raconte-moi-woippy Retour menu

  Dernière mise à jour : 9 octobre 2018

Choix des périodes
| 1910-1913 |
| 1919-1939 |
| 1946-1980 |
| Retour menu |

Le Souvenir Français (4/4)
Section de Woippy : 1993 - 2018

Sans indication contraire, tous les articles ont issus du Républicain Lorrain.

Choix de l'année : | 1995 | 1996 | 1997 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 |



Mercredi 27 octobre 1993
Souvenir Français

Le 1er novembre, devant le cimetière de Woippy, aura lieu la quête nationale organisée par le Souvenir Français de Woippy. Cette quête, ce sont les élèves du CES Pierre-Mendès-France qui vous accueilleront.

Mardi 25 janvier 1994
Le Souvenir français rajeunit

Le 1er novembre, à l'initiative de MM. Georges Ketter, président de la FNACA, et Pierre Brasme, président de la Société d'Histoire de Woippy, quelques jeunes du collège Mendès-France participaient à la quête du Souvenir français.
Depuis, M. Raymond Leidelinger, son actuel président souhaitant passer la main après une longue période de bons services, la section locale est en voie de rajeunissement ; sous l'impulsion de ses responsables départementaux, MM. Unterweiler et Gama, un comité provisoire a été mis en place, présidé par M. Georges Ketter.
Le Souvenir français de Woippy a une longue histoire, qui remonte aux années 1910, alors que la commune fait partie de l'Empire allemand. En mars 1908, les Woippyciens participent à la souscription pour la construction du célèbre Monument aux Morts de Noisseville par une quête organisée par la société de musique La Lyre, lors de la cavalcade du Mardi Gras. Deux ans plus tard, le 9 octobre 1910, à l'initiative de Victor Keller (fermier de Saint-Eloy), élu président, de Félix Lapied et de Jules Lapointe, est créée une section locale du Souvenir français.
Forte d'une trentaine de membres, son premier geste est de fleurir les tombes militaires de 1870 au cimetière, en particulier celle du général Gibon : la cérémonie se déroule en présence de Jean-Pierre Jean, président du Souvenir français mosellan. En 1912, la section s'affilie au Souvenir alsacien-lorrain : elle est alors dirigée par Henry de Ladonchamps. Dissoute par les Allemands en 1914, elle est reconstituée dès 1919 : au souvenir de 1870 s'ajoute désormais celui des Woippyciens tombés durant la Grande Guerre.
Pour perpétuer leur mémoire, le Souvenir français fait ériger, devant l'église, le monument aux morts dû au burin de Jean Schmeiser, qui sera inauguré le 1er mai 1921. L'année suivante, au cours d'une importante cérémonie patriotique, la section se voit remettre son drapeau. Présidée successivement par Henry de Ladonchamps, Julien Lapointe et Charles Geny, elle participe à toutes les manifestations patriotiques, tout en entretenant les tombes militaires du cimetière. Dissoute à nouveau en 1940 par l'occupant qui s'empare de son drapeau et de ses archives, elle est reconstituée le 24 février 1946. Grâce à son dynamique président, Léon Henry, le Souvenir français de Woippy reprend vie : au début des années 60, il compte quelque 150 adhérents. A la mort de celui-ci, en décembre 1967, Jean Bott puis Raymond Leidelinger (à partir de 1972) prennent le relais. Président dévoué et infatigable, celui-ci estime cependant aujourd'hui devoir laisser sa place : l'heure est au renouveau.
Relancer
Fin 1993, un nouveau comité provisoire a été mis en place, présidé par M. Georges Ketter, entouré de MM. Brasme (vice-président), Mariage (secrétaire) et Leblanc (trésorier). A leur initiative, une réunion d'information aura lieu samedi 5 février à 14 h 30, salle interassociations, rue de Biche.
Les anciens membres et toutes les personnes intéressées sont cordialement invités à participer à cette assemblée qui aura pour but de relancer le Souvenir français à Woippy.
Celui-ci, rappelons-le, n'est pas une association d'anciens combattants ; les jeunes peuvent donc y adhérer.

Mercredi 9 février 1994
Le Souvenir Français rajeunit

La section locale du « Souvenir Français » rajeunit et se tourne vers l'avenir. Des projets plein ses cartons, le nouveau comité prépare le renouveau de l'association patriotique.
Une poignée de Woippycien s'attache depuis quelques mois à relancer la section locale du « Souvenir Français ». À leur tête, MM. Georges Ketter, président de la FNACA, et Pierre Brasme, président de la Société d'Histoire de Woippy.
Premier souhait, redynamiser la section et la rajeunir. Car il n'est pas besoin d'être un ancien combattant pour prétendre rejoindre le Souvenir français : quelques élèves du collège Pierre-Mendès-France l'ont bien compris, qui se sont mobilisés le 1er novembre dernier au cimetière de Woippy, pour la traditionnelle quête de la Toussaint. « Nous souhaitons nous ouvrir le plus possible à la jeunesse désireuse de porter notre message de paix afin que perdure la tradition et que les actes de bravoure accomplis par nos aînés ne sombrent pas dans l'oubli » confie M. Georges Ketter, élu président de la section locale, dans le cadre de la réunion d'information programmée le 5 février dernier.
C'est M. Uttenweiler, délégué général d'arrondissement, qui, le premier, a pris la parole pour dresser un historique très complet de l'association.
Un nouveau comité
En présence de MM. Gama, délégué général-adjoint, Cabret, délégué d'arrondissement, Hinschberger et Navel, adjoints au maire de Woippy, il a ensuite invité l'assistance à former le nouveau comité, suite à la démission du président Raymond Leidelinger, lequel souhaitait laisser la place aux jeunes.
Le nouveau comité, élu à l'unanimité des voix, se compose comme suit : président, M. Georges Ketter, vice-président, M. Pierre Brasme, secrétaire, M. Roger Bott, trésorière, Mme Liliane Canadas, porte-drapeau, M. Bernard Weber, porte-drapeau-adjoint, M. Alphonse Canadas, assesseurs, MM. Roland Mariage et Jean-Marc Leblanc. En reconnaissance de son dévouement et des services rendus durant tant d'années, M. Raymond Leidelinger a, quant à lui, été nommé président d'honneur à vie.
À présent qu'il est officiellement constitué, le nouveau comité envisage d'organiser et de participer à bon nombre de manifestations patriotiques. Il compte notamment remettre au goût du jour la commémoration de l'anniversaire de la bataille de Ladonchamps. Les anciens adhérents désireux de reprendre leur carte de membre, ainsi que toutes les personnes intéressées par l'association, peuvent prendre contact avec M. Ketter au 87 31 36 26 ou Mme Canadas au 87 32 32 28.

Mercredi 28 septembre 1994
Souvenir français

La section locale du Souvenir français, en association avec la municipalité, organisera la cérémonie commémorative du 124e anniversaire de la bataille de Ladonchamps, dimanche 2 octobre. Programme : rassemblement des autorités, des délégations d'associations patriotiques et des porte-drapeaux devant l'église Saint-Etienne à 9 h 45, office religieux à la mémoire des victimes de toutes les guerres à 10 h, départ du cortège vers le cimetière et dépôt de gerbes sur les tombes militaires de 1870 et sur la tombe du général Gibon à 10 h 45, départ du cortège vers le monument aux Morts et dépôt de gerbe à 11 h 30, vin d'honneur salle Inter-associations, rue de Biche à 11 h 45.

Dimanche 30 octobre 1994
Le souvenir de Ladonchamps

La section locale du Souvenir français de Woippy, fraîchement reconstituée, a renoué avec une tradition qui était tombée dans l'oubli durant seize années : la commémoration de la bataille de Ladonchamps. C'était en 1870.
Certains ne manqueront pas de se poser la question : pourquoi commémorer une bataille vieille de cent vingt-quatre ans et inconnue de la majorité des habitants ?
La réponse de M. Georges Ketter, président de la section woippycienne du Souvenir français récemment reconstituée, est très claire : « La bataille de Ladonchamps est un fait historique marquant et qui a été capital pour le devenir de Woippy et de ses environs. Commémorée par le Souvenir français jusqu'en 1978, elle est ensuite tombée dans l'oubli. Or, l'un des principaux buts d'une association comme la nôtre est, son nom l'indique parfaitement, que les grands événements qui ont marqué notre Histoire soient célébrés dignement. C'est le moins que nous puissions faire en mémoire des patriotes qui nous ont sacrifié leurs vies. »
Un héros nommé Gibon
Un stade et une rue portent son nom, de même qu'une stèle au cimetière. Pourtant, peu nombreux sont les Woippyciens qui savent qui était le général Gibon. Depuis deux mois, en cette année 1870, Woippy vit à l'heure du blocus, l'armée prussienne est omniprésente.
Les 2 et 3 octobre, le château de Ladonchamps qui abrite un état-major ennemi et un bataillon hessois, est pris d'assaut par l'armée française : « Un détachement de 400 francs tireurs commandés par le général Gibon, rapporte le sergent fourrier Séverin Arnold, du 26e de ligne, s'est emparé durant la nuit du château de Ladonchamps qu'occupaient des forces ennemies bien supérieures en nombre. » Dans la matinée du 7 octobre, le maréchal Canrobert, supérieur hiérarchique de Gibon, reçoit l'ordre de faire exécuter un « fourrage » sur les deux fermes des Petites et Grandes Tappes et sur les hameaux de Bellevue et Saint-Remy, en avant des lignes du 6e corps et du château de Ladonchamps, devenu le point extrême des positions françaises.
Engagée dans cette opération qui commencera deux heures plus tard, la brigade Gibon doit occuper le bois de Woippy et déboucher sur Sainte-Anne, près de Bellevue.
Malheureusement, les troupes françaises, devant le déploiement de l'artillerie prussienne et le renfort de réserves importantes, seront bientôt contraintes de se replier. Le bilan de cette seule journée est lourd : 1 700 hommes hors de combat du côté prussien et 1 257 soldats blessés ou tués dans les rangs français. Soixante-quatre officiers figurent au nombre des victimes parmi lesquels le général Gibon, qui mourra des suites de ses blessures dans la propriété du Rucher, le 19 octobre. Il sera inhumé dans un angle du cimetière de Woippy, en présence du maréchal Canrobert.
Bannir l'oubli
En présence de nombreux officiels, la section locale du Souvenir français a donc renoué avec cette tradition.
Après une cérémonie de recueillement et le dépôt de gerbe au monument aux Morts, M. Ketter a invité les participants à lever ensemble le verre de l'amitié.
Remerciant pour leur présence MM. Grosdidier, député de la circonscription et président du conseil régional ; Théobald, conseiller général du canton de Woippy ; Gamma, délégué général adjoint du Souvenir français, et Cansell, maire, ainsi que les élus, responsables d'associations patriotiques, présidents de sections du Souvenir français, porte-drapeaux, musiciens de l'Union de Woippy et clairons de la FEVAL, le président a tenu à expliquer publiquement sa volonté de commémorer une bataille importante car « l'Histoire est ainsi faite et l'objectif du Souvenir français est qu'elle ne tombe pas dans l'oubli : pour que la paix perdure, pour que les monuments élevés à la gloire des morts pour la France ne se dégradent pas, pour rappeler à la jeunesse qu'elle ne vit dans une France libre que grâce à ceux que nous honorons... »
 

| Voir le reportage de la cérémonie du dimanche 2 octobre 1994 : clic |

- - - - - - - - -
La collecte du 1er novembre pour l'entretien des tombes
Cette année et donc pour la deuxième fois, la jeunesse du collège Pierre-Mendès-France viendra prêter main forte aux membres du Souvenir français pour la traditionnelle collecte du ler novembre. « Ils ont fait l'an dernier une œuvre admirable, souligne M. Ketter, bravant le froid toute une journée durant afin de récolter les fonds qui nous aident à entretenir les tombes de nos héros et de ceux que leurs familles ont parfois oubliés. J'espère que cette année encore, les Woippyciens les récompenseront de leur courage désintéressé... »



Lundi 13 mars 1995
L'appel du Souvenir français aux jeunes

Le Souvenir français a tenu son assemblée générale en présence de M. Charles Sidot, adjoint au maire de Woippy.
Le Souvenir français a pour mission de conserver la mémoire de ceux qui sont morts pour que vive la France, de veiller à l'entretien de leurs sépultures et de transmettre le flambeau du souvenir aux prochaines générations.
Lors de l'assemblée générale, dans son rapport moral, le président Georges Ketter faisait remarquer que la jeunesse manquait dans la section ainsi que l'étouffement du bureau était dur à réaliser. Dans cette composition, on retrouve les mêmes bénévoles qui commencent à se fatiguer. Il serait dommage que ce bel édifice tombe dans l'oubli. Le président rappela que la section de Woippy fut créée le 9 octobre 1910 par M. Victor Keller.
Les activités pour 1994 furent de remettre en place la commémoration de la bataille de Ladonchamps en 1870, célébrée le 2 octobre 1994. La section avec son drapeau a participé à trente cérémonies. La quête du 1er novembre a été réalisée par les membres du bureau ainsi que les élèves du CES Pierre-Mendès-France.
Mme Canadas, trésorière, a procédé à la lecture du compte-rendu financier. Les cotisations pour 1995 sont au même tarif et seront assurées pendant les mois de mars et avril. La composition du bureau de la section du Souvenir français se définit de la manière suivante : M. Georges Ketter, président ; M. Pierre Brasme, vice-président ; M. Roger Bott, secrétaire ; Mme Eliane Canadas, trésorière ; M. René Jean, trésorier adjoint ; M. Bernard Weber, porte-drapeau ; M. Alphonse Canadas, porte-drapeau adjoint; MM. Roland Mariage, Jean-Marie Leblanc, assesseurs.
Le verre de l'amitié a été servi pour clore l'assemblée.

Vendredi 13 octobre 1995
Dimanche, 125e anniversaire de la bataille de Ladonchamps

Le comité du Souvenir français de Woippy en association avec la municipalité, invite la population et les associations à assister à la commémoration du 125e anniversaire de la bataille de Ladonchamps, qui se déroula en octobre 1870.
La commémoration aura lieu le dimanche 15 octobre. A 9 h 45, rassemblement des autorités, des délégations patriotiques et des porte-drapeaux devant l'église paroissiale ; à 10 h, office religieux à la mémoire des victimes de toutes les guerres ; à 10 h 45, cortège vers le cimetière et dépôt de gerbes sur les tombes militaires de 1870 et sur la tombe du général Gibon ; à 11 h 30, cortège vers le monument aux Morts et dépôt de gerbes ; à 11 h 45, vin d'honneur sous le péristyle de la salle Saint-Exupéry.

Mercredi 25 octobre 1995
La bataille de Ladonchamps commémorée dans le recueillement

En octobre 1870, la bataille de Ladonchamps a fait des ravages parmi les soldats engagés. 125 ans après, la municipalité en a souligné le souvenir.
Ils étaient 32 drapeaux, venus des communes avoisinantes pour commémorer ce 125e anniversaire de la bataille de Woippy-Ladonchamps.
Les sections locales et départementales du Souvenir français, ainsi que les associations d'anciens combattants de la région étaient présentes.
Après l'office religieux, le cortège se rendit au cimetière avec à sa tête les Aiglons de Metz en remplacement de l'Union de Woippy, malheureusement indisponible.
Une gerbe fut déposée à l'emplacement militaire ainsi que sur la tombe du général Gibon puis au monument aux Morts en mémoire des victimes de toutes les guerres, suivie d'une minute de silence et de la sonnerie aux morts.
Le président invita l'assistance à se rendre à la salle Saint-Exupéry pour y entendre les différentes allocutions.
Discours
À la salle Saint-Exupéry, M. Georges Ketter, président local du Souvenir français, remercia les personnalités et notamment M. Grosdidier, député, M. Théobald, conseiller général, M. Prache, adjoint représentant M. Cansell, maire de Woippy, M. Gama, délégué général du Souvenir français.
Par cette présence d'un monument sur les champs de bataille, il s'agit d'honorer la mémoire des morts et de rappeler aux générations futures le souvenir de l'événement.
Le Souvenir français veille consciencieusement à ce que ces monuments ne tombent dans l'oubli.

Lundi 30 octobre 1995
Quête de la Toussaint

La quête nationale du 1er novembre mobilisera cette année encore les élèves du collège Pierre-Mendès-France et les membres du Souvenir français, pour l’entretien des tombes dont le Souvenir français assure la charge.



Mercredi 28 février 1996
Souvenir français

La section du Souvenir français de Woippy tiendra son assemblée générale le dimanche 3 mars à 10 h 30, salle Interassociations, rue de Biche. L'ordre du jour comportera les rapports moral, d'activités et financier, la désignation de deux commissaires aux comptes, le renouvellement du tiers sortant, la fixation du tarif des cotisations et divers points à préciser sur place.
À l'issue de l'assemblée, le pot de l'amitié sera offert.

Dimanche 10 mars 1996
Le Souvenir français souhaite travailler avec les écoles

C'est en présence de M. Gama, délégué général du Souvenir français de la Moselle, et de M Brasme, représentant le maire, que le Souvenir français de Woippy a tenu son assemblée générale.
Devant une assemblée plus importante que les années précédentes, M. Ketter, président du Souvenir français, section de Woippy, a rappelé le rôle de l'association : conserver la mémoire de ceux et celles qui sont morts pour la France, veiller et participer à l'entretien des tombes et monuments élevés à leur gloire, transmettre le flambeau du souvenir aux générations successives.
De même, il rappela les difficultés présentes pour augmenter le nombre d'adhérents de la section : « Il faut souvent faire du porte à porte. Enfin, associons à notre action de bénévoles, les jeunes générations à la recherche d'un idéal qui puisse les aider à redonner un renouveau à la cause que nous défendons. Ne baissons pas les bras, avec le printemps qui arrive, la nature se réveille, c'est le moment d'entreprendre. »
Visites éducatives
M. Roger Bott procéda au commentaire du rapport d'activités. La section a honoré de sa présence 25 sorties programmées par la délégation de la Moselle, ainsi que les cérémonies patriotiques sur le plan local, en particulier le 125e anniversaire de la bataille de Ladonchamps avec la présence de 32 drapeaux et des élus de la région. Le président a regretté la non-participation de l'Union de Woippy à cette cérémonie.
Pour l'année 1996, la section du Souvenir français envisage d'organiser un ou plusieurs loto(s) en vue de subventionner une sortie avec les scolaires des écoles primaires de la commune. Ces visites auront lieu soit sur des champs de bataille, soit sur des ouvrages bien précis.
Motiver les jeunes

Mme Elianne Canadas, trésorière, se chargea du rapport financier. La trésorerie de la section est saine, ceci après les vérifications des comptes qui ont été effectuées par les réviseurs aux comptes, élus le jour de l'assemblée, M. André Tellier et Marcel Stroheker.
Le bureau de la section s'est étoffé de nouveaux membres : Mmes Jean et Prushnowski, ainsi que M. Friedrich et Lahaire. Le bureau se réunira prochainement afin de définir à chacun sa tâche. M. Gama a rappelé : « On a le devoir de faire respecter le sérieux de ces cérémonies » et il a « regretté que rien ne soit fait pour que se forme dans l'éducation la motivation civique ». Le pot de l'amitié a clos l'assemblée.

Mercredi 25 septembre 1996
126e anniversaire de la bataille de Ladonchamps

La cérémonie commémorative du 126e anniversaire de la bataille de Ladonchamps aura lieu le dimanche 29 septembre. A 9 h 45 : rassemblement des autorités, des délégations d'associations patriotiques et des porte-drapeaux devant l'église paroissiale. A 10 h : office religieux à la mémoire des victimes de toutes les guerres. A 10 h 40 : formation du cortège vers le monument aux morts et dépôt de gerbes.
À l'issue de la cérémonie, le cortège se rendra dans le péristyle de la salle Saint-Exupéry, où le vin d'honneur sera servi.

| Voir le reportage de la cérémonie du dimanche 29 septembre 1996 : clic |


Dimanche 10 novembre 1996
Premier loto du Souvenir français

Le comité du Souvenir français de Woippy organise son premier loto aujourd'hui dimanche 10 novembre à la MJC des Quatre bornes. Ouverture des portes à 13 h, début du jeu à l4 h. Lots : aspirateur traîneau 1200 W, combiné cafetière Expresso, radio-cassette-CD, téléphone sans fil Philips, couettes, jambon, filet garni, et de nombreux autres lots. Prix des cartons: l'unité 10 F, 6 cartons 50 F, 13 cartons 100 F. Buvette, pâtisserie et sandwichs sur place.
Le produit de ce loto permettra d'assurer une sortie avec certaines classes scolaires de Woippy. La destination de cette sortie aura un attrait historique.



Jeudi 6 mars 1997
Dimanche : Loto du Souvenir Français

Le Souvenir Français de Woippy organise son grand loto annuel ce dimanche 9 mars. A partir de 13 h 30, c'est une pléiade de cadeaux qui vous attendent dans la salle polyvalente de Saulny. Du magnétoscope au micro-ondes, en passant par la banquette clic-clac et l'aspirateur, tout le monde aura sa chance de repartir avec une surprise et tout cela pour une somme modique. Le buffet et la buvette seront aussi de la partie et vous aideront à passer une agréable après-midi.

Vendredi 11 avril 1997
Assemblée générale du Souvenir français

Le Souvenir français, comité de Woippy, présidé par Georges Ketter tiendra son assemblée générale le dimanche 13 avril à 10 h 30 à la salle Interassociations, rue de Biche.
L'ordre du jour comprendra les rapports moral, d'activités et financier, la désignation de deux commissaires aux comptes, le renouvellement du tiers sortant où les candidatures seront déposées lors de la réunion, la fixation du tarif des cotisations pour l'année et des points divers qui pourront être débattus.
À l'issue de l'assemblée, le pot de l'amitié sera offert.

Jeudi 24 avril 1997
Le Souvenir français veut assurer la relève

Forte de 141 adhérents pour l'année 1996, la section locale du Souvenir français souhaite conserver la mémoire et organiser la relève par la jeunesse.
L’assemblée générale du Souvenir français s'est tenue à la salle Interassociation en présence de MM. Raoul Gama, délégué général de la Moselle, Georges Cabret, délégué général adjoint, Gérard Louyot, délégué d'arrondissement de Metz, et Pierre Brasme, représentant M. Sébastien Cansell, maire de Woippy.
Après l'ouverture par M. Georges Ketter, président du comité local du Souvenir français, et les remerciements d'usage, une minute de silence a été observée à la mémoire des adhérents décédés en cours d'année.
Transmettre le flambeau
L'assemblée générale s'est ensuite orientée vers la mémoire et la relève dans un bref discours du président : « Le rôle du Souvenir français est de conserver la mémoire, de veiller et de participer à l'entretien des tombes et, en dernier lieu, d'entretenir la pérennité du Souvenir français. Une autre mission, à n'en pas douter la plus difficile à remplir, est de transmettre le flambeau à la jeunesse. »
Cette grande difficulté réside en trois points principaux. Selon M. Georges Ketter, « ces jeunes qui nous entourent dans nos familles ou que nous croisons dans la rue, ne sont pas comme nous. Il faut donc faire un effort d'imagination pour les approcher, témoigner et échanger ».
Trop peu de jeunes
Après cet exposé approuvé à l'unanimité, M. Roger Bott, secrétaire, a mentionné les 33 sorties du drapeau aux cérémonies du souvenir dans le secteur ainsi que les différentes manifestations propres à l'association. Le secrétaire fit ressortir le point faible de la section, à savoir le trop petit nombre de jeunes parmi les adhérents. Ce rapport d'activités fut approuvé à l'unanimité. La cotisation est maintenue à 10 F par membre, les dons étant acceptés.
Une question primordiale fut soulevée à la fin de l'assemblée : l'entretien de l'ancien monument aux Morts de 1914-1918, situé dans l'enceinte de l'église. La question sera examinée avec les services techniques de la mairie.
Ils siègent au comité
Président : Georges Ketter, 1er vice-président et porte-drapeau adjoint : Alphonse Canadas, 2e vice-président et trésorier adjoint : Nicolas Friedrich ; secrétaire : Roger Bott ; secrétaire adjoint et trésorière : Liliane Canadas ; porte-drapeau titulaire : Bernard Weber ; assesseurs : Mlles Paulette Jean, France Pruchnowski, MM Maurice Lahaire, Jean-Marie Leblanc, René Jean, Michel Dorschner ; réviseurs aux comptes : André Tellier, René Thiriet.

Lundi 23 juin 1997
C'est en présence de son président, M. Georges Ketter, et de quelques membres du comité du souvenir français de Woippy qu'une sortie sur les champs de bataille de Verdun a eu lieu avec les élèves du CM2 des écoles Jacques Prévert et Saint-Exupéry. Cette sortie a pu se concrétiser grâce aux résultats positifs des lotos organisés dans l'année. Après avoir visité le mémorial de Verdun, où les élèves ont été stupéfaits des faits des combats de cette bataille, tout le monde s'est dirigé vers l'ossuaire de Douaumont, où une gerbe a été déposé par les enfants et les accompagnateurs, sous la pierre gravée au nom du souvenir français de Woippy. Une visite a eu lieu également au cimetière national de Verdun même stupéfaction des écoliers devant l'étendue de toutes ces croix de soldats morts pour le pays. Le fort de Douaumont a été le sujet de nombreuses questions posées au guide et portant sur la vie des soldats en ce lieu aussi bien français qu'allemands. Après une restauration à l'auberge de jeunesse de Verdun, l'après-midi a été consacrée à la visite de la citadelle de Verdun, avec son concept automatique de l'historique de la bataille de Verdun. Sur la route du retour, la dernière visite a concerné Les Eparges, autre grand lieu de combat de 1914-1918. La mission du souvenir français est de transmettre le flambeau du souvenir aux générations successives pour que perdure la liberté de vivre.

Mercredi 17 septembre 1997
Loto du Souvenir français

Le Souvenir français, section de Woippy, organise un grand loto le samedi 27 septembre à la salle Saint-Exupéry à 20 h. Ouverture des portes à 19 h. Nombreux lots de valeur dont : sèche-linge, téléviseur 51 cm, lecteur CD programmable Brandt, aspirateur, autocuiseur, jambons, perceuse, vins fins, et de nombreux autres lots. Prix des cartons : 10 F l'unité, 50 F les six, 100 F les treize. Parking, buvette, sandwichs et pâtisserie.

