, au Café du Commerce. L’ordre du jour est extrêmement important. (LL)

Dimanche 3 février 1935
Conférence.
– Cet après-midi, à 7 h., au Café Bader : Conférence sur la téléphonie sans fil et plus particulièrement sur l’émission.
U.N.C. – Tous les camarades de la section U.N.C et les jeunes de la Relève, sont invités à assister à une réunion qui aura lieu le 6 février prochain, à 20 h. précises, salle Natier, pour la commémoration de la soirée du 6 février 1934 et le vote de l’ordre du jour proposé à ce sujet par l’U.N.C.
Les membres de la section qui n’ont pas encore versé leur cotisation 1935 sont invités à le faire le plus rapidement possible ; il leur est rappelé qu’il est indispensable d’appartenir à une section d’un groupement ayant son siège dans les départements recouvrés et lui-même affilié à un groupement national pour pouvoir jouir des avantages accordés aux A.C. et que, d’autre part, les secours et subventions ne peuvent être versés qu’aux camarades parfaitement en règle au point de vue cotisation.
Il ne sera pas envoyé de convocations individuelles pour cette réunion. (LL)

Mardi 5 février 1935
Assemblée générale du Syndicat des producteurs de fraises.
– Presque unanimement, les membres avaient répondu à l’invitation adressée par le comité du Syndicat des producteurs de fraises.
A 15 heures, M. Kopp, président actif, ouvre la séance. Il remercie le maire de Woippy, M. Sechehaye, qui avait bien voulu honorer l’assemblée de sa présence, et adresse ses plus vifs remerciements à M. de Ladonchamps, qui a apporté toute sa collaboration au Syndicat. Après quelques paroles de bienvenue prononcées par MM. Kopp et de Ladonchamps, le trésorier donne le compte rendu financier. La gestion, au cours de l’année 1934, a été bonne, et l’assemblée approuve le bilan. Certains membres sont surpris de la démission de M. Michaux, qui indique les raisons pour lesquelles il quitte les fonctions de trésorier que, depuis douze ans, il assurait. Sur intervention de quelques membres, M. Kopp donne des précisions quant à l’organisation intérieure, puis la séance est suspendue pendant quelques instants. Le plébiscite sarrois et ses conséquences pour les producteurs de fraises, figurait à l’ordre du jour. Le sujet sera traité par M. de Ladonchamps, qui parlera tant en qualité de producteur que de président de l’Union des Syndicats. Depuis plusieurs années déjà, M. de Ladonchamps traitait de la question sarroise et de ses conséquences sur l’économie mosellane et la production fraisière ; il relit entre autres le résumé paru dans la « Terre Lorraine » en 1931, sur une étude traitée par lui. M. de Ladonchamps rappelle qu’il n’est pas impossible que, cette saison, soient expédiées des fraises en territoire allemand, et que malgré les règlementations très strictes existant en Allemagne, les plus grosses difficultés peuvent être surmontées. C’est dans un sens favorable que les premières interventions ont été faites par la Confédération des Syndicats près l’Office national d’alimentation en Allemagne, qui, les questions douanières écartées, exigerait de l’importation des fraises, l’origine, la qualité, les garanties sanitaires et des conditions de prix.
M. de Ladonchamps insiste sur l’importance à conserver actuellement les débouchés sarrois tout en s’assimilant les marchés de l’intérieur.
Un appel à l’union de tous les producteurs termine cet intéressant exposé.
Concours de belote. – Samedi prochain, à 20 heures, aura lieu au Café du sympathique M. Albert Mangenot, rue de Metz, un grand concours de belote qui sera doté de nombreux prix, dont trois petits cochons.
Inscriptions pour ce concours au Café même ; dernier délai : mercredi soir, à 18 h.
Présence des joueurs inscrits à 19 h. 30.
Avis aux amateurs, et tous au rendez-vous chez Albert. (LL)

Jeudi 7 février 1935
Les vieux se réveillent.
– Dis, Charles, tu n’as pas encore vu Eugène ? – Non, pourquoi ? – Parce qu’il paraît qu’il fallait qu’Albert marie Marie pour apprendre à beloter.
A cette occasion, Albert offrira un grand concours de belote samedi soir, le 9 février, à 20 heures précises. Et ce n’est pas tout. Ces ont ses prix qui seront intéressants : premier, deuxième et troisième prix, un petit cochon ; quatrième, un coq ; cinquième, une poule ; sixième et septième, une bouteille de champagne ; huitième et neuvième, une bouteille de mousseux ; dixième, une bouteille de vin, etc…, et, au joueur qui totalisera le plus petit nombre de points, une grande surprise.
Alors, nous irons tous chez bon vieux Albert. Un qui n’y manquera pas.
Assemblée générale du Radio-Club. – L’assemblée générale du Radio-Club de Woippy et environs se tenait dimanche dernier au Café Bader. Tous les sans-filistes avaient été invités à cette réunion.
Vers 17 heures, le président du comité provisoire ouvre la séance et souhaite la bienvenue. Puis le compte rendu financier est présenté ; malgré de fortes dépenses, la caisse accuse un léger excédent.
La formation du comité définitif attribue les différentes fonctions comme suit : présidence d’organisation, M. Simon ; présidence technique, M. Schweitzer ; vice-président, M. Gille ; secrétaire, M. Bach ; trésorier, M. Kopp ; assesseurs, MM. Dusselle Emile et Bader. Assureront les fonctions de délégués : pour Lorry-lès-Metz, M. Calmé ; pour Saint-Remy, M. Morbach.
A l’ordre du jour figurait une causerie par l’adjudant-chef Cochet sur le principe de l’émission et le fading.
A l’issue de l’assemblée, il fut décidé que le service de dépannage entrait en fonction dès cette date, bien que trois dépannages gratuits aient été effectués dans ces deux dernières semaines ; que l’intervention à l’inspection des P.T.T. s’imposait si, dans un très bref délai, il n’était donné suite aux doléances et droits de ses membres en ce qui concerne des perturbations radiophoniques ; que la fête du lendemain de Pentecôte serait organisée par MM. Simon et Gille ; que la visite du champ et du poste émetteur de Frescaty aurait lieu au cours de ce mois.
« L’Union ». – La section de théâtre de l’« L’Union » donnera, dimanche prochain, une grande séance théâtrale dans la salle du café Boulanger. (LL)

Dimanche 10 février 1935
Action catholique.
– L’Action catholique organise aujourd’hui une grande réunion dans la salle du patronage. Le R.P. fera une conférence avec projection sur les colonies françaises, et en particulier sur le Ce. Les dames et messieurs sont invités à cette réunion qui aura lieu à 15 heures et qui promet d’être très instructive et très intéressante.
Grande soirée théâtrale. – Depuis près de deux mois, les artistes de la section théâtrale de « L’Union » s’étaient préparés à la grande représentation théâtrale qui sera donnée ce soir dans la salle du Café Boulanger.
Au programme « Les gaietés de l’escadron », de Courteline, scènes comiques, musique de la fanfare, etc.
Cette grande soirée promet d’obtenir un succès sans précédent.
Grand concours de belote. – M. Charles Fleres se fait un plaisir d’annoncer à ses fidèles clients et amis qu’il organisera le samedi 16 courant, un grand concours de belote doté de nombreux prix utiles et de valeur. Les inscriptions sont prises dès maintenant par l’ami Debs, qui donnera aux intéressés tous les détails demandés. (LL)

Mardi 12 février 1935
Grande réunion de l’Action Catholique.
– Dimanche après-midi eut lieu dans la salle du patronage une grande réunion organisée par la section locale de l’Action catholique. Cette manifestation eut le succès espéré. L’abbé Guénot, dès 15 h., ouvre la séance et souhaite la bienvenue à tous et remercie sincèrement le R.P. Bernard qui aussitôt prend la parole. Le R.P. Bernard établit une documentation vivante sur la genèse de son œuvre missionnaire et la conférence qui est faite est d’autant plus intéressante, instructive, qu’elle est accompagnée de projections lumineuses qui nous transportent sur les terres éloignées du Cameroun. Le but poursuivi par le missionnaire, sa vie avec ses vicissitudes et ses espérances seront les sujets traités devant un auditoire qui évidemment à l’issue de la séance lui réserve ses chauds applaudissements.
L’abbé Guénot demande à tous d’apporter leur soutien moral et matériel à l’œuvre des missions et notre bon curé, par quelques paroles de remerciements termine cette séance.
Grande soirée théâtrale de l’Union
L’Union donnait, dimanche soir, sa deuxième grande soirée hivernale. Point n’était besoin d’être devin pour prédire le plus complet succès que devait avoir cette soirée ; celui-ci lui était acquis par avance, et la représentation de la grande revue militaire en 3 actes et 9 tableaux « Les gaîtés de l’Escadron » fut la consécration de ce que l’on attendait.
Que dire de cette soirée magnifiquement réussie grâce surtout à l’impulsion d’organisateurs infatigables ? Le tout fut très bien joué parce que très bien préparé par MM. Sechehaye et Lamort ; mais n’oublions pas d’adresser une mention spéciale à Mlle Marguerite Mangenot avant de féliciter toute la troupe, la fanfare, qui nous exécuta plusieurs morceaux bien réussis, les artistes qui firent si bien sortir la verve étincelante de l’auteur, depuis le général jusqu’au potiron au nez rond comme un marron. (LL)

Vendredi 15 février 1935
Producteurs de fraises.
– Que les producteurs de fraises, qui dans quelques mois vont se remettre à leurs travaux de culture, nous permettent ce petit avis. Celui-ci concerne les plants de fraisiers ; les solliciteurs sont de tous temps ; ceux dont nous voulons parler, n’ont même pas attendu les repiquages ; ceux qui se présentent aux producteurs de fraises et désirent obtenir des plants dans un but commercial surtout, doivent être refoulés par tous ceux qui considèrent que c’est grâce à un ardent travail et une sélection approfondie au cours de nombreuses années, qui ont permis d’obtenir des variétés à caractères distinctifs et appréciés. Dans un journal édité en Alsace, un annonceur publie ses offres de plants de fraisiers qu’il garantit de Woippy d’origine. D’où viennent ces plants ? C’est ce que se demandait un producteur qui dans un catalogue avait été surpris de trouver en tête de liste une variété dite « Fraise de Bellevue » ; nous connaissons la « Belle de Woippy » mais pas celle-là. Une étude plus approfondie de ce dernier cas prouve qu’il s’agit ici d’une expédition faite par un producteur de Bellevue, village limitrophe de Woippy, et dont sans doute les quelques plants furent mis en pépinière pour multiplication et ainsi permettre, à Strasbourg, la vente de plants de notre localité.
Evidemment, la vente des plants de fraisiers est entièrement libre, mais si les résultats sont favorables en ce qui concerne la publicité, ils le sont aussi pour la concurrence ; que les membres du syndicat s’en remettent aux statuts quant aux réglementations concernant les plants de fraisiers, les autres producteurs devront s’en tenir à eux-mêmes.
A l’« Union ». – L’assemblée générale de l’Union aura lieu le samedi 23 février, à 20 heures, salle Natier.
Théâtre-Revue. – Cette année encore, la Société sera en mesure de donner sa grande revue annuelle. La distribution des rôles aura lieu mardi, 19 février, à 20 h., salle Boulanger.
Carnet rose. – Messieurs Lucien Méline et Emile Lamort, deux membres dévoués de l’Union, viennent d’être les heureux papas, le premier d’une petite fille, Josette ; le second, d’un petit garçon, Claude. Nos sincères félicitations et nos meilleurs vœux. Le Comité.
Solidarité française. – Les habitants de Woippy et des environs sont invités à assister à la réunion non contradictoire, organisée par la Solidarité française, section de Metz, dimanche prochain, le 17 février, à 16 heures, dans la salle du Café du Commerce. Un orateur y exposera le programme de la Solidarité française et parlera de la réforme de l’Etat.
Assemblée générale de la Relève. – L’assemblée générale de la Relève aura lieu dimanche après-midi, à 15 h., au café Boulanger. L’ordre du jour étant très important, il est indispensable que tous mes membres y prennent part. M. Burger, secrétaire des Relèves en Moselle, fera une conférence. (LL)

Dimanche 17 février 1935
La Relève.
– Le comité de la Relève tient à informer que la réunion organisée par lui, à 15 heures, au Café Boulanger, n’a rien de commun avec la réunion organisée par la Solidarité française, à 16 h., au Café Natier. Le président de l’U.N.C. prendra la parole.
Cinéma paroissial. – Au programme : « Titi Ier, roi des gosses », « Les deux petits futés » ; documentaire.
Solidarité française. – Des assemblées d’autres groupements ayant lieu aujourd’hui dans notre commune, la réunion annoncée par la Solidarité Française pour ce jour-là, est remise au dimanche 10 mars prochain. Le délégué régional. (LL)

Mercredi 20 février 1935
Réunion de la « Relève ».
– La « Relève » avait organisé dimanche dernier, sa réunion annuelle.
A 15 heures, le président, M. Lamort, ouvre la séance et souhaite la bienvenue avant d’exprimer son regret de ne pouvoir revêtir cette réunion du caractère d’assemblée générale avec élection du comité et compte rendu financier. M. Lamort remercie MM. Sechehaye, président, Gardeux, secrétaire, et Tiné, trésorier de l’U.N.C. de leur présence, puis M. Burger, secrétaire de la « Relève » en Moselle prend la parole. En termes éloquents, M. Burger trace la programme d’action de la « Relève », puis propose une réorganisation intérieure notamment la création d’une commission d’action civique et d’une commission d’action matérielle dont il définit les attributions, ainsi que l’organisation d’une grande réunion chaque mois. Cette causerie se termine par un petit exposé sur la presse des anciens combattants, puis M. Sechehaye propose la création d’une bibliothèque avec permanence.
U.N.C. – Les membres de la section sont priés de déposer leur demande concernant le renouvellement des cartes, à la mairie, et ce aux heures ouvrables.
Radio-Club. – Les membres du Radio-Club de Woippy et environs sont informés que toutes demandes de dépannage doivent être formulées par écrit et remis à un membre du comité ou délégué, qui transmettra au secrétariat. Les demandes de dépannage de pièces détachées sont prises en considération dans les mêmes conditions que les postes. Il est rappelé que toute personne peut obtenir un dépannage, mais que seuls les membres inscrits jouissent de la gratuité.
Sapeurs-pompiers. – Dimanche matin a eu lieu une inspection des membres du corps des sapeurs-pompiers ; l’état du matériel et des uniformes furent pour satisfaire le chef, M. Remiatte Emile. (LL)

Vendredi 22 février 1935
Société d’élevage.
– La Société d’élevage de menu bétail « Le Progrès » organise demain, à 19 h. 30, au café A. Mangenot, une grande réunion. A l’ordre du jour : causerie sur un sujet général d’élevage ; organisation du bal du 5 mars ; distribution des augettes ; tirage de la tombola gratuite.
Jeunesses patriotes. – Les Jeunesses patriotes, section de Woippy, donneront une première conférence, le jeudi 28 février, à 20 h., au Café Bader, salle réservée. Le délégué régional se fait un devoir d’inviter tous les nationaux à cette réunion, où il exposera le programme J.P. (LL)

Samedi 23 février 1935
Union.
– Nous rappelons que c’est ce soir, à 20 h., salle Natier, qu’a lieu l’assemblée générale de l’Union de Woippy. Les membres sont instamment priés d’y assister.
Préparation militaire. – Les jeunes gens de Woippy et des environs, désireux de suivre les cours de préparation militaire qui ont lieu à Woippy, sont priés de s’adresser d’urgence à MM. Copeaux ou Méline, dirigeants des cours, s’ils ne se sont pas encore fait inscrire. (LL)

Dimanche 24 février 1935
Cinéma paroissial.
– Représentations à 15 heures et à 20 heures. Au programme : « Le Roi des Gosses », seconde partie : un comique, un documentaire. (LL)

Lundi 25 février 1935
Assemblée générale de l’Union de Woippy.
– Plus de 190 membres composent l’Union de Woippy qui, samedi soir tenait la réunion annuelle ; bon nombre de membres avaient répondu à l’invitation qui leur fut adressée. Nous remarquons la présence de plusieurs notabilités : le maire de la commune, M. Sechehaye, assiste également à cette réunion.
Vers 20 heures, M. J. Lamort ouvre la séance, présente les excuses de M. Fabert, grippé, et après quelques paroles de bienvenue, il propose à l’assemblée de nommer M. Fabert, président d’honneur de l’Union ; cette proposition est acceptée. M. Lamort donne ensuite le compte rendu sur l’activité de l’association au cours de l’année écoulée. Les cours de préparation militaire furent bien suivis, cinq élèves obtinrent des distinctions ; les cours se poursuivent cette année.
La section de gymnastique obtint, au cours de l’année, plusieurs diplômes, notamment les pupilles qui, au concours d’Algrange, se classèrent premiers de leur catégorie, et les adultes qui, à ce même concours, se virent décerner les palmes d’argent ainsi que la médaille d’or. Les artistes des différentes soirées théâtrales furent ensuite félicités pour le talent déployé si souvent pour le succès des représentations. La grande revue aura lieu le 24 mars, et la distribution des rôles se poursuit.
Au cours de l’année, il a été également formé un club pongiste, qui prospère sous la tutelle de l’Union.
M. Lamort termine en remerciant M. Sechehaye qui paye tant de sa personne pour l’Union, puis M. Bertrand, trésorier, donna le compte rendu financier.
Pour terminer, a lieu l’élection du comité ; celle-ci est faite au scrutin secret. Voici, par ordre d’élection, quant au nombre des voix reçues, la nouvelle composition du comité : MM. Trimbour Louis, Méline Lucien, Kocher père, Lamort Julien, Kopp Pierre, Mangenot Auguste, Mangenot Alfred, Bonvier Louis, Bertrand Paul, Gusse Edouard, Remiatte, Lamort Emile, Hotz Charles, Billotte Gabriel, Natier Eugène. MM. Wilhelm et Copeaux assureront les fonctions d’instructeurs aux cours de musique et moniteurs de la section de gymnastique. (LL)

Mardi 26 février 1935
Aviculteurs.
– L’Association des éleveurs de menu bétail « Le Progrès » avait organisé une grande réunion samedi soir, au café Mangenot. Vers 20 h. 15, le président, M. Mangenot-Neu Alfred ouvrit la séance pour remercier les membres venus très nombreux. M. Mangenot traça en quelques mots le programme de travail que se propose le comité, notamment d’organiser une petite exposition locale, de demander au groupement d’apporter une critique aux sujets exposés aux cours des prochaines manifestations d’aviculture, un service d’achat aux conditions extrêmement avantageuses pour les membres.
Après ce petit exposé du président, M. Henry Léon, secrétaire de la société, fit une très belle causerie intitulée : Les animaux de races et les animaux communs. Le président remercia ensuite M. Henry pour l’admirable sujet traité avec beaucoup d’appoint, puis M. François donne encore un petit aperçu sur les jardins ouvriers de France. A l’ordre du jour figurait également l’organisation du bal du 5 mars, celle-ci fut confiée au comité et quelques membres dévoués.
Cette belle réunion dont le succès fut complet, se termina par une tombola dont MM. Petitjean, Kopp et Laroche furent les heureux gagnants, chacun d’un lapin de race.
Jeunesse patriote. – Nous apprenons qu’un certain nombre d’invitations personnelles ont été adressées pour la réunion des Jeunesses patriotes qui aura lieu jeudi soir, à 20 h., au café Bader. Les personnes qui le désireraient pourront assister à cette réunion privée en retirant une invitation à l’entrée de la salle, tous les nationaux étant admis à y participer. (LL)

Mercredi 27 février 1935
Petites nouvelles
. – La Société d’horticulture et des Jardins ouvriers de France, qui fut formée il y a un mois, compte déjà plus de 35 membres, tandis que la Société d’élevage a reçu 55 adhésions.
La Relève organisera un grand bal dimanche prochain ; son succès est certain.
Les jeunes filles du patronage préparent une grande représentation qui sera donnée en deux séances.
Les Jeunesses Patriotes prévoient une belle affluence à la conférence privée qu’ils organisent demain soir.
Une excursion au terrain de Frescaty aura lieu au début du mois prochain et se fera très probablement un dimanche matin. (LL)

Jeudi 28 février 1935
Concours de belote.
– C’est samedi soir, à 20 h., qu’aura lieu chez l’ami Bader, Café National, un grand concours de belote. Ce sera un concours certainement bien réussi, vu le nombre de beaux et intéressants prix. Les inscriptions sont reçues jusque samedi soir, à 20 h. (LL)

Samedi 2 mars 1935
Belle manifestation nationale.
– Poursuivant leur but essentiellement national, les Jeunesses Patriotes, sous la belle impulsion du délégué départemental, organisaient, jeudi soir, au Café Bader, à Woippy, une belle réunion.
Appartenant à toutes les classes de la Société, les habitants avaient tenu à répondre à l’invitation qui leur fut adressée. Nous remarquons MM. l’abbé Guénot, curé de Woippy ; Lamort A., président de l’Action catholique ; Trimbour, secrétaire de l’Action catholique ; Bach père, du comité de l’Action catholique ; Kléman, membre du conseil de fabrique ; le directeur des écoles ; Simon, inspecteur du Foyer Français ; Gardeux, secrétaire général de l’U.N.C. ; Jungling, secrétaire de la Relève ; Kopp, président du Syndicat des producteurs de fraises de Woippy ; Kieffer, de la chorale des hommes ; Michaux, Steff, etc.
Entouré de MM. Meyer, délégué de propagande en Moselle ; Keh, chef d’arrondissement ; Dastarrac et Bach, chefs de sections des Jeunesses Patriotes, M. Altmayer ouvre la séance en souhaitant la bienvenue à l’assistance et en quelques mots donne les caractéristiques du programme J.P. Puis M. Meyer, dans un exposé clair et précis, avec force talent, parlera des jeunesses de France, des jeunes si décidés à accélérer le mouvement de redressement national et qui, s’y consacrant de toute leur ardeur, de tout leur courage, donneront leur vie, même sous le signe de la révolution « nationale » pour la France. M. Meyer donne ensuite un aperçu sur les différents partis politiques et les positions des Jeunesses Patriotes envers eux ; après avoir fait le procès du communisme, il martèlera la franc-maçonnerie et le cartel, cette alliance horrible des radicaux et des socialistes.
Ne vous endormez pas dans le champ patriotique, s’écriera Meyer ; formez le front national, adhérez à notre ligue. En terminant, M. Meyer, auquel on fait une ovation, se saisit de ce remarquable exemple pour exprimer sa foi dans les destinées des Jeunesses Patriotes, dont la section de Woippy, tout récemment créée, n’en sera pas le moindre artisan.
Tous les jeunes présents et M. le Curé, par leur adhésion, donnent l’exemple de la marche à suivre, puis retentit la « Marseillaise » que toute l’assistance chantera debout.
Il est donc prouvé qu’à Woippy règne le plus pur patriotisme et qu’on y aime à entendre parler de la France.
Représentation théâtrale. – Une grande soirée récréative sera donnée dimanche prochain, à 20 h., dans la salle du patronage. Le programme a été très soigneusement sélectionné. Nous verrons sur la scène : « La Bergère de Lourdes », un grand drame en cinq actes ; « Il ne faut pas s’en faire », une comédie en un acte ; « Cinquième prix de beauté », opérette en un acte, de nombreuses chansonnettes.
Une grande soirée dansante sera donnée demain dimanche, par la Relève, dans la salle du Café Boulanger. Un orchestre de tout premier ordre a été retenu pour cette soirée, dont les batailles de serpentin, de confetti, concours de travestis seront pour animer toutes nos activités. Les membres de la relève et de l’U.N.C. amèneront tous leurs amis et connaissances. (LL)