Samedi 27 septembre 1997
Commémoration du Souvenir français

Le comité local du Souvenir français organise la cérémonie commémorative annuelle le dimanche 28 septembre selon le programme suivant : 9 h 45, rassemblement sur la place devant le monument aux Morts, réception des personnalités et des porte-drapeaux ; 10 h, office religieux pour les défunts, victimes civiles et militaires de toutes les guerres ; 10 h 40, formation du cortège vers le monument aux Morts et dépôt de gerbes avec la participation de la batterie La Renaissance de Marange-Silvange.
À l'issue de la cérémonie, le cortège se rendra dans le péristyle de la salle St-Exupéry pour le discours, la remise de récompenses et le vin d'honneur offert par le comité du Souvenir Français. A l'occasion de cette journée du souvenir à la mémoire des défunts des guerres 1870, en particulier le 127e anniversaire de la bataille de Ladonchamps, 1914, 1939, d'Indochine et d'Algérie. Le président invite les associations patriotiques de Woippy et des localités voisines à venir nombreux participer à cette manifestation.

Lundi 29 septembre 1997
Souvenir français : une mission à transmettre aux jeunes

Le comité local du Souvenir français a organisé hier matin la cérémonie commémorative annuelle du souvenir en présence de nombreuses délégations patriotiques.
Organisée en mémoire des défunts civils et militaires des guerres de 1870, en particulier le 127e anniversaire de la bataille de Ladonchamps, 1914, 1939, d'Indochine et d'Algérie ; cette journée du souvenir s'est déroulée en présence notamment de M. Gérard Terrier, député, M. Jean Laurain, ancien ministre, M. Théobald, conseiller général, M. Clément, représentant M. Cansell, maire de Woippy, et M. Gama, délégué général du Souvenir français, ainsi que du lieutenant-colonel de l'ERM de Metz, des présidents des associations patriotiques et des comités du Souvenir français.
Après l'office religieux pour les défunts, victimes civiles et militaires de toutes les guerres, le cortège formé de la batterie La Renaissance de Marange-Silvange, d'une cinquantaine de porte-drapeaux et des personnalités s'est arrêté devant le monument aux morts où une gerbe a été déposée.
Médailles et diplômes
La réception eu lieu à la salle Saint-Exupéry pour la remise du livre historique du Souvenir français de Woippy et la remise de décorations à MM. Roger Bott et Georges Ketter (médaille de bronze), M. Maurice Lahaire (médaille de vermeil), M. René Thiriet (médaille de vermeil avec bélière laurée). Des diplômes d'honneur ont été décernés à Mmes Germaine Paneck et Liliane Canadas, MM. Alphonse Canadas et Fernand Rouyer. M. Ketter, président de la section, prit la parole : « Transmettre le flambeau du souvenir pour maintenir et développer le sentiment patriotique et le sens national, telle est la vocation première du Souvenir français (...). Les jeunes sont beaucoup plus ouverts qu'on ne le croit et à l'écoute des plus anciens qui font tout ce qu'il est possible pour aider les professeurs d'école, de collège et de lycée, à qui revient aussi la transmission de ces valeurs fondamentales...
M. Cabret poursuivit : « L'union entre les peuples et les nations doit servir à œuvrer pour la paix. » M. Terrier commenta la mission du Souvenir français : « Il y a une mission à transmettre aux jeunes, il faut y travailler au niveau des écoles et de la nation. Je suis heureux de constater qu'on voit des jeunes de plus en plus souvent dans les associations. »
La cérémonie s'est achevée avec le pot de l'amitié offert par le Souvenir français de Woippy.



Jeudi 26 février 1998
Loto du Souvenir français

Le Souvenir français, section de Woippy, organise un grand loto le dimanche 1er mars à 14 h 30, à la salle polyvalente de Saulny. Ouverture des portes à 13 h. Ce loto est doté de 20 lots de valeur dont : un congélateur, un magnétoscope, un nettoyeur haute pression, un taille haie, un tableau relief, des cartons de vins fins, un jambon, des filets garnis.
Prix des cartons : 10 F l'unité ; 50 F les six ; 100 F les treize. Parking, buvette, pâtisserie, sandwiches.

Dimanche 1er mars 1998
Le Souvenir français a compté trente-quatre sorties l'an passé

Le Souvenir français de Woippy a tenu son assemblée générale devant une assistance nombreuse. M. Georges Ketter, président, a rappelé le rôle de l'association : « Conserver la mémoire de ceux et celles qui sont morts pour la France, veiller et participer à l'entretien des tombes et monuments élevés à leur gloire, transmettre le flambeau du souvenir aux générations successives. » Il a ensuite évoqué cette grande équipe, « où nous sommes tous solidaires les uns des autres, quelle que soient notre fonction, notre âge et notre tempérament. »
Avec les jeunes
La section a participé à 34 sorties programmées par la délégation de la Moselle, ainsi qu'aux cérémonies patriotiques sur le plan local, en particulier le 126e anniversaire de la bataille de Ladonchamps avec la présence de 40 drapeaux. Les résultats positifs des différents lotos ont contribué à une sortie avec les scolaires de l'école Saint-Exupéry ainsi que celle de Jacques-Prévert sur les champs de bataille de Verdun. Le Souvenir français a participé financièrement au Téléthon. Le comité du Souvenir français de Woippy s'est encore engagé dans la réalisation de la fête des Fraises.
Pour l'année 1998, le comité organisera des lotos en vue de subventionner une sortie scolaire avec d'autres écoles primaires de la commune.
Mme Eliane Canadas, trésorière, s'est chargée du rapport financier : « la trésorerie est saine ». Pour l'année 1998 ont été élus vérificateurs, MM. André Tellier et Fernand Rouyer.
Le bureau du comité s'est étoffé de nouveaux membres : M. et Mme René Winterstein, M. Jean-Marie Gagné. Le bureau se réunira prochainement afin de définir à chacun sa tâche. M. Louyot a félicité le comité de son bon fonctionnement.
Le pot de l'amitié a clos l'assemblée.    

| Voir les photographies de l'assemblée générale : clic |


Jeudi 2 avril 1998
Loto du Souvenir français

Le souvenir français, section de Woippy, organise à la salle polyvalente de Saulny un super loto, le dimanche 5 avril, à 14 h 30. Ouverture des portes à 13 h 30. De nombreux lots de valeur seront à gagner : un sèche-linge, un téléviseur 51 cm, un compresseur 50 l, un VTT junior, etc. Grand parking, buvette, pâtisseries, sandwichs sur place. Le bénéfice est destiné à une excursion à Verdun de deux classes de Woippy.

Lundi 13 juillet 1998
Sortie pour l'entretien de la mémoire

Dans le cadre culturel de la section et pour transmettre à la jeunesse le devoir de mémoire, le comité du Souvenir français de Woippy, a effectué une sortie sur les champs de bataille de Verdun. Accompagnés du président, M. Georges Ketter et de quelques membres du bureau du comité, deux classes de CM2 de l'école du quartier du Roi de Woippy, ont eu le privilège de cette sortie. Les élèves ont pu visiter le mémorial de Verdun, l'ossuaire de Douaumont où une gerbe a été déposée par les élèves et les membres du comité. La journée s'est poursuivie par la visite du fort de Douaumont et s'est terminée à la citadelle de Verdun.
Gageons que cette journée restera gravée dans la mémoire de ces élèves.

Jeudi 20 août 1998
Le monument aux morts a retrouvé tout son éclat

À l'approche des cérémonies qui célébreront le Même anniversaire de l'Armistice du 11 novembre 1918, la municipalité et le Souvenir français ont fait procéder au nettoyage du monument aux morts.

Mme Huguette HENRY, entourée de son mari et de
MM. Brasme et Ketter, était émue devant la splendeur retrouvée du monument sculpté par son grand-père.
Situé à deux pas de l'église Saint Etienne, l'ancien monument aux morts a été inauguré le 1er mai 1921. Sculpté dans la pierre de Jaumont par le tailleur de pierres Jean Schmeiser, il a été érigé, grâce à une souscription, à la mémoire des Woippyciens tombés durant la Grande Guerre, dont sera célébré, le 11 novembre prochain, le 80ème anniversaire de l'Armistice.
Historique
Les noms des soldats tués n'ont été gravés qu'au cours des années trente ; la municipalité et le Souvenir français avaient prévu alors d'y ajouter ceux des victimes de la guerre de 1870 et des guerres coloniales, mais ce projet n'a pas été réalisé. Jusqu'en 1940, le monument aux morts était flanqué de deux canons allemands de 77 ; à cette date et pendant un an, les Allemands les remplacent par un canon français de 75.
Devoir de mémoire
La municipalité entretient avec les associations patriotiques de Woippy des relations suivies et privilégiées, puisque, au sein de l'équipe municipale, M. Pierre Brasme, historien bien connu de Woippy et adjoint au maire responsable de la communication a été chargé des rapports avec ces associations. Deux fois par an, au printemps et à l'automne, ont lieu en mairie des réunions de travail avec leurs représentants ; ces réunions ont permis d'aboutir à la concrétisation de deux projets chers aux anciens combattants : l'inauguration du Rond point du 19 mars 1962 et le nettoyage du premier monument aux morts dans la perspective du 80ème anniversaire de l'armistice de 1918, cofinancé par la municipalité et le Souvenir français que préside M. Georges Ketter, également président de la Fédération des anciens combattants d'Afrique du nord.

Samedi 12 septembre 1998
Grand loto du Souvenir français

Le Souvenir français, comité de Woippy, organise un grand loto le samedi 26 septembre, salle Saint-Exupéry à Woippy. Ouverture des portes à 19 h, démarrage à 20 h 30. Le prix de vente des cartons est fixé à 10 F l'unité, 50 F les six et 100 F les treize. De nombreux lots de valeur sont mis en jeu: VTT, lave linge, sèche linge, magnétoscope, téléphone répondeur sans fil, corbeille de linge, jambons, carton apéritifs, etc.

Lundi 14 septembre 1998
Anniversaire de la bataille de Ladonchamps

Le comité du Souvenir français de Woippy célébrera le dimanche 27 septembre 1998 le 128ème anniversaire de la bataille de Ladonchamps.
Au programme de cette manifestation 9 h 45 : arrivée des personnalités, des porte-drapeau, des membres du Souvenir français ainsi que des sympathisants devant le monument aux Morts.
10 h : office religieux à la mémoire des victimes de toutes les guerres.
10 h 45 : formation du cortège à l'issue de l'office religieux et dépôt d'une gerbe à l'ancien monument aux Morts rénové, avec une pensée plus particulière pour les victimes de la Grande Guerre, dont l'armistice signé le 11 novembre 1918 sera commémoré cette année de façon particulière.
Une gerbe sera également déposée au nouveau monument aux Morts.
Cette cérémonie s'achèvera par le verre de l'amitié qui sera offert à tous les participants en salle Saint-Exupéry.

Dimanche 27 septembre 1998
Il y a 128 ans... bataille de Ladonchamps

À partir du 20 août 1870, à la suite des sanglantes batailles de Borny-Noisseville, de Rezonville-Gravelotte et de Saint-Privat, l'armée du prince Frédéric-Charles (150 000 hommes) investit Metz.
Fin août 1870, le prince Frédéric-Charles investit Metz ; c'est le début d'un siège qui va durer deux mois, et au terme duquel, le 27 octobre, la ville capitule.
Durant ce blocus, les troupes françaises mènent diverses tentatives pour dégager la ville et surtout pour s'assurer fourrages et vivres ; les principales opérations ont lieu au nord de Metz, en particulier entre Woippy et Maizières : c'est là que se déroulent, du 27 septembre au 7 octobre, plusieurs combats dont le plus important est le combat de Bellevue, plus connu sous le nom de « bataille de Ladonchamps », et dont le héros est le général de brigade Émile-Armand Gibon, dont le quartier général s'installe au Rucher, alors propriété de la famille de l'historien René Paquet.
Les Prussiens à Ladonchamps
Le 2 octobre, le château de Ladonchamps, qui abrite un état-major prussien et un bataillon hessois, est pris par les troupes françaises. Dans la matinée du 7, le maréchal Bazaine donne l'ordre au maréchal Canrobert d'exécuter une opération de fourrage sur les fermes des Petites et des Grandes Tappes et sur les hameaux de Bellevue et de Saint-Rémy. Pour éviter le feu croisé des batteries prussiennes installées sur les hauteurs, ordre est donné au général Ladmirault se s'emparer de Vigneulles et de Saulny, et au maréchal Le Boeuf d'opérer une diversion vers Malroy.
Zouaves et grenadiers
Mais le retard dans la transmission des ordres compromet immédiatement la réussite de l'opération, qui commence avec deux heures de retard. Parmi les troupes engagées, la brigade Gibon traverse le bois de Woippy et s'empare de Sainte-Anne, près de Bellevue. La Maxe et la ferme de Franclonchamps sont pris, ainsi que Saint-Remy et les Tappes. Mais d'heure en heure, les Prussiens reprennent l'initiative en déployant leur artillerie et en engageant d'importantes réserves.
Bazaine envoie bien des renforts de zouaves et de grenadiers, mais rapidement les Français doivent décrocher. En fin d'après-midi, ils reçoivent l'ordre de se replier et, vers 18 heures, les Prussiens ont repris tous les points occupés par les Français, même s'ils ne peuvent reprendre le château de Ladonchamps.
Un bilan très lourd
Le bilan de cette journée est lourd : 1 700 Allemands hors de combat, 1 257 Français tués ou blessés. Parmi ces derniers, 64 officiers, dont le général Gibon, qui, grièvement blessé lors d'une charge de cavalerie, meurt au Rucher le 19 octobre : il est inhumé dans le vieux cimetière de Woippy.
Le village, même si ses habitants entendent le bruit de la bataille, est épargné par les combats. Deux ans plus tard, la commune fait ériger à la sortie du village une croix « en mémoire de la protection divine pendant 1870 ». Cette croix, entretenue, est toujours visible route de Rombas, près de la ferme de Sainte-Adèle.
(Rédigé avec la collaboration de Pierre Brasme, président de la Société d'histoire de Woippy)
- - - - - - - - - - -
Anniversaire de la bataille de Ladonchamps
À l'initiative du comité du Souvenir français, une manifestation patriotique commémorera ce dimanche le souvenir de la bataille de Ladonchamps. En voici le programme :
9 h 45 : arrivée des personnalités, porte drapeaux et membres du Souvenir français devant le monument aux morts ;
10 h : office religieux à la mémoire des victimes de toutes les guerres ;
10 h 45 : dépôt de gerbe au monument aux morts.
Le verre de l'amitié sera offert aux participants.

Mercredi 30 septembre 1998
La Bataille de Ladonchamps : émouvante cérémonie commémorative

Fidèles à la tradition, les membres de la section locale de Woippy du Souvenir français, ont salué la mémoire de ceux qui, il y a 128 ans, ont héroïquement donné leur vie pour la défense de la ville.
Il y avait foule hier, tant à l'église qu'au monument aux Morts pour assister à la cérémonie patriotique organisée et conduite par M. Georges Ketter, président de la section locale du Souvenir français. Parmi les personnalités qui avaient tenu à honorer de leur présence cette cérémonie, on pouvait remarquer le député Gérard Terrier, M. François Grosdidier, vice-président du conseil régional représentant M. Longuet, M. Raymond Théobald, conseiller général du canton, M. Jérôme Prache, maire de la commune, M. Raoul Gama, délégué général du Souvenir français de la Moselle, le Lieutenant Colonel Pommiès, directeur de l'Etablissement du matériel, ainsi que plusieurs présidents du Souvenir français, venus de tout le département. Sollicitée par le président Ketter, l'Harmonie « La renaissance » de Marange-Silvange a bien voulu prêter son concours à cette manifestation.
Instant toujours émouvant, c'est entre une haie de 42 drapeaux que MM. Ketter, Prache et Gama ont déposé une magnifique gerbe au pied du monument aux Morts, avant que ne résonne la sonnerie aux Morts et, après une minute de silence, la Marseillaise.
La cérémonie terminée l'ensemble des participants à rejoint la salle Saint-Exupéry où « La Renaissance » a donné une courte aubade avant les discours et le verre de l'amitié.
Le président Ketter a tout d'abord remercié les personnalités ainsi que les participants et rappelé : « Le rôle du Souvenir français est d'entretenir la mémoire afin que perdure le souvenir du sacrifice de tant d'hommes, qui se sont battus pour que nous vivions dans la liberté. » Le député Terrier a pris à son tour la parole : « J'attache une importance toute particulière à ces commémorations. Je fais partie d'une génération qui, grâce au sacrifice de nos anciens, n'a pas connu la guerre. L'Etat, la République, ont un devoir de mémoire, de réparation et, pour moi le plus important, d'explication. Pourquoi en est-on arrivé à des conflits qui ont fait tant de morts ? Il y a de par le monde des sources d'inquiétude dont il faut se préoccuper. Les jeunes doivent savoir, ils auront le témoin qu'ils devront transmettre ; pour cela nous devons nous ouvrir à la jeunesse pour que la paix que nous connaissons aujourd'hui soit éternelle ». Pour sa part M. Jérôme Prache a souhaité que « les associations d'anciens combattants puissent faire plus vis à vis des jeunes. Je salue ici l'initiative de M. Ketter et de son comité qui, chaque année, accompagnent une classe sur les champs de bataille de Verdun.
La France a connu peu de périodes aussi longues sans guerre, ce n'est ni un hasard ni un miracle, ce qui justifie encore plus notre devoir de mémoire ».
Les récipiendaires
Des médailles et diplômes ont été remis pour honorer les membres les plus méritants du Souvenir français :
Médaille de bronze du Souvenir français : Mme Canadas Liliane et M. Canadas Alphonse. Diplôme de reconnaissance pour services rendus : Mmes Gisèle Winterstein, France Pruchnovski, MM. René Winterstein, Jean-Marie Gagné, Nicolas Friedrich et Claude Roulet.

Samedi 10 octobre 1998
Grand loto du Souvenir français

Le Souvenir français de Woippy organise un grand loto dimanche 25 octobre à la salle polyvalente de Saulny. Ouverture des portes à 13 h 30. Démarrage à 14 h 30. Prix des cartons : l’unité, 10 F ; les six, 50 F ; les treize, 100 F. Nombreux lots de valeur : camescope, lave-linge, sèche-linge, ramasse feuilles broyeur, poële à pétrole, jambons, paniers garnis, etc.

Samedi 10 octobre 1998
Associations patriotiques : concertation fructueuse avec la municipalité

Il y a quelques jours, Woippy célébrait le 128e anniversaire de la bataille de Ladonchamps. Dans quelques semaines, comme dans toute la France, la commune commémorera le 80e anniversaire de l'armistice de 1918. Autant dire que, pour les associations patriotiques et leurs dirigeants, l'automne est une saison chargée et riche en manifestations du souvenir.
Ces associations sont au nombre de cinq : le Souvenir français, la FNACA (Anciens Combattants d'Afrique du Nord), la Fédération des Engagés Volontaires Alsaciens-Lorrains, les Anciens combattants Malgré Nous et réfractaires, et l'Union nationale des combattants-AFN-Soldats de France. La municipalité entretient avec ces associations des relations suivies et fructueuses : en effet, deux fois par an, Pierre Brasme, adjoint chargé de la communication, les reçoit ensemble en mairie pour les écouter : une concertation appréciée par leurs dirigeants qui permet de faire aboutir certains projets qui leur sont chers.
C'est ainsi que, lors de la dernière réunion de travail du ler octobre, les associations patriotiques se sont félicitées de l'aboutissement de deux demandes prioritaires. D'une part l'attribution de la dénomination « 19 mars 1962-Cessez le feu en Algérie » au rond-point situé à la sortie de Woippy vers Saulny, inauguré au mois de mai dernier ; d'autre part le nettoyage de l'ancien monument aux Morts, aménagé en 1922 devant le portail de l'église à la mémoire des enfants de Woippy tombés durant la Grande guerre.
Devoir de mémoire
Mais, au-delà du souvenir et de l'hommage aux victimes des guerres, les responsables de ces associations attachent une grande importance au devoir de mémoire qui leur incombe à l'égard des jeunes, et en cela l'accord est parfait avec la municipalité ; également soucieuse d'une formation à la citoyenneté incluant la transmission du souvenir. C'est ainsi que, chaque année, le Souvenir français organise une visite des champs de bataille de Verdun pour les primaires : après les écoles du Centre l'an dernier, celles du Quartier du Roi cette année, ce serait au tour de Paul-Verlaine de bénéficier en 1999 de cette action, financée grâce aux lotos du Souvenir français.
Très attaché lui aussi à la notion de souvenir, Pierre Brasme a proposé le lancement au début de 1999, dans toutes les écoles primaires de Woippy (CM1 et CM2), d'un jeu-concours sur le thème « Les chemins de la mémoire », jeu qui serait organisé conjointement par la municipalité, la Société d'Histoire de Woippy et les associations elles-mêmes et pourrait être éventuellement parrainé par le Secrétariat d'Etat aux Anciens combattants et l'Inspection académique. Une proposition qui a recueilli l'assentiment des associations patriotiques, et qui augure d'une collaboration encore plus étroite entre les différents partenaires.



Jeudi 14 janvier 1999
Les Chemins de la mémoire : un jeu-concours pour les écoles

À l'initiative de la municipalité, de la Société d'Histoire de Woippy et des associations patriotiques de la ville, dix écoles primaires des différents quartiers participeront, au cours du printemps prochain, à un jeu-concours intitulé « Les Chemins de la Mémoire ».
Cette manifestation sera parrainée par le secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants et par l'Inspection académique de la Moselle et rehaussée par la participation de M. Jean Laurain, ancien ministre, comme président du jury. « Elle permettra aux élèves, précise Pierre Brasme, initiateur du projet, de mieux connaître les conflits qui, depuis 1870, ont marqué l'histoire de leur pays, de leur région et de leur ville, mais surtout, de mieux comprendre pourquoi le souvenir et la mémoire restent indispensables dans un pays libre et démocratique... Ce sera une leçon d'histoire autant que d'éducation civique ».
Une réunion de travail, tenue récemment en mairie, a permis aux responsables de préparer concrètement l'organisation du jeu-concours : Pierre Brasme, adjoint délégué à la Communication, Jean Nauroy et Armand Henry de la Société d'histoire de Woippy, Georges Ketter, Liliane Canadas et René Bour (Souvenir Français et FNACA), Fernand Rouyer et Raymond Kanny (Malgré-Nous et Réfractaires), et Roland Mariage (Engagés Volontaires Alsaciens-Lorrains).
Cinq séries de dix questions
Le concours consistera en cinq séries de dix questions, sous forme d'un livret qui sera remis à chaque classe participante, la dernière série consistant en photos que les élèves auront à identifier ou à localiser. Support principal des épreuves que les maîtres pourront exploiter avec eux : les différents ouvrages publiés sur l'histoire de Woippy, qui seront mis à la disposition des classes.
Le concours se déroulera entre le 1 er et le 20 mars prochains, avant que le jury ne se réunisse pour décerner les prix, qui seront remis au cours d'une cérémonie officielle cadrant avec la commémoration du 8 mai 1945.
Le premier prix consistera en une journée organisée en juin dans le pays de Bitche, avec visite de la citadelle. Les 2e et 3e prix en lots de cassettes vidéo ou de livres d'intérêt historique. Une seconde réunion se tiendra prochainement avec les maîtres des classes participantes.

Vendredi 19 février 1999
Loto du Souvenir français

La section de Woippy du Souvenir français et le groupement des porte-drapeaux de Metz, organisent un loto à la salle polyvalente de Saulny, le dimanche 21 février. Ouverture des portes à 13 h 30. Prix des cartons : 10 F l'unité, 50 F les six, 100 F les treize. De nombreux lots à gagner : bons d'achat de 1000 F, lave-linge, sèche-linge, magnétoscope, aspirateur, jambons, crêpe-party, service porcelaine, paniers garnis, etc.

Lundi 15 mars 1999
Assemblée générale du Souvenir français

La section du Souvenir française de Woippy tiendra sa prochaine assemblée générale le dimanche 28 mars à 10 h, salle Inter-associations, rue de Biche à Woippy.
À l'ordre du jour : rapport moral, rapport d'activités, rapport financier et rapport des réviseurs aux comptes ; désignation de deux réviseurs aux compter pour l'exercice 1999 ; renouvellement du tiers sortant. Les candidatures seront posées pendant la réunion ; fixation du tarif des cotisations pour 1999 ; questions diverses. Le pot de l'amitié sera offert à l'issue de l'assemblée générale.

Jeudi 8 avril 1999
Loto avec le Souvenir français

Le comité de Woippy du Souvenir français organise le samedi 10 avril à la salle polyvalente de Saulny un grand loto doté de nombreux prix de valeur : lave-vaisselle, VTT homme et femme, magnétoscope, téléviseur 51 cm, téléphone portable à carte, panier de linge garni, jambons, paniers garnis, etc. Prix des cartons : 10 F l'unité, 50 F les six, 100 F les treize. Ouverture des portes à 19 h.