Dimanche 3 mars 1935
Dans un calme impressionnant, les Producteurs de Fraises de la Moselle font le procès du laisser-aller et de l’incompétence

Aussi calme par l’attitude de ses participants que modérée dans l’expression de leurs sentiments, la réunion des délégués des Syndicats fruitiers et des Producteurs de fraises de la Moselle – qui s’est déroulée hier matin de 10 h. à midi à l’hôtel de la Sous-préfecture – n’en fut que plus impressionnante.
A trois semaines de la tumultueuse assemblée générale des Producteurs de blé à la salle Saint-Bernard, elle n’a pas réagi avec moins de force contre les causes profondes du marasme économique actuel, et nulle part celles-ci n’auront été plus pertinemment mises en évidence. Les qualités de mesure et de clarté qui ont été comme la marque de ces très importantes assises sont celles mêmes, et nul ne s’y est trompé, de l’infatigable organisateur et défenseur de la production fruitière en Moselle : nous avons nommé – et tenons à nommer – M. de Ladonchamps, qui présidait cette réunion dont il avait eu l’initiative. L’assistance, digne de son dévouement, était d’une rare qualité et pouvait prétendre représenter avec le maximum de probité le vieux, l’admirable fonds terrien de notre contrée. On y reconnaissait en effet, MM. les maires d’Ancy-sur-Moselle, Arry, Corny-sur-Moselle, Jussy, La Maxe, Lorry-lès-Metz, Norroy-le-Veneur, Scy-Chazelles, Woippy et Mouilins-lès-Metz ; MM. les présidents des syndicats fruitiers et producteurs de fraises d’Ancy-sur-Moselle, Arry, Lorry-lès-Metz, Lorry-Mardigny, Marieulles, Novéant-sur-Moselle, Rozérieulles, Rustroff, Semécourt, Vezon et Woippy ; des délégations des producteurs de fruits d’Ancy, Arry, Ars-sur-Moselle, Augny, Dornot, Lorry-lès-Metz, Lorry-Mardignh, Marange-Silvange, Rustroff et Semécourt ; le président du Syndicat des fabricants de conserves de fruits, le président du Syndicat des expéditeurs, etc…
Au bureau, aux côtés de M. de Ladonchamps, avait pris place M. Moncelle, député de Metz, vice-président de la Chambre, que devaient rejoindre au cours de la réunion MM. Corbedaine, sénateur, président de la Chambre d’agriculture, et Thisse, directeur des Services agricoles du département, retenus au début par d’autres obligations de leurs charges.
Tout en faisant circuler une liste de pointage des présences, M. de Ladonchamps ouvrit la séance à 10 h. 15, s’excusant de la rapidité avec laquelle il avait lancé les convocations, par la rapidité avec laquelle les événements se précipitent : lui-même n’a pas été moins de trois fois à Paris depuis le 15 janvier et doit y retourner au cours de cette semaine. Il présente les excuses de M. le Préfet, empêché par les multiples devoirs qui lui incombent, mais qui recevra cet après-midi la délégation chargée de lui transmettre les vœux de l’assemblée. Il remercie M. Moncelle, annonce la présence de M. Corbedaine et de M. Thisse, et remercie aussi les présidents des expéditeurs et des « conserveurs ».
Puis aussitôt M. de Ladonchamps entre dans le vif du sujet.
Vous avez appris – dit-il- que par suite des récents accords franco-sarrois, les fraises ne pourraient plus rentrer en Sarre pour la récolte expirant le 30 juin, qu’à raison de 150 quintaux métriques, soit six (6) wagons, et encore en acquittant des droits de 10 marks au quintal, soit 60 francs – proportion insignifiante par rapport à celle que nous exportions aux Sarrois, et situation qui nous ferme pratiquement un débouché.
A ceux qui viendraient rétorquer qu’il est bien temps de se plaindre, M. de Ladonchamps conseille de faire un retour en arrière : ils se rappelleront que dès 1930, l’organe des producteurs battait le rappel des producteurs et les conviait au regroupement indispensable pour pouvoir utilement intervenir ; qu’en 1930, à la demande des producteurs du Sud et du Nord de Metz, il est venu à Novéant pour créer le groupement qui, en 1931, commença à fonctionner près des pouvoirs publics, des administrations et aussi près des producteurs. Récapitulant quelques manifestations importantes de l’activité de cette « Union des Syndicats de producteurs de fraises », puisque tel est son nom, M. de Ladonchamps rappelle que dès 1931 elle donna avertissement de la concurrence, qui s’ébauchait alors, de la production italienne ; qu’elle généralisa cette même année l’effort vers la qualité inauguré à Woippy en 1928, grâce à ce système de fiches-étiquettes qui est devenu obligatoire depuis le 1er juillet 1934.
Les producteurs avaient prévu…
Mieux encore – pour en revenir à la situation actuelle – M. de Ladonchamps relit un extrait du compte rendu de la réunion constitutive de Novéant, montrant que déjà en 1931 les intéressés avaient été rendus attentifs aux plantations intensives de fraisiers qui s’opéraient dans les régions de Perl et de Trèves : « Cela crevait les yeux – dit-il – que l’Allemagne s’organisait pour pouvoir éliminer la Moselle quand la Sarre lui reviendrait ». Il donne lecture ensuite du bulletin qui, en juin 1933 déjà, mettait les producteurs mosellans en garde contre la fermeture éventuelle du débouché sarrois.
… mais « gouverner, c’est prévoir »
Mais alors, après avoir jeté cette interrogation : « Les producteurs ont-ils fait le nécessaire pour être organisés quand viendraient les jours difficiles ? ». M. de Ladonchamps va prodiguer, sans emphase, sans colère, sans même hausser le ton, les preuves irréfutables de l’effroyable laisser-aller, de l’effarante incompétence des personnalités chargées, après le règlement du sort de la Sarre, d’aller à Berlin traiter la question des échéances avec l’Allemagne. Celle-ci, s’étant aperçu que ce serait mécontenter ses propres nationaux, avait renoncé à fermer purement et simplement ses frontières – on sait à quel point cela lui a réussi – et les délégués français conduits par M. Bonnefon-Craponne s’en furent s’aboucher avec l’Office d’alimentation du Reich. Là, souligne M. de Ladonchamps « les organes officiels français ont toujours décidé comme s’il n’y avait pas d’organisations de producteurs ». M. de Ladonchamps rend par contre hommage à la Chambre d’agriculture de la Moselle, qui resta en rapport avec nos délégués.
De son côté, la Confédération générale française des producteurs de fruits et légumes avait elle aussi envoyé une délégation à Berlin pour s’y aboucher avec les intéressés et passer des accords concrets.
Convoqué à Paris le 15 janvier, M. de Ladonchamps eut à documenter cette délégation sur la situation des fruits exportés durant les années précédentes, vu que les organismes allemands s’étaient révélés remarquablement documentés. La délégation de la Confédération générale retourna ensuite à Berlin. Ce fut entre autres choses pour s’y heurter, en ce qui concerne les fraises, à l’interdiction des autorisations de transit par l’Allemagne, prise par décret du 23 février 1932 et motivée par les précautions à prendre contre le… doryphore.
L’Allemagne veut s’affranchir de la production fruitière française
En fait, et M. de Ladonchamps en administrera mainte preuve – tout était préparé de longue main pour affranchir l’Allemagne de la production fruitière française. On voyait depuis 1928 ses importations diminuer considérablement : en 1931 elle ne prenait plus que le tiers de 1928…
Quand les délégués des organisations allemandes vinrent à Paris les 19, 20 et 21 février 1935 , la Chambre d’agriculture de la Moselle en fut avisée par la Confédération française des producteurs : M. de Ladonchamps, arrivé le 20 à Paris, y prit dès l’après-midi un premier contact avec les Allemands – les mêmes, notons-le bien, que nos délégués avaient rencontrés à Berlin. Ceux-ci déclarèrent froidement qu’ils ne seraient preneurs que de ce qui leur manquerait, et encore à condition que les prix ne soient pas inférieurs aux leurs afin de ne pas « deruttieren » leur marché. Ils précisèrent qu’ils seraient preneurs de pommes tardives et de pommes à boisson « pour 1935 encore… Quant aux mirabelles, la question se révélait avec « wenig Möglichkeit ».
Enfin, comme ils ne se décidaient pas à mettre la question des fraises sur le tapis, M. de Ladonchamps, stylant M. du Fretay qui présidait la délégation de la Confédération française, fit aborder celle-ci – et le premier mot du chef de la délégation allemande fut « keinerlei ». Le digne porte-parole de la cause allemande ne se fit d’ailleurs pas prier pour commenter ce mot. « L’Allemagne, dit-il, s’est organisée pour assurer sa production ; en cas de déficit, elle pourrait prendre en France autant qu’elle prend en Hollande. Fixé sur les exportations hollandaises de fruits, M. de Ladonchamps suggéra d’en prendre autant qu’en Hollande et Italie réunies. A quoi le délégué allemand répondit : « Oui, mais à condition que vous soyez mieux organisés que les autres régions », et sans s’expliquer davantage.
Le lendemain 21, la question des fruits fut posée à nouveau. La dérogation que l’on envisageait aux entrées de fruits en Allemagne, dans les pourparlers officieux, haussait la quantité des fraises à… 350 quintaux (Une voix dans la salle : « C’est zéro pour nous ! »). « Des pourparlers officiels, nous n’avons pu savoir absolument rien, dit M. de Ladonchamps ; nous n’avons pas su non plus comment on motivait ces 350 quintaux ».
Comme nos délégués exprimaient qu’après le rattachement de la Sarre il serait plus normal d’admettre, à titre transitoire, des facilités d’importation plus libérales, le représentant allemand déclara en français : « C’est déjà contre notre volonté que depuis deux ans les fraises de Hollande et d’Italie sont entrées en Allemagne, car l’Allemagne en produit suffisamment. Nos producteurs du Palatinat n’ont même pas pu écouler toute leur production ! Quand l’Allemagne n’aura pas assez de ses propres produits, l’Allemagne vous en prendra volontiers ».
Le même représentant expliqua ensuite que l’Allemagne prenait en Hollande, et en Italie des fraises plus précoces que les nôtres. A M. de Ladonchamps qui insistait sur les qualités plus propices de nos fruits, l’Allemand ne répondit (La « synchronisation » est donc aussi passée par là ?). Les délégués français ont d’ailleurs en l’impression très nette que les Allemands demeureraient intransigeants et ne céderaient pas… sauf s’ils obtenaient des avantages capitaux sur d’autres points.
M. de Ladonchamps exprime le regret que les négociateurs français, de leur côté, n’aient pas été en possession des arguments nécessaires : ils n’ont pas su répondre aux Allemands. Puis il fait lecture des précisions données sur les négociations économiques par une « personnalité autorisée » et reproduites par le « Lorrain » du 27 février.

Mercredi 27 février 1935

(.....)
Les négociations économiques

Fausses nouvelle allemandes
Le docteur Karl Ritter, chef de la délégation économique allemande venue à Paris pour poursuivre les négociations engagées à Berlin à la suite du plébiscite sarrois, a quitté paris pour rentrer en Allemagne. Une formule d’accord sur la question des payements commerciaux, qui n’a pu encore être résolue, sera recherchée simultanément par les négociateurs allemands et français avant le 1er avril, date de l’expiration de l’accord de compensation.
Au sujet de l’ajournement des pourparlers relatifs au clearing, une personnalité autorisée a donné les précisions suivantes au « Temps » :
« Le retard apporté à la signature d’un accord sur les payements commerciaux reste sans effet sur l’accord commercial signé ces jours derniers à Paris, qui reste acquis et qui fonctionne dans des conditions très différentes de celles qu’a exposées la presse allemande. Certaines appréciations publiées à Berlin tendraient, en effet, à laisser croire que l’Allemagne avait généreusement offert d’admettre en Sarre des quantités de produits agricoles beaucoup plus importants que celles qui sont, en réalité, admises dans la convention intervenue entre nos deux pays.
Ces commentaires ne sont que le prolongement des fausses informations répandues, au cours même des négociations, dans les départements frontières et qui ont malheureusement provoqué des manifestations qui n’ont guère aidé dans leur tâche les négociateurs français.
En réalité, l’Allemagne ne s’est, à aucun moment, déclarée prête à des concessions en faveur de l’agriculture lorraine en particulier, et de l’agriculture française en général. Ce qui est exact, c’est que, dès le début des négociations, il est apparu que l’Allemagne aurait facilement admis que la Sarre, ayant affirmé sa volonté d’être allemande, conservât cependant tous les avantages d’ordre économique que le traité de paix lui avait assurés à l’égard de la France. Une solution aussi manifestement contraire à la dignité et aux intérêts français ne pouvait, à aucun moment, être admise par nos négociateurs.
De son côté, la France a fait les plus louables efforts pour répondre aux recommandations de la Société des nations. Elle a donc maintenu, pour une période de transition, des courants d’échanges et a même consenti des sacrifices appréciables pour qu’une brusque modification dans nos relations économiques ne préjudicient pas gravement en particulier à l’agriculture française. Mais, elle s’est refusée à considérer comme des concessions ce qui ne pouvait être obtenu qu’au prix d’abandon des droits des producteurs et principalement de la main-d’œuvre nationale, déjà si durement éprouvée. C’est en conformité de ces principes qu’a été établi et signé l’accord commercial franco-allemand. Toute autre interprétation doit en être rejetée comme émanant d’une propagande qui est loin de tendre à servir la cause française ».
Les Allemands vont, eux, nous approvisionner de confitures…
Mais il et dit qu’on ira de plus fort en plus fort. M. de Ladonchamps remâche à bon droit les désillusions amères des nôtres :
« On pourrait admettre – s’exclame-t-il – d’avoir des négociations difficiles ; de là à obtenir d’exporter six wagons de fraises et à accepter l’importation en France de gelées, marmelades et confitures et confiserie « sarroises », nous l’admettons difficilement : il y a un abîme !
Notre cause, à nous, peut être considérée comme ayant été pratiquement abandonnée. On pouvait atteindre le quart de ce qui a été obtenu pour le lait… Si nos délégués officiels n’ont pas su défendre nos intérêts, la Chambre d’agriculture de la Moselle avait fait passer ceux-ci en seconde ligne, immédiatement après le lait, avant tous les autres produits. Je n’aime pas beaucoup critiquer, mais il faut trouver des remèdes. Que faire ?
« Nous dirons ce que nous pensons. Il faudra se redresser. Exposer nos doléances aux pouvoirs publics dans un ordre du jour. Si d’aucuns pensent qu’il est trop tard, qu’ils sachent que nous sommes menacés encore d’un plus grave danger. Et d’abord organisons la production mieux et autrement qu’elle n’est, pour assurer le placement à prix raisonnable de la récolte malgré la disparition d’un marché important – la Sarre – après celle d’un autre marché important – l’Allemagne. Celui-ci avait été remplacé grâce aux efforts des expéditeurs et aussi à ceci qu’il n’y eut depuis que des récoltes peu importantes… »
Puis M. de Ladonchamps signale, notamment aux producteurs du Sud de Metz, l’intérêt qu’il y aurait pour décongestionner le marché, à adapter un quart de leur production à une variété très hâtive et un autre quart à une variété très tardive : « Je vous livre l’idée – dit-il – les variétés existent ».
« Nous demandons à l’Etat… de ne pas enrayer notre action »
« Il faut faire quelque chose – poursuit M. de Ladonchamps – mais nous demandons à l’Etat de ne pas enrayer notre action. Tandis qu’autrefois les droits de douane frappant les conserves de fruits entrées de l’étranger variaient de 275 à 900 fr., les droits de douane français actuels permettent à la pulpe d’abricots d’Espagne de par venir net de 160 à 200 fr. les cent kilos rendus à Paris ! »
« Au ministère du Commerce il doit y avoir des gangsters »
« Au ministère du Commerce, il me semble qu’il doit y avoir des gangsters », s’écrit M. Moncelle. Car, auteur avec M. Sérot des mesures heureuses prises naguère pour la défense de nos mirabelles – et à ce titre M. de Ladonchamps lui rend un éclatant et public hommage – M. Moncelle sait combien de nos conserveries ont été menacées de fermer sous la concurrence espagnole. Mais il montre toute la complexité d’accords où tout se tient : il faut que la France mange de l’abricot d’Espagne pour que l’Espagnol roule en automobile française.
M. de Ladonchamps expose qu’il fallut trois ans d’efforts pour qu’en 1934 l’Etat français élève de 25 à 90 fr. aux 100 kilos à 110 et 220 fr. les droits de douane sur les abricots d’Espagne – et de nouveau ces droits tutélaires de notre production nationale se trouvent mis en question : des démarches pressantes sont faites par l’Espagne pour en obtenir la suppression – et c’est à ce danger que M. de Ladonchamps faisait allusion tout à l’heure.
Les représentants français songent à nous sacrifier
« Les représentants français – poursuit M. de Ladonchamps – songent à nous sacrifier une fois de plus. Nous ne pouvons pas laisser détruire systématiquement le produit de nos efforts. Nous voulons nous relever. Nous demandons au gouvernement d’avoir enfin une politique suivie de prévision et d’action que nous n’avons encore jamais vue. L’Etat allemand, dès 1928, demandait « Quel est le développement de plantations nécessaire pour pouvoir contrebalancer les produits étrangers et assurer nous-mêmes notre production ? En résumé, que faut-il que nous plantions pour pouvoir couvrir nos propres besoins ? »
Et de répondre : 10.800.000 pommiers.
Et les pommiers sont plantés…
M. de Ladonchamps, appuyé sur une documentation remarquable, montre que toutes les espèces de fruits ont pareillement été passées en revue. Le résultat est qu’aujourd’hui les Allemands disent qu’ils peuvent se suffire à eux-mêmes. Il en rappelle à nouveau à une politique suivie de prévision et d’action, tandis que nos marchés sont envahis par les produits étrangers ; il montre par exemple que de 1913 à 1931 l’importation en France des fraises et cerises est passée de 6000 quintaux à 51.000 ! Et de tout ainsi – aussi conclut-il : « Vous voyez que nous ne sommes pas protégées, que nous ne sommes pas défendus. Et pourtant, vous qui m’écoutez, vous n’êtes pas des pleurnicheurs, qui se présentent à l’Etat les mains vides, en solliciteurs : vous lui demandez seulement de ne pas vous casser les reins.
Producteurs, Expéditeurs, Conserveurs, nous sommes tous les soldats d’une même cause : il nous faut réagir pour la faire triompher ensemble ! »
L’ordre du jour
L’ordre du jour ci-dessous, lu par M. de Ladonchamps et mis aux voix, est adopté avec applaudissements à l’unanimité. Des interventions de MM. Guépratte pour les Conserveurs, Chatam pour les Expéditeurs, de MM. Corbedaine et Moncelle sont applaudies. Il est fait choix, pour finir, de la délégation qui, sous la conduite de M. de Ladonchamps, sera reçue à 15 h. par M. le préfet et lui remettra l’ordre du jour. La réunion est levée, dans la plus grand calme, quelques minutes après midi.   A. B.

* * *
Les maires, les présidents de syndicats fruitiers ou agricoles, les producteurs représentant les très nombreux communes de la Moselle où le fraisier est cultivé, l’Union des Syndicats de producteurs de fraises et autres fruits de la Moselle, la Chambre syndicale des Conserveurs de l’Est, faisant abstraction de son intérêt personnel et dont les délégués assistaient à cette assemblée, réunis à Metz le 2 mars 1935.
Constatant l’importance de la culture fraisière dans la région mosellane dont la statistique du ministère de l’Agriculture classe la production en tête de celle de tous les départements français,
Constatant que cette culture est la principale ressource de toute une contrée, et que par les nombreuses branches et professions qui lui sont connexes : industrie des emballages, des bois, des fers blancs et de la verrerie, profession des expéditeurs, des conserveurs et confituriers, main d'œuvre employée, transports ferroviaires et routiers, elle influe grandement sur une situation et une activité économique qui plus spéciales à la Moselle, dépassent aussi les limites de son territoire,
Considérant que le ralentissement ou la réduction de ces multiples activités aurait les plus fâcheuses répercussions pour tous,
Considérant qu’après la fermeture complète du débouché allemand en 1931, et étant donné les tonnages si importants que connaissaient les négociateurs officiels français et que la Sarre absorbait chaque année par voie de fer et par route, le maintien de leur situation acquise s’imposait au moins dans une très forte proportion pour 1935,
déclarent vivement déplorer que les quantités devant être admises cette année en Sarre en provenance de la Moselle aient été fixées au chiffre insignifiant et presque nul de 150 quintaux métriques, soit environ 6 wagons, correspondant pratiquement à un abandon de leur cause,
demandent instamment à M. le Préfet de la Moselle et à leurs représentants au Parlement, que le nécessaire soit fait pour réparer cette situation, avec effet dès l’année en cours et à tout le moins de façon certaine pour les années suivantes,
demandent aussi qu’une liaison étroite inexistante jusqu’ici soit établie entre les ministères comme les services intéressés d’une part, et les représentants qualifiés de la production, des expéditeurs et des industries des conserves d’autre part, chaque fois qu’il devra être débattu de leurs intérêts communs ;
Considérant d’autre part,
que de très pressantes démarches sont faites actuellement par l’Espagne près de la France pour obtenir l’abolition des tarifs douaniers établis en 1934 par la loi Sérot-Moncelle,
que les tarifs douaniers antérieurs étaient si faibles, qu’ils permettaient aux pulpes d’abricot espagnols d’arriver dédouanés, emballages, caisses de bois et bidons métalliques et transports compris, à raison de 160 à 200 francs les 100kg, soit à une moyenne de 180 francs, rendus à Paris, en 1932 ;
Considérant que cette situation détermine un prix que ne dépasserait pas 30 fr. les 100 kg. à la production,
que d’une façon générale le cours des pulpes de fruits français est fixé par le cours des pulpes d’abricots d’Espagne,
que par suite de cet état de choses, les pulpes françaises de fraises et de mirabelles ont dû, pour permettre leur écoulement, être livrées en 1932 par les fabriques, à raison de 240 à 260 francs les 100 kg. rendues à Paris, alors que le prix de revient était plus élevé,
Considérant qu’après la situation qui vient d’être exposée, une réduction si faible soit-elle, des droits de douane français sur les conserves étrangères de fruits, aurait des répercussions d’autant plus dangereuses sur une activité économique fruitière nationale et régionale aux multiples rameaux,
que ces droits de douane français doivent être considérés comme un minimum protégeant à peine la production nationale, et qu’il serait coupable de les réduire,
qu’il y a nécessité stricte de préserver nos fruits et entre autres la mirabelle, dont le prix à la culture est déjà tombé à 35 francs les 10à kg. en 1934,
que ce fruit peut d’ailleurs très bien remplacer l’abricot étranger dans l’usage qui en est fait par la pâtisserie,
considérant enfin que tous les pays étrangers, et spécialement l’Espagne, surchargent les conserves françaises de fruits de droits accablants variant de 275 francs les 100 kg. à 900 francs, et dépassant 500 francs à l’entrée en Espagne,
témoignant de tout leur émoi, après avoir appris que non seulement les demandes espagnoles n’avaient pas été écartées dès l’origine, mais encore que les sphères officielles françaises auraient même songé à sacrifier à nouveau les fruits français aux prétentions de nos voisins pour en obtenir en contrepartie l’entrée d’automobiles françaises à de meilleures conditions,
demandent avec calme, mais avec force, que le gouvernement français protège comme il convient les fruits nationaux, les professions, les industries qui en relèvent, et d’autant plus les fraises les mirabelles et les prunes de la Moselle, d’Alsace, de Meurthe-et-Moselle, et des Vosges, qu’elle viennent d’être plus particulièrement atteintes,
demandent entre autres à ce sujet que le chiffre d’affaire sur les fruits porté à 2% par le décret du 24 juillet 1934, puis réduit de 35% sur ce dernier taux et sous certaines conditions par arrêté du 19 janvier 1935, mais qui supporte encore en définitive une majoration d’environ 100% soit, au maximum, ramené à son taux antérieur de 0,55%,
prient M. le Préfet de la Moselle, leurs représentants au parlement, la Chambre d’agriculture et la Chambre de commerce de la Moselle, d’intervenir de tout leur pouvoir et d’extrême urgence près du Gouvernement pour lui transmettre ce mémoire de leurs doléances, et obtenir qu’il soit décidé selon leurs légitimes revendications. (LL)

Dimanche 3 mars 1935
Deux grandes soirées en perspective.
– Ce sont celles qu’organisent ce soir, au Café Boulanger, la « Relève », et mardi prochain, au Café du Commerce, la société « Le progrès ». Ces soirées dansantes, parées et masquées, promettent beaucoup et seront le rendez-vous de tous ceux qui désirent de divertir honnêtement.
Cavalcade. – Une grande cavalcade sera organisée mardi prochain par les jeunes de la localité. Au programme figure notamment un défilé ; à 15 heures, tirage des « Vosenotes » devant la café du Commerce ; le soir, à 19 h. 30, bal masqué au Café du Commerce, organisé par « Le Progrès ».
Doléances. – Les habitants de la rue du Rucher se plaignent du fait que, par suite des pluies continuelles, l’eau ne puisse s’écouler.
Pourtant si l’on veut se donner la peine de regarder le cadastre, un fossé existe bien entre Mme veuve Weber et M. Cuny Camille.
Or, ce fossé n’est pas encore relevé. On pourrait peut-être y remédier. Un groupe d’habitants. (LL)

Lundi 4 mars 1935
Grande soirée.
– Une grande soirée sera organisée demain soir au Café du Commerce, par la Société « Le Progrès ». Cette grande soirée où les jeunes gens pourront de déguiser et se parer, sera un rendez-vous de famille. De nombreuses surprises sont réservées à tous les invités. (LL)

Vendredi 8 mars 1935
Solidarité Française.
– Nous rappelons la réunion non contradictoire que la Solidarité Française organise dimanche prochain, 10 mars, à 15 h., dans notre commune, salle du Café du Commerce, dans laquelle la situation actuelle sera traitée dans tout de qu’elle a de tragique. (LL)

Samedi 9 mars 1935
Jeunesses Patriotes.
– Les membres, amis et sympathisants des Jeunesse Patriotes sont informés que la section se rendra dimanche soir à la réunion de l’Hôtel des Mines, où M. Tautinger prendra la parole. Le départ se fera en groupe par le train de 19 h. 55, gare de Woippy. Rendez-vous au Café Fléres. (LL)

Dimanche 10 mars 1935
Grande soirée.
– Au cours des soirées de début mars, les jeunes gens de l’Union de Woippy préparent de leur mieux l’organisation de la représentation qui sera donnée le 24, dans la salle du Lion d’Or, comme tous les ans à pareille époque.
Sur une scène immense, dans la salle complètement transformée de nouveau, les répétitions se succèdent, et il est permis d’espérer d’ores et déjà que le succès couronnera les efforts des sections de musique, de gymnastique et de théâtre de l’Union de Woippy.
Le règne d’une gracieuse souveraine, aussi éphémère que celui des vraies Reines des Fraises de la fête qui a lieu à Woippy tous les ans fin juin, est le thème de la revue opérette qui doit être la dernière d’un cycle de 10 revues déjà jouées dans de semblables conditions. (LL)

Mercredi 13 mars 1935
Concours de belote.
– Le propriétaire du Café du Commerce offre à ses clients et amis de Woippy et environs un grand concours de belote, dimanche prochain, à 14 h. 30, doté de nombreux et jolis prix. Le droit d’engagement à ce concours est gratuit. Il suffit de se faire inscrire avant ledit jour, jusqu’à 12 heures. (LL)

Samedi 16 mars 1935
Probité.
– Une fourrure d’enfant a été trouvée par M. B., qui s’est empressé de la remettre à la mairie. Le propriétaire peut la retirer.
Jeunesses Patriotes. – Mercredi prochain aura lieu la réunion mensuelle de tous les adhérents. A cette réunion, où la présence de tous est indispensable, sera traité un sujet d’actualité.
Cinéma paroissial. – Au programme : « La vie de quelques animaux sauvages dans la brousse », un documentaire du plus grand intérêt ; un comique avec P. Parrot : « L’Hôte indésirable » ; « Surcouf, le roi des corsaires », d’après le grand ciné-roman d’Arthur Bernède, avec jean Angelo, le plus intrépide artiste cinématographique. (LL)

Dimanche 17 mars 1935
Concours de belotte.
– Nous rappelons que le tenancier du café du Commerce organise un concours de belotte, aujourd’hui, à 14 h. 30. (LL)

Mercredi 20 mars 1935
Réunion.
– Les jeunes gens de la localité sont invités à la réunion mensuelle des Jeunesses Patriotes qui aura lieu ce soir à 20 h. 15, au Café Fléres.
La présence de tous les adhérents est obligatoire. Le chef de section. (LL)

Jeudi 21 mars 1935
« La Reine des Fraises », revue-opérette.
– C’est dimanche prochain, en matinée, à 14 h. 30, et en soirée à 20 heures, salle du Lion d’Or (M. Boulanger), que l’Union de Woippy donnera sa dixième revue, la dernière d’un cycle dont l’origine remonte à l’hiver 1925. « La Reine des Fraises », tel est le titre de cette revue à grand spectacle, en 3 actes, avec chœurs, défilés et ballets.
Les dirigeants de l’Union n’ont rien négligé pour donner à l’ultime revue de la Société un cachet tout particulier, et lui faire obtenir un succès au moins égal à celui des précédentes. En effet, c’est sur une scène considérablement agrandie et spécialement aménagée, qu’évolueront, dans des décors et costumes somptueux, les 50 acteurs et actrices de la revue. La partition musicale sera exécutée par un orchestre symphonique de tout premier ordre, sous la direction de l’auteur. Nous n’en dirons pas plus long. Nous sommes persuadés que les nombreux et fidèles habitués des revues de l’Union se donneront encore rendez-vous dimanche prochain à Woippy. Ils ne regretteront pas leur déplacement, et c’est avec grand plaisir que le comité de la Société les invite à cette annuelle soirée de gala. (LL)

Samedi 23 mars 1935
Jeunesses Patriotes.

Poursuivant leur active campagne, les Jeunesses patriotes organisaient mercredi soir une grande réunion de propagande au Café Fléres. Cette réunion consacra les premiers efforts de la jeune section.
Devant un auditoire très attentif, M. Bach Edouard, chef de section, traita de l’organisation de la section, notamment de la formation de deux groupes, l’un comprenant les adhérents qui apporteront leur concours moral et pécuniaire, l’autre formé des militants jeunes et actifs. Puis, dans un exposé renfermant maints détails intéressants, le chef de section, en parfaite connaissance de cause, fit le procès de certaine presse antinationale et anticatholique qui fait ici un ravage plus profond que les feuilles rouges.
MM. Debs André et Munier Henri furent chargés le premier de la propagande, et le second de la vente des journaux. Il fut également décidé que les réunions auraient lieu tous les premiers mercredis de chaque mois. (LL)

Dimanche 24 mars 1935
La revue « La Reine des Fraises ».
– Nous rappelons que c’est aujourd’hui, en la salle du Lion d’Or, en matinée à 14 h. 30 et en soirée à 20 heures, que l’Union de Woippy donnera sa dixième et dernière revue qui a pour titre « La Reine des Fraises ». Pour permettre une dernière mise au point, une répétition générale a eu lieu hier soir. Elle a donné entière satisfaction aux dirigeants.
Nous engageons vivement les membres, amis et connaissances de l’Union a assister à l’agréable soirée que donne aujourd’hui cette Société. Il est recommandé d’envoyer les enfants à la représentation de l’après-midi. (LL)

Mercredi 27 mars 1935
Echos.
– Le Radio-Club organisera une grande sortie l’un des dimanches précédent Pâques. Nous y reviendrons.
– En raison de la grande revue organisée par L’Union de Woippy, il ne sera pas donné de représentation cinématographique. (LL)

Samedi 30 mars 1935
Bal de Mi-Carême.
– Le comité de l’Union de Woippy invite les membres et amis de la société à assister à la soirée dansante qu’il organise demain dimanche 31 mars, à 19 heures, au Café du Commerce.
Durant la soirée, distribution de cotillons et surprises, bataille de serpentins et concours de travestis dotés de nombreux et jolis prix.
Un orchestre de premier choix a été retenu pour cette soirée. (LM)

Dimanche 31 mars 1935
Distinction.
– Nous apprenons avec plaisir que M. Paul Mangenot vient de subir avec succès l’examen d’agent extérieur des P.T.T. M. Paul Mangenot, après quatre années d’études primaires supérieures, s’était préparé à cet examen tout en exerçant les fonctions d’auxiliaire des postes.
Nous joignons nos félicitations à celles que lui adressent ses amis et les associations dont il était membre.
Cinéma paroissial. – Deux grandes représentations, à 15 h. et 20 h. Au programme : « Surcouf, le roi des corsaires », et une comédie, avec Harry Pollard : « La jolie Fileuse et Beaucitron inventeur ».
Inauguration de l’Ecole de l’annexe Saint-Remy. – Grâce aux interventions successives des délégués, les pouvoirs supérieurs ont accordé, il y a quelques jours, l’autorisation de terminer, demain 1er avril, les travaux de construction de l’école, afin que l’inauguration solennelle ait lieu ce même jour. Cette maison d’école sera unique par son modernisme : le bâtiment proprement dit sera flottant et pourra sa déplacer sur l’étang de Saint-Remy, en bordure de la route nationale de Metz à Thionville ; la cale sera aménagée en logement pour l’instituteur. L’inauguration aura lieu demain 1er avril, dans la matinée ; les habitants de Woippy pourront s’y rendre par autobus, départ près du Café Hourt. Au dernier instant nous apprenons qu’un ministre, arrive incognito, prononcera un discours. (LL)

Mardi 2 avril 1935
Jeunesses patriotes.
– Les membres, amis et sympathisants des Jeunesses patriotes sont invités à la réunion mensuelle qui aura lieu mercredi prochain, à 20 H. 15, au Café Weber, rue de Nachy. Plusieurs sujets d’actualité y seront traités.
Conscrits. – Les jeunes gens qui sont appelés sous les drapeaux sont cordialement invités à la réunion qui aura lieu le jeudi 4 avril, à 20 h. 15, au café Fléres, rue de Metz. Ordre du jour : organisation de soirées, divers.
On ne chôme pas. – Une usine de la localité, tout récemment installée, travaillant surtout le fil de fer, occupe des équipes d’ouvriers jours et nuit. (LL)

Jeudi 4 avril 1935
Mise au point. – On nous écrit :

Les habitants de Saint-Remy et de Sainte-Agathe tiennent à protester contre l’attitude et l’esprit carnavalesque de l’auteur des lignes parues dans un journal de Metz du 31 mars 1935, relativement à une question scolaire, et ils déclarent qu’il est des sujets sur lesquels il est déplacé de plaisanter, surtout vis-à-vis de qui connaît la situation qui fut faite si longtemps aux enfants de cette localité.
Les soussignés représentant les annexes de Saint-Remy et de Sainte-Agathe, ne doutent pas que M. le maire de Woippy et le Conseil municipal tiendront à s’associer à cette protestation et à la transmettre au journal, en lui demandant de rappeler à la dignité celui qui s’en est écarté très regrettablement. (Suivent les signatures). (LM)

Vendredi 5 avril 1935
WOIPPY, NORROY, SEMECOURT, SAULNY, LORRY et ENVIRONS.

Crédit agricole. – L’assemblée générale ordinaire de la caisse locale de Crédit agricole de Woippy et environs aura lieu dimanche prochain 7 avril, à 15 heures, dans la salle du café du Commerce (M. Natier).
Tous les sociétaires sont invités et instamment priés d’assister à cette réunion. L’inspecteur départemental sera présent. Payement des coupons de parts sociales. Le Conseil d’administration. (LL)

Samedi 6 avril 1935
Jeunesses Patriotes.
– Les membres de la section s’étaient réunis avant-hier soir au café Wéber. Ce fut une réunion animée, donnant la meilleure preuve d’activité. Après avoir fait un tour d’horizon politique, l’organisation de plusieurs réunions de propagande fut décidée. Dimanche prochain, les militants se rendront à la réunion de Norroy-le-Veneur.
Société d’élevage. – Les membres de la Société d’élevage du menu bétail « Le Progrès » sont cordialement invités à la réunion des petits éleveurs, aujourd’hui, à 20 heures, au café Fléres. L’invitation s’adresse aussi aux éleveurs qui ne sont pas membres, qui pourront obtenir les meilleures documentations et trouver des conseillers de toute compétence. (LL)

Lundi 8 avril 1935
Assemblée générale de la Caisse de Crédit Agricole de Woippy et environs

L’assemblée générale de la Caisse de Crédit agricole de Woippy et environs avait lieu le dimanche 7 avril, dans la grande salle du Café du Commerce, en présence de nombreux membres de la localité et des environs.
A 15 H. 15, M. Sechehaye, président, ouvrit la séance en saluant tous les assistants et présenta les excuses de M. Etienne, directeur de la Caisse régionale, et Pallez, inspecteur des Caisses, tous deux retenus par des engagements antérieurs ; après quoi il fit un exposé de la situation de la Caisse régionale donnant le détail des opérations effectuées pour l’année 1934 ainsi que les chiffres du capital, des Réserves, le montant des prêts consentis, etc., etc.
Attirant l’attention de tous sur l’excellente situation financière de la Caisse de Crédit agricole régionale, le président fit remarquer qu’elle remplissait les buts pour lesquelles elle avait été créée et que c’était la banque la plus sûre pour les cultivateurs.
M. Julien Lamort, directeur de la Caisse de Woippy et environs, donna ensuite un compte rendu détaillé de la situation à la fin de l’exercice 1934 et fit connaître le taux de l’intérêt qui serait donné pour les coupons échus avertissant les intéressés que les coupons antérieurs à 1929 ne seraient plus payés. Puis il fit connaître le bilan :
L’Actif. – En caisse 439, 30 ; parts de la caisse régionale 33.150,00 ; compte courant 991,50 ; compte postal 15, soit un total de 34.595,80.
Le Passif. – capital 32.150 ; fonds de Réserve 923,05 ; Profits et pertes 83,55 ; Réserve spéciale 1.000 ; Caisse régionale 439,20, soit au total 34.595,80.
MM. Girard, de Fèves, Pierre, de Norroy, Robinet, de Saulny, administrateurs sortants, furent ensuite réélus à l’unanimité à mains levées, et MM. Mangenot Alfred et Michaux Emile, de Woippy, furent nommés délégué et suppléant à la Caisse régionale.
Quelques renseignements furent ensuite donnés à des membres au sujet du taux des intérêts et de la représentation de la Caisse, puis la séance fut levée à 16 h. 15. (LL)

Belle Manifestation nationale à Norroy-le-Veneur
Une grande réunion réunissait hier tous les patriotes de Norroy-le-Veneur au café Pêtre. Outre les jeunes gens des sections de Jeunesses Patriotes de Metz et Woippy, très fortement représentées, plus de 90 personnes tinrent à assister à cette réunion. Parmi l’assistance, nous remarquons M. le Maire ; M. l’abbé Lacroix, vice-président des Incarcérés d’Ehrenbreitstein, curé de Norroy-le-Veneur ; M. l’instituteur ; le président des A.C ; les membres du comité de l’Action Catholique ; les présidents de Sociétés, etc.
Le bureau est formé de MM. Caye, chef d’arrondissement des J.P. ; Bach, chef de section ; Dastarac ; André Debs.
M. Caye parle du programme des J.P., de l’action des groupements nationaux. Dans un exposé très précis, il traite de l’état social, puis termine par un appel au soutien de ce mouvement, appel s’adressant à tous les présents.
Le jeune chef de section de Woippy, à son tour, fait un discours vibrant sur la situation politique actuelle. Aussi recueille-t-il les applaudissements unanimes quand il s’écrit : « Oui ! Nous sommes révolutionnaires, puisqu’aujourd’hui, en France, la vraie révolution, c’est l’ordre, la renaissance de la Patrie, l’entente entre les Français. Que nos amis étudient notre programme, qu’ils se pénètrent de notre mystique, de notre enthousiasme, et nous sommes sûrs de donner un jour à ce pays, que nous aimons tant, les chefs et le gouvernement qu’il mérite ».
Puis la réunion se termine dans l’affluence des adhésions. (LL)

Mardi 9 avril 1935
Avis mortuaire

Monsieur Louis Mangenot, Aubergiste, décédé des suites d’une longue et douloureuse maladie, à Saint-Remy, le 8 avril 1935, dans sa 33ème année.

Mercredi 10 avril 1935
Société d’élevage « Le Progrès ».
– Les membres de la Société d’élevage « Le Progrès » s’étaient réunis samedi soir, au café Fléres et tinrent une très intéressante réunion. Il fut notamment traité de l’élevage du lapin et plusieurs mesures d’organisation intérieure furent prises.
Plusieurs lapins de race furent mis en tombola ; les heureux gagnants sont MM. Engelke, Gérard, Gilbert, Koscher, Stef Jules et Wettorazo.
Société des Jardins ouvriers. – Le délégué pour la section de Woippy de la Société d’horticulture et des Jardins ouvriers de France tient des semences dont les conditions de vente sont exceptionnelles, à la disposition des adhérents. Tous renseignements seront donnés par M. François, rue de Nachy, à Woippy. (LL)

Jeudi 11 avril 1935
Obsèques imposantes.
– Hier ont eu lieu les funérailles de M. Mangenot Louis, domicilié à l’annexe de St-Remy, ravi à l’âge de 35 ans à l’affection des siens.
Un cortège imposant, dans lequel étaient représentées la municipalité, les Sociétés, montrait bien l’estime qui lui était portée. Sur la tombe, M. Gille Charles fit, au nom des sapeurs-pompiers, ses adieux touchants à celui qui quittait pour toujours la section des sapeurs-pompiers de Saint-Remy, dont il était le chef dévoué. M. Mangenot Louis était membre du comité de l’Action catholique.
A la famille éplorée, nous exprimons nos sincères condoléances.