Vendredi 16 avril 1999
Le Souvenir Français lance un appel aux jeunes

M. Georges Ketter, président de la section locale du Souvenir Français, a ouvert la cinquième assemblée générale depuis le renouveau de cette section. L'occasion de mettre l'accent sur les jeunes qui y font défaut.
Dans son rapport moral le président a commenté les bons résultats réalisés depuis 1994, regrettant cependant le manque de recrutement des jeunes ; il a ainsi évoqué la création d'un comité jeune à coté du comité existant de façon à leur donner des responsabilités en suscitant leurs initiatives.
De son côté, M. Roger Bott, secrétaire, a souligné dans son rapport les nombreuses activités qui ont émaillé l'année 1998. Il a remercié la municipalité pour sa participation au financement de la restauration de l'ancien monument aux Morts de 1914-18, situé dans la cour de l'église, tout en notant que ces travaux ont également été financés par la délégation générale et la section locale. Dans les prévisions d'activité 1999 figurent une excursion « Croisière sur le Rhin », ainsi qu'un repas qui suivra la traditionnelle cérémonie anniversaire de la Bataille de Ladonchamps prévue le 26 septembre.
Le rapport financier net et précis de Mme Liliane Cadanas a reçu quitus de l'assemblée pour sa bonne et saine gestion. Dans le courant de l'année, il est envisagé de changer le drapeau de la section, l'ancien donnant des signes évidents de fatigue.
Belle vivacité
Cette assemblée générale était rehaussée par la présence de MM. François Grosdidier, vice-président du Conseil régional ; Jérome Prache, maire de Woippy ; Pierre Brasme, adjoint chargé de la communication ; Raoul Gama, délégué général du Souvenir français de la Moselle, et son adjoint Georges Cabret. Le maire a pris la parole pour féliciter la section de sa vivacité, tandis que M. Gama clôturait cette assemblée générale en félicitant à son tour la section qui depuis cinq ans, affiche une constante progression. En rappelant la volonté inaltérable du Souvenir français d'entretenir la mémoire et le souvenir, il a fait part à l'assemblée de sa satisfaction de savoir le Souvenir français de la Moselle classé premier de tous les départements. La réunion s'est achevée par le pot de l'amitié offert par la section.


Lundi 19 avril 1999
Les Chemins de la mémoire : Paul-Verlaine remporte le titre

Lancé en début d'année à l'initiative de la municipalité, de la Société d'histoire et de plusieurs associations patriotiques (FEVAL, ACMNR, FNACA et Souvenir français), le jeu-concours « Les Chemins de la mémoire » a mobilisé dix classes primaires de Woippy, soit prés de 230 élèves.
Disposant des différents ouvrages publiés ces dernières années sur l'histoire de Woippy, offerts par la Ville, et de leur propre documentation, les élèves ont planché durant trois semaines sur un ensemble de cinquante questions des plus diverses. Parmi elles, la date et le lieu de la mort du général Gibon, le vrai nom du « Père Tranquille », le camp où fut internée durant la seconde Guerre mondiale Catherine Welfringer, jusqu'au nom de ce célèbre acteur de cinéma qui passa à Woippy en 1939-1940 comme capitaine.., qui n'est autre que Pierre Fresnay, ainsi que des photos à reconnaître, à dater ou à localiser.
Palmarès
Le jury, présidé par M. Jean Laurain, député honoraire de la Moselle et ancien Ministre des Anciens combattants, s'est réuni à deux reprises et, après correction et délibération, a proclamé les résultats suivants : ler prix : CM2 (Mme Lampe), école Paul-Verlaine de Woippy Saint-Eloy (49 points /50) ; 2ème prix : CM1 (M. Duval), école Jacques-Prévert de Woippy-centre (48,5 points) ; 3e prix CM2 (M. Kucklick), école Paul-Verlaine (48 points).
Des prix
Les autres classes n'ont nullement démérité, puisque la note minimum est de 43,5 points, ce qui, pour un travail demandant beaucoup de recherche et de précision, s'avère déjà un très bon résultat.
L'école Paul-Verlaine, dont la directrice est Mme Joëlle Doub, se verra donc doublement récompensée une sortie dans la région de Bitche au mois de juin prochain (1er prix), et un lot de livres d'intérêt historique (3e prix). La classe de M. Duval se verra offrir quant à elle un lot de cassettes-vidéo et de livres. Tous les élèves ayant participé se verront remettre un convertisseur francs-euro marqué du tout nouveau logo de Woippy.
La remise des prix aura lieu le lundi 3 mai à 17 h en mairie de Woippy, au cours d'une cérémonie présidée par M. Jean-Pierre Masseret, Secrétaire d'Etat à la Défense chargé des Anciens Combattants.
Encore bravo à tous les élèves et à leurs maîtres !

Mercredi 5 mai 1999
Les chemins de la mémoire vers la citoyenneté

Aboutissement de longues semaines de travail et de recherche, le premier prix du jeu concours « Les chemins de la mémoire » a été remis à l'école Paul-Verlaine de Woippy. Jean-Pierre Masseret était présent à la proclamation des résultats.
METZ. - Lancé en début d'année à l'initiative de la municipalité de Woippy, de la Société d'histoire locale et d'associations patriotiques de la commune (FEVAL, ACMNR, FNACA et Souvenir français), le jeu-concours « Les Chemins de la mémoire » a mobilisé cinq écoles et dix classes primaires.
Le jeu comprenait plusieurs séries de questions relatives à l'histoire de la région depuis 1870, plus particulièrement au souvenir des conflits qui ont marqué la commune. Le jury, présidé par M. Jean Laurain, député honoraire et ancien ministre des Anciens combattants, était composé de M. Pierre Brasure, président de la société d'histoire et historien de Woippy, de son vice-président M. Jean Nauroy et de M. Georges Ketter, président de la section locale de la FNACA et du Souvenir français.
Une leçon de citoyenneté
M. Jérôme Prache, maire de Woippy, a accueilli Jean-Pierre Masseret, secrétaire d'Etat à la défense chargé des anciens combattants. Après que M. Jean Laurain eût remis leurs prix aux trois classes lauréates (deux CM2 de Paul-Verlaine et CM1 de Jacques-Prévert), Mme Joëlle Doub, directrice de l'école Paul-Verlaine a analysé la portée de cette initiative. « Ce fut l'occasion d'une réflexion approfondie sur les rapports humains face à l'actualité mondiale. L'homme de demain devra savoir tirer leçon de ses prédécesseurs et la mémoire active forgera l'action juste à mener pour faire fonctionner les valeurs fondamentales de l'humanité. » M. Masseret a conclu en s'adressant directement aux enfants : « Je m'associe à cette cérémonie parce que je crois que les chemins de la mémoire sont les chemins de la citoyenneté. Vos anciens se sont engagés au seuil de leur vie sans se poser de questions pour vous permettre aujourd'hui de vivre en liberté. Les témoignages recueillis illustrent les valeurs de la République. L'éducation nationale doit bien marquer en plus de la morale civique ce qu'est l'esprit de défense. »

Mercredi 7 juillet 1999
À la découverte de Bitche

Lauréat du jeu-concours « Les chemins de la mémoire », le CM1 de Mme Lampe de l'école Paul-Verlaine a été récompensé par une visite à Bitche. Après avoir visité le matin la Citadelle, où les enfants se sont rendu compte de l'horreur de la guerre, le repas de midi a été pris au collège Jean-Jacques-Kieffer. L'après-midi a été consacré à la découverte du moulin d'Eschviller transformé en musée. Les élèves étaient encadrés par MM Bour, Ketter et Dorschner, anciens combattants organisateurs de cette sortie financée par la municipalité, la Société d'histoire et les associations patriotiques, (FNACA, FEVAL, ACMNR et Souvenir français).

Samedi 25 septembre 1999
Commémoration de la bataille de Ladonchamp

La célébration du 129ème anniversaire de la bataille de Ladonchamp, qui se déroulera demain dimanche 26 septembre, revêtira cette année un éclat particulier.
Parallèlement à la cérémonie commémorative, la section locale du Souvenir français recevra son nouveau drapeau tandis que M. Jérôme Prache procédera à l'inauguration de la Place du Souvenir français (place dite « du monument aux Morts »).
Le programme de la cérémonie est le suivant : 9 h 45, accueil des autorités, porte-drapeau, délégations et invités devant le monument aux Morts ; 10 h, office religieux à la mémoire des victimes de toutes les guerres ; 10 h 45, formation du cortège vers le monument aux Morts, remise du drapeau, inauguration de la place, dépôt de gerbes.
Après dislocation, un vin d'honneur sera ensuite servi aux participants en salle Saint-Exupéry.

Mardi 28 septembre 1999
Place du Souvenir-Français : transmettre la mémoire

Donner un nom à un lieu, lui donner une identité propre, est un acte important dans la vie d'une commune, un acte souvent lourd de symboles. Le Souvenir français a désormais sa place. Honneur et mémoire.
La célébration du 129e anniversaire des combats de Ladonchamps était sans doute la meilleure occasion pour inaugurer la nouvelle place du Souvenir-Français et remettre un nouveau drapeau à son comité local.
L'importance de l'événement rassemblait, dimanche dernier, de nombreuses personnalités, autour de 45 drapeaux venus de toute la Moselle. Après l'office célébré en l'église Saint-Etienne, M. Jérôme Prache, maire de la commune, a inauguré la Place du Souvenir-Français. « En l'inscrivant dans l'histoire de la ville, nous donnons à ce lieu, où est érigé le monument aux Morts, le nom d'une association dont l'objet essentiel est le souvenir et le devoir de mémoire. Dans cet acte d'honneur que nous lui faisons, dans cet acte de mémoire, il faut également voir le souhait que son action se pérennise et se transmette aux générations futures », a-t-il déclaré avant de dévoiler officiellement la plaque portant le nouveau nom de la place.
Diplômes
Si l'activité d'une association patriotique se mesure à l'usure de son drapeau, celle de la section woippycienne du Souvenir français doit être intense ! L'occasion était trop belle. Le président Ketter a reçu, avec émotion, le nouveau drapeau de son association. Une gerbe a ensuite été déposée au pied du monument aux Morts. La cérémonie terminée, l'assemblée s'est transportée, aux accents de l'Union de Woippy vers la salle Saint-Exupéry. A l'heure des discours MM. Ketter et Gama, délégué général de Moselle du Souvenir français, ont remercié l'ensemble des participants et remis des diplômes d'honneur aux membres les plus méritants, dont trois jeunes.
Œcuménisme
Le député Gérard Terrier a pris, à son tour, la parole : « Le Souvenir français rassemble, dans un bel œcuménisme, l'ensemble des forces patriotiques. Il faut savoir transmettre, expliquer, parce que les mêmes choses produisent souvent les mêmes effets. La jeunesse doit se souvenir pour éviter les écueils dans lesquels certains pourraient l'amener ». Sous-préfet de Metz-Campagne, M. Pierre Hannecart a conclu : « Le devoir de mémoire est un élément constitutif de la citoyenneté, fondateur de toute démocratie. Il ne saurait y avoir de véritable citoyenneté sans une bonne connaissance du passé. Il importe de saisir toutes les opportunités qui se présentent, pour renforcer les liens entre générations. Le devoir de mémoire doit être considéré comme une indispensable leçon de civisme et d'histoire ».

| Voir le reportage de la cérémonie du dimanche 26 septembre 1999 : clic |


Loto du Souvenir français
Le Souvenir français de Woippy organise le samedi 2 octobre un grand loto, salle Saint-Exupéry à 20 h 30. Ouverture des portes à 19 h. Nombreux lots de valeur : lave-linge, combiné TV + vidéo, compresseur, magnétoscope, four électrique, paniers garnis, jambons, autocuiseur, meuleuse d'angle, etc. Prix des cartons 10 F l'un, 50 F les six et 100 F les treize.

Vendredi 5 novembre 1999
La municipalité à l'écoute des associations patriotiques

Comme ils le font régulièrement depuis deux ans à l'initiative de la municipalité, les représentants des principales associations du souvenir de Woippy se sont réunis pour tirer le bilan de l'année passée et tracer les perspectives pour l'an 2000.
Fidèles à leurs engagements, les responsables des associations patriotiques se rassemblent régulièrement pour ne pas laisser s'éteindre la flamme du souvenir.

Adjoint au maire chargé de la Communication, et président de la Société d'histoire de Woippy, Pierre Brasme est l'homme tout indiqué pour représenter la municipalité chaque fois qu'il est question de souvenir ou de patriotismes, deux mots étroitement liés et chers aux cœurs des participants de la réunion qui s'est tenue en mairie ce mercredi 3 novembre. Une réunion de travail qui a fait le bilan de l'année 1999 et préparé les actions de l'an 2000 à laquelle ont participé les responsables de la FNACA (MM. Ketter et Bour), du Souvenir Français (M. Ketter et Mme Canadas), des Malgré-Nous et Réfractaires (M. Rouyer) et des Engagés Volontaires Alsaciens-Lorrains (M. Mariage). Chacun s'est d'abord félicité du succès remporté par le concours Les Chemins de la Mémoire, organisé au printemps dernier auprès des écoles primaires, qui leur a permis de travailler à la fois sur l'histoire de Woippy et sur le souvenir, dont la transmission par les aînés est un devoir impérieux, ceci dans le cadre de l'apprentissage de la citoyenneté. D'ailleurs, Les Chemins de la Mémoire de l'an 2000 pourraient faire une part plus large à cette notion de citoyenneté : une prochaine réunion de travail aura pour but de préciser le projet, qui sera soumis aux enseignants.
Autres sujets de satisfaction : la tenue du Congrès départemental des Malgré-Nous dans la commune (16 mai) et l'inauguration de la place du Souvenir-Français jumelée avec la commémoration de la bataille de Ladonchamps et le baptême du nouveau drapeau du Souvenir Français (26 septembre). Les représentants du Souvenir Français et de l'ACMNR ont tenu à remercier la municipalité pour sa participation active à cette double manifestation.
Anniversaires
Outre les célébrations nationales et traditionnelles, l'année 2000 sera marquée par le 90e anniversaire de la création de la section woippycienne du Souvenir Français, d'ores et déjà fixé au 24 septembre.
Il est signalé que, le vendredi 19 novembre à 17 h, sur le parvis de l'Hôtel de Ville, aura lieu une cérémonie commémorative de la libération de Woippy, en présence de plusieurs vétérans américains.



Lundi 24 janvier 2000
Loto du Souvenir français

Le Souvenir français de Woippy organise dimanche 6 février un grand loto à la salle polyvalente de Saulny. Ouverture des portes à 13 h 30. Début des parties à 14 h 30.
Nombreux lots : camescope, sèche-linge, magnétoscope, cuisinière à gaz, chaîne stéréo, aspirateur, corbeille de linge, autocuiseur, jambons, filets garnis. Prix du carton 10 F, 50 F les six. 100 F les treize.

Lundi 14 février 2000
André Tiné, parrain des « Chemins de la mémoire »

L'an dernier, à l'initiative de la municipalité et avec l'étroite collaboration de la Société d'histoire de Woippy, des associations patriotiques et des écoles primaires de Woippy, ont été lancés les Chemins de la Mémoire, destinés à transmettre aux jeunes le souvenir des combats menés pour la liberté et la paix et à s'intégrer dans l'apprentissage de la citoyenneté. L'opération, parrainée par le Secrétariat d'Etat à la défense chargé des anciens combattants, avait été un succès, et décision avait été prise de la poursuivre cette année.
Les Chemins de la Mémoire se traduiront par une participation exceptionnelle des élèves des écoles primaires à la commémoration du 8 mai 2000, qui marquera le 55e anniversaire de la victoire de 1945. Les élèves auront à préparer, avec leurs maîtres, un manifeste commun sur la signification de cette date, qui marque tout à la fois le retour à la paix, à la liberté, à la démocratie et à la dignité.
Un grand résistant
Dans le cadre de la préparation de ce manifeste, un travail de documentation et de réflexion est indispensable, et quoi de mieux que de faire appel à une personnalité locale ayant vécu ces années noires de la guerre, qui puisse apporter son témoignage et soit en quelque sorte le parrain des Chemins de la Mémoire.
Un nom s'est rapidement imposé, celui d'André Tiné, ancien résistant woippycien, bien connu dans la localité et dans le monde combattant et qui a accepté avec enthousiasme de prendre son bâton de pèlerin et de se rendre dans les écoles.
Son témoignage ne pourra que passionner les enfants de Woippy, et les motiver dans leur travail.

Dimanche 20 février 2000
Assemblée générale du Souvenir français de Woippy

La section du Souvenir français de Woippy tiendra son assemblée générale dimanche 27 février à 10 h 30, salle Jean-Jaurès, avenue Jean-Jaurès à Woippy. A l’ordre du jour : rapports moral, d’activités et financier ; désignation de deux réviseurs aux comptes pour l’exercice 2000 ; renouvellement du tiers sortant ; fixation du tarif des cotisations pour 2000.
Contact : M. Georges Ketter, 15, rue de Lorry à Woippy, tél. 03 87 31 36 26.

Mardi 22 février 2000
Les Chemins de la mémoire : trois écoles partantes

Les écoles primaires du Quartier du Roi, Paul-Verlaine et Pierre et Marie-Curie ont accepté de participer, cette année encore, aux Chemins de la Mémoire organisés conjointement par la municipalité, les associations du souvenir et les directrices et directeur de ces trois établissements de la commune. Cette manifestation sera parrainée par M. André Tiné, l'une des figures locales de la résistance et du monde combattant.
L'action engagée se déroulera en trois temps lors de la cérémonie commémorative du 8 mai prochain. Les enfants déposeront d'abord une gerbe au pied du Monument aux morts, avant de lire un texte commun qu'ils auront rédigé en classe, puis de chanter la Marseillaise. Au cours des mois de mars-avril, ils auront, avec leurs maîtres, l'occasion de réfléchir à la signification du 8 mai, qui rappelle que voici 55 ans, la défaite du nazisme marqua le retour à la paix, à la liberté, à la dignité et à la démocratie. Les trois écoles se sont réparti la tâche, chacune ayant à rédiger un texte court ; l'ensemble formera un manifeste qui sera lu le 8 mai.
Afin de les aider dans leur réflexion, M. André Tiné se rendra dans les classes afin de raconter aux enfants ce que furent ces années de la guerre, l'oppression nazie, la résistance et la déportation. Il sera accompagné par des représentants des associations du souvenir, qui pourront, en même temps, expliquer aux enfants la nécessité du devoir de mémoire.

Lundi 6 mars 2000
Comité local du Souvenir français : 90 ans déjà

Faisant toujours preuve d'un exceptionnel dynamisme, le comité local du Souvenir français est sans doute la plus ancienne association de la commune. Il fêtera cette année 90 années ininterrompues au service de la mémoire.
Réunis en salle Jean-Jaurès, sous la présidence de M. Georges Ketter, les membres du comité local du Souvenir français ont tenu leur assemblée générale en présence de M. Pierre Brasme représentant le maire.
Dans son allocution de bienvenue, le président a tout d'abord rendu hommage à M. Victor Keller qui, le 9 octobre 1910, signa les actes fondamentaux de cette association. Après avoir invité l'assistance à observer une minute de silence à la mémoire de ceux qui sont décédés au cours de l'année écoulée et plus particulièrement à celle du regretté président honoraire, M. Raymond Leidelinger, M. Ketter a lu et commenté son rapport moral.
« La vitalité de notre association se manifeste de façon significative ; nombreuses sont les actions entreprises pour satisfaire au devoir de mémoire et à la transmission de cet héritage qui doit se perpétuer et constituer le but essentiel de nos efforts. » Une année 1999 marquée par la remise du nouveau drapeau du comité et, surtout, l'inauguration de la place du Souvenir français.
Perspectives
Dans son rapport d'activités, le secrétaire, M. Roger Bott, a souligné les nombreuses sorties de représentativité (45) avec les comités de l'arrondissement de Metz-Campagne ainsi que la participation au concours proposé aux scolaires Les chemins de la mémoire. Il a tracé les perspectives 2000, inscrivant d'ores et déjà au programme le 90e anniversaire de la création du comité qui sera fêté le 24 septembre avec les cérémonies marquant le 130e anniversaire de la Bataille de Ladonchamps.
Par ailleurs, dans le cadre l'entretien de la mémoire et compte tenu des excellents résultats enregistrés par les lotos, il est prévu d'organiser cette année deux sorties au profit des scolaires, sur le site médiéval de Rodemack et à l'ouvrage du Hackenberg. Les prochains lotos sont programmés le 8 juillet à Saulny et le 7 octobre à Woippy.
Le rapport financier présenté par Mme Liliane Canadas, a reçu quitus de MM André Tellier et Fernand Royer, réviseurs aux comptes, qui en ont souligné « la clarté, la précision et le sérieux ». Ces rapports ont été approuvés à l'unanimité.
Avant d'inviter l'assistance à partager le verre de l'amitié, le président Ketter a souhaité savoir quel sera l'avenir de la salle interassociations lorsque sera construite la future Maison de la petite enfance, puis il a remis un diplôme et une médaille à M. Alphonse Canadas en reconnaissance de sa fidélité et de son dévouement dans sa fonction de porte-drapeau du comité.

Mardi 21 mars 2000
Les Chemins de la mémoire passent par André Tiné

Patriote convaincu et résistant de la première heure, André Tiné a vécu des événements d’une extrême cruauté. Souvenirs toujours aussi vivaces que douloureux qu'il transmet pourtant inlassablement aux jeunes générations. Une grande leçon d'Histoire.
Les élèves des classes de CM1 et CM2 du Quartier du Roi, de Paul-Verlaine et de Pierre et Marie-Curie qui ont accepté de participer aux Chemins de la mémoire. M. André Tiné a bien voulu leur apporter son témoignage de patriote résistant.
Mieux que tous les cours marginaux et les livres d'histoire, en suivant l'itinéraire d'André Tiné pendant la seconde guerre mondiale, ils ont touché l'Histoire. Ils connaissent bien sûr les grands événements qui ont marqué cette période noire. Ils n'imaginaient sûrement pas tout ce qu'ils ont entendu.
Combat pour la liberté
L’émotion et la douleur sont toujours vives et présentes. Elles se lisent dans les yeux de ce Woippycien qui, de janvier 1943 alors qu'il n'a que 15 ans, à sa libération en mai 1945, a été interné dans les camps « d'extermination par le travail ». Pendant une heure et avec toute la délicatesse qui convient à son auditoire, il dira l'horreur des conditions de vie des prisonniers et les épreuves inhumaines qu'ils ont dû endurer. Pétrifiés, les jeunes n'en croient pas leurs oreilles. Ce qu'ils ont entendu est inimaginable. Et pourtant !
Un témoignage qui s'achève sur un message fort : « La liberté est un combat qui mérite une vigilance de tous les instants, elle vaut tous les sacrifices. Elle se mérite tous les jours par la pratique du courage, de la fraternité et du civisme. Sans cela il n'y a pas de citoyenneté. »
Ecrasés sous une telle charge émotionnelle, les enfants restent un instant sans voix. Puis les questions fusent. La résistance et les actions de sabotage, son arrestation à Woippy par la Gestapo, les raisons de la guerre, ce qui l'a le plus marqué et ce qui l'a le plus choqué et surtout, comment a-t-il pu tenir.
Pardon, jamais
Et puis, une question essentielle et inattendue : « Avez-vous pardonné ? » Là, l'homme réfléchit. La question est grave, la réponse lourde de sens. « Je ne pourrai jamais oublier ; pardonner, pour moi, mes souffrances, peut-être, mais pour tous les crimes, les tortures de tous ceux qui sont morts, jamais. A ceux qui ont fait tout ce mal, je ne peux pas pardonner ». Il y a fort à parier que le chemin d'André Tiné sera à jamais marqué dans la mémoire des élèves.
Le 8 mai prochain, tous seront présents devant le monument aux Morts aux côtés d'André Tiné. Ils liront un texte commun rédigé en classe et chanteront avec lui la Marseillaise. Une façon de le remercier pour leur avoir ouvert son Chemin de la mémoire.

=============================
Condamné à mort à 18 ans
Né le 24 mars 1926 à Woippy, André Tiné est un enfant comme tous les autres, insouciant et joyeux, jusqu'à ce jour de 1939 où les Allemands déclarent la guerre à la France. Il est alors apprenti serrurier mécanicien. L'occupation de 1940 et l'annexion l'obligent à retourner pour quelque temps à l'école... allemande, cette fois. Entré dans la résistance avec le groupe Espoir français-Réseau Uranus Kléber, il participe à la recherche du renseignement, récupère et remet en état des armes et participe au sabotage de dépôts allemands.
Arrêté en janvier 1943 par la Gestapo, il est déporté et condamné à mort en mai 1944 -il vient d'avoir 18 ans- par le tribunal militaire de Glatz pour faits de résistance, rébellion et refus de servir dans l'armée allemande. Au dernier moment, alors qu'il doit être exécuté, sa peine est commuée en prison à vie. Le 8 mais 1945, il est libéré des camps de déportation nazis par l'armée soviétique. Il reprendra alors son métier de mécanicien. En novembre 1946, il est appelé devant le Conseil de révision et exempté du service armé tout en étant considéré comme ayant effectué ses obligations militaires.
Il est titulaire de nombreuses décorations dont la croix de chevalier de la Légion d'honneur qui lui a été décernée à titre militaire pour ses actes de courage.
Dans un opuscule d'une centaine de pages, André Tiné a rédigé ses mémoires.
=============================

Mercredi 28 juin 2000
Loto du Souvenir français

Le Souvenir français, section de Woippy, organise un loto le samedi 8 juillet, à 20 h 30, salle polyvalente de Saulny.
Ouverture des portes à 19 h. De nombreux lots à gagner : lecteur DVD vidéo, deux bons d’achat de 1000 F, salon de jardin et sa tonnelle, barbecue, etc. Prix des cartons : 10 F l’unité, 50 F les six, 100 F les treize.

Dimanche 2 juillet 2000
Le Souvenir cultive la mémoire

Comme chaque année, la section du Souvenir français conduite par M. Georges Ketter, s'engage à entretenir la mémoire historique au profit des écoles en complétant sur le terrain l'enseignement qui leur est prodigué en classe. De Rodemack au Hackenberg.
L'impact des réalités sur les sites chargés d'histoire de notre région apporte aux élèves l'occasion de développer cet éveil indispensable pour former leur personnalité d'adultes responsables. Cette sortie a été proposée cette année aux 32 élèves et à leurs enseignants de 2 classes de CM2 de l'école Paul-Verlaine. La matinée a permis de visiter le village fortifié de Rodemack chargé d'histoire moyenâgeuse. Les questions posées prouvent combien de telles visites sont dignes d'intérêt pour les jeunes. L'après-midi a été consacré à la visite de l'ouvrage du Hackenberg construit par Maginot pour doter notre région d'une défense capable de protéger la nation soumise aux agressions extérieures. Les multiples explications fournies sur la stratégie militaire ainsi que la visite des installations, des costumes, des armements n'ont pas manqué de susciter de nombreuses questions.
Satisfait de cette journée, M. Georges Ketter, président des section du Souvenir français et de la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Tunisie, Maroc, qui ont cofinancé cette action, a remercié les enfants pour leur participation active et leur a donné rendez-vous pour l'an prochain pour continuer à tracer et entretenir les « Chemins de la mémoire ».