La Relève. – Les membres de la Relève sont priés d’assister à la réunion générale qui aura lieu samedi prochain, à 20 heures, dans la salle du Café du Commerce. Vu l’importance de l’ordre du jour, la présence de chacun est indispensable.
Le trésorier de la section percevra les cotisations pour l’exercice 1935. (LL)

Vendredi 12 avril 1935
Avis à la population.
– Le dimanche 14 avril, à 15 h. précises, aura lieu dans la grande salle du café du Commerce, une conférence sur les moyens de défense employés contre les attaques aérochimiques et sur les premiers soins à donner aux victimes éventuelles.
Cette conférence organisée par l’œuvre des Assistantes du devoir national, sous la présidence de M. le général Gousseau, sera faite par M. le docteur Germain et suivie d’une démonstration pratique du port de masque pour toutes les personnes qui le désireraient.
Toute la population de Woippy peut assister à cette réunion et il est souhaitable qu’au moins un ou deux représentants de chaque famille y viennent. Les officiers de réserve et les sous-officiers de l’école de perfectionnement sont priés de servir de moniteurs pour la séance pratique.
Les membres de la commission de défense passive de Woippy, les pompiers, agents de liaison et brancardiers y sont spécialement invités. (LL)

Samedi 13 avril 1935
Réunion du Radio-Club.
– C’était une conférence vraiment fort intéressante que celle organisée le dimanche 7 avril par le Radio-Club de Woippy et environs.
Dans la salle du rez-de-chaussée de la mairie, aimablement mise à leur disposition par M. le Maire, grand amateur de T.S.F., de nombreux auditeurs eurent beaucoup de peine à trouver de la place.
Ils entendirent successivement les paroles fort éloquentes du secrétaire du Radio-Club qui leur présenta l’élégante valise contenant un appareil qu’il avait acquis récemment à Paris, puis le président qui vanta dans une spirituelle causerie les charmes de la radio qu’il apprécie, dit-il, chaque soir en famille, en refaisant ses comptes, sans jamais s’embrouiller.
Tous deux furent très applaudis et leurs auditeurs furent très intéressés lorsqu’à la sortie le président leur présenta l’appareil installé dans sa superbe voiture qu’il avait eu l’heureuse idée d’amener devant la porte.
De nouvelles adhésions furent recueillies par le comité qui enregistra en même temps plusieurs commandes d’appareils identiques à ceux dont se servent le président et le secrétaire. (LL)

Dimanche 14 avril 1935
Radio-Club de Woippy et environs.
– Les soixante membres, les élèves en radiotélégraphie, remercient pour leur belle publicité, les personnes qui organisèrent dimanche dernier une réunion fantaisiste au nom du Radio-Club.
Le Secrétaire général du Radio-Club de Woippy et environs. (LL)

Mercredi 17 avril 1935
La Relève.
– Quarante-cinq membres environ étaient présents samedi dernier à la réunion générale de la section de la Relève. Avec son habituelle cordialité, le président fit une allocution et remercia tous les camarades d’être venus aussi nombreux et les exhorta à resserrer encore davantage les liens qui les unissent dans cette parfaite association, essentiellement patriotique, née de l’Union Nationale des Anciens Combattants. Le trésorier donna le compte rendu financier pour l’exercice 1934, qui fut approuvé à l’unanimité. On procéda ensuite à l’élection de cinq nouveaux membres du comité. Ce dernier ayant décidé de porter à 12 le nombre de ceux-ci. MM. Robert Schlouppe et Gaston Remiatte, membres sortants, furent réélus. Furent élus : MM. Paul Muller, Charles Kohl et Bastian.
Diverses questions de cotisations et de droits d’entrée furent réglées à la satisfaction de chacun.
Soudain, le président, fouillant dans une poche de son pardessus en sortit une enveloppe qu’il allait oublier ; nous crûmes à un événement d’une importance extrême, mais nous fûmes vite rassurés car il ne s’agissait que de la démission du si intrépide chef de section de J.P. de Woippy, obligé – « pour donner plus libre action à la propagande des Jeunesses patriotes » – de nous quitter. Nous avons cru devoir accepter vivement la démission de l’intéressé, en raison des bonnes intentions qu’il nous dit avoir dans sa lettre au sujet du redressement national.
M. Sechehaye, président de la section de l’U.N.C. et maire de Woippy, ne voulant pas nous voir rester nonchalants et inactifs, nous dit la satisfaction qu’il aurait de nous voir nous réunir souvent dans un local à notre choix, où un de nos jeunes pourrait prendre la parole en développant un sujet d’ordre national ou social. M. Sechehaye se ferait un plaisir d’assister à ces séances, pour tenir les rênes au besoin, si nous étions tentés de nous emballer. Ces exercices d’entraînement auraient pour but de nous initier aux allocutions en public et nous permettraient de développer clairement nos idées, nos opinions, et de réfuter facilement les arguments qui nous seraient contraires et qu’un tiers voudrait nous imposer. Ils seraient courts et suivis de divertissements sains et collectifs.
Le président leva ensuite la séance. Certains groupes de formèrent : les uns pour faire une partie de belote ou de bridge, les autres pour se raconter de bonnes histoires. Le comité de la section se réunira prochainement en vue d’accéder à l’heureuse initiative du si digne président de l’U.N.C. et il lui renouvelle ici ses sincères remerciements. (LL)

Radio-Club. – On nous communique :
Les membres du Radio-Club de Woippy et environs sont informés de la candidature de M. Renaud, président du Radio-Club de la Vallée de l’Orne, au conseil de gérance de Radio-Strasbourg. Afin d’assurer le succès de M. Renaud, prêt à se dévouer à la cause des sans-filistes, les membres du Radio-Club de Woippy porteront leurs voix sur son nom. (LM)

Vendredi 19 avril 1935
Bal.
– Le lundi de Pâques, 22 avril, un grand bal sera organisé par les conscrits, dans la salle du Café Fléres. Tous leurs amis de Woippy et des environs y sont cordialement invités. (LL)

Samedi 20 avril 1935
Grande soirée.
– Le lundi de Pâques, 22 avril, aura lieu une grande soirée au café Fléres, organisée par les conscrits. Que tous leurs amis viennent se divertir encore une fois avec ceux qui vont partir pour dix-huit mois. (LL)

Dimanche 21 / Lundi 22 avril 1935
Grande soirée.
– Demain sera organisée une grande soirée dansante au café Fléres. Les conscrits se font un plaisir d’inviter tous leurs amis à venir à venir passer un agréable lundi de Pâques avec eux.
Solidarité française. – Depuis quelques jours, une section locale a été créée. Dès sa formation, et grâce au dévouement de MM. le docteur Chevalot, Marmillot, Gille Camille, Debs A., la section a vu une grande affluence d’adhésions. Ainsi, après la création des sections de Jeunesses patriotes et de Solidarité française, le Front national de trouve définitivement formé. (LL)

Jeudi 25 avril 1935
Carnet rose.
– Depuis quelques jours, M. et Mme Alphonse Ladaique, si avantageusement connus dans le pays messin, sont devenus les heureux parents d’une grosse fillette. Nos sincères félicitations et meilleurs vœux de bonheur à la petite Geneviève-Antoinette, ainsi qu’à ses deux petits frères. (LL)

Dimanche 28 avril 1935
Grande réunion.
– Aujourd’hui a lieu, à 15 h., au café du Commerce, une grande réunion de propagande nationale, à laquelle MM. Meyer, ingénieur, chef départemental-adjoint des J.P., André Masson, jeune rédacteur au « National » prendront la parole.
Tous les nationaux sont invités à assister à cette réunion. (LL)

Mardi 30 avril 1935
Sans-filistes.
– Les sans-filistes sont informés que toutes suggestions, doléances, demandes de dépannage et renseignements peuvent être portés au cahier des doléances, déposé au Café Boulanger. Le radio-Club de Woippy et environs se fera un devoir de répondre individuellement.
Grande réunion des jeunesses patriotes. – Belle et grande réunion dimanche dernier, 28 avril, que celle des Jeunesses patriotes au Café du Commerce. Près de 150 personnes avaient répondu à l’invitation lancée la veille seulement. La municipalité et différentes Sociétés étaient représentées.
M. Altmeyer, chef départemental de Moselle des J.P., ouvre la séance par quelques aimables paroles et remercie de l’accueil fait aux J.P. par la population au cours de leurs différentes réunions de propagande nationale.
M. André Masson, après avoir brossé un merveilleux tableau de la situation extérieure, a fait la procès de l’internationalisme ; puis le communisme, le socialisme, le radicalisme, leurs chefs, le gouvernement actuel, en un mot toute la face hideuse du parlementaire, sont condamnés. A chaque instant, son discours vibrant et impressionnant par les arguments déployés, sera coupé par des applaudissements chaleureux. Masson termine par l’appel à tous les Français : « Le fanion J.P., dit-il, mais ce n’est que le drapeau tricolore ». La contradiction est admise ; mais nos socialistes présents, déçus, sachant l’assistance conquise, sont sous les tables et ne soufflent mot.
M. Masson père prend la parole pour expliquer les termes jeunesse et patriotes, et qu’à tout âge on peut adhérer à la Ligue.
La « Marseillaise » qui retentit, chantée par toute l’assistance debout, termine cette réunion parfaitement réussie. (LL)

Samedi 4 mai 1935
Près du pont de chemin de fer de Woippy un autobus renverse et blesse mortellement un cycliste de Talange

Un mortel accident de la circulation s’est produit, jeudi soir, vers 20 heures, sur le haut du remblai du pont de Woippy, non loin de la fabrique de conserves Vogel, au lieudit Maison-Rouge. Un autobus blanc, piloté par le nommé Michel Gulzinski, demeurant à Algrange, assurant le service entre la vallée de l’Orne et Metz, se dirigeait vers la ville. Au lieu de poursuivre son chemin par la route nationale, le conducteur du car ne trouva rien de plus facile que de monter la rampe du côté nord, conduisant au pont sur le chemin de fer, pour redescendre par l’autre rampe, revenant ainsi que la route nationale. On ne s’explique guère cette manœuvre ridicule en elle-même. Un cycliste, l’ouvrier italien Ernest Cecchini, demeurant à Talange, venant de Woippy, ne se l’explique pas davantage : ce dernier qui, quelques instants plus tard, ne devait plus être qu’un cadavre, crut que l’autobus s’en allait vers Woippy, et décrivit une courbe pour aller prendre la descente vers Maizières. Mal lui en prit de n’avoir pas deviné les intentions du chauffeur qui le happa et le projeta sur la chaussée, où il devait être relevé, mortellement atteint. Cecchini fut placé dans le car, en compagnie de quatre voyageurs, puis déchargé à l’hôpital Belle-isle, où il succombait presqu’aussitôt. La conscience tranquille, le chauffeur-entrepreneur de transports Gulzinski, dit Michel, alla déposer ses voyageurs en ville, puis seulement en avisa les gendarmes.
Ernest Cecchini, la victime, âgée de 39 ans, était domicilié à Talange avec sa femme et ses quatre enfants. (LL)

Etude de Me Henri CHAVET, notaire
à Metz, rue d’Austrasie, 3.
- - - -
Adjudication aux enchères publiques
et à l’extinction des feux
d’Immeubles
à WOIPPY
en nature de TERRES et JARDINS
pouvant servir de terrain à bâtir
le MARDI 21 MAI 1935, à 14 h. 30, à
Woippy, au Café du Commerce.
Désignation :
BAN DE WOIPPY

1. Section E, n° 242, « Le Sureau », 18 a 26 de terre. Mise à prix 600 fr.
2. Section E, n° 222, « La Pirchotte », 27 a 36 de terre. Mise à prix 700 fr.
3. Section E, n° 1709/1499, « Les Pierrottes », 25 a 70 de terre. Mise à prix 700 fr.
4. Section E, n° 1105, « Le Chiloux », 9 a 29 de jardin. Mise à prix 300 fr.
5. Section E, n° 488, « Les Travaux », 4 a 11 de jardin. Mise à prix 200 fr.
6. Section E, n° 161p, « La Bosse », 16 a 23 de jardin. Mise à prix 500 fr.
7. Section E, n° 872, « Les Bigottes », 18 a 65 de jardin ; section E, n° 875p, même lieu, 0 a 70 de jardin. Mise à prix 600 fr.
- - - -
(...)
Toutes les pièces relatives à cette adjudication sont déposées en l’étude de Me CHAVET, notaire, où chacun peut en prendre connaissance sans frais.
Metz, le 30 avril 1935. CHAVET, notaire.

Dimanche 5 mai 1935
Une automobile prend feu.
– Hier matin, vers 10 heures, une camionnette se dirigeant vers Metz prit subitement feu entre Saint-Remy et Ladonchamps. Malgré les efforts d’extinction par les occupants, puis par les pompiers, la voiture fut fortement endommagée. Le propriétaire et ses deux employés qui l’occupaient s’en tirèrent indemnes. (LL)

Lundi 6 mai 1935
Elections municipales.

WOIPPY. Inscrits : 503. Votants : 432. Nuls : 24. Valables : 408.
Elus : MM. Sechehaye 315 voix, maire sortant ; Bassompierre 285, conseiller sortant ; de Ladonchamps 299 ; Michaux Em. 289 ; Weber Joseph 272 ; Lamort Aug. 270 ; Boda Jos. 245 ; Hennequin Gust. 242 ; Mangenot-Hugo Alf. 239 ; Seingert J.-P. 211.
Ballottage pour six candidats. (LL)

Samedi 11 mai 1935
Les candidats de la liste d’Entente remercient vivement les électeurs qui leur ont accordé leur confiance dimanche dernier.
Sollicités par de nombreuses personnes, ils présenteront au scrutin de ballottage de demain les six candidats de leur liste, arrivés en tête au premier tour. La liste d’Entente. (LL)

Jeudi 16 mai 1935
Remerciements.
– Les candidats de la liste dite « des fonctionnaires » remercient les électeurs des voix qui leur été données aux élections municipales de mai 1935, en particulier ceux qui, par leur suffrage au scrutin de ballotage, ont élu M. Noël Joseph, cheminot, et sorti à la majorité imposante de 276 voix.
D’autre part, les candidats de la liste précitée espèrent que tous les élus au scrutin de ballotage auront à cœur d’apporter au sein du nouveau conseil une collaboration entière, franche et féconde aux anciens membres réélus au premier tour de scrutin, afin de parfaire l’œuvre de tant de dévouement et de travail accomplis en ces dernières années par l’ancien conseil municipal, et ce pour le plus grand bien des habitants de la commune de Woippy.
Vuillemin Paul, retraite P.T.D. ; Gardeux Yvon, employé de laboratoire ; Leger René, employé d’Etat. (LL)

Mardi 21 mai 1935
Après les élections.
– Les élus et les candidats de la liste d’Entente adressent leurs sincères remerciements aux électeurs pour la belle confiance qu’ils leur ont témoignée. La liste d’entente. (LL)

Jeudi 23 mai 1935
DANS LA REGION

Pour la Défense du marché fruitier de la Moselle
A la veille de la récolte de fraises, il est à penser que la production se demande quel a été le résultat de la réunion organisée par l’Union des Syndicats des Producteurs de Fraises et autres fruits de la Moselle et en fin de laquelle avait été voté à l’unanimité un ordre du jour concernant en très grande partie les droits d’entrée en France sur certaines conserves d’abricots espagnols.
Avec M. le Préfet de la Moselle, les parlementaires de la Moselle ont bien voulu intervenir à ce sujet près du ministre de l’Agriculture.
M. Moncelle, vice-président de la Chambre, député de la Moselle, vient d’en recevoir, en date du 17 mai, la réponse ci-dessous.
M. Corbedaine, sénateur de la Moselle, président de la Chambre d’agriculture, a été également avisé dans le même sens et à la même date par le ministère.
Nous remercions vivement nos parlementaires qui sont intervenus dans la question.
« M. le Président,
Vous avez bien voulu appeler de nouveau mon attention sur la situation difficile dans laquelle se trouvent actuellement les producteurs de fruits du département de la Moselle et vous avez insisté sur l’intérêt qu’il y aurait, dans les négociations commerciales engagées avec certains pays, à ne faire aucune concession sur les demandes de réduction des droits de douane qui portent sur les cuites et pulpes de fruits d’origine étrangère.
J’ai l’honneur de vous faire connaître que les négociations commerciales franco-espagnoles sont actuellement suspendues en raison de la dénonciation de l’accord du 29 mars 1934 par le gouvernement espagnol ; dans ces conditions il est impossible à l’heure actuelle de préjuger des décisions susceptibles d’intervenir en vue de régler les rapports économiques des deux pays.
Veuillez agréer, M ; le Président, l’assurance de ma haute considération.
Le ministre de l’Agriculture : Signé : L. CASSEZ »
En l’état actuel des choses et par suite de la dénonciation par le gouvernement espagnol de l’accord du 29 mars 1934, les tarifs de douane français restent donc inchangés. Souhaitons qu’ils le demeurent. Restons vigilants et groupons-nous toujours davantage pour une action commune et forte.
H. DE LADONCHAMPS
Président de l’Union des Syndicats de Producteurs de Fraises de la Moselle.

Jeudi 23 mai 1935
Jeunesses Patriotes.
– Les membres des Jeunesses Patriotes de la localité sont invités à se rendre dimanche prochain, à 11 h., à la réunion de propagande nationale organisée à Saulny. Départ en groupe, à 11 heures. (LL)

Dimanche 26 mai 1935
Etude de Me Jules ALLARD, notaire à Metz, place Saint-Louis n° 8.
« TREFILOR »
S. à r. l. à Woippy.
Aux termes du procès-verbal d’une délibération, dressé par Me ALLARD, notaire à Metz, le 10 mai 1935, l’assemblée générale extraordinaire des membres de la société à responsabilité limitée dite « TREFILOR » au capital de 100.000 francs, avec siège à Woippy a :
1° Nommé comme gérants, M. Paul SECHEHAYE, propriétaire, demeurant à Woippy, et M. Louis MANDEL, employé, demeurant à Metz, lesquels ont accepté lesdites fonctions. 2° Et apporté les modifications suivantes à l’avant-dernier alinéa de l’article 11 des statuts de ladite société :
Article 11, avant-dernier alinéa.
A part M. Robert WEILER, qui pourra représenter la société seul, M. Théodore WEILLER et les autres gérants, pour engager valablement la société, ne pourront agir que conjointement avec un co-gérant ou un des fondés de pouvoir nommés conformément à l’article suivant.
Des expéditions du procès-verbal de ladite délibération ont été déposées aux greffes du tribunal de commerce et du tribunal cantonal de Metz, le 23 mai 1935.
Pour extrait et mention, (Signé) : ALLARD. (LL)

Lundi 27 mai 1935
La fête des fraises.
– Le comité des fêtes, dans sa dernière réunion, a décidé que la fête des fraises serait célébrée cette année le 30 juin, avec le même éclat que les années précédentes.
L’élection de la Reine des Fraises et de ses demoiselles d’honneur aura lieu le dimanche 16 juin, au bal qu’organise le corps des sapeurs-pompiers.
Une réunion de propagande, suivie d’une conférence intéressante, serait préparée pour le 30 juin par la jeune Société d’élevage de menu bétail « Le Progrès ».
Et de nombreuses attractions sont déjà prévues pour les visiteurs de Woippy, qui pourront également se procurer, ce jour-là, des fraises au détail, dans d’excellentes conditions. (LL)

Samedi 1er juin 1935
Radio-Club de Woippy et environs.
– Le comité du Radio-Club informe ses membres que seul le président, M. Schweitzer Alfred, assure les dépannages au nom de la Société. Il est rappelé que toutes demandes de dépannage peuvent être adressées aux membres du comité, mais de préférence au secrétaire général, et en cas d’urgence directement au dépanneur. (LL)

Jeudi 6 juin 1935
Fête du Radio-Club.
– C’est lundi prochain, 10 juin, qu’aura lieu la fête annuelle du Radio-Club de Woippy et environs.
Une exposition locale de T.S.F. attirera certainement un grand nombre de visiteurs. Des tableaux instructifs, plans de constructions pour amateurs, appareils de réceptions de nouveaux modèles seront exposés dans la salle du Lion d’Or. L’entrée sera gratuite.
Une grande soirée dansante sera organisée dans la soirée au café Boulanger, avec le concours d’un orchestre musette. Cette soirée dont le succès est certain débutera vers 19 h. 30. Prix d’entrée plus que modeste. (LL)

Vendredi 7 juin 1935
Communion solennelle.
– C’est le dimanche 9 juin, jour de la Pentecôte, qu’aura lieu la cérémonie de la communion solennelle. 33 enfants y prendront part.
Certificat d’études. – C’est avec plaisir que nous apprenons que les candidats et candidates présentés au x épreuves du certificat d’études qui eurent lieu le mercredi 5 juin, à Maizières, ont tous passé avec succès. Ce sont, de l’école des filles : Augier Renée, François Fernande, Gigleux Thérèse, Jeager Anne, Pilla Solange, Chastel Fernande et Schweitzer Marguerite ; toutes ont obtenu la mention « bien ».
De l’école des garçons, les résultats ne sont pas moins brillants : Hotz Fernand, Paulin Jean-Marie, Tailleur Roger et Trap Pierre, tous avec la mention « bien » également. Nous félicitons ces jeunes lauréats et lauréates qui font honneur à leurs dévoués maîtres, la sœur Thiry et M. Walter. (LL)

Samedi 8 juin 1935
Programme de la fête annuelle du Radio-Club.
– Les membres du Radio-Club de Woippy et environs tiennent à inviter tous les sans-filistes à sa première fête de formation qui aura lieu au café Boulanger, à Woippy, au cours des fêtes de Pentecôte.
Samedi 8 juin, à 20 h. 45, ouverture de l’exposition de T.S.F. avec distribution de palmarès.
Dimanche 9 juin : Visite de l’exposition de 8 h. à 20 h. L’entrée sera libre.
Lundi 10 juin : Visite de l’exposition, de 8 h. à 20 h. L’entrée sera libre.
A partir de 19 h., grande soirée dansante au café du Lion d’Or. (LL)

Dimanche 9 juin 1935
Société « Le Progrès ».
– La Société « Le Progrès » qui prendra une part très active à la fête des fraises, présentera à cette date une brochure contenant les buts, organisation ; etc., de la société. Il s’agit là d’une belle initiative de notre jeune société d’élevage.
Soirée dansante. – Demain lundi aura lieu dès 19 heures, dans la salle du café Boulanger, une grande soirée dansante organisée par le Radio-Club. Orchestre musette. Prix d’entrée mieux que modeste. Affluence certaine. (LL)