Samedi 23 septembre 2000
Cérémonie au monument aux Morts

Dimanche à Woippy seront conjointement célébrés le 130e anniversaire de la bataille de Ladonchamps et le 90e anniver¬saire de la création de la section locale du Souvenir français. Les autorités, délégations patriotiques et porte-drapeaux se rassembleront à 10 h 45 place du Souvenir-Français pour se rendre en cortège au cimetière où seront déposées des gerbes au carré militaire ainsi que sur la tombe du général Gibon. La cérémonie s'achèvera par un dépôt de gerbes au monument aux Morts.
Après dislocation, un vin d'honneur sera servi sous le péristyle de l'hôtel de ville.

Samedi 30 septembre 2000
Participation exceptionnelle pour deux anniversaires

Jamais, de mémoire de Woippyciens, on n'avait vu autant d'étendards devant le monument aux Morts. Cinquante-deux porte-drapeau, venus parfois de loin pour participer à la célébration du 130e anniversaire de la Bataille de Ladonchamps et s'unir au 90e anniversaire de la création de la section locale du Souvenir français.
Cette émouvante cérémonie doublement anniversaire était rehaussée par la présence exceptionnelle de 52 drapeaux et de nombreuses personnalités.
Deux anniversaires donc ont donné à cette émouvante et traditionnelle cérémonie un lustre qu'elle ne connaît pas habituellement. Rassemblés devant le monument aux Morts, les porte-drapeau suivis de nombreux participants ont rejoint le cimetière aux accents martiaux de la batterie fanfare d'Augny.
Là, après les sonneries réglementaires, des gerbes ont été déposées sur le carré militaire ainsi que sur la tombe du général Gibon. Retour en cortège au monument aux Morts où les autorités ont également déposé des gerbes avant d'entonner a capella l'hymne national.
Au nombre des personnalités, on citera MM. Gérard Terrier, député, François Grosdidier, vice-président du Conseil régional, Jérôme Prache, maire de Woippy, Raoul Gama, délégué général de Moselle du Souvenir français, et Georges Ketter, président de la section de Woippy.
Réflexion collective
Avant de partager le traditionnel verre de l'amitié offert par la municipalité, M. Ketter a remercié l'assemblée et plus particulièrement « les généreux donateurs qui ont permis de rénover la sépulture des soldats tombés au champ d'honneur au cours de cette mémorable bataille » et rendu hommage à son prédécesseur, M. Victor Keller qui, le 10 octobre 1910, créait la section du Souvenir français de Woippy. En compagnie de M. Gama, il a procédé ensuite à la remise de médailles et diplômes aux plus méritants et laissé à M. Terrier le soin de conclure : « Il faut que nous sachions nous interroger sur notre avenir. Les mêmes causes produisant souvent les mêmes effets, c'est une réflexion collective que nous devons engager au cours de ces commémorations, pour que la Paix ne soit pas un mot mais une réalité quotidienne. »

| Voir le reportage de la cérémonie du dimanche 24 septembre 2000 : clic |


Mercredi 4 octobre 2000
Loto du Souvenir

Le Souvenir français, section locale de Woippy, organise un loto le samedi 7 octobre, à 20 h 30, salle Saint-Exupéry de Woippy. L’ouverture des portes se fera à 19 heures.
De nombreux lots à gagner ; un sèche-linge, deux bons d’achat de 1000 F, un combiné TV vidé, un magnétoscope 4 têtes, etc. Prix des cartons : 10 F l’unité, 50 F les six, 100 F les treize.



Vendredi 19 janvier 2001
Souvenir : actions concrètes en direction des jeunes

Dynamisme des associations patriotiques, étroite collaboration entre ces associations, les écoles et la municipalité... le devoir de mémoire débouche sur des actions originales s'inscrivant dans l'éducation citoyenne des jeunes Woippyciens. Chemins de la Mémoire : troisième édition.
Pour la troisième année consécutive, les écoliers de Woippy emprunteront les « Chemins de la mémoire » qui les conduiront à réfléchir et à se documenter sur des thèmes en rapport avec l'histoire de la Seconde Guerre mondiale : la déportation, la Résistance, ou encore Woippy durant la période de 1940 à 1945. Chemins qui les mèneront également, le 8 mai prochain, à participer de manière active et concrète aux cérémonies commémoratives, aux côtés de leurs aînés.
Tel est le projet qu'ont défini ensemble les responsables des écoles Paul-Verlaine, Pierre-et-Marie-Curie, Jacques-Prévert et du quartier du Roi, et les représentants des associations patriotiques woippyciennes (Souvenir Français, ACMNR, FEVAL et FNACA), au cours d'une réunion de travail à laquelle les avait invités Pierre Brasure, adjoint chargé de la Communication, et en présence de M. André Tiné, figure bien connue dans les milieux patriotiques. Comme l'an dernier, les écoles accueilleront celui-ci ainsi que des représentants des associations (comme M. Koenig), pour leur apporter le témoignage indispensable à leur réflexion et à leur travail.
Un voyage au Struthof
Fidèle à une tradition qui l'honore, le Souvenir français organisera au printemps, avec le concours de la Fédération André-Maginot, une sortie au profit des élèves de l'école Pierre-et-Marie-Curie, axée sur le souvenir et la découverte du patrimoine.
Après la citadelle de Bitche voici deux ans, l'ouvrage du Hackenberg et Rodemack l'an dernier, les enfants pourront visiter cette année le camp du Struthof, en Alsace, ainsi que le château du Haut-Koenigsbourg. Cette sortie aura lieu le 8 juin.
Ainsi, depuis quelques années, la notion du souvenir a pris à Woippy une ampleur nouvelle.

Jeudi 8 mars 2001
Loto du Souvenir français

La section locale de Woippy du Souvenir français organise le samedi 10 mars à 20 h 30 à la salle polyvalente de Saulny un loto doté de nombreux lots de valeur : lecteur DVD, bons d'achat de 1 000 F, corbeilles de linge, etc. Ouverture des portes à 19 h.
Prix des cartons : 10 F l'unité, 50 F les six, 100 F les treize.

Dimanche 18 mars 2001
Assemblée du souvenir français

La section locale du Souvenir français tiendra son assemblée générale annuelle le dimanche 25 mars à 10 h 30 à la salle Inter-associations, rue de Biche à Woippy. A l'ordre du jour : rapport moral du président Georges Ketter, rapports d'activités, financier et des réviseurs aux comptes ; désignation de deux réviseurs aux comptes pour l'exercice 2002 ; renouvellement du tiers sortant (candidatures en cours de réunion) ; cotisations 2001 ; divers. Le pot de l'amitié terminera cette assemblée.

Vendredi 30 mars 2001
Souvenir français, éduquer les jeunes au devoir de mémoire

Faisant preuve d'une vitalité exemplaire, le comité local du Souvenir français se projette dans l'avenir pour éduquer les nouvelles générations au devoir de mémoire. Pour que, demain, les chemins de la mémoire ne soient pas qu'un vague souvenir.
Réunis dans la salle interassociation sous la présidence de M. Georges Ketter, les membres du comité local du Souvenir français ont tenu leur assemblée générale annuelle en présence de MM. Raoul Gama, Georges Cabret et André Montagne, délégués départementaux.
Après une courte allocution de bienvenue, le président a fait observer une minute de silence à la mémoire des membres décédés en cours d'année avant de présenter un rapport moral. « La vitalité de notre association se manifeste chaque année de façon significative. Nous avons le devoir de transmettre aux nouvelles générations cet héritage qui doit se perpétuer et constituer le seul but de nos efforts. Nous souhaitons que perdure notre action auprès des scolaires dans la continuité des Chemins de la mémoire. »
Penser aux jeunes
Dans son rapport d'activités, le secrétaire M. Roger Bott, a souligné les nombreuses réalisations qui ont marqué l'an 2000 : réfection du « carré militaire » au cimetière, remise en état de la tombe du général Gibon et implantation, avec le concours de la ville, d'un mât des couleurs. Le point fort fut l'inauguration du nouveau drapeau, la commémoration de la bataille de Ladonchamps et le 90e anniversaire de la création du comité. Une cérémonie qui vit la participation de nombreuses délégations et celle, non moins impressionnante, de plus de 50 drapeaux. « Nous pensons aux jeunes en les éduquant sur cette mémoire collective et, à cet effet, chaque année nous organisons une sortie pédagogique qui devrait, le 8 juin prochain, nous permettre de visiter le Struthof. »
Le rapport financier présenté par M. Nicolas Friedrich, trésorier adjoint, a reçu quitus de MM. André Tellier et Fernand Rouyer, réviseurs aux comptes. Ces rapports ont été approuvés à l'unanimité. Avant d'inviter l'assemblée à partager le verre de l'amitié, le président Ketter a fait procéder à l'élection du tiers sortant. Mme Marthe Gutapel et MM. Georges Ketter, Jean-Marie Gagne sont reconduits dans tandis que M. Claude Roulet entre au comité pour remplacer M. Maurice Lahaire qui n'a pas souhaité représenter sa candidature.

Lundi 17 septembre 2001
131e anniversaire de la bataille de Ladonchamps

La cérémonie commémorative de la bataille de Ladonchamps, organisée par la section locale du Souvenir français, se déroulera le dimanche 23 septembre dans les conditions suivantes : à 9 h 45, rassemblement des autorités, des délégations d'associations patriotiques et des porte-drapeaux sur la place du Souvenir-Français ; à 10 h, office religieux à la mémoire des victimes de toutes les guerres ; à 10 h 40, formation du cortège vers le monument aux Morts et dépôt de gerbes. A l'issue de la cérémonie, le cortège se rendra à la salle Saint-Exupéry où sera servi le vin d'honneur.

Jeudi 20 septembre 2001
Loto avec le Souvenir français

Le samedi 6 octobre, le Souvenir français de Woippy organise, à la salle St-Exupéry, un loto doté de nombreux lots dont un lave-vaisselle, un lave-linge, un sèche-linge, un lecteur DVD, un congélateur, etc. Ouverture des portes à 19 h 30, début des jeux à 20 h 30 ; prix des cartons : un 10 F ; six 50 F ; treize 100 F.

Lundi 24 septembre 2001
Bataille de Ladonchamps : commémoration et attentats

La cérémonie commémorative organisée hier par le Souvenir français à l'occasion du 131e anniversaire de la bataille de Ladonchamps était empreinte d'une émotion particulière en raison des tragiques événements qui aujourd'hui risquent de diviser le monde.
En cette période où l'avenir est plus qu'incertain, nombreux étaient hier les participants à la cérémonie patriotique qui, à l'invitation Souvenir français, marquait le 131e anniversaire de la bataille de Ladonchamps.
Après l'office religieux célébré en l'église Saint-Etienne, le cortège, précédé par la musique La Renaissance de Marange-Silvange et les porte-drapeau, s'est dirigé vers le monument au Morts, pour le dépôt de gerbe.
Au nombre des personnalités présentes, on citera Gérard Terrier, député ; François Grosdidier, maire de Woippy ; Raoul Gama, délégué régional du Souvenir français ; le lieutenant-colonel Rosier, commandant le 9e régiment du matériel, et Georges Ketter, président du comité local du Souvenir français.
Médailles et diplômes
L'assemblée s'est dirigée ensuite vers la salle Saint-Exupéry pour le vin d'honneur offert par la municipalité. M. Ketter a tout d'abord invité les participants à avoir une pensée pour les victimes des attentats aux Etats-Unis ainsi que pour celles de la catastrophe de Toulouse. « Le rayonnement de notre association doit être l'affaire de tous. Seul un développement accru, lié à un rajeunissement nécessaire, pourra garantir la pérennité de notre association. » a-t-il déclaré.
M. Gama a souligné « Les G.I's ont libéré Woippy en 1944. Ce n'était pas la première fois. La liberté passe d'un côté à l'autre de l'Atlantique. Ils nous devaient leur indépendance, nous leur devons deux fois la Liberté. Je pense que nous pouvons être à leur côté pour mettre fin au terrorisme » avant de remettre la médaille d'argent du Souvenir français à François Grosdidier.
Les médaillés : la médaille de bronze a été remise à Mme Germaine Paneck et MM Fernand Rouyer et Jean-Marie Gagné. Le diplôme d'honneur du Souvenir français a été décerné à Mmes Marthe Gutopfel, Jeanne Mariage et Madeleine Maréchal.
--------------------------------------
Justice et justesse
Le maire François Grosdidier a pris la parole et notamment déclaré : « Autant nous devons être toujours tolérants et toujours plus tolérants à l'égard des idées, des religions, des us et coutumes des autres, autant nous aurions dû pratiquer une tolérance zéro à l'égard des délinquants et même des plus jeunes sur des petits faits et délits pour les remettre dans le droit chemin. L'impunité est un encouragement à la récidive ». Il a ensuite souligné : « Dans tous les cas, il ne faut pas qu'à l'échelle du quartier comme à l'échelle de l'humanité, une majorité accepte la tyrannie d'une infime minorité ; cela demande du courage et de la justice. Etre juste sous le double sens de justice et de justesse. Que les règles soient les mêmes pour tous ! Des devoirs fondamentaux contrebalancés par des droits. La justesse c'est le discernement, savoir prendre les bonnes décisions et, si nécessaire les bonnes sanctions »

| Voir le reportage de la cérémonie du dimanche 23 septembre 2001 : clic |




Jeudi 7 mars 2002 (RL)

Samedi 16 mars 2002
Souvenir français

La section du Souvenir français de Woippy organise son assemblée générale le dimanche 17 mars à 10 h 30, dans la salle interassociations, rue de Biche. A l'issue de la réunion, le pot de l'amitié sera offert aux participants.

Dimanche 24 mars 2002
Assemblée du Souvenir français : perpétuer le devoir de mémoire

Cette année, le Souvenir français, section de Woippy, prévoit une sortie à Verdun avec les cours moyens 2e année de deux écoles. Histoire de perpétuer le devoir de mémoire.
Le Souvenir français de Woippy a tenu son assemblée générale en présence de Gabriel Crippa, premier adjoint au maire ; de Carole Astié, Nathalie Sadler et Alain Mertz, conseillers municipaux ; et de Gérard Louyot, délégué d'arrondissement du Souvenir français.
Après les souhaits de bienvenue, le président du comité de Woippy, Georges Ketter, demanda une minute de silence pour les défunts de l'année.
Dans son rapport moral, le président a rappelé les rôles du Souvenir français : conserver la mémoire de ceux qui sont morts pour la France, veiller et participer à l'entretien de leurs tombes, transmettre le devoir de mémoire aux générations successives. Il termina par une citation du général de Gaulle : « C'est la vie de la France que le Souvenir français défend en s'occupant de ceux des siens qui sont morts pour elle. Leur exemple doit permettre aux générations nouvelles de mesurer la valeur de la liberté et le prix dont il faut savoir le payer. »
Le secrétaire, Roger Bott, retraça les activités de l'année présence du drapeau à 43 sorties patriotiques, commémoration de la bataille de Ladonchamps avec une cinquantaine d'autres drapeaux de l'arrondissement de Metz.
Le programme 2002 prévoit une sortie à Verdun avec les classes de CM2 de l'école Saint-Exupéry et de l'école Jacques-Prévert.
Le rapport financier présenté par Liliane Canadas est positif. Quitus est donné par les réviseurs aux comptes.
Carole Astié chargée des affaires culturelles au conseil municipal, a donné toutes les informations nécessaires au sujet de la salle Saint-Exupéry. Le pot de l'amitié a clos l'assemblée.




Mardi 25 juin 2002
Loto

Le Souvenir français de Woippy organise le samedi 29 juin un loto dans la salle Saint-Exupéry à Woippy. De nombreux lots sont à gagner : sept bons d'achat, deux DVD, radio laser, paniers garnis, etc. Ouverture des portes à 19 h 30. Prix des cartons : un carton 2 € ; sept cartons 8 € et quatorze 16 €.

Lundi 29 juillet 2002
Une sortie à Verdun avec les anciens combattants

Invités et encadrés par les membres du Souvenir français de Woippy et de la FNACA, les élèves des écoles Saint-Exupéry et Jacques-Prévert se sont rendus à Verdun pour une visite des sites du premier conflit mondial.
Au mémorial de Douaumont, à la vue des ossements, les enfants se sont recueillis au cours d'un dépôt de gerbe.
Un voyage à travers le temps, dans la citadelle de Verdun, a permis aux élèves d'avoir un reflet exact de l'état d'esprit des Poilus et des officiers de l'époque.
Ils ont également retrouvé l'ambiance du front dans les galeries du fort de Douaumont.
Désormais, ils feront la différence entre les films où le héros ne meurt pas et la réalité des tranchées où la peur, le froid, la faim étaient le quotidien des belligérants de deux nationalités.

Mercredi 11 septembre 2002
Cérémonie commémorative avec le Souvenir français

Dans le cadre du 132e anniversaire de la bataille de Ladonchamps, le Souvenir français de Woippy organise le dimanche 22 septembre, une cérémonie commémorative au monument aux Morts de Woippy.
Le rassemblement aura lieu à 9 h 45, place du Souvenir-Français, suivi de l'office religieux à 10 h, dépôt de gerbes au Carré militaire et au monument aux Morts.
Un pot de l'amitié sera offert par la municipalité, et suivi au péristyle de la salle Saint-Exupéry du repas annuel au prix de 23 €.
Inscriptions : M. Friedrich, 4 rue du Beau-Pré à Woippy, ou M. Canadas, 49, rue du Rucher à Woippy.

Lundi 23 septembre 2002
Le Souvenir français commémore la bataille de Ladonchamps

Le Souvenir français a organisé une commémoration de la bataille de Ladonchamps, une bataille de la guerre de 1870. Quarante délégations, porte-drapeau en tête, des villes et villages des environs, les représentants des six associations patriotiques de Woippy, François Grosdidier, maire, et son conseil municipal, se sont rendus après la messe en l'église St-Etienne, au carré militaire du cimetière de Woippy pour y déposer une gerbe de fleurs. Avec la fanfare d'Augny en tête du cortège, tous se sont rassemblés devant le monument aux Morts où Nicolas Friedrich, président du comité de Woippy, a pris la parole pour expliquer les raisons de la célébration du 132e anniversaire de la bataille de Ladonchamps. La cérémonie s'est poursuivie par une allocution du maire, la sonnerie aux morts et la Marseillaise. Le cortège s'est rendu en salle St-Exupéry pour le pot de l'amitié offert par la municipalité.
Nicolas Friedrich est le nouveau président de la section du Souvenir français depuis juin 2002. Il a succédé à Goerges Ketter. Il réside dans la commune depuis 1968 et a rejoint l'équipe du Souvenir français en 1996. Il a été élu vice-président en 1998. Le comité organise des sorties pédagogiques avec les enfants des écoles de Woippy sur les lieux de mémoire et participe bien sûr à la quête du ler novembre.

| Voir le reportage de la cérémonie du dimanche 22 septembre 2002 : clic |


Jeudi 24 octobre 2002
Le Souvenir français fidèle au devoir de mémoire

La délégation générale du Souvenir français de la Moselle s'est réunie en congrès en salle Saint-Exupéry à Woippy. Soixante-quatre délégations du département étaient rassemblées.
Les travaux ont commencé après la traditionnelle minute de silence en mémoire des membres disparus, notamment le délégué général Raoul Gama, décédé le 5 mars 2002.
Plusieurs membres méritants ont reçu une médaille.
Les congressistes ont effectué un dépôt de gerbe au monument aux Morts avant de se rassembler de nouveau en salle Saint-Exupéry pour le vin d'honneur, offert par la municipalité.
Le Souvenir français a rappelé ses objectifs. C'est une association nationale dirigée par un conseil d'administration dont le siège est à Paris. Le président national ne pouvant gérer directement quelque 300 000 membres, la gestion décentralisée est confiée à un délégué général. Les ressources de l'association sont constituées par les cotisations des adhérents et la quête du 1er Novembre.
Les missions du Souvenir français sont les suivantes conserver la mémoire de ceux qui sont morts pour la France ou qui l'ont honorée par leurs actions ; veiller et participer à l'entretien des tombes et monuments patriotiques en France et à l'étranger, transmettre le flambeau aux générations successives.

Vendredi 1er novembre 2002
CONGRES
Souvenir français : « Développer l'ouverture vers les jeunes »

Transmettre le flambeau du souvenir aux générations successives, telle est la mission essentielle du Souvenir français qui vient de tenir son congrès départemental à Woippy.
METZ.- Le délégué général du Souvenir français de la Moselle, Georges Cabret, a ouvert la séance en souhaitant la bienvenue aux membres, parmi lesquels on notait la présence de MM. Yves Séguy, sous-préfet de Château-Salins, François Grosdidier, député-maire de Woippy, le lieutenant-colonel Ziegler, Eckhard Holz, directeur du service pour l'entretien des sépultures allemandes, des membres de la délégation générale, des présidents des comités adhérents, amis et sympathisants de l'association.
Après la minute de silence à la mémoire des membres disparus, le délégué général a souligné l'amitié qui unit et fait partager la douleur des familles dans la peine. Il a rappelé les différentes missions du Souvenir français en insistant particulièrement sur la participation des jeunes aux différentes actions et cérémonies organisées par l'association, ainsi qu'aux voyages sur les lieux de mémoire. Georges Cabret a souligné l'importance de l'association : 300 000 adhérents en France, dont 77 comités et 12 664 membres constituant la délégation générale de Moselle.
Le trésorier départemental, Jean Fontaine, a présenté la gestion financière qui, ayant été vérifiée par le commissaire aux comptes, M. Tolub, a reçu quitus de l'assemblée.
Plusieurs présidents ont reçu des récompenses
Médailles de vermeil avec bélière laurée : Jean-Paul Martin de Rémilly, Jean Kieffer de Longeville.
Médaille de vermeil : Jean-Marie Gori de Courcelles-Chaussy, Hollinger de Forbach.
Médaille d'argent : Pierre Navacchi de Thionville, Jean-Marie Grasse de Rozérieulles, Raymond Dubois de Moulins.
Après la remise de médailles, les congressistes ont déposé des gerbes au monument aux Morts, précédés par la batterie fanfare d'Augny et 66 drapeaux du département.



Mardi 6 mai 2003
Le comité du Souvenir Français accueille des jeunes dans ses rangs

Avec l'arrivée d'un nouveau président, un renouveau s'est manifesté au sein de la section locale du Souvenir français et plus particulièrement au niveau de la jeunesse désirant s'investir activement dans la mission du comité.
M. Nicolas Friedrich, président du comité de Woippy a ouvert sa première assemblée générale depuis son élection et après une minute de silence à la mémoire des défunts de l'année et notamment M. Gama et Mme Canadas a déclaré : « Je remercie M. François Grosdidier, député maire de sa présence, accompagné d'une délégation municipale importante ce qui prouve tout l'intérêt accordé à notre mission de préserver la mémoire. Que la municipalité soit également remerciée pour sa collaboration et sa participation active autant lors de l'entretien et de la restauration des monuments que pour sa présence durant les manifestations commémoratives. » Dans son rapport moral, le président a commenté les résultats de l'action qu'il a menée depuis sa nomination et a soumis à l'assemblée, la demande d'une assemblée générale en fin d'année pour harmoniser les bilans en fonction du calendrier exigé par la délégation nationale.
M. Roger Bott, secrétaire a retracé les nombreuses activités et sorties effectuées durant l'année : présence du drapeau à 45 cérémonies patriotiques, commémoration de la bataille de Ladonchamps, sortie à Verdun avec les classes de CM2 des écoles du centre.
Mme France Dosda, trésorière adjointe, a présenté le rapport financier et quitus a été donné par les réviseurs aux comptes. Dans un long exposé, le député maire se félicita du rajeunissement des cadres du comité réélu et retraça l'action qu'il entend mener conjointement avec toutes les associations patriotiques pour garantir et conserver la mémoire vivante du sacrifice de nos anciens.
Mme Steitz, représentante départementale des PRAF-GERAL a annoncé : « Nous envisageons d'un commun accord, le dévoilement d'une plaque commémorative à la mémoire des habitants de Woippy expulsés durant la guerre pour le 8 mai 2003. »
Le comité
Trois jeunes gens et une jeune fille, intègrent le comité. Deux des garçons deviennent porte-drapeau suppléants afin de soulager les porte-drapeau titulaires. Il se décompose ainsi : président, Nicolas Friedrich ; ler vice-président, Alphonse Canadas ; 2e vice-président, Michel Dorschner ; trésorière, Jessica Friedrich (21 ans) ; secrétaire, Roger Bott ; secrétaire adjointe, Marthe Gutapfel ; porte-drapeau, Jean Marie Gagné et Alphonse Canadas ; porte-drapeau adjoints, Christopher (16 ans) et Ludovic (14 ans) Friedrich ; assesseurs, Jean-Marc Leblanc, Béatrice Friedrich, Joseph Gribelbauer, Marie-Thérèse Dorschner, Olivier Mesenbourg (24 ans) et France Dosda.
Le verre de l'amitié offert par la section a clôturé cette assemblée.

Lundi 21 juillet 2003
Les enfants du Quartier du Roi en excursion

Fidèle à une tradition reconduite d'année en année, la section du Souvenir français de Woippy offre un voyage, en fin d'année scolaire, aux élèves d'une école de la commune, avec, pour ambition première, de leur montrer les hauts lieux de la Mémoire.
Point n'est d'ailleurs besoin d'aller bien loin. Quelques kilomètres seulement, au grand étonnement des enfants qui, encadrés par leur directrice Mme Bastien, les instituteurs et les membres du Souvenir français que préside Nicolas Friedrich, se sont rendus au Fort de Queuleu pour visiter la casemate A.
Au fil de la visite commentée par M. Micheletti dont le père s'évada quatre fois de cette prison, les enfants ont pu comprendre et se rendre compte de ce que fut le quotidien des internés. Autant d'émotion et d'explications qui ont permis à l'un d'entre eux de se souvenir et de comprendre enfin, quel fut le sort réservé à son grand-père et les souffrances qu'il dut endurer.
Après un long moment de recueillement et avant de rentrer à Woippy ils ont unanimement remercié les membres du Souvenir français et de l'Amicale du Fort de Queuleu qui leur ont permis de bénéficier de cette journée instructive à bien des égards.