Mardi 11juin 1935
Grande exposition de T.S.F.
– Au cours des deux jours de Pentecôte, avait lieu à Woippy, dans la vaste salle du café du Lion d’Or, une exposition locale de T.S.F. Une organisation qui a su retenir de nombreux appareils et s’assurer le concours d’un jury compétent et désintéressé laissait prévoir un bon succès ; ce qui fut.
Samedi soir, au vin d’honneur offert par le comité directeur du Radio-Club de Woippy et environs, nous avons remarqué MM. Sechehaye, maire de Woippy, Lamort Julien, président de la commission des fêtes au conseil municipal, MM. les délégués du Radio-Club de la vallée de l’Orne, les représentants de différentes maisons de T.S.F. et plusieurs personnalités. M. Simon, inspecteur du foyer Français, prit la parole pour remercier M. le Maire et toutes les personnalités présentes. Puis le président retraça le beau travail accompli par le Radio-Club en moins d’un an d’existence et souligna que plus de 60 personnes y avaient donné leur adhésion. Par quelques paroles bien sincères, le maire apporta sa sympathie à la société, l’une des plus jeunes de Woippy.
Un jury formé de M. Schweitzer, président technique du R.C de Woippy, M. Renaud, ingénieur, président du R.C.V.O., Bach Edouard, secrétaire du R.C. de Woippy, M. Dusselle Emile, technicien en T.S.F., attribua le palmarès dont les principaux prix sont :
1 Prix général : Appareil Monopole, présenté par les Ondes Lorraines, rue Serpenoise, à Metz.
1 Prix : Appareil Radiomuse, présenté par M. Masson, T.S.F., à Metz.
1 Prix : Appareil Su-ga, présenté par M. Boulanger, Electricité – T.S.F., à Novéant.
De nombreux visiteurs de la localité et de tous les environs firent leur visite à l’exposition. L’intérêt fut surtout porté sur les appareils de mesure du dépanneur de la société, les modèles de construction modernes.
Une soirée dansante, parfaitement réussie, termina lundi soir cette fête du Radio-Club très bien réussie. (LL)

Mercredi 12 juin 1935
Soirée dansante des sapeurs-pompiers.
– Après la soirée dansante de dimanche dernier et qui obtint un si franc succès, aura lieu le 16 juin prochain une grande soirée dansante au café Boulanger, organisée par les sapeurs-pompiers cette fois, et au cours de laquelle seront élues la reine des fraises et ses demoiselles d’honneur. (LL)

Samedi 15 juin 1935
Premiers jours de cueillette des fraises à Woippy

Tant le syndicat des producteurs de fraises que les différents commerçants, par leur activité, ont écarté bien avant la récolte, le souci de trouver des débouchés et assureront selon toute prévision l’écoulement normal de la récolte.
En ces derniers jours, les expéditions eurent surtout lieu en direction de la Suisse, Bâle notamment, en direction de Strasbourg pour les marchands alsaciens. Bien que les fraises du sud de Metz soient surtout dirigées sur le marché nancéien, la fraise de Woippy y trouve place. De même que l’année précédente, la production fraisière de la région de Sierck suffit à l’approvisionnement du Luxembourg. Les expéditions des fraises de Woippy sur Paris sont à leur début ; d’autre part, lorsque la production sera plus forte, les grands centres du Nord, Lille notamment, seront approvisionnés par les fraises de chez nous. En gare de Woippy, furent chargés 6 wagons mardi dernier, 11 wagons mercredi dernier et les expéditions d’hier et d’aujourd’hui montrent une légère augmentation dans la production. Il ne faut pas négliger de citer les quelques milliers de kilos qui chaque soir sont expédiés par la route. (LL)

Chez les sapeurs-pompiers. – Demain dimanche, le corps des sapeurs-pompiers de Woippy donnera un grand bal dans la magnifique salle du Lion d’Or.
Le fait qu’au cours de ce bal il sera procédé à l’élection de la reine des fraises et de ses demoiselles d’honneur, lui donnera un cachet tout particulier.
Les camarades des environs ainsi que les jeunes gens sont cordialement invités à ce bal. (LL)

Lundi 17 juin 1935
DANS LA REGION
L’Election de la reine des Fraises de Woippy

C’est au cours de la soirée organisée hier qu’eut lieu l’élection de la reine des fraises. M. Sechehaye, maire de Woippy, présenta les candidates aux applaudissements enthousiastes de la salle. Le jury était formé de MM. de Marin, le lieutenant Le Grenelle et M. de Bonnefous.
Ont été élues : Reine des Fraises 1935 : Mlle Léonie Kopp ; première demoiselle d’honneur : Mlle Marguerite Mangenot ; deuxième demoiselle d’honneur : Mlle Marthe Steffen. (LL)

Jeudi 20 juin 1935
Fête des fraises.
– Le 30 juin aura lieu la fête des fraises. Nous publierons dès qu’il sera définitivement établi, le programme de cette manifestation qui certainement attirera un très grand nombre de visiteurs de toute la région.
Accidents et incidents. – Dimanche dernier, un jeune homme a été renversé par une automobile ; les blessures contractées sont heureusement peu graves. A quelque cent mètres de là, une voiture est entrée en collision avec une camionnette. A Bellevue, une automobile heurte une vache égarée de son parc. Hier, rue du Pâquis, une voiturette chargée de paniers de fraises se renversa.
Au Syndicat des producteurs de fraises. – On insiste à nouveau pour que les paniers soient moins remplis. Si les paniers remplis jusque sous l’anse ont un aspect peut-être plus agréable, il en résulte cependant des difficultés dans l’expédition. (LL)

Samedi 22 juin 1935
Société d’aviculture.
– Tous les membres sont invités à la réunion qui aura lieu aujourd’hui, à 20 h., au café Bader. A l’ordre du jour : Organisation de la journée avicole, participation à la fête des fraises, divers, Tombola.
Jeunesse patriote. – Il est rappelé aux sympathisants du mouvement qu’il existe une catégorie groupant les patriotes qui déclarent approuver le programme politique et social des J.P. et qui désirent en faciliter la réalisation par l’apport moral et pécuniaire, tout en gardant une entière indépendance. Ces sympathisants ne font partie d’aucune unité organisée. Le versement de la somme de 8 fr. donnera droit au service régulier du « National » pendant toute l’année. Des bulletins peuvent être remis au café Albert Mangenot, rue de Metz, à Woippy.
Avis aux sans-filistes. – De nombreux sans-filistes ont à plusieurs reprises sollicité divers renseignements au radio-Club de Woippy et environs ; celui-ci s’est fait chaque fois un devoir d’y répondre individuellement.
En ce qui concerne le dépannage des appareils de T.S.F., le Radio-Club est en mesure de répondre que la garantie donnée par les revendeurs, représentants, constructeurs, etc., ne s’entend généralement que pour la matière première et contre tous vices de construction et qu’une indemnité de dépannage peut très légitimement être exigée de ceux-ci. On peut établir ainsi le montant de l’indemnité de dépannage : Frais de déplacement : 5 à 15 fr. ; assurance : 5 à 10 fr. ; par heure de travail : 4 à 5 fr. Les pièces de rechange nécessitées sont toujours à la charge du possesseur du poste.
Le Radio-Club a mis en fonctionnement un service gratuit de dépannage qui sera assuré par M. Schweitzer, président technique, initié depuis plusieurs années déjà à la T.S.F. Afin de pouvoir jouir de tous les avantages, que les sans-filistes n’attendent pas le jour de la « panne » et demandent de suite leur inscription, soit aux membres du comité, soit au café du Lion d’Or, soit directement au secrétariat. Cotisation : 10 fr. par an. (LL)

Lundi 24 juin 1935
Importante réunion du Syndicat des producteurs de fraises.
– Les producteurs de fraises, membres du Syndicat, furent invités samedi soir à assister à une réunion organisée salle du café du Lion d’Or. Les producteurs de fraises répondirent presque unanimement à l’appel qui leur fut fait. A 211 heures, M. Kopp Jean, président du Syndicat des producteurs de fraises de Woippy, ouvrit la séance pour remercier les personnes présentes. M. Kopp tint immédiatement les membres au courant des faits importants survenus en deux jours, 6 wagons de fraises furent perdus, et M. de Ladonchamps, président de l’Union des Syndicats des producteurs de fraises et autres fruits de la Moselle, en expliqua les raisons avec forces détails. M. de Ladonchamps exposa les négligences coupables dont s’étaient rendus grand nombre de producteurs, notamment la cueillette des fruits trop mûrs ; la livraison des fraises aux heures de grosse affluence, 12 h. et 6 h. ; la cueillette des fraises dans la soirée pour la livraison du lendemain. En raison de la forte récolte, M. de Ladonchamps propose une solution immédiate : Augmentation et surveillance du personnel. La récolte terminée, devra être réduite la culture du fraisier, ce qui aura pour effet chez certains producteurs de fournir des fruits de meilleure qualité et en général de maintenir les prix.
Puis après un très précis exposé de M. de Ladonchamps que la question des débouchés intéresse au tout premier plan, M. Kopp répondit à quelques questions d’organisation intérieure et insista près les membres pour que les paniers fussent moins remplis et la variété dite « tomate » cueillie dans des paniers neufs. A l’issue de la séance, il fut décidé unanimement que même les paniers étiquetés pouvaient être transvidés par les mandataires du Syndicat, afin que le contrôle de la marchandise fusse plus efficace. (LL)

Mercredi 26 juin 1935
La Société « Le Progrès » et la fête des fraises.
– La société d’aviculture « Le Progrès » tient à informer ses membres que dimanche prochain, jour de la fête des fraises, aura lieu au café Fléres, une grande réunion de propagande avicole. Me Wiltzer, député, honorera cette réunion par sa présence effective. De nombreux délégués du groupement des sociétés d’aviculture assisteront à cette réunion. Plusieurs causeries sur l’élevage du menu bétail, du pigeon en particulier, sur l’hygiène, etc., seront faites. Tous les aviculteurs, agriculteurs, etc., sont priés d’assister en très grand nombre à cette réunion.
Conseil municipal. – Dans sa dernière séance, le conseil municipal vient de voter unanimement une motion de félicitations au corps enseignant pour les beaux succès obtenus au certificat d’études.
– Le plan de nivellement du village, présenté par un géomètre, vient d’être refusé, de nombreuses habitations ne figurant pas sur ce plan. (LL)

Vendredi 28 juin 1935
Congrès des aviculteurs.
– Dimanche prochain aura lieu un grand congrès des aviculteurs à Woippy, sous la présidence de M. A. Wiltzer, député, président de l’Union des Sociétés des aviculteurs de la Moselle.
De nombreuses conférences traitant tous les sujets d’élevage sont prévues.
Ce congrès coïncidant avec la Fête des Fraises, nous invitons tous nos éleveurs à assister à cette grande manifestation. La Société de Woippy a fait de gros efforts pour bien recevoir tous nos éleveurs. (LL)

Lundi 1er juillet 1935
WOIPPY a eu sa Fête des Fraises, son enthousiasme, son soleil…

Hier dimanche, Woippy était en fête. Le jour traditionnel que cette charmante localité consacre chaque année à sa principale richesse : la fraise, connut hier un succès sans pareil. Le soleil et la joie ne manquèrent pas un seul instant d’être de la partie. Il est vrai que Woippy, avec ses maisons blanches, ses vaste champs, où des milliers de points rouges montrent le nez entre les feuilles, avec son parfum de fruit mûr, est un lieu idéal pour que fleurissent la joie – après les longues journées de labeur, les incessantes difficultés de la cueillette et de la vente. Hier, le soleil qui avait les jours précédents brûlé les nuques, malgré les « halettes », qui avait rendu si pénible le travail de champs, était devenu un joyeux camarade dont la société vous ravit.
Le matin déjà, après la grand-messe, une gerbe fut déposée au monument aux morts, au nom des sociétés locales.
Mais ce fut l’après-midi que les réjouissances battirent leur plein. C’est la société des sapeurs-pompiers, de musique et de gymnastique de l’Union de Woippy, qui se réunit tout d’abord devant le café de la Gare. Son président, M. Sechehaye, maire de Woippy, dont nous nous plaisons à louer l’amabilité et le savoir-faire, se dépense sans compter. A côté de lui, nous remarquons M. Mangenot, président de la Société de Woippy « Le Progrès » ; M. de Bonnegarde, maire de Maizières, etc.
Peu à peu arrivent les sociétés, drapeau et musique en tête, qui viennent apporter à Woippy leur précieux concours pour la fête des fraises et leur sympathie pour la capitale lorraine de ce fruit succulent. L’excellente musique de l’« Union » salue chaque société par une sonnerie « Aux Champs » et par la « Marseillaise ». Nous reconnaissons les sociétés de Saint-Eucaire (Metz), de Herny, « Renaissance » de Devant-les-Ponts, de Saint-Julien, de Maizières et d’Ars-sur-Moselle. D’autre part, de nombreuses délégations d’anciens combattants de Woippy et des environs ont tenu à participer à la fête. M. Chrisment, vice-président du groupement avicole de Metz, représentant M. le député Wiltzer, qui n’arrivera à Woippy que plus tard.
Les sociétés étant reçues, le cortège se forme. Au milieu s’avancent, offert par le garage Kuntz, sur un char – orné avec goût de fleurs, de banderoles et d’une énorme fraises – Mlle Léonie Kopp, fille du président du Syndicat, élue Reine des Fraises, et ses demoiselles d’honneur, Mlles Marthe Steffen et Marguerite Mangenot. Nous ne savons pas quel privilège a fait distinguer ces trois demoiselles, mais celui de leur beauté et de leur gentillesse suffirait à notre avis. Lentement, le cortège fait le tour du village, au milieu des acclamations de la foule, qui reçoit en guise de remerciements des sourires et des fleurs de sa majesté la reine et de ses demoiselles d’honneur.
Mardi 2 juillet 1935
Après quoi, le cortège s’immobilise sur la place de l’Eglise, où des forains ont établi leurs carrousels et leurs baraques. L’Harmonie de Saint-Eucaire joue alors la marche « Alsace-Lorraine » avec un entrain et un art qui enthousiasment la nombreuse foule, venue en grande partie de l’extérieur, et où les uniformes bleus des poilus n’étaient pas rares.
Et c’est le vin d’honneur dans la belle salle des fêtes du Café du Commerce, agrémentée de fleurs disposées avec goût. La société de musique « Avenir » de Saint-Julien exécute durant la cérémonie des morceaux dirigés avec autorité et fort bien interprétés, qui sont accueillis par de furieux applaudissements. A la table d’honneur se placent la reine des fraises, entourée de ses demoiselles d’honneur, M. Sechehaye et un grand nombre de personnalités. Une distribution abondante de limonade et de fraises est faite aux enfants. M. Sechehaye remercie chaleureusement ceux qui sont venus si nombreux à la fête de Woippy. A cet instant, entre M. le député Wiltzer, auquel de charmantes jeunes filles offrent une gerbe splendide. M. Wiltzer, très touché, remercie pour l’accueil très cordial qu’on a bien voulu lui réserver, il vient non pas en député, mais en président des aviculteurs, en Lorrain, en ami. Il adresse ses remerciements et ses félicitations à la Société d’aviculture de Woippy, à M. le Maire Sechehaye, et termine sa causerie en levant son verre à la santé de la reine, à celle de M. le Maire, à celle de la France.
Après un verre de bon vin gris de Moselle, tout le monde se réunit au restaurant de la Gare, où commence la Journée avicole du Groupement des Sociétés et Syndicats d’aviculture de Metz-ville et campagne. M. le député Wiltzer ouvre la séance, puis d’intéressantes conférences sont faites par M. Legendre, vice-président de la Société de Rombas (sur l’aviculture) ; par M. Chrisment, vice-président du groupement (sur l’élevage du lapin) ; par M. Vogel, secrétaire du Club colombophile (sur le pigeon). Nous ne doutons pas que ces causeries ont été suivies avec profit par de nombreux aviculteurs présents, lesquels ne ménagèrent pas leurs applaudissements aux conférenciers.
… Et le soir, toute la jeunesse de Woippy dansa joyeusement, terminant ainsi dignement cette fête des fraises et fête avicole, fête aussi de la joie. Ch. F. (LL)

Certificat d’études. – Après le brillant succès qu’ont remporté les quatre candidats de l’école de garçons à l’examen du certificat d’études à Maizières, signalons aussi celui de l’élève Jean Hugy, qui a passé cet examen mercredi dernier, devant une commission à Metz, où il a obtenu également la mention « bien ».
Toutes nos félicitations aux heureux lauréats, dont le bel exemple saura sans doute encourager leurs camarades de classe qui se présenteront aux épreuves de 1936. (LL)

Lundi 1er juillet 1935
Woippy célèbre dans l’enthousiasme la traditionnelle fête des fraises

Un temps splendide, agrémenté d’une délicieuse petite brise, présidait cette annuelle fête des fraises, qui crée dans Woippy la plus joyeuse et charmante animation. Hier encore, la fête battait son plein dans l’accueillante localité, toujours parfumée des fruits odorants qui poussent en abondance dans les champs d’alentour.
Comment en serait-il autrement à Woippy, où choses et gens sont d’allure si sympathique, où il fait bon passer quelques heures au contact d’une population qui nous reçoit toujours le plus simplement mais aussi le plus cordialement qui soit ?
Fête d’été peut-être, où les jeux et les sports sont à l’honneur, mais fête patriotique aussi. A Woippy, toute réjouissance est une autre occasion de rendre hommage aux morts, de manifester son attachement à la patrie retrouvée. C’est bien dans ce sens qu’hier matin, à la sortie de la messe, la population se retrouvait tout entière autour du monument aux morts de la guerre, où une gerbe de fleurs fut déposée, cependant que l’assistance observait une minute de silence et de recueillement.
A 14 heures, les visiteurs et sociétés invitées commencent à arriver nombreux. A l'entrée de Woippy, l’Union de Woippy, au grand complet, les sapeurs-pompiers, les autorités locales, accueillent sociétés et délégations. M. Sechehaye, le toujours dévoué et très aimable premier magistrat, environné de MM. de Bonnegarde, maire de Maizières ; Mangenot, président du « Progrès » ; Christment, vice-président du Groupement avicole de Metz ; Stengler, secrétaire général du Groupement des Sociétés et Syndicats d’aviculture de Metz-Ville et Campagne, M. Sechehaye, disons-nous, a pour chaque président de société le mot aimable et cordial.
L’Union de Woippy exécute plusieurs « Marseillaise » lorsqu’arrivent successivement la « Lyre » de Saint-Julien, la Société « Saint-Martin » de Maizières-lès-Metz, Saint- Eucaire et ses pupilles, la « Renaissance » de Devant-les-Ponts, le société d’Herny.
Mais voici qu’arrive un char tout fleuri et enrubanné, monté par les soins du Garage Kuntz, de Woippy. Sous l’énorme fraise qui le couronne, a pris place la reine des fraises, Mlle Léonie Kopp, fille du sympathique président du Syndicat et conseiller municipal M. Jean Kopp, environnée de ses demoiselles d’honneur, Mlle Marguerite Mangenot et Marthe Stephen, toutes trois gracieuses et souriantes et toutes pénétrées de leur dignité.
Un cortège se forme, en tête duquel marchent les sapeurs-pompiers de Woippy, suivis des sociétés précitées et des délégations des anciens combattants de Woippy et « Relève », encadrant le char de Sa Majesté la Reine qui obtient sur son passage les plus chaleureuses acclamations.
Après un défilé dans les rues de Woippy, on se retrouve sur la place de la Mairie où la Société Saint-Eucaire se fait applaudir.
A 16 heures, un vin d’honneur est servi au Café du Commerce, sous la forme d’un petit gris de Lorraine pétillant et rafraîchissant. M. Sechehaye s’adresse cordialement à l’assistance. Il remercie tous les visiteurs et sociétés qui ont pris part à la fête. A ce moment, M. Alex Wiltzer, député de Boulay, fait son entrée. M. Sechehaye est heureux de lui souhaiter la plus cordiale bienvenue, soulignée par les applaudissements de la salle.
M. le député Wiltzer dit combien il est sensible à cet accueil que la municipalité de Woippy lui a réservé. Mais ce n’est pas le député, précise-t-il, qui vous rend visite aujourd’hui, c’est plus simplement le président des aviculteurs l’ami. Je ne sais comment vous exprimer ma gratitude d’avoir associé à cette fête des fraises, les aviculteurs si nombreux dans cette région et dont le groupement a pris un si ample développement.
M. Wiltzer tient surtout à féliciter M. Sechehaye, qui préside avec tant de distinction et de dévouement les destinées de la commune de Woippy, et à le remercier vivement.
Il termine en invitant l’assistance à venir écouter les très intéressantes causeries qui vont être faites dans une salle réservée du Café de la Gare par M. Christment, sur l’élevage du lapin, par M. Vogel, secrétaire du Club colombophile, sur le pigeon, et par M. Legendre vice-président de la société de Rombas, sur la volaille.
Mais la fête n’est pas finie. A 18 heures, un bal à grand orchestre réunit, salle du Lion d’Or, de multiples danseurs et danseuses, qui s’en donnent à cœur joie, insouciants de la chaleur et infatigables.
Bref, la fête des fraises 1935 fut une fois de plus célébrée dans l’enthousiasme et la gaieté. On dégusta beaucoup de fraises, on prit d’assaut les cafés pour faire un sort aux boissons rafraîchissantes, on se divertit fort aux attractions de tous genres, on écouta avec plaisir les flots d’harmonie que répandaient inlassablement les excellentes sociétés de musique et l’on quitta Woippy, emportant l’indispensable panier de fraises, mais aussi le plus délicieux souvenir de cette fête, qui fut couronnée une fois de plus d’un beau et légitime succès. (LM)

Mercredi 3 juillet 1935
La cueillette des fraises tire à sa fin

Une chaleur torride aura avancé d’au moins huit jours la fin de la cueillette des fraises pour la saison 1935. Une petite promenade faite dans le pays messin nous a donné cette confirmation. Cependant on n’est pas mécontent de l’année. Si le fruit n’eut peut-être pas le sucre habituel, il ne fut pas dédaigné pour cela. La fraise passant trop vite, ces jours derniers, les prix en ont ressenti la répercussion par une sensible dégringolade.
Un petit arrêt en gare de Novéant nous a permis de prendre contact avec plusieurs personnalités du monde des expéditeurs de fruits. Il y a là MM. Amard et Chatam qui expédient principalement sur Paris et dans le Nord. Ils constatent que le marché de Paris n’absorbe pas de très grandes quantités de fraises ; c’est l’argent qui manque, nous disent-ils. Le Nord de la France est un tout nouveau débouché pour les fraises du pays messin et MM. les expéditeurs s’en montrent satisfaits. Aucun d’eux ne regrette l’Allemagne comme acheteur de nos produits, et aucun ne voudrait fournie à nos peu conciliants voisins. D’ailleurs à quoi bon aller chercher le débouché dans ce pays, puisque les marchés français et suisse absorbent tout ce que l’on veut.
Pour ce qui est du marché suisse, c’est M. Zimmermann qui semble s’y être spécialisé. La Suisse est fort intéressante pour nos producteurs. Nous avons voulu savoir à combien allaient revenir les fraises que M. Zimmermann était occupé à charger dans différents wagons, à destination de Zurich, Berne, Bâle, etc. Les fraises rendues sur wagon à 115 fr., nous dit l’expéditeur, coûtent à Bâle 180 fr. les 100 kilos, si l’on possède une licence de contingentement ; sans licence d’exportation, les droits de douane sont décuplés et les 100 kilos reviennent à 270 fr. à l’arrivée.
Précisons que la gare de Novéant groupe les fraises de Novéant, Fey, Arry, Dornot, Marieulles, Vezon, Lorry-Mardigny, Ancy, Corny, La Lobe, Jouy et la vallée du Rupt de Mad. Une trentaine de wagons sont encore expédiés chaque jour de cette gare, mais la plus grosse journée fut certes le lundi 24 juin, où 110 wagon sont quitté Novéant.
Nous avons encore voulu pousser jusque dans la charmante bourgade de Marieulles où la fraise et le bon vin sont à l’honneur. Marieulles n’est certes pas un très gros centre de production, mais M. Charpentier, l’aimable secrétaire du Syndicat, nous assure qu’on cultive environ un hectare de fraises sur le ban de la commune, et que chaque jour on y cueille une moyenne de 1.500 paniers. La chaleur a été trop forte, constate M. Charpentier, et hâte la maturité du fruit sans lui donner la saveur voulue. Les prix pratiqués en ces derniers jours de cueillette ne satisfont certes pas tout le monde, mais à Marieulles on n’est pas plus royaliste de le roi et on est content tout de même de la saison des fraises. (LL)

Jeudi 4 juillet 1935
Chronique locale.
– En raison de la température et des quelques averses, la cueillette des fraises ralentira légèrement cette semaine.
Les élèves sous-officiers ont obtenu les résultats les plus enviables aux épreuves de fin de cours. Nous avons appris avec plaisir que M. Brusseaux Henri fut classé 4e sur plus de 300 candidats aux épreuves de tir. A tous les élèves et leurs moniteurs, nos sincères félicitations.
– Les groupements politiques de formation récente prennent actuellement un développement considérable ; une autre ligne serait en voie de formation.
– L’Union prendra part aux manifestations sportives d’Epinal.
– Notre localité a été au cours de ces jours derniers le théâtre de bon nombre d’accidents et incidents. La voiturette de fraises appartenant à M. F. policier à Metz, a été renversée par une automobile ; route de Briey, deux automobiles sont entrées en collision ; un véhicule a défoncé une grille en bordure de la route de Metz-Thionville ; dimanche soir, une bataille de jeunes gens se termina par une double contravention, etc.
Préparation militaire. – Cinq membres de l’Union de Woippy ont passé avec succès les épreuves du brevet de préparation élémentaire. Ce sont : MM. Guse Louis, Louis jean, Mangenot Paul, Potier Jean et Schäffer Antoine (B.A.P.). En outre, M. Louis Jean a passé le brevet de spécialité du tireur classé, et M. Potier Jean celui de nageur classé.
Le « Lorrain » adresse ses félicitations à ces jeunes gens ainsi qu’à M. Lucien Mélisse, sergent-chef, leur dévoué instructeur. (LL)

Dimanche 7 juillet 1935
Fête de l’Union de Woippy.
– Le comité de l’Union de Woippy se fait un plaisir d’inviter ses membres et amis à assister aussi nombreux que possible à sa fête annuelle qui aura lieu le dimanche 7 juillet, au café du Commerce.
De nombreuses distractions ont été prévues : jeux de quilles, jeu de massacre, etc., dotés de nombreux et jolis prix.
Dans le courant de l’après-midi, la fanfare de l’Union de Woippy fera entendre les plus beaux morceaux de son répertoire.
Et pour terminer gaiement cette belle journée, à partir de 17 h., grand bal.
Vol. – Des cambrioleurs se sont introduits dans la nuit du jeudi au vendredi dans la propriété de M. Stablo, secrétaire de mairie. Environ 200 fr. ont été dérobés

Mardi 9 juillet 1935
Réunion du « Progrès ».
– Samedi soir avait lieu au café Spiedel, rue de Nachy, une importante réunion de la Société d’aviculture « Le Progrès ».
M. Mangenot-Hugot Alfred, président, ouvrit la séance pour remercier les nombreux aviculteurs et les dames qui avaient tenu à assister à cette réunion. Puis, M. François donna lecture du procès-verbal de la réunion générale.
De nombreuses questions d’organisation furent envisagées : exposition locale, revue mensuelle, guides éleveurs, etc., puis eut lieu le tirage de la tombola : Mme Galleron, M. Stef Jules fils, M. Engelke furent les heureux gagnants de poussins.
A l’issue de la séance furent distribués à chaque membre les livrets contenant les statuts, organisations, buts, etc., de la Société. (LL)

Jeudi 11 juillet 1935
Incendie.
– Un incendie s’est déclaré hier matin, vers 9 heures, au domicile de M. Petit, habitant Saint-Remy, commune de Woippy. Le feu prit dans la cheminée et ne put s’étendre au reste de l’habitation, grâce à l’intervention des dévoués pompiers de Saint-Remy. (LL)

Samedi 13 juillet 1935
Radio-Club.
– Ce soir, à 20 h. 45, au café Bader, réunion de comité. Présence indispensable.
Club « L’Espérance ». – Le Club « L’Espérance » organise, à l’occasion de la Fête Nationale, une petite fête champêtre à laquelle il invite les jeunes gens des environs.
Au café bader, à partir de 11 heures, les fervents de la boule ronde pourront, au grand concours de quilles, se disputer de jolis prix : un service de table, une oie, un service de toilette, etc.
Le soir, grande soirée de famille au café Bader. (LL)

Mardi 16 juillet 1935
Location de la fête patronale.
– Par décision du Conseil municipal de Woippy, en date du 10 courant, la location de la fête patronale et des emplacements réservés aux forains aura lieu le 11 août 1935 dans les conditions habituelles, à 11 heures, à la mairie.
Réunion générale du Radio-Club. – Samedi prochain aura lieu, à 20 h. 45, au Café Bader, une réunion du Radio-Club de Woippy et environs. Le présent avis tint lieu de convocation.
Accident de la circulation. – Le jeune motocycliste Volken Alois fit dimanche matin une assez forte chute. Arrivant dans un endroit défectueux de la route, il perdit le contrôle de sa machine et se fit projeter sur le sol. Il contracta quelques blessures au genou et au bras gauche. (LL)

Bellevue.
Fête patronale.
– C’est dimanche prochain qu’aura lieu la fête patronale de Bellevue. Les jeunes gens de la fête se font un grand plaisir d’inviter leurs amis et parents des localités voisines, qui certainement viendront en aussi grand nombre que l’an dernier ; ils leur réservent un accueil des plus chaleureux. Il y aura les divertissements habituels, bal, jeu de quilles, etc., et des attractions sensationnelles. (LL)

Samedi 20 juillet 1935
Petite nouvelles.
– Une permanence de renseignements pour tous les sans-filistes fonctionnera ce soir à partir de 20 h. 45, au café Bader.

Etude de Me J. ALEXANDRE, huissier
à METZ, 11, rue des Clercs (Tél. 1246)
Grande vente volontaire
d’un
Beau Mobilier
A WOIPPY

Le SAMEDI 27 JUILLET 1935, à 17 heures, à Woippy, dans la salle du café « Au Lion d’Or », je procéderai à la vente volontaire, par adjudication publique, au comptant et 15% en sus, de :
Un cabinet de travail, se composant d’une grande bibliothèque, d’un cartonnier, d’un canapé et de 2 fauteuils en cuir, un piano « Pleyel », deux tables rondes de salle à manger dont une avec 4 rallonges, 2 lits complets, une table de nuit, un guéridon ovale, 12 chaises en cuir, des chaises anciennes cannées, des chaises en bois courbé, un lit pliant, un lit métallique avec sommier à ressorts, un lit d’enfant avec couvertures, 2 berceaux, une toilette d’enfant, un pulvérisateur moratori, 13 litres avec manomètre et allonge, une pompe à seau, des sacs de pommes de terre, des moules à gaufres, des pots en verre, etc.
Aux conditions du procès-verbal de vente.
J. ALEXANDRE, huissier.

– En raison de la fête patronale de Bellevue, il n’y aura pas de manifestation dans la localité.
– Très prochainement sera ouvert un bureau de tabac, rue de Metz. (LL)

Dimanche 21 juillet 1935
Service autobus.
– Outre le centre du village desservi par le service des transports départementaux, les localités de Saint-Remy, Ladonchamps, Maison-Rouge, Maison-Neuve, appartenant à la commune de Woippy sont desservies par les services autobus de Metz à Thionville. Certains projets prévoyaient la suppression d’arrêts dans ces localités ; aussi se heurtait-on à une protestation unanime de la part des intéressés ; considérant que les usagers de ces services ne pouvaient, en raison de l’éloignement, employer le chemin de fer, le conseil municipal a décidé de protester contre ces projets afin que le service autobus actuel soit maintenu. (LL)

Lundi 22 juillet 1935
La grande journée avicole

Dimanche, le 30 juin, a eu lieu une belle journée avicole organisée par le groupement à Woippy.
Le sympathique maire, M. Sechehaye, et la Société d’aviculture, qui a à sa tête l’actif président, M. Mangenot, n’avaient rien négligé pour rendre notre journée aussi agréable et attrayante que possible.
Le distingué maire, M. Sechehaye, dans une belle allocution souhaita la bienvenue à tous les aviculteurs. Il remercia avant tout chaleureusement le député Wiltzer ainsi que son comité, MM. Stengler, Mussot, Chrisment et Dauphin.
Une belle gerbe de fleurs fut ensuite remise au député Wiltzer ainsi que de fraises tant à lui qu’à tous les présidents de sociétés.
M. Wiltzer remercia de tout cœur les organisateurs de cette belle journée.
Il dit notamment qu’il ne venait pas en qualité de député mais comme aviculteur et ami.
Il exprime toute la gratitude des aviculteurs à M. Sechehaye et dit que les éleveurs étaient fiers de la compter parmi leurs amis.
Ensuite le président Wiltzer parla de l’importance de l’aviculture surtout dans cette région de petite culture de Woippy. Avec une joie particulière, il constata le développement de cette jeune société de Woippy.
Lee premier orateur, M. Legendre fit une conférence aussi intéressante que scientifique sur le coq reproducteur.
M. Chrisment parla ensuite de l’élevage du lapin et des conditions d’élevage et d’hygiène indispensables pour réussir.
M. Vogel fit une conférence détaillée sur l’élevage du pigeon.
Ces orateurs, qui avaient traité en maître ces différents sujets furent longuement applaudis. M. Wiltzer, après avoir renouvelé tous ses remerciements à toutes les personnes présentes et notamment à la municipalité, clôt la réunion.
Les aviculteurs ont passé une agréable soirée à la fête des fraises et ont emporté de cette belle journée de Woippy un excellent souvenir.
Que tous les organisateurs de cette belle fête soient encore cordialement remerciés. (LL)

Mardi 23 juillet 1935
« L’Union » à Epinal.
– Les sections de gymnastique et de musique de l’Union prendront part, samedi 27 et dimanche 28 juillet, au concours interrégional d’Epinal.
Départ en autocar, samedi vers 14 h ; retour dimanche dans la soirée.
Les membres honoraires qui désireraient accompagner la Société sont priés de la faire connaître d’urgence, et jusqu’à demain soir, dernier délai, à M. J. Lamort. (LL)

Mardi 30 juillet 1935
Union Jeanne-la-Lorraine
Nos sections au concours interrégional d’Epinal.

C’est à Epinal, le dimanche 28 juillet, que les Unions Lorraines de la fédération des patronages avaient organisé leur grand concours interrégional, en même temps que se disputait le Championnat de France de gymnastique.
Nos patronages de la Moselle y avaient envoyé douze de leurs plus belles Sociétés, qui furent particulièrement applaudies au cours du défilé magnifique des 138 Sociétés présentes.
Au cours des deux journées des 27 et 28 juillet, Epinal connut une animation inaccoutumée, et les cérémonies et les fêtes organisées par la F.G.S.P.F. laisseront un excellent souvenir à nos jeunes des patronages mosellans, heureux de faire un beau voyage et de participer à ce concours, qui réunit environ 8.000 musiciens et gymnastes.
Nous ne pouvons donner ici tout le détail du palmarès des épreuves auxquelles nos Sociétés de l’Union Jeanne-la-Lorraine ont pris part, mais nous tenons à signaler leurs succès en les félicitant de leur classement au sein du groupement des Unions de Lorraine.
CONCOURS DE SECTION ADULTES
- Division Excellence C :
Espérance du Sablon, prix d’excellence couronné.
Jeune Garde de Dudelange, prix d’excellence.
Cercle Saint-Louis, Algrange, prix d’excellence.
- Division Supérieure
Saint-Nicolas, Montigny, prix d’excellence.
Cercle Catholique Saint-Hubert, de Florange, prix d’excellence.
- Division excellence D :
Sportive Française, Sarrebourg, prix d’excellence
couronné.
CONCOURS DE SECTIONS PUPILLES
- Division Excellence B :
Espérance Metz-Sablon, prix d’honneur.
- Division Excellence C :
Saint-Georges, de Rosselange, prix d’excellence couronné.
Union de Woippy, prix d’excellence.
Cercle Catholique Saint-Hubert, de Florange, prix d’honneur.
- Division Supérieure C :
Cercle Saint-Nicolas, Montigny, prix d’honneur.
Cercle Saint-Nicolas d’Ottange.
- Division Excellence D :
Cercle Saint-Louis, de Forbach, prix d’excellence couronné.
Le classement pour l’U.J.L.L. s’établit donc comme suit (sauf erreur ou omission) suivant les règlements de la F.G.S.P.F. :
Cercle Saint-Georges, de Rosselange, classé 9e du Championnat de France : Drapeau de l’Union Jenna-la-Lorraine ; Fanion des Pupilles.
Espérance de Metz-Sablon : Challenge Mathou. (LL)

Samedi 3 août 1935
Un incendie dû à la malveillance, détruit une grange remplie de blé de la ferme Saint-Eloi
L’auteur, un Polonais ancien domestique à la ferme de constitue prisonnier

Trop souvent les fermes lorraines, isolées en pleine campagne, sont à la merci de la haine d’un domestique congédié qui croit devoir se venger en mettant le feu à un bâtiment.
Rarement ces incendiaires échappent au juste châtiment que la loi a voulu particulièrement sévère. Hier encore, le feu, allumé par une main criminelle, détruisait à la ferme Saint-Eloi une grange bourrée de gerbes de blé fraîchement rentrées des champs.
C’est vers une heure du matin, l’autre nuit, que le marcaire de M. Etienne Keller, fils du fermier bien connu dans les milieux agricoles mosellans, aperçut une lueur provenant de la grange sise en face du corps de logis. Il en avisa sur le champ le propriétaire. Déjà les flammes, qui avaient trouvé un aliment facile, sortaient par toutes les issues et s’attaquaient à la toiture.
Bien vite, avec deux pompes et sous les ordres du sous-lieutenant Emile Remiatte, le corps des pompiers de Woippy était sur les lieux. De l’eau, il y en eut suffisamment à puiser dans le ruisseau proche de Sainte-Agathe. Il fallut cependant faire la part du feu et se borner à préserver les bâtiments voisins.
Toute la journée durant, les flammes continuèrent à brûler ce qui restait des 65 voitures de blé, partie du résultat d’une année de dur labeur, ainsi qu’une machine à battre fixe. Un poste de surveillance des pompiers resta en fonction afin de parer à toute éventualité.
Les dégâts, assez importants, sont estimés à au moins 100.000 fr., mais couverts par l’assurance.
L’incendie n’avait pu s’allumer seul, car aucune installation électrique n’existait dans le bâtiment incendié. De là à conclure que l’incendie était criminel, il n’y avait qu’un pas, et les soupçons de portèrent aussitôt sur un ancien ouvrier agricole de nationalité polonaise.
En effet, mercredi matin, ce Polonais, du nom de Antoine Buczel, âgé de 30 ans, s’était fait donner son compte. Jeudi matin, il revint à la ferme et demanda à être réembauché, ce qui lui fut refusé. Mécontent, Buczel s’en fut chercher noise au marcaire, puis on ne le revit plus de la journée. La nuit survint l’incendie.
Rappelons qu’en 1907 déjà, une partie de la ferme qu’exploitait M. Keller, père, avait été incendiée par une main criminelle. L’auteur ce cet autre incendie avait eu soin, auparavant, de saouler la sentinelle allemande qui montait la garde à l’entrée du terrain militaire voisin, ce qui lui permit d’opérer en toute quiétude.
La gendarmerie de Metz ouvrit, au cours de la nuit même, une enquête. Dans l’après-midi, la police messine lui présentait Buczel qui était venu se constituer prisonnier.
Le Polonais, interrogé sur l’incendie et ses causes, reconnut sans forfanterie et avec un petit air satisfait en être l’auteur. A l’en croire, il l’aurait allumé par imprudence. Il déclare en effet que jeudi soir, après s’être saoulé à l’alcool à brûler, il était allé se coucher dans la grange.
Sans s’inquiéter de ce qui pouvait advenir, il alluma une cigarette et ne s’occupa nullement de l’allumette qu’il laissa tomber dans la paille. A la vue des flammes, il se sentit du « courage » pour prendre la fuite et aller se jeter dans la Moselle. A proximité de la rivière, dit-il, craignant de se mouiller et l’eau devant être froide (sic), il abandonna le projet de suicide et se coucha sous un arbre, sans se préoccuper de l’incendie qui ravageait la grange. Singulière lucidité d’esprit pour un homme qui prétend s’être enivré.
Buczel a été mis an état d’arrestation et sera présenté ce matin au parquet. (LL)

Samedi 3 août 1935
Société « Le Progrès ».
– La Société d’aviculture « Le Progrès » invite tous ses membres à la réunion qui aura lieu aujourd’hui 3 août, à 20 h. 30, au café Boulanger. A l’ordre du jour figure l’organisation d’une exposition locale d’aviculture. Le tirage d’une tombola aura lieu au cours de cette réunion.
Probité. – Un jeune homme habitant rue de Briey a trouvé un bracelet et un collier d’enfant. Il s’est empressé de déposer les objets à la mairie. (LL)

Dimanche 4 août 1935
Avis aux jeunes gens de la localité.
– Le comité du radio-Club de Woippy et environs a l’honneur d’informer les jeunes gens de la localité et des environs, qu’il organise cette année des cours d’instruction. Les cours se composeront de 10 conférences sur l’électricité et la T.S.F., de dix leçons pratiques, un cours d’électricité et T.S.F. élémentaire, une étude de lecture en son de l’alphabet Morse.
Aucune connaissance spéciale n’est exigée et les cours sont entièrement gratuits. Ces études de radiotélégraphie seront sanctionnés par un diplôme délivré par le Radio-Club et pour les élèves n’ayant pas encore été incorporés par un certificat d’aptitude à l’emploi de radiotélégraphiste d’aviation. Tous renseignements pourront être donnés par M. Dusselle Emile, président du Radio-Club de Woippy et environs, ou par M. Simon, directeur des cours. (LL)

Mercredi 7 août 1935
Importante réunion de la Société d’aviculture « Le Progrès ».
– Tous les membres de la Société d’aviculture « Le Progrès » avaient été invités à l’importante réunion qui eut lieu samedi soir, à 20 h. 30, au café Boulanger.
M. François, qui présida, prononça quelques paroles de bienvenue et passa immédiatement à l’ordre du jour. Il fit un premier exposé sur l’exposition locale d’aviculture qu’organisera « Le Progrès » au cours de l’hiver. Après approbation unanime de l’exposé de M. François, le secrétaire de la Société, M. Henry Léon, prit la parole pour faire l’historique de la Société, puis une causerie sur l’unité et la bonne entente qui doit présider dans toute Société d’aviculture, causerie qui fut très suivie par tous les auditeurs.
Après avoir recommandé une revue agricole et donné quelques conseils, le président organisa une tombola, dont MM. Marmillot et Gérard furent les heureux gagnants.
La séance fut levée vers 22 h. 30, dans la plus grande cordialité. (LL)

Mercredi 14 août 1935
Fête patronale.
– C’est le 25 août prochain qu’aura lieu la fête patronale si renommée de Woippy. L’organisation de cette fête est aux mains du restaurateur bien connu, M. Natier, et le jeu de mouton est confié à M. Kocher. Dès ce jour, les organisateurs adressent leurs plus larges invitations. (LL)

Mardi 20 août 1935
Fête patronale.
– Dimanche prochain aura lieu la fête patronale de la cité des fraises ; fête dont la renommée n’est plus à faire, puisque ce jour-là, de dix lieues à la ronde, tous viennent se divertir avec nos bons Woippyciens.
Le programme de la fête patronale est très chargé ; tous les cafés organisent concerts et concours ; le grand bal avec illuminations féeriques sera, comme toujours, organisé sur la place du Champé ; un jeu de moutons sera disputé au café Natier ; des jeux de quilles fonctionneront près du café Albert Mangenot et au café Boulanger.
Les amis de « L’Espérance » se retrouveront tous au café bader, tandis qu’aux cafés Spiedel et Fléres auront lieu diverses attractions pour les jeunes.
Les jeunes gens de la fête se font un plaisir d’inviter tous leurs amis à leur fête patronale.
Un malappris. – Un garnement qui se rend chaque jour à bicyclette en ville a pris l’habitude de rouler sur les trottoirs entre la barrière et le pont du canal, au hasard de renverser les piétons.
Attend-il un procès-verbal ou un accident pour cesser ? (LL)