Lundi 8 septembre 2003
Cérémonie souvenir

Le Souvenir français de Woippy organise le dimanche 28 septembre, la commémoration du 133e anniversaire de la bataille de Ladonchamps. Le rassemblement aura lieu à 10 h 45, place du Souvenir-Français pour un dépôt de gerbes au monument aux Morts. Ensuite, à la salle Saint-Exupéry, les remises de récompenses seront attribuées, suivies d'un vin d'honneur offert par la municipalité. La cérémonie se terminera par le repas annuel au prix de 23 €.
Inscriptions : Nicolas Friedrich, 4 rue du Beau-Pré à Woippy, tél. 03 87 30 33 49.

Mardi 30 septembre 2003
Fidèles au souvenir pour construire un avenir meilleur

Une émouvante cérémonie s'est déroulée dimanche devant le monument aux Morts pour célébrer le 133è anniversaire de la bataille de Ladonchamps organisé conjointement par la section locale du Souvenir français et la municipalité.
Réunis ce dimanche 28 septembre, monument aux Morts, place du Souvenir français, autour du député-maire François Grosdidier, le lieutenant-colonel Christophe Lhuillier à la tête d'une délégation d'officiers et de sous-officiers du 9è Régiment du matériel, M. Georges Cabret, délégué général du Souvenir français, le président Nicolas Friedrich et les membres de la section locale du Souvenir français, les membres des associations patriotiques et une cinquantaine de porte-drapeau ainsi que de nombreux Woippyciens et Woippyciennes, ont rendu hommage aux combattants de la bataille de Ladonchamps et, à travers eux, « à toutes celles et ceux qui, au cours de tous les conflits, ont donné leur vie pour que la France ».
Une section en armes du 9è Rmat rendait les honneurs tandis que la batterie-fanfare Sainte-Cécile d'Augny assurait les sonneries réglementaires.
Après un dépôt de gerbes, le dispositif s'est transporté à la salle Saint-Exupéry. L'occasion pour Georges Cabret de rappeler : « En nous inclinant, c'est à toutes ces grandes ombres que nous songeons avec reconnaissance et tristesse. Nous mesurons la tâche qui nous incombe aujourd'hui de construire sur leur sacrifice un monde de paix et de liberté » et pour François Grosdidier de resituer le rôle, la place et la position de la France : « La France a payé plus que d'autres un assez lourd tribut pour être capable de servir, en toute modestie, d'exemple et de référence à l'humanité. Nous devons toujours être infiniment respectueux des autres peuples (...) La guerre doit se décider avec la plus grande gravité. C'est pour cela qu'il faut avoir de la mémoire. Il faut que nous enseignions cette mémoire aux générations qui montent pour qu'elles ne recommencent pas les erreurs que nos anciens ont pu commettre. ».
Avant de partager le verre de l'amitié, médailles et diplômes de reconnaissance ont été décernés aux membres les plus méritants de la section locale du Souvenir français.
La médaille de bronze du Souvenir français a été décernée à Mmes Marie-Thérèse Dorschner, France et Béatrice Friedrich, Nicole Ketter (absente) et M. Michel Dorschner tandis que le diplôme d'honneur était attribué à Mme Béatrice Coupet et Jessica Mesembourg et MM. Paul Hacquart, Christopher Friederich, Ludovic Friederich, Albert Lelay, Antoine Lauer, Gérard Joly.

Mardi 4 novembre 2003
Assemblée générale du Souvenir français

Réunie salle du Préau pour son assemblée générale ordinaire, la section du Souvenir français a fait le bilan d'une année riche en activités.
Répondant à l'invitation de leur président Nicolas Friedrich les membres de la section locale du Souvenir français se sont réunis en assemblée générale ordinaire dans la salle du Préau à Woippy. Après avoir souhaité la bienvenue à M. Gabriel Crippa ler adjoint représentant le député-maire François Grosdidier ainsi qu'à toutes les personnes présentes le président a regretté l'absence pour la deuxième fois du représentant de la délégation générale du Souvenir français. Il a ensuite invité l'assistance à observer une minute de silence à la mémoire des membres décédés au cours de l'année et présenté son rapport moral. « La vitalité de notre association se manifeste de façon significative. Nous avons le devoir de transmettre aux nouvelles générations cet héritage qui doit se perpétuer. Je remercie la municipalité qui nous soutient dans nos actions et cérémonies. J'encourage nos deux jeunes porte-drapeaux suppléants 15 et 17 ans, à continuer, ils montrent ainsi que tout le monde peut participer au devoir de mémoire ». Un acte de foi dans l'avenir que n'a pas manqué de partager Gabriel Crippa en félicitant « le comité pour votre dynamisme » et en l'assurant « du soutien de la municipalité dans vos actions patriotiques au service de la mémoire ». Dans son rapport d'activité, M. Roger Bott, secrétaire, a retracé les nombreuses activités et sorties effectuées durant l'année : sortie au fort de Queuleu avec les classes de CM2 du quartier du Roi, présence du drapeau à 48 cérémonies patriotiques, commémoration de la bataille de Ladonchamps sans oublier la quête du ler novembre. Mme Jessica. Messenbourg, trésorière, a présenté le rapport financier, quitus lui a été donné par les réviseurs aux comptes. Ces rapports ont été approuvés à l'unanimité. Avant d'inviter l'assemblée à partager le verre de l'amitié, le président a fait procéder à l'élection du tiers sortant : Mmes Marthe Gutapfel, Thérèse Dorschner et MM Jean-Marie Gagne, Christopher Friedrich et Olivier Mesenbourg sont reconduits dans leurs fonctions.



Vendredi 14 mai 2004
Loto

La section du Souvenir français de Woippy organise, ce samedi, à la salle Saint-Exupéry, un loto organisé au profit des classes de CM2 de la commune pour financer une sortie pédagogique dans le cadre du Devoir de mémoire. Nombreux lots de valeur et tombola pour gagner un jambon. Ouverture des portes à 19 h 30, début des jeux à 20 h 30.

Vendredi 23 juillet 2004
Entretenir la flamme du souvenir chez les jeunes

Tous les ans, le Souvenir français de Woippy, par l'intermédiaire de son président Nicolas Friedrich, invite les élèves d'une école de la commune à se rendre sur un lieu de mémoire. Cette année l'école Maisons-Neuves, avec l'accord de son directeur M. Gérald Lapement et accompagné d'instituteurs et de membres du comité du Souvenir français, s'est rendue au Fort de Queuleu. Trop méconnu de la population, cet ouvrage reste un des rares endroits utilisé par l'armée allemande pendant la seconde guerre mondiale comme camp spécial. M. Micheletti, fils d'un ancien détenu, et président de l'Amicale du Fort de Queuleu, a commenté la visite et les enfants ont pu découvrir le quotidien des prisonniers. Après cette visite et un moment de recueillement, et avant de rentrer à Woippy, ils ont unanimement remercié les membres du Souvenir français et de l'Amicale du Fort de Queuleu qui leur ont permis de bénéficier de cette journée instructive à bien des égards.

Lundi 29 juillet 2004
Devoir de mémoire : les enfants entretiennent la flamme du souvenir

Fidèle à une tradition depuis longtemps établie et reconduite d'année en année, la section locale du Souvenir Français que préside Nicolas Friedrich, offre un voyage aux élèves d'une école de la commune avec pour ambition première, de leur faire connaître les hauts lieux de la Mémoire.
Cette année l'école Maisons-Neuves, avec l'accord de son directeur M. Gérald Lallement et accompagné d'instituteurs et de membres du comité du Souvenir français, s'est rendue au Fort de Queuleu où ils ont visité la casemate A.
Trop méconnu de la population, cet ouvrage reste un des rares endroits utilisés par l'armée allemande pendant la seconde guerre mondiale comme camp spécial. M. Micheletti, fils d'un ancien détenu qui s'évada quatre fois de cette prison, et président de l'Amicale du Fort de Queuleu, a commenté la visite.
Autant d'émotion et d'explications qui ont permis aux enfants de se rendre compte du quotidien des prisonniers.
Après cette visite et un moment de recueillement, et avant de rentrer à Woippy, ils ont unanimement remercié les membres du Souvenir français et de l'Amicale du Fort de Queuleu qui leur ont permis de bénéficier de cette journée instructive à bien des égards.

Samedi 25 septembre 2004
Souvenir français

Le comité du Souvenir français tiendra son assemblée générale annuelle, le dimanche 17 octobre, à 10 h 30, salle inter associations, rue de Biche à Woippy.

Samedi 2 octobre 2004
Anniversaire de la bataille de Ladonchamps

Le comité du Souvenir Français de Woippy, en collaboration avec la municipalité, organise la cérémonie du 134e anniversaire de la bataille de Ladonchamps, le dimanche 3 octobre. Au programme: 10 h office religieux en l'église Saint-Etienne, dépôt de gerbes au monument aux Morts, allocutions et départ en cortège vers la salle Saint-Exupéry où le vin d'honneur sera servi après la remise de récompenses.

Mardi 5 octobre 2004
Garder la mémoire du passé pour préparer l'avenir

Le 134e anniversaire de la bataille de Ladonchamps a été marqué dimanche par une émouvante cérémonie organisée au monument aux Morts par le Souvenir français.
Réunis, au sortir de l'office célébré en l'église Saint-Etienne, devant le monument aux Morts, autour du député-maire François Grosdidier, le colonel Christophe huissier, commandant le 9e Régiment du matériel, André Montagne délégué départemental adjoint du Souvenir français, le président Nicolas Friedrich et les membres du comité local du Souvenir français, les membres du conseil municipal woippyciens et des communes voisines, les membres des associations patriotiques, une trentaine de porte-drapeau et quelques Woippyciens ont rendu hommage aux combattants de la bataille de Ladonchamps.
« Nous associons à cet hommage tous les soldats tombés dans les différents conflits que notre pays a connus. Dans le cadre du devoir de mémoire nous ne devons jamais oublier ces combattants qui ont fait triompher les valeurs de notre pays au péril de leur vie » a déclaré le président Friedrich.
Après le dépôt de gerbe et les sonneries réglementaires, les participants ont fait mouvement vers la salle Saint-Exupéry aux accents martiaux de circonstance de la batterie-fanfare Sainte-Cécile d'Augny qui anime traditionnellement, en alternance avec celle de Marange-Silvange, cette cérémonie annuelle. L'occasion pour François Grosdidier de saluer l'action du Souvenir français et celle des associations d'anciens combattants qui œuvrent pour perpétuer la mémoire et de se projeter vers les cérémonies qui, dès le 15 novembre prochain, vont marquer pendant une semaine le 60e anniversaire de la libération de Woippy.
« Notre région a payé un très lourd tribut, c'est ce qui nous rend plus sensibles à la fois aux valeurs patriotiques, à la mémoire, mais aussi à la construction européenne. Les jeunes générations ne doivent jamais l'oublier. »
Avant de partager le verre de l'amitié, médailles et diplômes ont été décernés aux membres les plus méritants de la section locale du Souvenir français.

Samedi 6 novembre 2004
Mémoire d'avenir du Souvenir français

Fidèle à ses engagements, la section locale du Souvenir français entretient le devoir de mémoire dans la commune et se félicite de la forte participation de nouveaux jeûnes adhérents. L'avenir est assuré.
L'assemblée générale du comité du Souvenir français de Woippy s'est tenue à la salle interassociations de la rue de Biche sous la présidence de Nicolas Friedrich en présence d’Alain Mertz, représentant le député-maire François Grosdidier, accompagné d'une délégation de la municipalité. Après avoir observé une minute de silence à la mémoire des adhérents décédés, le président a remercié la municipalité pour son soutien au comité et a donné lecture de son rapport moral non sans souligner « la présence dans nos rangs de nombreux jeunes prêts à assurer la relève des anciens ce qui démontre le dynamisme de notre association et l'utilité de notre action pour entretenir le devoir de mémoire ». Le secrétaire Roger Bott, a pris la parole à son tour pour son rapport détaillé des activités de l'année. Jessica Mesenbourg, trésorière, a fait part de son bilan financier auquel le réviseur aux comptes, Gaston Gervasoni, a donné quitus. Les rapports ont été approuvés à l'unanimité. Le président Friedrich a fait procéder ensuite à l'élection du tiers sortant : Jessica Mesenbourg, Michel Dorschner, Jean-Marc Leblanc, Joseph Gribelbauer sont reconduits dans leurs fonctions. Après un débat ouvert, l'assemblée a été invitée à partager le verre de l'amitié.



Samedi 5 mars 2005
Loto du Souvenir français

La section locale du Souvenir français organise le samedi 9 avril dans la salle Saint-Exupéry un loto destiné à permettre aux élèves de CM2 de la commune de participer à une sortie sur des lieux historiques. Douze jeux plus un jeu surprise dotés de lots de valeur : brevet de sécurité routière auprès de l'auto école Woippy 2000, bons d'achat, repas au restaurant pour deux personnes. Ouverture des portes à 19 h, début des jeux à 20 h 30.

Vendredi 1er avril et Samedi 9 avril 2005
Avec le Souvenir français

La section locale du Souvenir français, que préside Nicolas Friedrich, organise le samedi 9 avril dans la salle Saint-Exupéry un loto destiné à recueillir des fonds pour permettre aux élèves de CM2 de la commune de participer, dans le cadre du devoir de mémoire, à une sortie pédagogique sur des lieux historiques.
Douze jeux plus un jeu surprise dotés de lots de valeur : brevet de sécurité routière auprès de l'auto-école Woippy 2000, bons d'achat, repas au restaurant pour 2 personnes, paniers garnis... Cartons proposés à 2 € l'unité, 8 € les six ou 16 € les quatorze. Ouverture des portes à 19 h, début des jeux à 20 h 30. Buvette et petite restauration assurées sur place.

Vendredi 24 juin 2005
Respect des lieux et de la mémoire

Comme chaque année, le comité local du Souvenir Français en son président Nicolas Friedrich, invitent une école primaire de Woippy à une visite sur un lieu de mémoire. Cette année, ce sont les élèves de Saint-Exupéry et Jacques-Prévert, accompagnés de leurs enseignants et de membres du Souvenir Français, qui se sont rendus au Fort de Queuleu à Metz, haut lieu de la mémoire. Cet ouvrage utilisé comme « Camp spécial » reste un des rares témoignages de la barbarie nazie durant la seconde Guerre mondiale. Les enfants ont pu comprendre et se rendre compte de ce qu'était le quotidien des détenus qui arrivaient à la casemate A grâce aux récits et explications données par M. Micheletti, fils d'un des quatre évadés de cette prison. Ils ont observé un moment de recueillement avant de prendre le chemin du retour. Une journée instructive à tous points de vue qui s'est déroulée dans le respect des lieux et du souvenir de tous ceux qui y ont subi les pires atrocités.

Dimanche 2 octobre 2005
Commémoration

Le comité du Souvenir français de Woippy en collaboration avec la municipalité, célèbrera le 135e anniversaire de la bataille de Ladonchamps au cours d'une cérémonie patriotique qui se déroulera ce dimanche 2 octobre à 10 h 45 devant le monument aux Morts. Cette cérémonie sera précédée de l'assemblée générale de l'association qui se tiendra à 9 h 30 dans la salle Saint-Exupéry.

Mardi 4 octobre 2005
« Ce n'est pas la France que nous voulons pour nos enfants »

Le 135e anniversaire de la bataille de Ladonchamps a été marqué le dimanche 2 octobre par une émouvante cérémonie organisée au monument aux Morts par le Souvenir français.
Réunis devant le monument aux Morts, autour du député-maire François Grosdidier, le colonel Pascal Cavatore, commandant le 1er Régiment du matériel, André Montagne délégué général de Moselle du Souvenir français, le président Nicolas Friedrich et les membres du comité local du Souvenir français, les membres du conseil municipal woippyciens et des communes voisines, les membres des associations patriotiques, une trentaine de porte-drapeaux et quelques habitants ont, ce dimanche 2 octobre, rendu hommage aux combattants de la bataille de Ladonchamps « auxquels nous associons tous les soldats tombés dans les différents conflits que notre pays a connus. Nous ne devons jamais oublier ces combattants qui ont fait triompher les valeurs de notre pays au péril de leur vie » a déclaré le président Friedrich.
Après le dépôt de gerbes et les sonneries réglementaires, les participants ont fait mouvements vers la salle Saint-Exupéry accompagnés par la batterie-fanfare Sainte-Cécile d'Augny. L'occasion pour François Grosdidier de saluer « l'action du Souvenir français et celle des associations d'anciens combattants qui œuvrent pour perpétuer le souvenir. Notre région a payé un très lourd tribut, c'est ce qui nous rend plus sensibles encore aux valeurs patriotiques » et de dénoncer l'éclosion d'un « racisme anti-français et anti-blanc qui se propage dans une jeunesse souvent en manque de repères (voir ci-dessous). Le monde patriotique doit être le premier à refuser cette dérive. Faites le savoir à vos directions nationales. Qu'un mouvement d'opinion se dégage disant que ce n'est pas cette France-là que nous voulons pour nos enfants ».
Avant de partager le verre de l'amitié, médailles et diplômes ont été décernés aux plus méritants. La médaille d'argent du Souvenir français à Mme Germaine Paneck et M. Jean-Marie Gagne, le diplôme d'honneur à Mmes Elise Dietenbeck, Paulette Pierrard et Rita Zorino, et MM. Georges Baudinet, André Pierrard, Eugène Schwartz, Christian Viry.

Aucun racisme n'est acceptable
Développant plus avant la réponse faite à un membre du Souvenir français au cours de l'assemblée générale qui a précédé la manifestation patriotique, le député-maire François Grosdidier a tenu un discours particulièrement sévère et alarmiste : « Il y a un phénomène dont je me suis saisi au sein de la représentation nationale, mais dont il est important que le monde patriotique se saisisse à son tour. C'est le développement, à travers des formes musicales qui ne sauraient l'excuser, d'un véritable racisme anti-français, anti-blanc, qui se propage dans une jeunesse souvent en manque de repères, en quête d'identité, qui maîtrise mal l'histoire et à qui ces chansons ne donnent que des éléments très fragmentaires sur l'esclavage, sur la colonisation, présentant le Français, l'Européen ou le blanc comme l'éternel exploiteur, le colonisateur ou l'oppresseur. Aucun racisme n'est acceptable. C'est une stupidité absolue qui peut mener aux pires extrémités Ces chansons sont souvent doublées de clips absolument ignobles. Imaginez quel raccourci peuvent faire les jeunes. Je ne m'étonne plus maintenant que, lorsqu'ils croisent parfois des représentants des forces de l'ordre mais plus simplement des représentants des institutions, voire des éducateurs, certains les regardent de façon haineuse. Ils sont conditionnés. Il n'en résulte que haine, refus de tout, nihilisme, terreaux d'éventuels fondamentalistes qui n'ont plus qu'à rajouter un corpus idéologique pour transformer un jeune qui aurait pu donner le meilleur de lui-même en bombe vivante. Il faut le combattre dès que ça apparaît, par l'éducation, la prévention et la répression quand c'est nécessaire. Ce doit être aussi le combat du monde patriotique, c'est le message que je voulais vous adresser ».



Mercredi 27 septembre 2006
Le comité du Souvenir français de Woippy en collaboration avec la municipalité, célèbrera le 136e anniversaire de la bataille de Ladonchamps au cours d’une cérémonie patriotique qui se déroulera ce dimanche 1er octobre à 11 h devant le monument aux Morts.
Cette cérémonie sera précédée de l’assemblée générale de l’association qui se tiendra à 9 h 30 dans la salle Saint-exupéry.

Lundi 2 octobre 2006
« Le patriotisme conjugué à l'idéal de paix universelle »

Le 136e anniversaire de la bataille de Ladonchamps a été marqué hier par une émouvante cérémonie organisée au monument aux Morts par le Souvenir français.
Réunis devant le monument aux Morts autour du député-maire François Grosdidier, le lieutenant-colonel Jean-Luc Etienne, commandant en second le ler Régiment du matériel, Alice Betsch, délégué d'arrondissement du Souvenir français, le président Nicolas Friedrich et les membres du comité local du Souvenir français, les membres du conseil municipal, les membres des associations patriotiques, une trentaine de porte-drapeaux, une délégation d'officiers et de sous-officiers et une section en armes du 1er Régiment du matériel, et quelques rares habitants de la commune, ont, ce dimanche 1er octobre, rendu hommage aux combattants de la bataille de Ladonchamps « qui ont accepté le sacrifice suprême pour défendre l'honneur de la Patrie au nom des valeurs qu'elle incarnait à leurs yeux la liberté et le droit. Il nous appartient maintenant dans la fidélité à leur souvenir de poursuivre la mise en œuvre d'un patriotisme ouvert et accueillant, préparant un avenir plus fraternel pour que leur mémoire demeure à jamais » a déclaré le président Friedrich. Après le dépôt de gerbes et les sonneries réglementaires, les participants ont fait mouvement vers la salle Saint-Exupéry accompagnés par la batterie-fanfare Sainte-Cécile d'Augny. L'occasion pour François Grosdidier de rappeler « Le patriotisme doit être ouvert au monde. Le sort de notre prochain même à l'autre bout de la Planète ne doit jamais nous être indifférent. Ce patriotisme éclairé, respectueux des institutions et des autres est le ciment de la vie sociale et de la communauté nationale. Le Souvenir français a su se transformer en un mouvement dans lequel tous les Français ont vocation se reconnaître. Il a su conjuguer le patriotisme avec un idéal de paix universel. Il est le porteur de mémoire et oriente aujourd’hui son action vers les jeunes générations pour transmettre ce flambeau et je l'en remercie. Apprenons aux jeunes générations à s'aimer et à aimer la France ».
Avant d'inviter l'assistance à partager le verre de l'amitié, le président a procédé à la remise médaille de bronze du Souvenir français à Marthe Gutapfel, Alain Mertz et du diplôme d'honneur au ler Régiment du matériel ainsi qu'à Carole Astié, Nathalie Jacob, Marie-Louise Kuntz, Jacques Fleurentin et Gaston Gervasoni.

| Voir le reportage de la cérémonie du dimanche 1er octobre 2006 : clic |

-------------------------------------------
La croix de Sainte-Adèle
En quittant Woippy par la route de Rombas, en bordure du quartier du Roi, le promeneur peut découvrir, toujours bien entretenue, une croix de pierre datée de 1872, gravée de l'inscription « Cette croix a été érigée par les habitants de Woippy en mémoire de la protection divine pendant 1870 ».
Reconnaissance de villageois qui, s'ils virent passer les troupes françaises défaites au soir de Saint-Privat ou en alerte durant le blocus de Metz, puis allemandes traversant leur village après la capitulation, s'ils entendirent le bruit de la canonnade, furent épargnés par les batailles et les destructions.
Dressée près de la ferme Sainte-Adèle, à presque mi-chemin entre le village et les fermes et hameaux du nord de la commune (Sainte-Anne, Sainte-Agathe, Bellevue, Saint-Rémy), la croix semble porter le regard vers le champ des combats d'octobre 1870 autour de Ladonchamps : attaque et prise du château par le général Gibon (2-3 octobre), bombardement prussien depuis Semécourt (le 4) et surtout, le 7, ce que l'on appelle tantôt Bataille de Ladonchamps, tantôt plus justement, combat de Bellevue : opération de « fourrage » de grande envergure voulue par Bazaine, menée par Canrobert et où s'illustra en vain la brigade Gibon, à commencer par son valeureux chef.
(Extrait de l'ouvrage de Pierre Brasme « Woippy, de 1871 à nos jours » avec l'aimable autorisation de l'auteur.)

Mardi 3 octobre 2006
Le Souvenir veut se conjuguer au futur

Avant de se rendre en cortège au monument aux Morts pour y participer à la cérémonie traditionnelle commémorant la bataille de Ladonchamps, les membres du comité local du Souvenir français se sont réunis en assemblée générale ordinaire dans la salle Saint-Exupéry à l'invitation de leur président Nicolas Friedrich et en présence du maire François Grosdidier et de Mme Alice Betsch, déléguée d'arrondissement du Souvenir français.
Roger Bott le secrétaire a dressé le bilan des activités de l'année écoulée. L'association qui compte 160 adhérents a enregistré une diminution de ses effectifs (-12) que ne compensent par les nouvelles adhésions de jeunes. Il a passé en détail les nombreuses cérémonies patriotiques auxquelles la section locale à participé et rappelé les visites annuelles sur des sites de mémoire qui contribuent « à éveiller chez les élèves l'envie de connaître notre histoire ». « Nous continuons ainsi à les informer des actes du passé vécu par les générations combattantes qui nous ont légué le droit d'être libres souvent au péril de leur vie ».
Bornes de la Liberté
Le président a donné la parole à François Grosdidier non sans avoir attiré son attention sur l'état des trois bornes de la Liberté implantées sur territoire de la commune. « Elles ont été placées là pour rendre hommage aux troupes libératrices qui ont emprunté cet itinéraire. Un symbole qu'il faut valoriser et maintenir dans la forme la plus éclatante possible, ce à quoi la commune va s'employer dans les prochaines semaines ». Puis, pour revenir au Souvenir français « vous avez vocation à recruter dans vos rangs tous les citoyens qui se sentent concernés. C'est ce qui fait votre originalité. Il est important que votre association perdure et continue à développer votre action permanente à l'égard des jeunes générations même si cela ne va pas toujours naturellement de soi. Il est important que nous réapprenions aux jeunes générations à aimer la France. La municipalité sera toujours à vos côtés pour toutes les actions de sensibilisation que vous entreprendrez au profit des enfants et des jeunes ».