Samedi 24 août 1935
Fête patronale.
– Dis donc, oh ! Panisse qu’allons-nous faire dimanche ? Que dirais-tu d’une petite balade au pays des fraises ? Il paraît qu’il va y avoir un amusement sans pareil, entre autres un bal champêtre présidé par un orchestre choisi sous la direction du chef bien connu M. Pierre Wilhelm. Ensuite, il y aura de nombreuses attractions pour amuser grands et petits. Mais ce qui m’intéresse le plus, ce sont les nombreux jeux de quilles qu’il va y avoir et qui seront dotés de très beaux prix, entre autres le superbe mouton traditionnel, joué au café Natier.
Puis, chez Boulanger et chez Mangenot, les as de la boule pourront s’en donner à cœur-joie, car là aussi les prix seront superbes.
Alors mon vieux Panisse, je te donne rendez-vous à Woippy dimanche, et je te jure que nous remporterons certainement un des plus beaux prix.
Donc, à dimanche, et en avant pour Woippy.
Autobus départementaux. – Pour la fête patronale de Woippy, la Société des Transports Départementaux assurera un service spécial avec départs de la place de Chambre toutes les demi-heures, de 14 heures à 18 heures.
Un départ tardif aura lieu du même endroit à 20 h. 30. Retour de Woippy à partir de 18 h. 30 jusqu’à 23 heures. (LL)

Mardi 27 août 1935
Cours d’instruction prémilitaire.
– Le Radio-Club de Woippy et environs organise cette année des cours d’instruction prémilitaire. Ces cours sont ouverts à tous les jeunes gens intéressés à l’étude de la T.S.F. Afin de permettre à tous de suivre ces études, les leçons auront lieu dans la soirée, une fois par semaine, et seront entièrement gratuits. Les diplômes décernés procurent de nombreux avantages notamment le devancement d’appel, l’accomplissement du service militaire en qualité de technicien, etc.
Pour tous renseignements complémentaires, réclamer le cahier du radio-Club au café Boulanger.
Lieutenant de louveterie. – Nous avons appris avec plaisir que notre sympathique maire, M. Sechehaye, chevalier de la Légion d’honneur, vient d’être récemment nommé lieutenant de louveterie pour Metz et Metz-Campagne par M. le Préfet de la Moselle. Toutes nos félicitations. (LL)

Vendredi 30 août 1935
Réunion des Jeunesses Patriotes.
– Les Jeunesses Patriotes de la localité se rendront dimanche prochain à Saint-Privat à une grande réunion de propagande nationale où ils auront l’occasion d’écouter leur ami André Masson. Le départ aura lieu en groupe ; des invitations personnelles seront adressées. (LL)

Samedi 31 août 1935
Petites nouvelles.
– M. le maire a lancé un avis par lequel le curage des fossés est imposé avant le 15 octobre ; passé cette date, les travaux seront effectués à la charge des intéressés. Nous avons appris avec plaisir que M. Germain assurera à nouveau les fonctions d’instituteur à Woippy dès octobre prochain.
Les Jeunesses Patriotes de la localité se rendront ce soir à Norroy-le-Veneur et demain, le départ pour Saint-Privat aura lieu à 13 h. 30, au café Albert Mangenot.
La fête patronale de l’annexe de Saint-Remy sera célébrée le 8 septembre. (LL)

Etude de Me TABARY, notaire à Metz,
0, rue aux Ours (Tél. 17.82)
- - - -
A vendre à l’amiable le JEUDI 19 SEPTEMBRE 1935,
à 14 h. 30, en l’étude de Me Tabary :
Une très belle propriété
Sise à WOIPPY, près de METZ.
Très bien située, avec vue superbe sur Metz et
la vallée de la Moselle, se composant de :
UNE BELLE MAISON DE MAÎTRE

Comprenant : 2 salons, 6 chambres à coucher, avec 3 salles de bains installées, une grande salle à manger, cuisine, vestibule, buanderie, grenier, chauffage central et distribution d’eau chaude et froide dans toutes les chambres.
Electricité, eau, 4 grandes remises, garage, hangar, poulailler.
Exonérée d’impôts encore pendant 5 ans.
Avec JARDIN d’agrément, potager, nombreux arbres fruitiers en plein rapport.
Le tout d’une contenance d’environ 40 ares, entouré de murs.
Faculté d’acheter en plus 1 hectare et demi de terre, autour de la propriété (actuellement en culture de fraises).
On peut traiter dès maintenant.
Pour tous renseignements, s’adresser au notaire, et pour traiter à :
MM. Constant Lévy et Fils,
Négociants en immeubles, à METZ.
42, rue Serpenoise (téléph. 17.08)

Saint-Privat
Jeunesse Patriotes.
– Nous rappelons que demain dimanche a lieu à 14 h., dans la salle des fêtes du café Boulier, une grande réunion de propagande nationale organisée par les Jeunesses patriotes. Les J.P. adressent leurs plus larges invitations à tous leurs amis. (LL)

Dimanche 1er septembre 1935

Annonce ci-contre :

Jeudi 5 septembre 1935
Nouvelles industrielles.
– Au moment où se termine la saison des mirabelles après les célèbres fraises et les groseilles, on constate avec plaisir qu’il y a aussi à Woippy, en plein centre agricole, des entreprises industrielles en activité, et particulièrement que l’usine « Trefilor » s’agrandit chaque jour.
En dépit de pronostiques pessimistes qui ont été publiés, cette fabrique de grillage et de toiles métalliques perfectionne en effet son outillage et occupe déjà actuellement plus de 60 ouvriers et employés.
Et on doit reconnaître en toute équité que ses dirigeants n’ont pas mérité les marques de méfiance dont ils ont été l’objet lorsqu’ils ont dû quitter la Sarre pour se réfugier dans notre pays, où leur installation ne peut nuire à qui que ce soit, bien au contraire.
C’est du moins l’avis de plusieurs maires des environs, de nombreux ouvriers, ainsi que d’importantes maisons de commerce de Metz et de toute la France, qui n’ont cessé d’entretenir avec les propriétaires de la Société « Trefilor » les meilleures relations depuis de longues années. (LL)

Vendredi 6 septembre 1935
Dans l’enseignement.
– Nous apprenons que M. Germain, instituteur rentrant du service militaire, a été nommé à l’école de garçons de Woippy.
Nous lui souhaitons une cordiale bienvenue. (LL)

Mardi 10 septembre 1935
Sortie-excursion de « La Relève ».
– La section de « La Relève » de Woippy organise le 22 septembre prochain un excursion en autocars, qui empruntera l’itinéraire suivant : Metz, Conflans, Brieulles, Romagne, Montfaucon, varennes, Verdun et Metz. Ce circuit d’environ 250 km, comportera la visite des champs de bataille, notamment ceux de l’Argonne et des principaux monuments.
Le prix de cette excursion est fixé à 25 fr. par personne (déjeuner tiré du sac). Les inscriptions sont reçues aux cafés Bader, Boulanger et Natier, ou chez M. Schlouppe, trésorier, jusqu’au 16 septembre, dernier délai.
Les heures de départ et de retour seront fixées ultérieurement. (LL)

Vendredi 13 septembre 1935
Relève-selle.
– Les jeunes gens de la fête se font un plaisir d’inviter leurs amis et connaissances des environs à venir se divertir avec eux au grand bal qu’ils organisent dimanche prochain à l’occasion des relève-selle, dans la salle récemment rénovée du café du Commerce. Le début du bal aura lieu vers 18 h. Dans l’après-midi, concert au café Natier. (LL)

Dimanche 15 septembre 1935
Etude de Me I. TABARY, notaire à Metz, 0, rue aux Ours (tél. 17-82)
A VENDRE A L’AMIABLE le jeudi 19 septembre 1935, à 14 h. 30, en l’étude de Me Tabary, une Très belle Propriété sise à WOIPPY, près Metz, très bien située, avec une vue superbe sur Metz et la vallée de la Moselle, se composant :
d’une Belle Maison de maître comprenant : 2 salons, 6 chambres à coucher avec 3 salles de bains installées, une grande salle à manger, cuisine, vestibule, buanderie, grenier, chauffage central et distribution d’eau chaude et froide dans toutes les chambres, électricité, eau, 4 grandes remises, garage, hangar, poulailler. Exonérée d’impôts encore pendant 5 ans.
Avec jardin d’agrément, potager, nombreux arbres fruitiers en plein rapport. Le tout d’une contenance d’environ 40 ares (entouré de murs).
Faculté d’acheter en plus 1 h ½ de terres, autour de la propriété (actuellement en culture de fraises).
Pour tous renseignements, s’adresser au notaire, et pour traiter, à : MM. Constant Lévy et Fils, Négociants en immeubles à Metz, 42, rue Serpenoise (tél. 17-08). (LL)

Samedi 21 septembre 1935
Aviculture.
– La Société d’aviculture « Le Progrès » invite tous ses membres à assister à la grande réunion aujourd’hui, à 20 heures, au Café du Commerce.
L’excursion de « La Relève ». – Le comité rappelle que c’est demain qu’a lieu l’excursion de la section. Une messe pour les excursionnistes aura lieu à 6 h. 15. Départ devant l’église, aussitôt la messe terminée. Retour vers 20 heures.

Samedi 5 octobre 1935


Passez le pointeur sur la publicité

Mardi 8 octobre 1935
Petites nouvelles.
– Dimanche matin eurent lieu de grandes manœuvres par le corps des sapeurs-pompiers.
Les sans-filistes gênés par des perturbations radiophoniques peuvent adresser leur doléances au Radio-Club, qui, d’entente avec l’inspection des P.T.T., mène actuellement une campagne de lutte anti-parasite.
Au cours de l’hiver sera présenté le grand drame : « L’Heure de Dieu ». (LL)

Mardi 15 octobre 1935
Société d’aviculture.
– La Société d’aviculture « Le Progrès » a décidé d’organiser l’exposition locale de menu batail les 11 et 12 janvier prochain. L’organisation de cette exposition est à la charge d’une commission formée de MM. François Charles, Roupprich Pierre, Heipp Jean, Gérard Gilbert, Engelke Alfred, Evrard Lucien, Laroche Ernest, Thiébault Henri.
Les membres qui désirent exposer des animaux doivent faire parvenir la liste des sujets dans le plus bref délai, afin que les guides éleveurs puissent procéder à un examen préalable.
Radio-Club. – Le comité du Radio-Club de Woippy et environs a l’honneur d’inviter les membres de l’Association à faire parvenir au secrétaire leurs doléances concernant des perturbations radiophoniques de préférence avant le 19 courant, date à laquelle la commission technique permanente procédera à une enquête approfondie.
Producteurs de fraises. – Une conférence intéressante sur « Les ennemis du fraiser : les vers blancs », a été donnée cette semaine à Saint-Remy. Une autre conférence avec expériences d’insecticides sera donnée très prochainement à Woippy.
Soirée récréative. – Les célèbres prestidigitateurs Giltos, ainsi que plusieurs acteurs de la section de théâtre de « L’Union de Woippy », ont promis leur concours à l’organisation de la prochaine soirée récréative des sapeurs-pompiers. (LL)

Etude de Me TABARY, notaire à Metz
0, rue aux Ours (téléph. 17.82)
- - - -
Adjudication volontaire en bloc, par lots ou en détail
à LA MAXE
le Mardi 22 octobre 1935, à 15 h., au Café Vagner, de la
Belle Ferme de la Grange d’Envie
Se comprenant :
D’UNE BELLE MAISON DE CULTURE
ET D’HABITATION

avec grandes dépendances et vastes cour et environ 41 hectares de terres et prés en grandes parcelles, dont une très grande partie près des bâtiments.
Faculté de traiter avant la vente en cas d’offres suffisantes.
Facilité de payement.
MM. Constant LEVY et Fils seront le lundi 21 et le mardi 22 octobre au café Vagner sus nommé, avec les plans, et se tiendront à la disposition des amateurs.
Pour tous renseignements, s’adresser au notaire, et pour traiter, à :
MM. Constant Lévy et Fils
Négociants en immeubles à METZ
42, rue Serpenoise (tél. 17.08).

Dimanche 20 octobre 1935
Annonce ci-contre :

Samedi 26 octobre 1935
J. P.
– Les Jeunesses Patriotes sont priées d’assister à la réunion privée qui aura lieu le lundi 28 octobre, à 20 h. 45, à l’Hôtel des Mines, à Metz.
Cinéma paroissial. – Les séances du Cinéma paroissial auront lieu demain, à 15 h. et 20 h. Au programme : « Une chaude alerte », comique, et « Le Roman d’un jeune homme pauvre », grand drame. (LL)

Vendredi 1er novembre 1935
Deux automobiles entrent en collision route de Thionville
L’une d’elles de retourne

La voiture de M. Fortier après l’accident (Photo Bour) – non reproduite ici.
Un accident de la circulation qui, heureusement, n’a pas eu de suites trop fâcheuses, s’est produit hier après-midi, vers 15 heures, au carrefour formé par les routes de Thionville et de Woippy.
Une automobile pilotée par M. Henry Testula, directeur d’assurances à Metz, habitant rue Pétain, suivait la route de Woippy en direction du pont du nouveau canal. Au moment où la voiture abordait le carrefour devant les anciens bureaux de l’octroi de Metz-Nord, elle entra en collision avec une auto venant de la route de Thionville et que pilotait M. Victor Fortier, demeurant 84, rue des Tiercelins, à Nancy.
Sous la violence du choc, l’auto de M. Fortier se retourna sur les rails du tramway. Mme Yvonne Fortier et sa fille, âgée de 9 ans, qui avaient pris place dans la voiture, furent légèrement blessées. Transportées à l’hôpital Bon-Secours par l’ambulance municipale, elles ont pu regagner leur domicile après pansement. M. Fortier s’est tiré indemne de l’accident. M. Jacquin, commissaire de police du premier arrondissement a ouvert une enquête. (LM)

Dimanche 3 novembre 1935
Cinéma paroissial.
– Les séances auront lieu à 15 heures et à 20 heures. Au programme : « Pauvre Adrien », avec Paul Parrot, et un film gai : « Je n’ai pas peur ». (LL)

Mardi 5 novembre 1935
Union de Woippy.
– Comme les années précédentes, la Société prendra part aux cérémonies organisées à l’occasion du 11 novembre. Rassemblement de la section de musique à 9 h. 30. Un banquet organisé en l’honneur de M. Sechehaye, président de la Société, fait récemment chevalier de la Légion d’honneur, sera servi à 12 h. 30, chez Fléres. Tous les membres sont invités à participer à ce banquet. Prix du couvert : 15 fr. Le délai d’inscription expire ce soir.
U.N.C. – Les anciens combattants de Woippy aidés des jeunes de « La Relève » préparent l’organisation de la journée du 11 novembre prochain.
Le matin, à 10 h., messe en l’église de la paroisse pour le repos des morts de la grande guerre. Sermon par un aumônier militaire. Discours au monument aux morts par M. Sechehaye, maire de la commune, et dépôt d’une gerbe par une de la « Relève ».
A la suite de cette cérémonie, à 12 h. 30, pour fêter la remise de la Légion d’honneur à M. Sechehaye, un banquet amical au prix de 15 fr., aura lieu dans la grande salle du camarade Fléres, et sera présidé par M. Desprez, ancien président de la section.
Nous recommandons aux camarades et amis qui n’ont pu se faire inscrire qu’ils veuillent bien le faire de suite vu le grand nombre d’inscrits pour le banquet, dernier délai mardi, de 15 à 18 h.
A 17 h., grand bal, entrée gratuite : Orchestre choisi, objet de cotillon, tout sera particulièrement choisi et le bal attirera certainement la foule habituelle des amis des anciens combattants.
Nous remercions les camarades qui ont bien voulu faire don à notre caisse de secours mutuels des sommes suivantes : MM. Trapp, de Bellevue, 50 fr., Teitgen, 25 fr., à l’occasion de son installation d’entreprise de peinture ; et notre jeune camarade Billotte Gabriel, 10 fr. A tous trois, merci de leur générosité. (LL)

Jeudi 7 novembre 1935
Commission de défense passive contre les attaques aéro-chimiques.
– Les membres de la commission de défense passive, chefs d’abris, sapeurs-pompiers titulaires et auxiliaires, agents de liaison, brancardiers et automobilistes, sont invités à se rassembler dimanche prochain, 10 novembre, à 7 h. 45, devant la Mairie, pour un exercice de passage dans la chambre à gaz et de clôture d’une casemate. (LL)

Samedi 9 novembre 1935
Souvenir Français.
– Les membres de la section sont invités à assister le 11 novembre à l’anniversaire de l’armistice, à 10 h., au service commémoratif pour les soldats de 1870 tombés à la bataille de Bellevue-Ladonchamps et ceux de 1914-1918.
La Société d’élevage de menu bétail « Le Progrès » invite tous ses membres à la réunion générale qui aura lieu aujourd’hui samedi, à 20 h., au café Albert Mangenot. A l’ordre du jour figure un exposé de MM. Mourot et Fournier et un rapport de la commission de l’exposition. La présence de tous les membres est indispensable.
Sapeurs-pompiers. – C’est le 1er décembre prochain qu’aura lieu la première soirée récréative donnée par le corps des sapeurs-pompiers. Plusieurs scènes militaires figurent au programme. (LL)

Dimanche 10 novembre 1935
Cinéma paroissial.
– Les séances auront lieu à 15 h. et 20 h. Au programme : « Le secret du Tao » et un comique plein de trouvailles de d’humour : « La faim justifie les moyens ». Pathé-Revue. (LL)

Cours de T.S.F. – Il est rappelé aux jeunes gens de la localité que des cours de T.S.F. comprenant des études élémentaires d’électricité, de T.S.F., de lecture au son, sont organisées à Woippy. Ces cours de T.S.F. auront une durée de cinq mois ; l’inscription est gratuite. Les jeunes gens qui désirent suivre ces cours, pourront se présenter à la première séance, samedi prochain, 16 novembre, à 20 heures, à la salle de réunion du 1er étage, Café Boulanger, rue de Metz. Tous renseignements complémentaires peuvent être fournis par M. Geib, directeur des cours, ou par M. Dusselle Emile, président du radio-Club. (LM)

Lundi 11 et 12 novembre 1935
U.N.C.
– Les comités U.N.C. et Relève rappellent à leurs membres, amis et sympathisants, qu’à l’occasion de la fête de l’armistice, un grand bal avec entrée gratuite et un orchestre choisi, aura lieu à 17 h., dans la grande salle du camarade Fléres. (LL)

Lundi 11 et 12 novembre 1935
WOIPPY fête la Légion d’honneur de son sympathique Maire M. Paul Sechehaye

Hier, en fin de matinée, le conseil municipal de Woippy s’est réuni pour fêter la croix de la Légion d’honneur de M. Sechehaye, maire de la localité. M. Lamort Auguste, premier adjoint, présenta ses collègues à M. le Maire et l’assura de la joie et de la sympathie unanime de la municipalité, puis M. de Ladonchamps, lui-même légionnaire, s’adressa en ces termes à M. Sechehaye :
« L’unanimité avec laquelle le conseil municipal vous a réélu, il y a quelques mois, pour présider aux destinées de notre commune, est celle même des sentiments dont je suis l’interprète et qui viennent aujourd’hui saluer la Légion d’honneur qui vous a été décernée. Déjà votre conduite au feu, la blessure dont vous gardez la trace, vous avaient valu la Médaille militaire et la Croix de guerre. Les années ont passé. Depuis 17 ans maintenant, développant vos efforts, vous n’avez cessé de contribuer à former des soldats à la patrie, des citoyens à la nation : Société de préparation militaire, d’éducation physique et d’entraînement sportif, section locale de l’Union nationale des combattants, Relève, Escadron Lasalle, Union Jeanne-la-Lorraine, rameau de Fédération générale sportive des patronages de France, qui rayonne aujourd’hui dans tous nos départements et qu’a fondée le docteur Michaux, ancien élève de St-Clément, et qui fut à Paris un chirurgien réputé. Caisses régionale et locale de crédit agricole, Union de Woippy, qui dès l’enfance s’efforce de forger les volontés, et tant d’autres associations, votre dévouement de tous les instants dans cette commune dont l’aménagement et les transformations témoignent le dur travail accompli, tels sont les titres civiques, qui après votre activité sous l’uniforme vous ayant valu la croix, n’ont pas peu contribué à nos yeux à en accompagner l’éclat.
Tels ou tels de ces groupements que je viens de nommer et que vous présidez ou à la vie desquels vous participez de si près, vous ont dit déjà ou vous diront avec la même cordialité, les sentiments qui les animent.
Ici, dans cet immeuble témoin de nos travaux communs, où nous servons les intérêts de tous et où dans le sens pénétrant du terme latin nous représentons la « Civitas », la collectivité, dans l'agrégation de la cité, que le Conseil municipal, en corps, unanime, a tenu à vous apporte.
En ce 10 novembre, anniversaire du dernier jour d’une guerre où deux de vos frères tombèrent à l’honneur, et que nous avons choisi pour notre démarche, revêt un caractère plus émouvant, car c’est aussi le symbole de la garde de leur mémoire que nous y attachons. Mais le nom de votre famille est trop intimement mêlé à l’histoire, à celle de Metz et du Pays Messin, pour que le Conseil municipal n’ait pas tenu qu’à l’hommage plus spécial dans la charge que vous tenez ici, ne s’en ajouta pas une autre que suggère l’amitié : C’est d’abord le souvenir de votre grand-père Pierre-Eugène Sechehaye, qui fut maire de Woippy ; votre nom est associé plus d’une fois aux faits mémorables que se produisirent dans notre région, nous le trouvons sous Louis XVI dans la « Publication de la paix », plus loin dans le temps, nous retrouvons souvent votre nom attaché de façon très étroite à l’économie et à la magistrature de notre petite patrie. Le Conseil municipal a décidé de vous offrir quelques souvenirs : ils vous rappelleront ces instants et aussi, dans notre idée, notre démarche, attestera de notre culte de la reconnaissance et de celui de la garde des traditions, qui, après les familles font les cités et les peuples respectés, nobles et forts. »
En quelques paroles émues, M. Sechehaye exprima sa profonde gratitude et tous ses remerciements.
M. Boda, doyen d’âge du conseil municipal, offrit ensuite quelques volumes anciens et quelques souvenirs.
Cette belle réunion se termina par quelques coupes de champagne en l’honneur du nouveau promu.
M. Sechehaye avait reçu la croix de la Légion d’honneur par M. le commandant du 30e dragons, au cours d’une réunion plutôt intime ; il fallut que la population de Woippy s’associât à cette grande distinction ; elle l’a fait dignement. Bach Edouard (LL) (LM)