Mercredi 1er août 2007
Au Fort de Queuleu avec le Souvenir français

Fidèle a sa tradition, le Souvenir Français de Woippy et son président Nicolas Friedrich, invitent une école de Woippy à se rendre sur un lieu de mémoire. Cette année, ce sont les élèves de l'école Paul-Verlaine de Saint-Eloy, avec l'autorisation de son directeur Gérald Lalleman, accompagnés d'instituteurs et de membres du comité du Souvenir français, qui se sont rendus au Fort de Queuleu, ce haut lieu de la souffrance et de la mort.
Toujours trop méconnu de la population, cet ouvrage reste un des rares témoins utilisés durant la Seconde Guerre mondiale comme « camp spécial » (Sonderlager) par les nazis.
Les enfants ont pu comprendre et se rendre compte de ce qu'était le quotidien des détenus qui arrivaient à la casemate A, grâce aux récits et explications abondamment données par M et Mme Canadas, bénévoles à l'amicale du Fort de Queuleu.
À l'écoute des explications, un élève se souvenant de l'histoire de son grand-père qui avait parlé de « choses comme ça », comprit alors mieux les souffrances endurées par ces hommes.
Les élèves ont observé un moment de recueillement avant de prendre le chemin du retour et de remercier les membres du Souvenir français et de l'amicale du Fort de Queuleu.

Samedi 25 août 2007
Bornes de la liberté : un travail de mémoire

Elles ont belle allure les quatre bornes qui jalonnent, sur le territoire de la commune, la Voie de la Liberté. Retour de flamme.
« Woippy la dynamique » se veut aussi « Woippy la patriote ». Consciente de la dégradation avancée des bornes de la Liberté implantées sur son territoire -et, il faut bien le dire, fortement sollicitée par les associations patriotiques locales- la commune a pris la sage décision de les remettre en état et de leur rendre tout l'éclat qu'elles méritent. Une rénovation en profondeur confiée à Richard Capitan et Pascal Héberlé des services techniques de la ville. Autant on n'y prêtait guère attention jusque là -elles jalonnent la partie Woippyciennes de la Voie de la Liberté du rond-point des Fontaines aux limites de la commune- autant elles ne peuvent aujourd'hui passer inaperçues. Flambant neuves. Décapage à haute pression, application d'un fixateur et mise en peinture auront nécessité une bonne semaine d'un travail patient et méticuleux, la pluie obligeant parfois à revenir sur l'ouvrage ! Les plus perspicaces remarqueront sans doute qu'il en manque une à Saint-Rémy. Qu'ils se rassurent, elle est en commande et devrait être rapidement installée.
Pour Georges Ketter, ancien président du Souvenir Français et actuel président de la FNACA : « Cette rénovation répond bien à notre attente et nous satisfait pleinement. La Voie de la Liberté porte une symbolique forte pour Woippy qui a été libérée par les Américains. Dans le cadre des chemins de la Mémoire il était important de remettre ces bornes en état en égard à la valeur historique et à la charge émotionnelle qu'elles portent ». Parallèlement à ces travaux et pour rester dans le registre patriotique la stèle du monument aux Morts bénéficiera également dans les prochains jours d'un sérieux ravalement.
Symbole
Sur chacune des bornes est sculpté un flambeau dont la flamme, à l'image de la torche rouge qui représente la Liberté éclairant le monde depuis le port de New York, s'incurve largement, donnant l'idée d'une torche en mouvement émergeant de l'Océan. Au sommet, une couronne de 48 étoiles représentant les 48 États qui composaient, en 1944, les États-Unis d'Amérique. Sur un rectangle peint figure l'inscription « Voie de la Liberté 1944 ». Les couleurs sont celles du drapeau des États-Unis. Le symbole est limpide. En 1944, la liberté revint apportée par-delà l'océan par les fils des États-Unis d'Amérique.
------------------------------------
1 145 kilomètres
Le commandant Guy de la Vasselais, alors chef de la Mission militaire française auprès de la 3ème armée est à l'origine de la création de la Voie de la Liberté. De retour d'un voyage aux Etats-Unis avec Gabriel Hocquard, maire de Metz, ils projettent de commémorer la marche triomphale des blindés de la IIIe Armée de Patton en France. Des bornes marqueront de km en km le trajet de Patton de Sainte-Mère-Église à Metz. En mars 1946, à l'initiative de l'Association Belgo-Américaine, des pourparlers s'engagent avec les promoteurs français de la Voie de la Liberté pour la prolonger jusqu'à Bastogne. Le 25 août 1946, à Saint-Symphorien, le parcours de la Voie de la Liberté est consacré. Le 5 juillet 1947, on officialise la pose de la borne terminale à Bastogne. Le 16 septembre de la même année, c'est au tour de la borne originelle à Sainte-Mère-Église. Quant à l'inauguration officielle de la Voie entière (1 145 km), elle a lieu le 18 septembre 1947 à Fontainebleau.

Jeudi 27 septembre 2007
Le comité du Souvenir français de Woippy, en collaboration avec la municipalité, célèbrera le 137e anniversaire de la bataille de Ladonchamps au cours d’une cérémonie patriotique qui se déroulera le dimanche 30 septembre à 11 h devant le monument aux Morts, place du Souvenir français.
Cette cérémonie sera précédée de l’assemblée générale de l’association qui se tiendra à 9 h 30 dans la salle Saint-Exupéry.

Lundi 1er octobre 2007
In memoriam

Le 137e anniversaire de la bataille de Ladonchamps a été marqué hier par une émouvante cérémonie organisée au monument aux Morts par le Souvenir français. Réunis autour du député-maire François Grosdidier, le lieutenant-colonel (TA) Jean-Luc Etienne, commandant le ler Régiment du matériel, André Montagne, délégué général du Souvenir français en Moselle, le président Nicolas Friedrich et les membres du comité local du Souvenir français, les membres du conseil municipal et ceux des associations patriotiques, pas moins de 41 porte-drapeau, une délégation d'officiers et de sous-officiers et une section en armes du ler Régiment du matériel, ainsi que quelques rares habitants de la commune, ont rendu hommage aux combattants de la bataille de Ladonchamps. « Ils ont accepté le sacrifice suprême pour défendre l'honneur de la Patrie au nom des valeurs qu'elle incarnait à leurs yeux, la liberté et le droit. Dans la fidélité à leur souvenir il nous appartient de poursuivre vis à vis des générations montantes la mise en œuvre d'un patriotisme ouvert et accueillant » a déclaré publiquement le président Friedrich.
Après le dépôt de gerbes et les sonneries réglementaires interprétées par les musiciens de l'Union de Woippy toujours fidèles au rendez-vous, les participants ont fait mouvement vers la salle Saint-Exupéry. L'occasion pour André Montagne d'encourager les participants à « étayer votre action en entraînant dans votre élan les jeunes générations à la recherche d'un certain idéal, en les associant mieux à votre action bénévole et en leur tendant la main pour les aider à découvrir la notion de Souvenir ». Un vœu partagé par François Grosdidier qui a lancé un vibrant appel aux associations patriotiques et à l'Education nationale : « Je vous invite à vous rapprocher pour mener de concert un travail pédagogique en direction des jeunes. L'incivilité de certains jeunes, simplement leur perte de repère, vient précisément de ce qu'on les a coupés de leurs racines et des racines de la Nation. Vous pouvez compter sur la municipalité pour vous aider matériellement et financièrement à engager toute action pouvant concourir à leur redonner la fibre patriotique et à leur transmettre la flamme du Souvenir ».
------------------------------------------
Le monument aux Morts
Erigée en lien et place de l'ancienne stèle transférée sur le côté du parvis de l'église Saint-Etienne, la stèle du monument aux Morts, œuvre de M. Pitet, architecte, a été réalisée par l'entreprise Batavoine de Woël (Meuse) et inaugurée le 22 mai 1966 par André Debs, maire de la commune. Elle est constituée d'un socle et d'un monolithe de 35 tonnes en pierre de Devine. Quarante ans après, une cure de jouvence s'avérait d'autant plus nécessaire que son aspect grisâtre et délavé jurait après la métamorphose réussie de la place du Souvenir français.
A la faveur des travaux de réhabilitation des bornes de la Liberté implantées sur le ban communal qui ont elles aussi retrouvé leur livrée d'origine, les services techniques municipaux ont donc entrepris de redonner au monument tout l'éclat qu'il mérite. Trente heures de travail pour effectuer un nettoyage en profondeur à haute pression, donner une première couche de fixateur haute densité suivie de deux couches de peinture acrylique mate de ton pierre et refaire les épigraphes à la dorure. Si le résultat fait honneur à ceux qui ont exécuté ce travail, il rend à celles et ceux qu'il honore, l'hommage et le respect qui leur est dû.

Vendredi 12 octobre 2007
Le Souvenir français et les jeunes

L'assemblée générale du Souvenir français a permis de mettre en évidence son action permanente de sensibilisation des jeunes à entretenir et respecter la mémoire des générations combattantes. Avant de se rendre en cortège au monument aux Morts pour y participer à la cérémonie traditionnelle commémorant la bataille de Ladonchamps, les membres du comité local du Souvenir français se sont réunis en assemblée générale ordinaire dans la salle Saint-Exupéry, à l'initiative de leur président Nicolas Friedrich et en présence de Marie-Louise Kuntz, première adjointe, et d'André Montagne, délégué départemental du Souvenir français. Forte de 166 adhérents, l'association a enregistré une diminution de ses effectifs (moins 5) que ne compensent par les rares adhésions de jeunes. « Notre mission, si noble soit-elle, ne fait pas recette chez les jeunes générations qui tournent leur intérêt vers d'autres objectifs plus médiatiques. Il n'en demeure pas moins que le risque permanent nous guette... C'est une grande erreur de croire que nous sommes à l'abri des hégémonies et des despotes. L'actualité nous le rappelle tous les jours », constate l'orateur avec un brin d'amertume, avant de passer en détail les nombreuses cérémonies patriotiques auxquelles la section locale a participé, tant au niveau local que dans les communes avoisinantes. Et de rappeler les visites annuelles sur des sites de mémoire (Verdun, Struthof, Hackenberg, Queuleu...) qui contribuent « à éveiller chez les élèves l'envie de connaître notre histoire. Nous continuerons à proposer ces sorties historiques à ceux qui souhaitent se sensibiliser à notre histoire ».
Le président donne la parole à Marie-Louise Kuntz, non sans avoir auparavant remercié la municipalité pour son soutien sans faille. « Ce n'est pas simple de faire adhérer les jeunes, de leur faire comprendre. Ils n'ont pas connu et j'espère qu'ils ne connaîtront jamais la guerre. "La Marseillaise" chantée par les enfants au monument aux Morts à l'occasion des cérémonies patriotiques peut constituer une approche que, en liaison avec les enseignants, vous pourriez développer en classe. L'initiative vous appartient. Nous serons toujours à vos cotés pour toutes les actions de sensibilisation que vous entreprendrez au profit des enfants et des jeunes ».



Vendredi 30 mai 2008
Sur les Chemins de la Mémoire


Les élèves de l'école Saint-Exupéry.

Deux classes de l'école Saint-Exupéry et deux de l'école Paul-Verlaine, encadrées par leurs professeurs et des responsables de la FNACA (fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Tunisie, Maroc) et du Souvenir français se sont rendues à Schirmeck où est érigé le Mémorial de l'Alsace Moselle qui retrace l'histoire contemporaine de l'Europe. Il présente les différentes étapes de l'histoire des Alsaciens et des Mosellans qui ont changé quatre fois de nationalité entre 1870 et 1945 !
L'accent y est mis sur les années 1939-1945 et la Seconde Guerre mondiale ainsi que sur la réconciliation franco-allemande. Après avoir parcouru les différentes étapes de la visite sous la conduite de plusieurs guides, un questionnaire à compléter a été remis à chaque élève avec un travail de recherche à effectuer. Une journée particulièrement instructive sur les chemins de la Mémoire rendue possible grâce au soutien financier de la municipalité de Woippy et des deux associations patriotiques et la coopération du corps enseignant.
  Les élèves de l'école Paul-Verlaine. --->

Mardi 23 septembre 2008
Le comité du Souvenir français de Woippy, en collaboration avec la municipalité, célèbrera le 138e anniversaire de la bataille de Ladonchamps au cours d’une cérémonie patriotique qui se déroulera le dimanche 28 septembre à 10 h 45 devant le monument aux Morts, place du Souvenir français.
Cette cérémonie sera précédée de l’assemblée générale de l’association qui se tiendra à 9 h 45 dans la salle Saint-Exupéry.

Mercredi 8 octobre 2008
Eveiller les jeunes à l'Histoire

L'assemblée générale du Souvenir français confirme sa volonté de tout mettre en œuvre pour sensibiliser les jeunes à entretenir et respecter la mémoire des générations combattantes.
Les membres du comité local du Souvenir français se sont réunis en assemblée générale ordinaire dans la salle Saint-Exupéry, à l'initiative de leur président Nicolas Friedrich, en présence de Jean-Marc Rosier, premier adjoint, et de membres du conseil municipal.
Forte de 160 adhérents, l'association a enregistré une diminution de ses effectifs (moins 7) que ne compensent pas les rares adhésions de jeunes. « Notre mission, si noble soit-elle, ne fait pas recette chez les jeunes générations qui tournent leur intérêt vers d'autres objectifs plus médiatiques. Il n'en demeure pas moins que le risque permanent nous guette... C'est une grande erreur de croire que nous sommes à l'abri des hégémonies et des despotes. L'actualité nous le rappelle tous les jours » constate l'orateur, avant d'énumérer les nombreuses cérémonies patriotiques auxquelles la section locale a participé dont la visite, organisée en collaboration avec la section locale de la FNACA et le soutien financier de la commune, au Mémorial de l'Alsace-Moselle de Schirmeck avec une centaine d'élèves de deux classes des écoles Paul Verlaine et Saint-Exupéry. « Ces sorties historiques contribuent à éveiller chez les élèves l'envie de connaître notre histoire. Nous continuerons à les proposer à ceux qui le souhaitent ».
Restent quelques doléances comme la borne de la Liberté toujours manquante à Saint-Rémy et l'obligation de faire appel en dernière minute à la batterie-fanfare d'Augny (210 €) pour animer la cérémonie de commémoration de la bataille de Ladonchamps, l'Union de Woippy n'ayant pas prévu cette manifestation à son calendrier. Pour clôturer ce chapitre, deux suggestions diamétralement opposées émanent de l'assemblée, la première consistant à fixer une date commémorant les opérations extérieures, la seconde à regrouper au 11 novembre toutes les commémorations.
  Des remerciements
Le président a chaleureusement remercié la municipalité pour son soutien sans faille, l'auto-école Woippy 2000 pour son action de sensibilisation des jeunes et les membres du comité pour leur disponibilité avec une mention particulière à Jean-Marie Gagné pour la médaille des porte-drapeau récompensant trente années de dévouement et de fidélité avant de céder la parole à Jean-Marc Rosier :
« À terme, le Souvenir Français sera le seul à subsister pour la Mémoire. Vous pourrez toujours compter sur le soutien de la municipalité. Je vous confirme qu'il y a toujours un nom de soldat mort en Algérie, en attente pour une prochaine rue à Woippy».
L'assemblée s'est ensuite rendue au monument aux Morts pour y participer à la cérémonie commémorant la bataille de Ladonchamps où ont été déposées des gerbes tandis que les élèves de l'école Pierre-et-Marie-Curie dirigés par leur directrice Joëlle Doub entonnaient la Marseillaise.
  Distinctions
Au cours du vin d'honneur servi dans la salle Saint-Exupéry, le président Friedrich a remis de nombreuses distinctions : diplôme d'honneur Irène Cason, Marie-Bernadette Charbonnier, Jocelyne Hasselmann, Ernestine Knab, Aimée Lambinet, Mathilde Mainville, Thérèse Pilois, Marcelle Simon, Dominique Genet, Pierre Jung, Rémy Leichtnam, Bernard Tillement ; médaille de bronze : Jessica Mesenbourg, Joseph Gribelbauer ; médaille d'argent : Marie-Thérèse Dorschner, Béatrice Friedrich, Michel Dorschner ; médaille de vermeil : Alphonse Canadas.
 

| Voir le reportage de la cérémonie du dimanche 28 septembre 2008 : clic |




Mardi 23 juin 2009
Les élèves à Verdun

Chaque année, avec le soutien financier de la municipalité, les sections locales du Souvenir français et de la FNACA (Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Tunisie et Maroc) organisent un voyage pédagogique d'une journée sur l'un des hauts lieux de l'Histoire française. Cette année ils ont choisi d'amener à Verdun quatre classes de l'école Pierre-et-Marie-Curie. Répartis en deux groupes attentifs aux commentaires donnés par un guide ils ont parcouru le matin les sites des champs de bataille, visité le fort de Douaumont ainsi que le Mémorial et l'après-midi la citadelle souterraine pour les uns, la cathédrale et le centre mondial de la Paix pour les autres. Une journée historique qui restera longtemps gravée dans la mémoire de ces jeunes élèves.

Mercredis 9 et 23 septembre 2009
Le comité du Souvenir français de Woippy en collaboration avec la municipalité, célèbrera le 139e anniversaire de la bataille de Ladonchamps au cours d'une cérémonie patriotique qui se déroulera le dimanche 27 septembre à 10 h 45 devant le monument aux Morts, place du Souvenir français. A l'issue de la cérémonie, les participants se rendront en cortège à la salle Saint-Exupéry où des récompenses seront remises aux membres méritants du Souvenir Français. Cette cérémonie sera précédée de l'assemblée générale de l'association qui se tiendra à 9 h 45 dans la salle Saint-Exupéry.

Lundi 28 septembre 2009
Le 139e anniversaire de la bataille de Ladonchamps a été marqué hier dimanche 27 septembre par une émouvante cérémonie organisée au monument aux Morts par le Souvenir français
Réunis autour du député-maire François Grosdidier, le colonel Jean-Luc Étienne, commandant le Ier Régiment du matériel, André Montagne, délégué général du Souvenir français en Moselle, Angelo Manza, délégué d'arrondissement, le président Nicolas Friedrich et les membres du comité local du Souvenir français, les membres du conseil municipal et ceux des associations patriotiques, une quarantaine de porte-drapeaux, une délégation d'officiers et de sous-officiers et une section en armes du Ier Régiment du matériel, ainsi que de nombreux habitants de la commune, ont rendu hommage aux combattants de la bataille de Ladonchamps. « Au-delà de cette cérémonie il nous appartient de garder en permanence la mémoire de ces héros anonymes qui ont donné leur vie avec courage et détermination pour défendre leur pays et ses valeurs fondamentales. Ils ont combattu pour la Liberté et il ne faut pas l'oublier car nous en profitons aujourd'hui » a déclaré le président Friedrich.
François Grosdidier a exprimé sa reconnaissance et celle de la municipalité pour l'action menée par le Souvenir français tout au long de l'année. « Au-delà de cette commémoration annuelle qui nous rappelle les moments tragiques de la guerre de 1870 et comment notre ville a été, comme lors de la 2e guerre mondiale, très durement frappée, il y a toute l'action que vous menez tout au long de l'année et qui est la plus importante surtout quand elle est orientée vers les jeunes. Les valeurs patriotiques, les valeurs civiques, le sens du dévouement sont des valeurs à inculquer à chaque génération. Les militants associatifs, les élus, les enseignants et, en premier lieu, les parents et grands parents, ont le devoir de transmettre ces valeurs et cette mémoire aux générations futures. Je sais pouvoir compter sur vous tous et vous en remercie en vous assurant du soutien de la municipalité ».
Avant d'inviter l'assistance à partager le verre de l'amitié, le président Friedrich a procédé à la remise de médailles et diplômes : Médaille de Vermeil : Jean-Marc Leblanc ; Médaille d'Argent : Dominique Leblanc ; Médaille de Bronze : Marie-Thérèse Gribelbauer, Olivier Mesenbourg ; Diplôme d'honneur : Évelyne Rosso, Eugène Filstroff, Mariette Filstroff, Martine Hippert, Margueritte Jacques, Eddy Lebon, Claire Lux, Ferry Lux, Paul Mangenot, Raphaël Mariage, René Mognon, Fernand Vignon, Bernard Welsch ; Diplôme jeune : Jonathan Lheureux.

Mardi 13 octobre 2009
Le Souvenir français fait le point

L'assemblée générale du Souvenir français confirme sa volonté de mettre tout en œuvre pour sensibiliser les jeunes à entretenir et respecter la mémoire des générations combattantes
Les membres du comité local du Souvenir français se sont réunis en assemblée générale ordinaire dans la salle Saint-Exupéry à l'initiative de leur président Nicolas Friedrich en présence François Grosdidier, député-maire et de membres du conseil municipal, André Montagne, délégué général du Souvenir français en Moselle, Angelo Manza, délégué d'arrondissement. Après la minute de silence à la mémoire de leurs camarades disparus, le président a donné lecture de son rapport moral laissant à Roger Bott secrétaire le soin de dresser le bilan des activités de l'année écoulée.
  Des raisons d'espérer
Forte de 153 adhérents, l'association a enregistré une diminution de ses effectifs (- 6) que ne compensent pas les rares adhésions de jeunes. « Notre histoire locale est marquée à jamais des sacrifices consentis par les générations qui ont légué leurs souffrances mais aussi leurs espoirs. Les bases d'une Europe en construction devraient fournir les raisons d'espérer si on ne confond pas humanité et profits. Les valeurs morales à défendre demandent qu'on s'interroge pour doter notre avenir d'une vision faite d'équité et de justice. Notre devoir de mémoire comporte le rappel des risques qui nous guettent si nous ne restons pas vigilants au respect de la dignité de chaque être humain.» expliqua l'orateur. Il énumérera ensuite les nombreuses cérémonies patriotiques auxquelles la section locale a participé dont la visite, organisée en collaboration avec la section locale de la FNACA et le soutien financier de la commune, sur les sites historiques Verdun avec quatre-vingt élèves de deux classes de l'école Pierre-et-Marie-Curie. « Ces sorties historiques contribuent à éveiller chez les élèves l'envie de connaître notre histoire. Nous continuerons à les proposer en souhaitant cependant qu'à l'avenir nous puissions être avertis plus tôt pour pouvoir mieux nous organiser ».
  Communier
Le président a chaleureusement remercié la municipalité pour son soutien sans faille, l'auto-école Woippy 2000 pour son action de sensibilisation des jeunes et les membres du comité pour leur disponibilité. François Grosdidier ayant dû s'absenter en cours de séance s'est rattrapé lors de son allocution à l'issue de la commémoration de la Bataille de Ladonchamps. « Le Souvenir français a d'abord eu pour vocation à maintenir le sentiment patriotique français pendant les années de l'annexion. Il s'est assigné ensuite une tâche concrète d'entretien des cimetières, stèles et monuments qui matérialisent cette mémoire et le souvenir de ceux qui sont tombés au champ d'honneur. Plus immatérielle et non moins importante est celle de transmettre la mémoire aux jeunes générations. Nous avons tous le souvenir de visites poignantes sur des sites comme Verdun.
Elles marquent plus une personnalité, surtout un jeune en construction, que n'importe quels discours ou leçon théorique. Je vous remercie et vous invite à continuer sur le même élan en vous assurant du soutien de la municipalité
».

| Voir le reportage de la cérémonie du dimanche 27 septembre 2009 : clic |




Mardi 11 mai 2010
Souvenir français : Pierre Jung président

Lors de la dernière réunion mensuelle, le comité local du Souvenir français s'est donné un nouveau président en la personne de Pierre Jung. Il succède à Nicolas Friedrich, qui a souhaité se retirer pour se consacrer à d'autres activités. Pierre Jung assumera ses fonctions dans la continuité et la convivialité habituelle du comité, qui a été reconduit dans son ensemble.
Le Souvenir français, association nationale reconnue d'utilité publique le 1er février 1906, est né en 1872 en Alsace et en Lorraine occupées et a été fondé en 1887. La transmission du devoir de mémoire et la commémoration de tous les morts au combat sont la base même de son œuvre, avec l'entretien des monuments et tombes des "Morts pour la France", sur le territoire national et partout dans le monde où des soldats sont tombés.
La section locale du Souvenir français a été créée en 1910 et, à ce titre, fêtera le 26 septembre prochain son 100e anniversaire, en même temps que la commémoration de la bataille de Ladonchamps. Auparavant, le 25 mai, avec le concours de la Fnaca et le soutien de la municipalité, les membres emmèneront deux classes des écoles Jacques-Prévert et Saint-Exupéry visiter la Casemate A au fort de Queuleu.
Le comité invite la population à se joindre aux différentes commémorations et à venir augmenter le nombre de ses adhérents.
Pierre Jung, 67 ans et demi, est retraité de la fonction publique. Il a combattu en Algérie, a présidé pendant deux ans et demi aux destinées de la section locale de l'UNC (Union nationale des combattants) et est membre du Souvenir français depuis 2004.
Contact : Pierre Jung, 03 87 74 25 19, ou 06 86 80.50 16.

Jeudi 16 septembre 2010
Ladonchamps : se souvenir des soldats de 1870

Le 26 septembre prochain, le Souvenir français et la population de Woiuppy célébreront le 140e anniversaire de la Bataille de Ladonchamps
La bataille de Ladonchamps ne fut qu'un épisode de la Guerre de 1870 qui opposa les Allemands à l'armée française de Napoléon III et vit l'Alsace et la Moselle tomber aux mains de l'envahisseur prussien qui les annexa purement et simplement. Cette guerre fut marquée par la domination militaire allemande et, à l'opposé, par l'incompétence des dirigeants français à l'image du Marchal Bazaine mais aussi de l'empereur Napoléon III.
Bilan de bataille
La bataille de Ladonchamps est un exemple du courage et de l'acharnement des troupes françaises. Les Français sous le commandement du maréchal Canrobert et le 25e de ligne commandé par le Général Gibon, mèneront la vie dure aux Allemands, prenant à l'ennemi, le 2 octobre 1870, le château de Ladonchamps qui abritait un état-major de soldats hessois.
La bataille dura de nombreux jours ponctués par des attaques et contre-attaques qui se déroulèrent dans tout l'Est de Metz, vers Ladonchamps, Saint-Rémy, Lorry, Vigneulles, bois de Woippy, Bellevue, Malroy, Semécourt, Fèves, etc...
Chaque village des environs a son histoire et sa bataille à raconter, mais celle de Woippy-Ladonchamps fut l'une des plus glorieuses. Les pertes ennemies furent de 18 officiers tués, 36 blessés, 4 disparus, 207 hommes tués, 910 blessés et 414 disparus. Les Français déplorèrent la mort du Général Gibon, inhumé au cimetière de Woippy, 2 généraux blessés, 21 officiers tués, 48 blessés, 90 hommes tués, 981 blessés et 122 disparus.
Honneurs
Dans le carré militaire du cimetière de Woippy reposent, outre le général Gibon, 2 officiers et 36 soldats français.
La section du Souvenir français de Woippy avec le concours de la municipalité se charge de l'entretien et du fleurissement de ces tombes.
Toutes les batailles qui se déroulèrent sur le territoire français firent énormément de morts et de blessés de part et d'autre des belligérants et entraînèrent la création de nombreux cimetières militaires, stèles et monuments visibles tout autour de Metz. Certains ne purent se résoudre à l'oubli de ces batailles et de ces morts c'est pourquoi, quelques années plus tard, en 1887, naîtra le Souvenir français, d'abord en France libre puis en Alsace-Moselle.
Le programme
Le comité du Souvenir français de Woippy en collaboration avec la municipalité, célèbrera le 140e anniversaire de la bataille de Ladonchamps au cours d'une cérémonie patriotique qui aura lieu le dimanche 26 septembre devant le monument aux Morts, place du Souvenir français dans les conditions suivantes : 10 h 30, accueil des personnalités et des porte-drapeaux devant la salle Saint-Exupéry, place André-Debs ; 10 h 45, cortège vers l'église Saint-Etienne ; 11 h, office religieux ; 11 h 45, cortège vers le monument aux Morts et cérémonie commémorative ; dépôt de gerbes par le député-maire, les membres du Souvenir français et les enfants de l'école Pierre-et-Marie-Curie ; à l'issue de la cérémonie, les participants se rendront en cortège à la salle Saint-Exupéry où, à l'occasion du 100e anniversaire de la création de la section locale du Souvenir français à Woippy, des récompenses seront remises à ses membres les plus méritants avant de partager le verre de l'amitié offert par la municipalité.