Mercredi 13 novembre 1935
Société d’aviculture.
– La Société d’aviculture « Le Progrès » tenait, samedi dernier, au café Mangenot Albert, une importante réunion générale ayant trait à l’organisation d’une exposition locale de menu bétail. A 20 heures, M. Mangenot-Hugot Alfred ouvrit la séance pour remercier les membres présents et excuser M. Mourot, président de la section d’aviculture de Metz, qui devait prendre la parole à cette réunion. M. François, l’actif vice-président, fit ensuite un long exposé sur l’organisation et l’importance de l’exposition d’aviculture, qui aura lieu les 11 et 12 janvier prochain, et qui sera suivie d’une grande soirée dansante. M. François souligna que M. Fourrier mettait la nourriture pour les sujets et un gardien à la disposition de la Société.
Après une discussion sur l’organisation intérieure de l’exposition, il fut procédé au tirage d’une tombola gratuite et à laquelle MM. Gérard, Mangenot A., et Deiss furent les heureux gagnants.
Allocations familiales. – Les allocations pour encouragement national aux familles pourront être touchées à partir du 12 novembre chez M. le percepteur.
Police municipale. – Nous apprenons avec plaisir que M. Boucheré Etienne vient de fêter son quarantième anniversaire d’entrée en fonctions au service de la commune de Woippy. (LL)

Jeudi 14 novembre 1935
Carnet blanc.
– Nous apprenons avec plaisir le mariage de M. Louis Stef, comptable aux usines de Sainte-Agathe Woippy, avec Mlle Jeanne Floze, de Fèves. Aux jeunes époux, nous adressons toutes nos félicitations.
Petites nouvelles. – Les éleveurs de menu bétail qui désireraient exposer quelques sujets à la prochaine exposition locale peuvent s’adresser dès ce jour à MM. Roupprich et Gérard Gilbert, guides-éleveurs de la Société « Le Progrès ».
- Les cours de radiotélégraphie débutent samedi prochain, à 20 heures, salle de réunion du café Boulanger.
- Le cinéma paroissial donnera dimanche prochain en matinée et en soirée une des plus belles représentations de l’année : « La Ronde des Nuits ». (LL)

Association des Sans-Filistes de Metz
Témoins leurs doléances dans la presse, aux P.T.T., etc., les sans-filistes messins désiraient une organisation, une association qui les groupât pour la défense de leurs intérêts d’auditeurs de T.S.F., en dehors de toutes organisations commerciales ; ainsi devait bientôt naître l’Association des Sans-Filistes de Metz.
La formation définitive fut décidée mardi soir, où par invitation de M. Eugène Simon, président d’honneur du radio-Club de Woippy, plusieurs sans-filistes dévoués s’étaient réuni. Les statuts de la nouvelle association furent élaborés et les fonctions des membres du comité attribuées comme suit :
Président : M. Schleicher Edmond.
Vice-présidents : MM. Schweitzer Alfred et Keller A.
Secrétaires : MM. Kitta Bernard et Bach Edouard.
Trésorier : M. François Eugène.
Les personnes qui désireraient contribuer au développement de cette association ou désireraient des renseignements complémentaires peuvent s’adresser à M. Schleicher Edmond, comptable, 20, place de Chambre, à Metz. (LL)

Dimanche 17 novembre 1935
Section de l’U.N.C.
– Les gagnants des numéros suivants sont invités à se présenter à la Mairie de Woippy de 9 heures à midi, ou de 16 à 19 heures tous les jours (sauf le jeudi, de 16 à 19 heures) : 1406, 1414, 1434, 1479, 1519, 1554, 1588, 1589, 1676, 1762, 1794, 1803, 1811, 1813, 1820, 1821, 1888.
Carnet blanc. – Nous apprenons avec plaisir les fiançailles de M. André Bidon, premier clerc de notaire, avec Mlle Anne-Charlotte Salimand, de Laxou. Aux futurs époux, nous présentons toutes nos félicitations.
Cinéma paroissial. – Les séances auront lieu à 15 h. et à 20 h. Au programme : « la Ronde des Nuits » et Pathé-Revue. (LL)

Inscriptions au Registre de commerce du Tribunal cantonal de Metz pendant le mois d’octobre 1935
Raison de commerce : La Construction Lorraine.
Propriétaire : Geib Florent.
Objet : Entreprise générale de travaux publics.
Siège : Woippy, 13, route de Thionville.

N° 17129
Raison de commerce : Au Cyclamen
Propriétaire : Kempnich Ernest.
Objet : Fleuriste.
Siège : Woippy.
Succursale : Metz, 15, rue Serpenoise.

Mercredi 20 novembre 1935
Le premier congrès de la fédération des radio-Clubs Lorrains

MM. le Dr. Muller, adjoint au maire de Thionville, et Bach Edouard sont élus unanimement président et secrétaire général de la Fédération.
Dimanche s’est tenu à Metz le premier congrès de la Fédération des Radio-Clubs Lorrains.
Pour la première fois, les grands Radio-Clubs de la région se réunissaient en vue de former une fédération ayant pour but principal de coordonner les efforts des différents Radio-Clubs et Associations de Sans-Filistes pour la défense de leurs intérêts. Le congrès comprenait deux séances distinctes : le matin à 9 heures, les présidents des Radio-Clubs d’Algrange, Basse-Yutz, Hagondange, Hayange, Grosbliederstroff, Petite-Rosselle, Rombas, Woippy et d’Association des Sans-Filistes de Metz se réunissaient pour les travaux préparatoires, et l’après-midi à 15 heures, au Café des halles, avait lieu l’assemblée générale.
Sous la présidence effective de M. le Dr Muller, secondé par M. Bach, les travaux du premier congrès aboutirent à un résultat positif. Tous les Radio-Clubs, Associations de Sans-Filistes, d’études de T.S.F. de la région, à l’exclusion de toutes associations de fabricants, revendeurs, etc., d’appareils ou matériel de T.S.F pourront faire partie de la Fédération.
Au cours de l’assemblée générale, par devant les délégués venus de toute la région de la Moselle, plusieurs exposés furent faits. M. le Dr Muller prit le premier la parole et traita de l’action de la nouvelle Fédération, de la propagande et publicité à lui assurée, des interventions de tous ordres, de la lutte antiparasite, etc.
Succédant à M. le Dr Muller, M. Bach se fit un devoir de faire un très substantiel tour d’horizon sur la situation des Radio-Clubs en Moselle et bien prouver que la formation de cette Fédération était devenue indispensable et ceci en dehors de toutes organisations politiques, confessions religieuses et entreprises commerciales.
Après une discussion amicale sur les différents articles des statuts qui furent soumis à la commission, il fut procédé au vote du comité pour l’exercice de l’année 1935-36, et les fonctions furent attribuées ainsi :
Président : M. le Dr Muller, adjoint au maire de Thionville, président du Radio-Club de Thionville.
Vice-présidents : M. Renaud, ingénieur aux Aciéries de Rombas, président du Radio-Club de la Vallée de l’Orne ; M. Caillet Maurice, ingénieur des mines, président du Radio-Club de Petite-Rosselle ; M. Simon E. inspecteur du Foyer Français, président d’honneur de l’Association des Sans-Filistes de Metz ; M. Mayer, président du Radio-Club de Hagondange et environs.
Secrétaire général : M. Bach Edouard.
Secrétaire adjoints : M. Weyder, ingénieur aux usines de Hayange, délégué du Radio-Club de Hayange.
Trésorier : M. Biser, comptable, délégué deu Radio-Club de Hagondange et environs.
Trésorier adjoint : M. Ennesser, président du Radio-Club des ateliers de Basse-Yutz.
Assesseurs : MM. Chopin, Wagner Ch., Thomas J., Jarsella, De Donder, Hillebrand. (LM)

Jeudi 21 novembre 1935
La Sainte-Cécile.
– Les musiciens de l’Union de Woippy s’apprêtent à fêter dignement, dimanche prochain, leur patronne sainte Cécile. Ils invitent tous les membres de la Société à se joindre à eux à cette occasion.
Voici le programme qui a été établi :
9 h. 30 : rassemblement de la section de musique et départ pour la messe ; 11 h. 30 : Apéritif-concert ; 12 h. 30 : déjeuner amical au café du Lion d’Or. Tous les membres peuvent prendre part à ce déjeuner, et sont invités à se faire inscrire pour vendredi soir, dernier délai. Prix du couvert : 8 fr., vin compris. Après-midi, concert par la fanfare. A 20 h., grande soirée dans la salle du Lion d’Or. Cette soirée comprendra une partie artistique, suivie d’un bal. Entrée gratuite pour les membres. (LL)

Samedi 23 novembre 1935
Union de Woippy.
– Nous rappelons que notre section de musique célèbrera demain la fête de sainte Cécile, et que le repas qui sera servi à 12 h. 30, au Café du Lion d’Or, au prix de 8 fr., par personne, est ouvert à tous les membres de la Société. La soirée débutera à 20 h., et l’entrée est gratuite pour les sociétaires.
Cinéma paroissial. – Au programme de demain : « L’Affaire Donovan » et « La Bosse des affaires ».
Cours de radiotélégraphie. – Les personnes désirant suivre les cours de radiotélégraphie sont informées que les séances auront lieu à 19 h. 30 et non à 20 h., salle du premier étage, café Boulanger, rue de Metz. La séance d’aujourd’hui sera consacrée à la première leçon d’algèbre et de géométrie élémentaire. (LL)

Carnet blanc. – Nous apprenons le mariage de M. André Bidon, fils de Mme et M. N. Bidon, les honorables agriculteurs de Saint-Eloi, près de Woippy, avec Mlle Charlotte Salmand, de Laxou. La bénédiction nuptiale leur a été donnée dans la plus stricte intimité à la chapelle du Collège Saint-Clément, à Metz, le mardi 12 novembre.
Le « Messin » adresse aux jeunes époux ses meilleurs vœux de bonheur et aux familles ses sincères félicitations. (LM)

Dimanche 24 novembre 1935
Carnet rose.
– Avec plaisir nous enregistrons la naissance d’un petit André Marie Louis, fils de Mme et M. Etienne Keller, les estimés fermiers de Saint-Eloi, auxquels nous présentons nos sincères félicitations, ainsi qu’aux heureux grands-parents. Nos meilleurs vœux pour le bébé. (LL)

Mardi 26 novembre 1935
Soirée récréative.
– Il n’est bruit dans tout le village que de la soirée récréative que le corps des sapeurs-pompiers organise le 1er décembre, dans la magnifique salle du Lion d’Or. C’est en effet ce jour que le corps fêtera sainte Barbe, sa patronne.
Voici le programme de la fête :
7 heures : Réveil par la clique du corps ; 10 heures : Assistance en corps à la messe ; 11 h. 30 : Dépôt de couronnes sur les tombes des sapeurs-pompiers défunts ; 12 h. 30 : Banquet ; 20 heures : Grande soirée récréative.
Au programme de cette soirée, deux comédies qui déchaîneront le fou rire alterneront avec les chansonnettes et les duos les plus désopilants. Mais le clou de la soirée sera sans conteste l’apparition sur la scène du célèbre Gilleto, de retour d’une tournée au cours de laquelle il a eu l’honneur de travailler devant plusieurs chefs d’Etat, et qui charmera l’assistance par ses talents de prestidigitation, d’illusionnisme et de transmission de pensées. Tout le monde voudra le voir et, en prévision d’une salle archicomble, il sera prudent de retenir ses places à l’avance. Un bureau de location fonctionnera dès jeudi 28 novembre au café Bader. En raison de la crise, le prix des places ne sera que de 2 francs pour les grandes personnes, et 1 franc pour les enfants et militaires non gradés. (LL)

Mercredi 27 novembre 1935
Concours de belote.
– M. Charles Fléres organise le samedi 30 novembre, à 19 h. 30, un grand concours de belote. (LL)

Samedi 30 novembre 1935
Cours de radiotélégraphie.
– Les jeunes gens de la localité qui désireraient suivre les cours de radiotélégraphie sont informés que les dernières inscriptions seront reçues aujourd’hui samedi, 30 novembre, salle des cours, Café Boulanger, rue de Metz, à partir de 19 h. 30. La séance d’instruction e ce soir aura trait à l’électricité. (LM)

Dimanche 1er décembre 1935

Mercredi 4 décembre 1935
Chapelet des Enfants.
– Dimanche dernier, 1er décembre, dans la salle d’œuvres paroissiale, a eu lieu une séance de projections donnée par le R.P. Christophore, supérieur de l’Alumnat de Scy. Une centaine d’enfants et autant de grandes personnes suivirent avec un intérêt très marqué l’histoire des Apparitions ainsi que les débuts de l’œuvre si attachante du Chapelet. M. l’abbé Guénot, le dévoué curé de Woippy, présidait la séance organisée par ses soins et ceux d’une zélatrice dont sa modestie égale le dévouement. La séance se termina par la récitation d’une fervente dizaine aux trois intentions du chapelet : la famille, la paroisse et la patrie. (LL)

Dimanche 8 décembre 1935
Concours de belote.
– Mme Natier organise, le samedi 14 décembre, à 19 h. 30, un grand concours de belote, doté de nombreux et jolis prix. (LL)

Mercredi 11 décembre 1935
Réunion générale de la Société d’aviculture.
– La Société d’aviculture « Le Progrès » tenait samedi dernier, au café Bader, sa réunion générale, préparatoire à l’organisation de l’exposition locale qui aura lieu les 11 et 12 janvier prochain.
Le président, M. Mangenot, ouvrit la séance et donna la parole à M. François, président de la commission de l’exposition. M. François fit un exposé sur l’organisation de l’exposition et donna connaissance de l’acceptation de M. le Préfet, de M. le général Hirschauer et de Me Wiltzer, député, ainsi que de plusieurs maires des localités voisines et des présidents de Sociétés locales, d’honorer cette exposition de leur visite.
M. Heipp, commissaire général de l’exposition, se fit ensuite un devoir de présenter les travaux accomplis jusqu’à ce jour en vue d’assurer le succès de cette exposition. (LL)

Vendredi 13 décembre 1935
Conférence sur la T.S.F.
– Demain samedi aura lieu, à 19 h. 30, au café Boulanger (1er étage), une conférence sur la T.S.F. organisée par le Radio-Club. Tous les hommes et jeunes gens sont cordialement invités à cette conférence, qui ne manquera pas d’intérêt.
Aviculteurs. – Les aviculteurs qui désireraient encore exposer quelques sujets à la grande exposition locale qui sera organisée les 11 et 12 janvier 1936 par la Société d’aviculture « Le Progrès », doivent s’adresser de toute urgence soit au président de la Société, soit à la commission de l’exposition. (LL)

Samedi 14 décembre 1935
Beloteurs, à vos postes !
– C’est ce soir qu’a lieu le grand concours de belote organisé au Café du Commerce. De jolis prix récompenseront les lauréats.
On nous promet une belle empoignade entre les as de Woippy et de la région. (LL)

Lundi 16 décembre 1935
Conférence sur la T.S.F.
– Samedi soir eut lieu, au Café Boulanger, la première des conférences sur la T.S.F. que se propose de donner le Radio-Club au cours des longues soirées d’hiver. Près d’une vingtaine de jeunes gens, ainsi que plusieurs membres de l’association, suivirent avec intérêt l’intéressant exposé de l’adjudant-chef Cochet. Les personnes désirant suivre le cycle de conférences peuvent, dès ce jour, verser leur cotisation annuelle aux membres du comité. Elles recevront aune convocation individuelle pour chaque séance. Les conférences seront données soit par l’adjudant-chef Cochet, soit par M. Alfred Schweitzer, président technique du Radio-Club, ou par l’un des membres du comité directeur de la fédération des Radio-Clubs. (LM)

Mercredi 18 décembre 1935
Départ du brave garde champêtre.
– Nous apprenons la démission, après 40 ans de service, de M. Etienne Boucheré, le dévoué garde champêtre de Woippy. M. Boucheré, qui quitte son poste le 1er janvier 1936, l’avait occupé le 1er novembre 1895. Dans ses modestes et souvent délicates fonctions, M. Boucheré peut être appelé un modèle, car pas une fois, au cours de son long bail, il n’a fait un seul procès-verbal, et pourtant aucun des cinq maires sous lesquels il a servi n’a eu à lui adresser de reproche. Consciencieux et honnête, il exerçait son autorité avec persuasion, plutôt qu’avec dureté, se faisant respecter et aimer de tous les habitants.
Au début de la guerre surtout, il rendit de très grands services à ses concitoyens, dont quelques-uns, sans son intervention, auraient certainement suivi en prison les patriotes du village voisin. Nous savons que, pendant plus d’une heure, il a bataillé avec la soldatesque arrivée au presbytère pour arrêter M. le curé Bigerel, et son énergie leur en a imposé. Depuis quatre ans, notre garde champêtre et agent de police avait reçu un aide pour l’aider dans ses fonctions.
Nous souhaitons à M. Boucheré qu’il jouisse, de longues années encore, du repos qu’il a bien mérité. Nous conserverons de son activité et de ses services le meilleur souvenir. Qu’il reste encore longtemps l’ami des gens de Woippy qu’il a toujours été.
Société d’aviculture. – C’est sous la présidence de M. Sechehaye, maire de la localité, très dévoué à la cause horticole, que se dérouleront à Woippy en janvier prochain les belles manifestations horticoles organisées par la Société d’aviculture « Le Progrès » et la Société d’horticulture. Une première conférence sera donnée le dimanche 5 janvier, à 15 h. 30, salle du café du Commerce, rue de Metz ; cette conférence sera faite par M. Mussot, professeur d’horticulture, et sera une véritable leçon de jardinage à laquelle tous les agriculteurs, et toutes les personnes désirant acquérir des connaissances indispensables pour augmenter le rendement de leur jardin, aussi petit soit-il, sont cordialement invités ; les dames sont priées d’honorer cette conférence de leur présence. M. François Charles, délégué de la section locale de la Société d’horticulture et des jardins ouvriers de France, fera également un exposé sur les avantages multiples dont bénéficieront cette année les adhérents, à savoir notamment la remise de 50 sachets de graines potagères et de fleurs de tout premier choix, graines analysées au point de vue qualité germinative et franchise d’espèce, un abonnement gratuit à la revue mensuelle « Pour nos jardins », etc. Une tombola gratuite pour les membres de la Société d’horticulture et des jardins ouvriers de France, comprenant de nombreux lots, sera tirée à l’issue de cette conférence. L’entrée à cette conférence sera gratuite. (LL)

Mercredi 18 décembre 1935
L’enlèvement des ordures.
– La Mairie nous communique : L’ouverture des plis cachetés concernant les soumissions pour l’enlèvement des ordures en 1936, aura lieu le dimanche 29 décembre 1935, à 11 heures 15, à la mairie.
Si le prix limite fixé par la commission est dépassé, une nouvelle soumission sera recommencée sur-le-champ, à laquelle pourraient prendre part les intéressés présents. Les soumissions doivent parvenir à la Mairie, la 28 décembre, à 18 heures au plus tard. Le cahier des charges est déposé à la Mairie, où les soumissionnaires en peuvent prendre connaissance.
Société d’horticulture. – Une conférence sur l’horticulture sera faite le dimanche 5 janvier, à 15 h. 30, salle du Café du Commerce, rue de Metz, par M. Mussot, professeur d’horticulture. Toutes les personnes désirant acquérir des connaissances indispensables pour augmenter le rendement de leur jardin aussi petit soit-il, y sont cordialement invitées. (LM)

Dimanche 22 décembre 1935
Fête patronale.
– Les jeunes gens invitent leurs amis et connaissances à venir se divertir avec eux à la fête de saint Etienne qui aura lieu le jeudi 26 décembre.

Etude de Me L. TABARY,
Notaire à Metz, 0, rue aux Ours, 0.
- - - -
A vendre par Adjudication volontaire
PAR LOTS ET EN DETAIL
Le JEUDI 9 JANVIER 1936,
à 14 heures, au Café VIGNEULLE
La Ferme de la Grange d’Envie
d’une contenance totale de 46 hectares environ,
en nature de terres, prés, pâtures, jardins et
Bâtiments d’habitation et d’exploitation
à LA MAXE
et par extension ban d’Argancy.
Provenant de la famille
BEAUDOIN – MOLARD.

Pour tous renseignements, s’adresser à Me TABARY, notaire, et à M. Marcel JEAN, liquidateur, rue aux Ours, à Metz, tél. 18-64 ;
Et pour traiter à :
MM. ZIVY & Cie
Immeubles, 12, rue de Serre, à Nancy, tél. 66-92,
ou à :
MM. Constant VORMUS & Henri JOB
à Metz, 60, rue Serpenoise, tél. 34-21.

Divertissements divers, entre autres pour les amateurs de danse, à partir de 20 h., grand bal au café du Commerce.

Mercredi 25/Jeudi 26 décembre 1935
Société d’horticulture et des jardins ouvriers de France.
– Les membres de la Société d’horticulture et des jardins de France (section de Woippy et environs) sont invités à assister à la réunion suivie de conférence qui aura lieu le dimanche 5 janvier 1936, à 15 h. 30, chez Mme Natier, Café du Commerce, à Woippy, sous la présidence de M. Sechehaye, maire de Woippy.
A cette réunion seront traitées d’intéressantes questions de jardinage et d’horticulture, notamment de la préparation du sol, assolement, utilisation des engrais, travaux de la saison, préparation des couches, premiers semis, conservation hivernale des fruits et légumes, causerie spéciale sur le protection des oiseaux.
La conférence se terminera par le tirage d’une tombola gratuite.
Pour tous renseignements, s’adresser au secrétaire régional, M. Mussot, 9 bis, rue Edmond-Goudchaux, à Metz, ou à M. Charles François, délégué communal, 9, rue de Nachy, à Woippy. (LL)

Lundi 30 décembre 1935
U.N.C. et Relève.
– Les deux stations de l’U.N.C. et de la Relève de Woippy organisent pour le 31 décembre, comme les années précédentes, une grande soirée au Lion d’Or, dans la salle décorée pour la circonstance et où un excellent orchestre se fera entendre. Les A.C., les Jeunes de la Relève, avec les plus gracieuses danseuses de Woippy et leurs amies des environs se préparent à cette brillante soirée. (LL)

| Année précédente (1934) | Haut de page | Année suivante (1936) |

raconte-moi-woippy Retour menu