Vendredi 17 septembre 2010
« A nous le devoir, à eux l'immortalité »

La section locale du Souvenir français fêtera dans quelques jours le centième anniversaire de sa création.
L'Association patriotique incontournable s'affirme déterminée à perpétuer le devoir de mémoire.

Après la guerre de 1870/1871, certains, indignés par le nombre de victimes, se firent un devoir de raviver le souvenir de ces morts et de ces batailles et de donner une sépulture décente aux soldats français hâtivement enterrés à travers la campagne.
Premier comité
Un certain François-Xavier Niesse, né en 1846 à Sarre-Union (Bas-Rhin) en liaison avec des municipalités, décide de faire élever des monuments afin de perpétuer la mémoire de ceux qui avaient versé leur sang pour la France. Il crée, en 1887, l'Association nationale du souvenir français, reconnue d'utilité publique par décret du 1er février 1906 et placé sous le haut patronage du Président de la République. Tout ceci se faisait dans ce que l'on appelait à l'époque la « France de l'Intérieur » ; en Alsace-Moselle occupée où le Souvenir français n'avait que peu de rayonnement, les Allemands n'étaient évidemment pas enchantés par ces démarches.
En Moselle, il faudra attendre que Jean-Pierre Jean de Vallières, prenne l'initiative en 1906 d'ériger un petit monument à la mémoire de deux officiers tués à la bataille de Servigny et de créer en septembre de la même année un premier comité. En collaboration avec de nombreux maires il eut ensuite l'idée d'ériger un monument national à Noisseville inauguré le 4 octobre 1910 malgré les réticences de l'occupant qui finit par l'autoriser.
Perpétuer la mémoire
À Woippy les habitants sont partagés entre loyauté à l'occupant et patriotisme ardent. Cependant la flamme de l'Espoir reste vive avec le soutien moral et actif d'un grand patriote, âme du Souvenir français, l'abbé Louis-Auguste Laurent, curé de Woippy de 1890 à 1901, puis archiprêtre de Gorze.
Le 9 octobre 1910 est créée la section woippycienne du Souvenir français à l'initiative de Victor Keller, Félix Lapied et Jules Lapointe. Forte d'une trentaine de membres, son premier geste sera de fleurir en présence de Jean-Pierre Jean, président du Souvenir français de Moselle, les tombes militaires du cimetière en particulier celle du Général Gibon, mort rue du Rucher. Woippy participe à la souscription pour l'érection du monument de Noisseville et manifeste ainsi ses sentiments français. C'est ainsi que la société de musique « La Lyre » organise une quête et recueille la somme de 20 marks-or. (Il est à noter qu'après la Seconde guerre mondiale, ce sont des membres du Souvenir français de Woippy qui, revenus de la guerre, ont contribué à la renaissance de ce qu'est aujourd'hui l'Union de Woippy). La section locale s'affilie en 1912 au Souvenir français Alsacien-Lorrain.
Pendant les Guerres de 14-18 et de 39-45, le Souvenir français se mit en veille sous la botte de l'occupant mais, à chaque fois, il revint à la lumière, arborant fièrement son drapeau et veillant à perpétuer la mémoire des morts pour la France où qu'ils soient tombés. « Notre devoir est d'apprendre à la jeunesse que si elle vit dans un pays libre c'est bien grâce à tous ces patriotes qui sont tombés au champs d'honneur pour leur liberté » explique Pierre Jung, président de la section locale de Woippy faisant sienne la devise du Souvenir français « A nous le devoir à eux l'immortalité ».

Mardi 28 septembre 2010
Que la flamme de la mémoire ne s'éteigne pas

Le 140e anniversaire de la bataille de Ladonchamps et le 100e anniversaire du Souvenir français ont donné lieu, à une commémoration patriotique.
Dimanche, le comité local du Souvenir français en collaboration avec la municipalité, a célébré ces anniversaires au cours d'une cérémonie commémorative.
Après sa formation place Debs, le cortège composé de 27 porte-drapeaux et de personnalités notamment le Colonel Harter, commandant du ler RMAT, M. Théobald, conseiller général, M. Manza, délégué d'arrondissement, des élus, présidents d'associations... s'est rendu en l'église Saint-Étienne pour un office.
À l'issue de celui-ci, le défilé s'est dirigé vers le monument aux Morts où avaient pris place des musiciens de l'Union de Woippy dirigé par Olivier Jansen, plus de 80 élèves de l'école Pierre et Marie-Curie accompagnés de Mme Joëlle Doub, la directrice, d'un détachement du ler Rmat, une brigade de la police municipale.
Après le dépôt de gerbes, les écoliers ont entonné la Marseillaise et Salvatore Riggi, soliste a chanté « Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine ».
À l'issue de cette cérémonie, le cortège s'est reformé pour se rendre à la salle Saint-Exupéry pour les discours avant de partager le verre de l'amitié. Pierre Jung, le président de la section locale du SF a évoqué succinctement l'histoire de cette bataille « Je ne ferai pas l'historique de cette guerre de 1870, mais je relèverai qu'elle déboucha, sur le plan national d'abord, et en Alsace-Lorraine ensuite sur un sentiment « antiboches » qui suscita de nombreuses réactions patriotiques, dont l'une sur l'initiative de M. François-Xavier Niessen, un professeur alsacien de Sarre-Union, aboutit en 1887, sur la création du Souvenir français. »
Il s’épancha ensuite sur ce sujet et sur son instauration à Woippy le 9 octobre 1910. Après avoir relaté le nom des présidents successifs durant ce siècle de conclure :
« J'ai une pensée spéciale pour M. Amédée de Ladonchamps, qui à l'instar de ses ascendants, fut président d'honneur et également parrain de notre avant-dernier drapeau.
Je sollicite M. le député-maire, pour faire installer dans le hall de la mairie, dans un cadre ad-hoc le plus ancien de nos drapeaux, qui ne mérite pas de moisir dans un placard
».
Il a ensuite remercié tous ceux qui ont honoré par leur présence et soutien cette manifestation.
Transmission du souvenir
La parole a été donnée à M. Montagne, délégué général du SF. « La participation des enfants reflète parfaitement une des missions du Souvenir français qui est de transmettre le flambeau aux jeunes générations. C'est par notre présence aux cérémonies et sorties patriotiques que nous pourrons effectuer cette transmission du souvenir.
Montrons que notre conduite a des racines fortement ancrées dans notre histoire. Soyons la mémoire vivante de la jeune génération en transmettant à tous leur idéal de tolérance et de liberté.
»
Le mot de la fin est revenu à M. Grosdidier, député-maire.
« Le 100e anniversaire du Souvenir français, ce n'est pas rien de même que nous souhaitons le 140e de la bataille de Ladonchamps.
Nous devons à Woippy, continuer à honorer cette bataille. Nous avons à cet effet voulu préserver la maison du Général Gibon, rue du Rucher, c'est un élément de la mémoire collective de Woippy. Le Souvenir français s'est transformé et veut passer le flambeau aux jeunes générations car il est important que le monde patriotique demeure pour que les valeurs de la République survivent.
»

| Voir le reportage de la cérémonie du dimanche 26 septembre 2010 : clic |


Jeudi 30 septembre 2010
Le Souvenir français décore ses troupes

À l'issue de la cérémonie patriotique du 140e anniversaire de la bataille de Ladonchamps et 100e anniversaire du Souvenir français, dont la devise est « A nous le souvenir, à eux l'éternité », il a été procédé à la salle Saint-Exupéry à une remise de récompenses aux membres de la section locale les plus méritants.
Des médailles ont été épinglées : vermeil avec bélière laurée : M. Roger Bott ; argent : Mme Marthe Gutapfel et M. Alain Mertz ; bronze : Mme Hélène Estienne, M. Ludovic Freidrich. Des diplômes ont été décernés : honneur à Mme Fabienne Dorschner, MM Christian Bonhuile, André Duc, Joseph Agius, Kévin L'Heureux, Jean-Michel Dorschner ; honneur titre exceptionnel : Mme Joëlle Doub ; honneur jeune à titre exceptionnel : M. Salvatore Riggi.

Mercredi 13 octobre 2010
Souvenir français : reparti pour un siècle

Après le 100e anniversaire de la création du Souvenir français, s'est tenue l'assemblée de la section, avec une bonne participation des adhérents.
Animée par Pierre Jung, président du comité local du Souvenir français, et en présence de Thérèse Pilois et Alain Mertz, représentant le député-maire François Grosdidier, cette réunion a permis de faire le point sur les activités, passées, présentes et à venir de la section.
Après le rapport moral du président, Roger Bott, secrétaire a énuméré les nombreuses actions de la section : participation aux cérémonies patriotiques se déroulant à Woippy tout au long de l'année, réunions en mairie pour fixer le calendrier et la préparation des différentes manifestations, obsèques de deux militants, soit en tout trente actions.
À ces événements ponctuels, s'ajoutent, et ceci est tout à fait remarquable, 38 sorties des deux porte-drapeau, Jean-Marie Gagne, récemment décoré de la médaille de vermeil de l'association, et son adjoint Christian Bonhuile, disponibles par tous les temps et fidèles au devoir de Mémoire.
Le rapport financier présenté par la trésorière, Jessica Mesenbourg, a permis de constater le bon état des finan¬ces de la section. Quitus lui a été donné de sa bonne gestion par les réviseurs aux comptes, Gaston Gervasoni et Christian Viry.
Les trois rapports, moral, d'activité, financier, le quitus de trésorerie, les élections de trois nouveaux membres au comité et le renouvellement du mandat des réviseurs aux comptes ont été adoptés à l'unanimité.
La parole a été ensuite donnée à Alain Mertz, qui, dans un souci de cordialité réciproque, a assuré l'association du soutien de la municipalité pour les actions à venir.
Après le verre de l'amitié, le comité s'est rendu, accompagné de M. et Mme Jean Sechéhaye, au cimetière de Woippy, où les tombes militaires et celle du général Gibon ont été fleuries. Après une minute de silence, la Marseillaise a été entonnée par les participants qui se sont également recueillis sur les tombes de la famille Sechehaye, honorablement connue à Woippy.
Le comité
Présidents d'honneur, Georges Ketter et Nicolas Friedrich ; président, Pierre Jung ; vice-président, Alphonse Canadas ; secrétaire, Roger Bott ; secrétaire adjoint, Alain Mertz ; trésorière, Jessica Mesenbourg ; trésorier adjoint, Fabrice Lheureux ; porte-drapeau, Jean-Marie Gagne ; porte-drapeau adjoint, Christian Bonhuile ; assesseurs : Béatrice Friedrich, Joseph Gribelbauer, Marthe Gutapfel, Henri Goetzmann, Olivier Mesenbourg, Hélène Pletenka ; réviseurs aux comptes : Gaston Gervasoni et Christian Viry.



Lundi 23 mai 2011
Un voyage à Verdun

Dans le cadre de leurs actions visant à transmettre aux générations les plus jeunes le souvenir de celles et ceux qui se sont battus pour la France, le Souvenir français et la FNACA (Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc, Tunisie) de Woippy ont emmené les élèves du CM1 et du CM2 de l'école Jacques-Yves-Cousteau du quartier du Roi sur les champs de bataille de Verdun.
Encadré par leurs enseignants, quelques parents et des membres des associations, tout ce petit monde a été accueilli par un guide à l'Office de tourisme de Verdun. Ils ont bénéficié d'une visite commentée de la ville jusqu'au Mémorial situé au cœur du champ de bataille. Ce monument dédié à l'histoire et à la mémoire porte témoignage de l'engagement et des souffrances des soldats français, allemands et américains ayant combattu de 1914 à 1918.
Suite de la visite au fort de Douaumont considéré à l'époque comme l'ouvrage militaire le plus armé et le plus défensif. Erigé grâce un don américain et inauguré le 8 décembre 1920, le monument consacré à la Tranchée des baïonnettes a fortement impressionné les jeunes visiteurs. Le déjeuner tiré du sac dans la salle Cassin a permis de détendre l'atmosphère, avant de repartir vers la Citadelle véritable ville de l'ombre, construite sous la roche.
À bord de petits wagonnets leur a donné une vision du quotidien des soldats : une quinzaine de scènes de vie, infirmerie, boulangerie, état-major, choix du soldat inconnu.
Cette sortie a pu se faire grâce à l'aide financière importante de la municipalité et à la participation financière et morale des deux associations.

Dimanche 18 septembre 2011
Ladonchamps et puis l’Annexion

7 octobre 1870. Ladonchamps, près de Woippy. Les prussiens contre les Français. Hécatombe. Commémoration le dimanche 25 septembre.
Le vendredi 7 octobre 1870, la bataille de Ladonchamps fait rage.
À l'issue des combats, côté prussiens 643 morts et disparus et 946 blessés. Côté français 334 morts et disparus et 1031 blessés.
Cette bataille s'est passée à proximité de la commune de Woippy, entre la Moselle, Bellevue et Saint-Remy.
Ces combats se déroulaient dans le cadre de l'encerclement de la ville de Metz par les troupes prussiennes. De nombreuses batailles jalonnèrent les environs de Metz : Borny, Lorry, Malroy, Semécourt, Fèves, Saint-Privat-la-Montagne, Gravelotte, entre-autres.
La bataille de Ladonchamps fut un épisode héroïque de ces combats et les soldats du 25e de Ligne du Général Gibon, sous le commandement du Général Canrobert, eurent une conduite particulièrement glorieuse, en infligeant une cuisante défaite aux Prussiens.
Capitulation, annexion
La suite des combats ne fut malheureusement, pas en faveur des Français, car, comme on le sait, l'abandon de la lutte par le Maréchal Bazaine, entraînera la capitulation de l'armée française et l'annexion, ensuite, de l'Alsace et de la Moselle au Reich allemand.
La bataille de Ladonchamps coûta la vie à plusieurs centaines de combattants, tant français que prussiens et aussi la mort du Général Gibon, enterré avec 38 officiers, sous-officiers et soldats, dans le carré militaire du cimetière de Woippy.
Cette année, le Souvenir Français de Woippy, auquel s'associent les associations patriotiques de la commune, les délégations et les porte-drapeaux des villages avoisinants, commémorera le 141e anniversaire de cet événement, le dimanche 25 septembre, à 11 h, devant le monument aux Morts, place du Souvenir-Français, sis en face de l'église Saint-Étienne.
La cérémonie
M. Jung, président de ce comité du Souvenir français précise : « un détachement du 8e R.Mat. nous fera l'honneur de rehausser par sa présence cette cérémonie présidée par François Grosdidier, député-maire, et nous espérons, comme l'année dernière, que l'Union de Woippy (école de musique) fera retentir une Marseillaise resplendissante en l'honneur des hommes et des femmes, civils ou militaires, qui sont tombés au Champ d'Honneur, pour que la France reste libre et que notre patrie soit une et indivisible. »
La population de Woippy, est invitée à s'associer à cette commémoration. A noter que la cérémonie officielle au monument aux morts sera précédée par l'assemblée générale annuelle du Souvenir Français de Woippy, qui se tiendra à la salle Saint-Exupéry, à partir de 9 h. Un pot de l'amitié, offert par la municipalité, clôturera cette journée, après la cérémonie patriotique.
Contact : Pierre Jung, tél. : 03 87 74 25 19 ; email : pierre.jung2@ numericable.fr

Vendredi 23 septembre 2011
Le Souvenir français : réunion et hommage dimanche mati
n
Dimanche 25 septembre, à 9 h 30, le président et les membres du Souvenir français tiendront leur assemblée générale dans la salle Saint-Exupéry, place Debs. Ils y invitent tous les adhérents.
À l'ordre du jour : la lecture des différents rapports (moral, d'activités, financier et des réviseurs aux comptes), ainsi que l'élection du tiers sortant et les questions diverses.
Débutera alors le 141e anniversaire de la Bataille de Ladonchamps avec le rassemblement des délégations et porte-drapeaux devant la salle Saint-Exupéry à 10 h 30. Le cortège ainsi formé se dirigera vers le monument aux Morts, place du Souvenir-Français.
À 11 h, la cérémonie, présidée par les autorités civiles et militaires sera ponctuée par des moments forts : dépôt de gerbes, sonnerie aux morts, minute de silence... La Marseillaise résonnera à la gloire de ceux qui sont tombés sur le champ de bataille et Salvator, ténor bien connu dans la localité, entonnera Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine pour que chacun se souvienne qu'il y a 141 ans, les Français de cette région vivaient sous une autre autorité.
Vers 11 h 30, tous les participants seront invités à retourner en cortège salle Saint-Exupéry pour assister aux discours d'usage et à la remise des récompenses du Souvenir français. Pour terminer cette commémoration, la municipalité proposera le verre de l'amitié à tous les adhérents et sympathisants.

Samedi 8 octobre 2011
Souvenir français
Assemblée, cérémonie et récompenses

Woippy. - Le Souvenir français a tenu son assemblée générale, à la salle Saint-Exupéry, en présence d'Alain Mertz, adjoint au maire ; de Thérèse Pilois, conseillère municipale chargée des seniors et d'André Montagne, délégué général du Souvenir français pour la Moselle.
Pierre Jung a présidé cette réunion et a permis de faire le point sur le fonctionnement de la section locale pour l'année 2011 : trente-quatre cérémonies extérieures et vingt-sept sur la commune.
En outre, les cotisants sont toujours aussi nombreux, mais l'inauguration de la rue Lucien-Mangenot, enfant de Woippy tombé pendant la guerre d'Algérie, n'est pas encore programmée.
Fabrice Lheureux, nouveau trésorier, a fait lecture du bilan financier et a constaté l'excellente santé de la trésorerie ; MM. Gervasoni et Viry, commissaires aux comptes, ont donné quitus au bilan comptable.
Les adhérents ont approuvé à l'unanimité l'ensemble des rapports et ont procédé au renouvellement du tiers sortant du comité.
Cérémonie du souvenir
À l'issue de l'assemblée générale, les délégations des communes voisines ont rejoint la section locale pour se rendre, porte-drapeaux en tête, au monument aux Morts, pour la commémoration de la bataille de Ladonchamps. 141 ans après, en présence d'un descendant de la famille de Ladonchamps, le commandant De Russé du 8e Régiment du matériel de Woippy ; Marie-Louise Kuntz, conseillère générale ; Alain Mertz, Pierre Jung et André Montagne, ont déposé des gerbes en mémoire de tous ceux qui sont tombés au champ d'honneur à Ladonchamps, mais aussi de tous qui sont morts pour la France sur d'autres champs de bataille.
Après la minute de silence, Salvatore Riggi, jeune ténor de la commune, a entonné La Marseillaise, puis le chant préféré de ceux qui ont subi l'occupation prussienne, Vous n'aurez pas l’Alsace et la Lorraine. Émotion garantie.
Médailles et diplômes d'honneur
De retour à la salle Saint-Exupéry et après les discours d'usage, les officiels ont récompensé, certains adhérents de la section locale pour leur implication dans l'association : diplômes d'honneur pour Aline Bertoni, Gérard et Thierry Gribelbauer, Henri Ckaplinski et Jean-Pierre Douady ; médailles de bronze, pour Gaston Gervasoni, Philippe Thoen et Christian Viry ; médaille d'argent pour Roland Noël. Félicitations aux récipiendaires.
Puis, Alain Mertz a invité l'assemblée à partager le pot de l'amitié offert par la municipalité.
 

| Voir le reportage de la cérémonie du dimanche 25 septembre 2011 : clic |




Mercredi 27 juin 2012
À la rencontre de l'Histoire

Le comité local du Souvenir français, présidé par Pierre Jung, se fait un devoir d'emmener chaque année deux classes de la commune à la découverte d'un site remarquable de l'histoire régionale ou nationale.
Pour cette année, le projet de visite du fort de Queuleu a dû être abandonné en raison des actes de vandalisme perpétrés ces derniers mois. Au pied levé, le président Jung a trouvé une autre destination tout aussi intéressante : l'espace mémoire d'Ascomemo à Hagondange.
Accompagné dans sa mission par quelques membres de son comité et par le président Ketter de la Fnaca, il a guidé les deux classes de l'école Pierre-et-Marie-Curie dans ce voyage historique dans la Moselle de 1939-1945.
Les écoliers ont été particulièrement intéressés par le fonctionnement de l'école sous l'annexion allemande, par la vie des résistants grâce aux tableaux, maquettes et mannequins qui illustrent si bien cette période sombre de notre histoire.
Au retour, le président Jung a félicité les élèves pour leur intérêt et leur attention. Il a aussi remercié Joëlle Doub, la directrice de Pierre-et-Marie-Curie, pour son investissement lors des différentes manifestations patriotiques organisées sur la commune.

Vendredi 21 septembre 2012
HISTOIRE    dimanche à Woippy
1870, bataille de Ladonchamps
Le comité du Souvenir français et la municipalité de Woippy commémoreront, le 142e anniversaire de la bataille de Ladonchamps, le dimanche 23 septembre, avec le concours d'un détachement du 8e régiment du matériel, de l'Union Woippy, d'un groupe de Lorrains et de Lorraines et des porte-drapeaux de Woippy et des communes voisines.
Rendez-vous à 11 h, devant le monument aux Morts place du Souvenir français. Après la prise d'armes, le dépôt des gerbes et des bougies, les participants pourront se rendre en cortège à la salle Saint-Exupéry pour les discours d'usage, la remise des médailles et des diplômes et le vin d'honneur. Le comité local du Souvenir français profitera de cette journée du souvenir pour tenir son assemblée générale, de 9 h 30 à 10 h 30, à la salle Saint-Exupéry. Le président Jung invite donc tous ses adhérents à participer à cette réunion annuelle incontournable.
Un peu d'histoire
Le 7 octobre 1870, les armées françaises se battaient contre les troupes prussiennes de Guillaume Ier sur différents champs de bataille proches de la commune de Woippy : Franclonchamps, Ladonchamps, Sainte-Agathe, Bellevue, Grandes et Petites Tapes. L'objectif prussien était d'encercler l'armée française dans Metz et de s'emparer de cette place forte afin d'ouvrir le chemin qui les mènerait à Paris. Par la même occasion, l'armée prussienne annexait l'Alsace et une grande partie de la Moselle. En ce jour funeste du 7 octobre 1870, le 25e régiment d'infanterie commandé par le Général Emile Armand Gibon se battit vaillamment. De part et d'autre on compta de nombreux blessés et on déplora de nombreuses pertes dont celle du Général qui mourut le 19 octobre à l'état-major de la rue du Rucher. Depuis longtemps déjà, les tombes du Général et de 38 de ses hommes sont régulièrement entretenues par les membres du Souvenir Français de Woippy.
Devoir de mémoire
Si cette cérémonie du souvenir est l'occasion d'honorer tous ces héros de la guerre de 1870 tombés au champ d'honneur, elle permet aussi de commémorer tous ceux qui sont morts pour la France en 14/18, en 39/45, en Indochine; en Afrique du Nord, dans les Balkans, au Moyen-Orient et en Afghanistan. Le comité local du Souvenir français se fait un devoir de transmettre « le flambeau de la mémoire » aux jeunes générations et de maintenir les notions de sens du devoir, d'amour de la patrie et de respect des valeurs.

Mercredi 19 septembre 2012
Général Gibon à découvrir vendredi

Woippy. – Vendredi 21 septembre, à 20 h, Pierre Brasme présentera, salle Michel-Bonnet, une conférence intitulée De Sébastopol à Ladonchamps : le Général Gibon, un grand soldat (1813-1870). Cette conférence, doublée d’une projection, est organisée par la Société d’Histoire de Woippy et le Souvenir français. Elle permettra de retracer la brillante carrière militaire de celui qui commanda le 25e régiment d’infanterie de ligne lors des batailles qui se sont déroulées aux alentours de Metz. Emile Armand Gibon, général émérite, mourut des suites de ses blessures le 19 octobre 1870 dans son quartier général du Rucher et fut enterré au cimetière communal. En 1929, la municipalité donna son nom à une rue du village puis au stade du quartier centre. Une belle page d’histoire locale à ne pas manquer !
Entrée gratuite.

Samedi 29 septembre 2012
C’était Ladonchamps

Les membres et les sympathisants du comité local du Souvenir français ont commémoré le 142e anniversaire de la bataille de Ladonchamps, le 7 octobre 1870.
Précédés par les 34 porte-drapeaux de Woippy et des comités voisins, par deux soldats en uniforme d'époque et quatre Lorrains en costume régional, ils se sont rendus en cortège jusqu'au monument aux Morts de Woippy, accompagnés par les délégations voisines du Souvenir français.
En présence de François Grosdidier, sénateur-maire, des élus de la commune et des communes voisines et du piquet d'honneur du détachement du 8e Régiment du matériel commandé par le capitaine Flahaut, le président Pierre Jung a livré son message d'accueil.
« Nous sommes là pour rendre hommage à tous les soldats tombés à Ladonchamps et sur tous les autres champs de bataille de la guerre de 1870. Pour autant, il ne faut pas oublier tous ceux qui sont morts pour la France dans les conflits qui se sont succédé de 1870 à nos jours : ils ont droit à notre reconnaissance et à notre respect ».
Après la sonnerie aux morts jouée par les musiciens de l'Union Woippy, le dépôt des « flammes de l'espoir » et des gerbes, la traditionnelle minute de silence s'est imposée puis la Marseillaise a retenti.
Entouré des soldats de 1870 et des Lorrains, Salvatore Riggi a entonné a capela Vous n’aurez pas l'Alsace et la Lorraine, chant patriotique qui a sonné à l'époque comme un acte de résistance face à l'armée prussienne. « Malgré vous, nous resterons français et notre cœur, vous ne l'aurez jamais ».
« Pas irréversible »
De retour à la salle Saint-Exupéry, le président Jung a relaté la conférence de Pierre Brasme et la bataille de Ladonchamps, avant de remercier toutes les personnes présentes. À son tour, le maire a salué tous les participants avant d'évoquer le conflit franco-prussien « lancé un peu à la légère comme une provocation mais qui ne fut pas, loin s'en faut, un conflit d'opérette. Il ne faut pas oublier que les guerres sont des tragédies, qu'elles se soient déroulées au XIXe siècle ou de nos jours. Si l’Alsace et la Lorraine ont été un enjeu majeur entre la France et l’Allemagne pendant des décennies, l'actualité nous montre que les choses ne sont pas irréversibles : la communauté européenne en est la meilleure illustration ».
Avant de partager le verre de l'amitié, les récompenses du Souvenir français ont été remises aux adhérents et aux sympathisants méritants en présence de Jean-Marie Grosse, délégué général adjoint du Souvenir français de la Moselle. Diplôme d'honneur à Jean-Marc Rosier, Thierry Sourcier, Henri Goetzmann, René Schirmer, Hélène Pletenka et Christian Pierron chef de la police municipale de Woippy ; médaille de bronze à Marie-Louise Kuntz et médaille d'argent à Fabrice Lheureux. François Grosdidier a insisté sur l'engagement du Souvenir français créé par des Lorrains pour les Lorrains et sur les nombreuses actions menées pour entretenir le devoir de mémoire.

Lundi 1er octobre 2012
Le Souvenir français en assemblée générale

Le comité du Souvenir français de Woippy a tenu son assemblée générale annuelle sous la présidence d'honneur de Jean-Marc Rosier, premier adjoint au maire de Woippy.
Le président Pierre Jung a ouvert la séance en présence des adhérents de l'association ; de Marie-Louise Kuntz, conseillère générale et régionale ; de Jean-Marie Grosse, délégué général adjoint du Souvenir français de la Moselle ; d'Alain Hissette, trésorier départemental et des représentants de la délégation générale ; des comités voisins et des associations patriotiques locales.
Cette assemblée générale a été l'occasion de faire le point sur le fonctionnement de la section de Woippy créée en 1910.
Monument de Noisseville
Dans son rapport moral, le président Jung a évoqué les dommages causés par une tempête au monument aux Morts de Noisseville.
Ce monument est cher au cœur des adhérents du Souvenir français puisqu'il a été érigé en 1908, sous l'Occupation allemande et qu'il a été inauguré la même année par le fondateur du Souvenir français en Moselle, Jean-Pierre Jean.
Sa restauration étant maintenant terminée, le monument va être dévoilé prochainement à tous les adhérents du Souvenir français de la Moselle.
Roger Bott, secrétaire de la section, a ensuite présenté le rapport d'activités du comité local qui a participé à 88 actions organisées cette année : sorties avec les scolaires, rendez-vous patriotiques, événements familiaux... Il a déploré la perte de quelques adhérents et a appelé les Woippyciens intéressés à rejoindre le comité local pour aider à pérenniser l'engagement du Souvenir français auprès de la jeunesse.
Jean-Marie Grosse a exprimé sa satisfaction de voir le comité woippycien en si bonne forme et a insisté sur la nécessité de recruter de nouveaux membres.
Jean-Marc Rosier a salué le dynamisme de l'association qui œuvre sans compter pour animer la vie de la commune et perpétuer le devoir de mémoire. Il s'est engagé à procéder prochainement à l'inauguration de la rue Lucien-Mangenot et à étudier les travaux nécessaires au rafraîchissement de la tombe du général Gibon.

| Voir le reportage de la cérémonie du dimanche 23 septembre 2012 : clic |



Le monument français de Noisseville (Œuvre d'Emmanuel HANNAUX, sculpteur),
inauguré le 4 octobre 1908.


Jeudi 15 novembre 2012
La rue Lucien-Mangenot a été inaugurée

Le comité local du Souvenir français et les associations patriotiques de la commune ont souhaité qu'on honore un des leurs, Lucien Mangenot, enfant de Woippy mort pour la France, en baptisant une rue à son nom.
C’est en cortège depuis le monument aux Morts que les autorités civiles et militaires, les associations patriotiques et de nombreux Woippyciens se sont rendus à la Zac des Coteaux pour l'inauguration officielle de la rue Lucien-Mangenot, organisée le 11 novembre dernier, par le comité local du Souvenir français.
En présence de François Knapp, président de l'UNP (Union nationale des parachutistes) de Marie-Louise Kuntz, conseillère générale et régionale et de Solange Mangenot, belle-sœur du militaire et des membres de sa famille, le sénateur maire François Grosdidier a rendu un hommage appuyé et émouvant à Lucien Mangenot, enfant de Woippy né dans la commune en 1929 et mort pour la France en Algérie en 1958.
« Malgré sa courte vie, Lucien Mangenot a eu un parcours riche et exemplaire. Orphelin de père à 5 ans, il vit auprès de sa maman qui tient le café-restaurant de Saint-Remi, fréquente l'école communale et en 1944, alors qu'il n'a que 15 ans, se lance dans la résistance en intégrant les FFI (Forces françaises de l'intérieur). Toujours avide de combattre pour son pays, il intègre l'armée et part en mission en Allemagne en 1947 ».
Le premier magistrat a retracé son engagement et son parcours militaire en Indochine et en Afrique du Nord et notamment en Algérie, avec la section du 2e Régiment de parachutistes qu'il commandait lorsqu'il a été mortellement blessé, à Tablat, le 18 mars 1958.
François Grosdidier a évoqué les distinctions reçues pour ses faits de guerre et son courage médailles militaires et croix de guerre obtenues sur les différents théâtres d'opérations extérieures et à titre posthume, la Légion d'honneur, la croix de la valeur militaire et les médailles commémoratives d'Indochine et d'Afrique du Nord. Inhumé au cimetière de Woippy le 24 avril 1958, Lucien Mangenot figure dorénavant au tableau des personnalités honorables de la commune.
Après avoir dévoilé la plaque portant le nom du nouveau citoyen d'honneur, le maire a demandé à l'assistance d'observer une minute de silence, puis le cortège s'est rendu à l'hôtel de ville pour le vin d'honneur offert par la municipalité.
François Grosdidier en a profité pour citer le comité local du Souvenir français et son président Pierre Jung qui ont initié et défendu le projet de bout en bout.
Maintenant c'est chose faite, « À la Zac des Coteaux, Lucien Mangenot sergent-chef croise désormais Pierre Messmer, ministre des Armées du général de Gaulle et chancelier de l'ordre de la Libération, entre autres titres ». Rappelons à la mémoire des Woippyciens deux autres enfants de la commune tombés en Algérie qui ont donné leur nom à des rues nouvelles : Hubert Collinet et Paul Simon.



Dimanche 7 juillet 2013
EDUCATION    Woippy
Sur 1es chemins de la mémoire
Grâce au soutien financier de la mairie et des associations patriotiques, du Souvenir français et de la Fnaca, les élèves de deux classes de l'école Paul-Verlaine ont parcouru les chemins de la mémoire. Lors du circuit guidé qui les a menés du Mémorial au fort de Douaumont, en passant par la citadelle souterraine, les jeunes gens ont découvert l'enfer de Verdun. Ils ont écouté avec intérêt les commentaires sur les conditions de vie des Poilus, lors de la guerre de tranchées qui dura trois cents jours et trois cents nuits, quand l'armée allemande donna l'assaut.
Le guide et les anciens combattants qui les accompagnaient leur ont montré la reconstitution d'un champ de bataille et leur ont expliqué de quelle manière a été choisi le soldat inconnu qui repose pour l'éternité sous l'arc de Triomphe à Paris.
Les questions posées en ont dit long sur l'intérêt qu'ils portent sur cette sombre page de l'histoire de France.

Jeudi 26 septembre 2013
Ladonchamps : c'était il y a 143 ans

Samedi à Woippy, le comité local du Souvenir français fête le 143e anniversaire de la bataille de Ladonchamps et le 200e anniversaire de la naissance du Général Gibon, héros de la guerre de 1870.
Fêter l'anniversaire de la bataille de Ladonchamps est devenu une tradition à Woippy. Cette année sera aussi celle du 200e anniversaire de la naissance du général Gibon, héros de la bataille de Ladonchamps, décédé le 19 octobre 1870 des suites de ses blessures dans les locaux de son quartier général de la rue du Rucher.
Emile Armand Gibon, né à Quimper le 15 septembre 1813, fils d'un chevalier de l'empire de Napoléon Ier, a accompli une carrière militaire exemplaire. Entré dans l'armée à l'âge de 18 ans, il devient colonel d'artillerie en 1835. Après avoir combattu en Algérie pendant quinze ans, puis en Crimée, il s'est illustré lors de la bataille de Sedan le 1er septembre 1870, avant d'être envoyé sur le front de l'Est français où prit fin son combat acharné pour la patrie.
Ce samedi 28 septembre à 10 h 30 au carré militaire du cimetière communal, le comité local du Souvenir français, présidé par Pierre Jung, invite à venir se recueillir sur la tombe du général et de ses trente-huit compagnons d'armes, officiers, sous-officiers et soldats de l'armée napoléonienne, morts au champ d'honneur au mois d'octobre 1870.
Les amateurs d'histoire et les patriotes apprendront comment ce valeureux guerrier a tout tenté pour éviter la chute de Metz et l'annexion de l'Alsace et de la Moselle, conséquence de la victoire de l'armée prussienne et de la chute de Napoléon III.
Le lendemain, dimanche 29 septembre, ce sera l'heure des bilans. Le président Jung donne rendez-vous aux membres du comité local du Souvenir français, pour la réunion annuelle de la section qui se tiendra à partir de 9 h 30 à la salle Saint-Exupéry. Puis, escortés par les porte-drapeaux, ils se rendront à 11 h en cortège jusqu'au monument aux morts situé place du Souvenir français pour la commémoration officielle de la bataille de Ladonchamps, ou combat de Bellevue, en présence des autorités civiles et militaires. Un piquet d'honneur du 8e Régiment du matériel, les musiciens de l'Union Woippy, deux classes des écoles du centre, Jacques-Prévert et Saint-Exupéry, des Lorrains et des soldats en costume d'époque participeront également à la cérémonie. Vers 11 h 30, tous les participants retourneront en cortège vers la salle Saint-Exupéry pour la remise des médailles et des diplômes d'honneur du Souvenir français.

Vendredi 4 octobre 2013
Ladonchamps rassemble ses soldats de la mémoire

La commémoration de la bataille de Ladonchamps (1870) a été l'occasion de mettre à l'honneur les valeurs républicaines et les personnes qui consacrent leur temps à la transmission de la mémoire.
S’ils étaient seulement une poignée, samedi dernier au cimetière communal, pour le 200e anniversaire de la naissance du général Gibon mort au champ d'honneur en 1870, les Woippyciens se sont retrouvés bien plus nombreux, dimanche, devant le monument aux Morts, pour commémorer le 143e anniversaire de la bataille de Ladonchamps-Bellevue qui fit rage sur le sol woippycien, à l'automne 1870.
Pierre Jung, président du comité local du Souvenir français, a insisté sur le devoir de mémoire indispensable pour les jeunes générations, déplorant au passage « que l'histoire avec un grand H ne soit plus enseignée correctement à l'école ».
Le sénateur-maire François Grosdidier a expliqué à ses concitoyens pourquoi la devise républicaine ne figurait pas au fronton de l'hôtel de ville : « Ce n'est pas dû à un défaut de patriotisme mais au contexte de l'époque : quand l'État français a décidé d'inscrire la devise républicaine aux frontons des mairies, l’Alsace et la Moselle étaient sous le régime allemand. Il est grand temps de remédier à cet état de fait : le 11 novembre prochain, nous inaugurerons officiellement la plaque portant haut les valeurs de la république ».
Le ténor local, Salvatore Riggi a interprété Vous n'aurez pas l’Alsace et la Lorraine et les élèves de CM2 des écoles du centre ont entonné l'hymne national après avoir déposé devant le monument aux Morts des bougies allumées comme autant de flammes du souvenir.
François Grosdidier a profité de l'occasion pour rendre hommage à deux familles woippyciennes remarquables, insistant sur l'importance de la chaîne de transmission de la mémoire : la famille Sechehaye (qui a donné deux maires à la ville) et la famille Kopp en la personne du résistant Pierre Kopp qui a libéré le camp de prisonniers implanté sur la commune à la fin de la Seconde Guerre mondiale. À noter que deux rues de la ville portent leurs noms.
De retour à la salle Saint-Exupéry, le sénateur-maire et Pierre Jung ont décerné médailles et diplômes avant de partager le vin d'honneur avec tous les participants : médailles de bronze pour Nathalie Jacob, conseillère municipale en charge des fêtes et cérémonies et Odile Sechehaye ; médaille d'argent pour Jean Sechehaye.
 

| Voir le reportage de la cérémonie du samedi 28 septembre au cimetière de Woippy : clic |

| Voir le reportage de la cérémonie du dimanche 29 septembre : clic |

Jeudi 24 octobre 2013
Le comité local du Souvenir français s'est réuni. Devoir de mémoire, organisation de manifestations patriotiques et préservation du patrimoine militaire sont des priorités constantes pour l'ensemble de ses membres.
Les membres de la section woippycienne du Souvenir français se sont réunis pour assemblée générale annuelle. Pour l'occasion, le maire, François Grosdidier, était présent, ainsi que de nombreuses personnalités du Souvenir français de Moselle.
Après les remerciements d'usage aux services techniques de la ville et à la police municipale qui participent régulièrement à l'organisation des manifestations patriotiques et à l'entretien des tombes et monuments militaires, le président Jung a rappelé les missions essentielles du Souvenir français : entretenir le devoir de mémoire auprès de l'ensemble de la population et particulièrement auprès des plus jeunes ; préserver le patrimoine militaire existant ; apporter conseils et soutien aux anciens combattants et à leurs familles.
S'adressant aux élus, Pierre Jung a salué l'engagement de la municipalité aux côtés du comité local du Souvenir français à travers les subventions accordées pour financer les sorties scolaires : cette année, le comité local du Souvenir français, soutenu par la Fnaca, organisera une sortie au Fort de l'Aisne à Verny. Il les a remerciés pour l'inauguration d'une rue de la Zac des Coteaux dédiée à Lucien Mangenot, ancien combattant d'AFN et enfant de Woippy. « Nous sommes les ambassadeurs de la commune dans toutes les manifestations patriotiques auxquelles nous participons et nous travaillons sans relâche pour que les jeunes générations n'oublient pas les valeurs citoyennes », a-t-il conclu avant, de présenter le nouveau secrétaire de l'association, Salvatore Riggi, qui a présenté le rapport d'activités.
Des engagements tous azimuts
L'association enregistre à ce jour huit pertes d'adhérents (décès, mutations ou démissions) et compte 127 membres dont trois nouvelles adhésions. Le Souvenir français de Woippy s'engage comme par le passé à participer à toutes les cérémonies programmées dans la commune et les communes voisines. Pour l'année écoulée, les membres du comité local se sont rendus à 48 cérémonies et ont participé à la quête nationale au profit des œuvres du Souvenir français traditionnellement faite le 1er novembre ; à l'inauguration d'une stèle à la mémoire des " Praf-Géral " patriotes réfractaires à l'annexion de fait ; aux commémorations des 11 novembre, 5 décembre, 19 mars, 8 mai et 18 juin, sans oublier la bataille de Ladonchamps. Ils participent à la préparation des manifestations patriotiques en liaison avec la municipalité et collaborent régulièrement aux activités de la délégation départementale.
À ce propos, Pierre Jung a été nommé délégué d'arrondissement et à ce titre il sera amené à travailler avec 13 comités de l'agglomération messine. En interne, la section locale a organisé 10 réunions mensuelles du comité, une réunion annuelle statutaire et un repas festif.
Les généreux donateurs ont été remerciés : grâce à eux, le SF peut entretenir le carré militaire du cimetière communal. Un appel est maintenant lancé pour l'achat d'un nouveau drapeau et pour la réfection de la tombe du général Gibon. La cotisation annuelle reste fixée à 10 € pour 2014.

Le tout nouveau secrétaire du comité local du Souvenir français est un jeune citoyen de Woippy. Quand on lui demande ses motivations, Salvatore Riggi confie : « Depuis mon plus jeune âge, je participe aux cérémonies patriotiques de Woippy Maintenant adulte, j'ai envie de faire plus et de m'engager pour entretenir le devoir de mémoire et pour développer les notions de civisme. » En citoyen convaincu, Salvatore souhaite encourager les plus jeunes à rejoindre le Souvenir français.

Le comité local version 2014
Président et vice président : Pierre Jung et Alphonse Canadas. Secrétaire et secrétaire adjoint : Salvatore Riggi et Alain Mertz. Trésorier et trésorier adjoint : Fabrice Lheureux et Hélène Pletenka. Porte-drapeau et porte drapeau adjoint : Christian Bonhuile et Jean-Marie Gagne. Assesseurs : Jean-Claude Drouard, Joseph Gribelbauer, Henri Goetzmann, Béatrice Sovis et Férit Burhan. Réviseurs aux comptes : Gaston Gervasoni et Christian Viry. Présidents d'honneur : Georges Ketter et Nicolas Friedrich.


Samedi 16 novembre 2013
WOIPPY. Depuis le 1er novembre dernier, Pierre Jung, président du comité local du Souvenir français, a endossé le costume de délégué général adjoint du Souvenir français en Moselle.
Nommé par le général Delbauffe, il travaillera désormais aux côtés du président départemental Jean-Charles Barrois et assurera la coordination des actions patriotiques de dix-sept comités locaux de Metz-Nord, Metz-Centre et Metz-Est.
Toutes nos félicitations.



Jeudi 13 février 2014
Petit miracle au carré militaire

Il y a quelques jours, quand le téléphone sonne au domicile de Pierre Jung, président du comité du Souvenir français de Woippy, la surprise est totale. Son ami Marcel Delanaux, porte-drapeau de la Légion d'honneur et membre du Souvenir français, lui déclare le plus simplement du monde : « Bon, Pierre, je viens de finir le boulot. J'ai rénové toutes les stèles du carré militaire ainsi que la tombe du général Gibon. » Le président Jung en est resté bouche bée. Bien sûr, cette rénovation figurait au programme des projets 2014 mais en seconde position, le remplacement du drapeau de la section, usé par le temps et les usages répétés, étant prioritaire.
Les frais engagés pour le drapeau s'étant avérés plus importants que prévu, le comité a décidé de différer la rénovation des tombes. Marcel Delanaux était-il au courant de ce contretemps ?
Toujours est-il qu'il s'est rendu discrètement au cimetière communal pour accomplir « sa bonne action » ; la seule personne dans la confidence étant le colonel Jean-Claude Barrois, délégué général du Souvenir français de la Moselle.
Avec sa générosité légendaire, Marcel Delanaux a accompli un formidable travail de restauration, rendant ses belles couleurs à la pierre de Jaumont . Toutefois, il a laissé aux bons soins de ses amis du comité woippycien, la tache de repeindre les rambardes métalliques qui cernent le carré militaire. Ce sera fait au début du printemps. M. Marcel est bien connu de tous les anciens combattants du Souvenir français pour cette passion qu'il a pour la sauvegarde du patrimoine militaire de la région mais aussi pour sa pudeur et son altruisme. Ne comptant ni son temps, ni son énergie, sans faire de bruit, il a déjà rénové quelque 9 000 tombes des morts pour la France dans la plus grande discrétion. Cela mérite bien un petit coup de projecteur. Très ému, le président Jung se fait le porte-parole de tous les membres de sa section pour le remercier pour l'excellence de son travail.

Jeudi 25 septembre 2014
Se souvenir de la bataille de Ladonchamps

Il y a 144 ans, en plein siège de Metz, la bataille de Ladonchamps, ou combat de Bellevue faisait rage. Des rives de la Moselle au bois de Woippy, à hauteur des Maxes, de Franclonchamps et de Saint-Rémy, les forces du maréchal Canrobert soutenues par celles du Maréchal Bazaine faisaient courageusement face à l'armée prussienne. Dans les bois de Woippy, la brigade du général Gibon subissait le feu des batteries ennemies et le général y perdit la vie. Il a été inhumé dans le carré militaire du cimetière communal avec 38 de ses hommes.
C'est cette bataille que le comité woippycien du Souvenir français tient à commémorer chaque année au début de l’automne. Ce dimanche 28 septembre, tous les Woippyciens sont invités à se rassembler à 10 h 30 place du Souvenir-Français devant le monument aux Morts pour célébrer le 144e anniversaire de la bataille de Ladonchamps, en présence des autorités civiles et militaires.
La cérémonie débutera par la bénédiction du nouveau drapeau qui sera remis officiellement au président Jung. La cérémonie se poursuivra à la salle Saint-Exupéry avec la remise des médailles et des récompenses du Souvenir français et le verre de l'amitié offert par la municipalité.
À noter que l'association locale du Souvenir français tiendra sa réunion annuelle de 9 h 30 à 10 h30, à la salle Saint-Exupéry.

Lundi 6 octobre 2014
Un nouveau drapeau pour le Souvenir français

Le 144e anniversaire de la bataille de Ladonchamps a été l'occasion de remettre un nouveau drapeau au comité local du Souvenir français.
À l'issue de l'impressionnant défilé des porte-drapeaux de nombreuses associations patriotiques locales et voisines, l'abbé Jean Poiré a procédé au baptême du nouveau drapeau de l'association, porté avec gravité par deux jeunes citoyens, Marie-Sarah et Jonathan.
Marie Louise Kuntz et Roger Bott, respectivement marraine et parrain de la précieuse bannière, l'ont ensuite déroulée, révélant côté face la date de création du comité woippycien du Souvenir français et côté pile la devise du Souvenir français « À nous le souvenir, à eux l'immortalité ». Le colonel Jean-Charles Barrois a alors remis officiellement le drapeau au président Pierre Jung, qui l'a confié à son tour au porte-drapeau Christian Bonneville.
Pierre Jung a rendu hommage aux porte-drapeaux, qui participent bénévolement à une quarantaine de manifestations patriotiques par an.
François Grosdidier a ensuite souhaité la bienvenue au lieutenant-colonel Azéma, qui vient d'être nommé à la tête du détachement du 8e RMAT de Woippy. Il a rendu hommage aux associations patriotiques qui mettent un point d'honneur à perpétuer la mémoire de tous les héros anonymes morts pour la France au cours des conflits d'hier et d'aujourd'hui avant d'évoquer les événements récents : « Alors que tous les drapeaux de la République sont en berne pour rendre hommage à Hervé Gourdel, mort parce qu'il était français, la remise d'un nouveau drapeau est un acte fort, chargé de sens. Il symbolise toutes nos valeurs citoyennes et nous rappelle à chaque instant qu'il faut lutter pour les conserver. Il n'y a pas pire imposture que de tuer au nom d'une religion. De fait, il nous faut combattre cette barbarie et ne faiblir ni sur le plan idéologique, ni sur le plan militaire. »
Diplômes et médailles
La cérémonie s'est poursuivie à la salle Saint-Exupéry par la remise des médailles et des diplômes : diplôme d'honneur à Béatrice Sovis, Michèle Jung, Férit Burhan, Salvatore Riggi, Rachid Affoun, et Jonathan Lheureux ; diplôme de reconnaissance à la jeune génération à Marie-Sarah Bastuck ; médaille de bronze à Christian Bonhuile ; médaille d'argent à Joseph et Marie-Thérèse Gribelbauer ; médaille de vermeil avec bélière laurée à Alphonse Canadas et médaille d'honneur de la ville de Woippy à Marcel Delanaux.

Vendredi 31 octobre 2014
Fidélité du Souvenir

Pierre Jung a présidé la réunion du Souvenir français de Woippy, dressant un bilan aussi danse que positif de l’exercice écoulé. La nouvelle saison débute sur les événements liés au centenaire de la Grande Guerre.
Le comité local du Souvenir français a tenu sa réunion à Woippy. Après avoir remercié la municipalité, les services techniques et la police municipale qui apportent régulièrement leur soutien au Souvenir français de Woippy, le président Jung a mis l'accent sur la volonté de son association de travailler le plus largement possible au devoir de mémoire.
Il a évoqué le geste généreux et désintéressé de Marcel Delanaux qui a remis en état, dans la plus grande discrétion, les tombes du carré militaire dont celle du Général Gibon, ainsi que la stèle des Praf-Geral et l'ancien monument aux Morts.
Salvatore Riggi qui assure depuis peu la fonction de secrétaire au sein de l'association, a listé les actions passées : les sorties scolaires sur des hauts lieux de la mémoire comme le fort de l'Aisne et la Nécropole de Riche ; la présence du Souvenir français woippycien aux 48 cérémonies patriotiques organisées dans et hors de la commune ; l'engagement fidèle des deux porte-drapeaux Christian Bonhuile et Jean-Marie Gagne ; les réunions avec les élus et la délégation départementale et l'acquisition du nouveau drapeau qui a été baptisé lors de la commémoration de la bataille de Ladonchamps.
Un président heureux
Pierre Jung, président du comité local et délégué général adjoint de la Moselle, a participé aux travaux du congrès départemental du Souvenir français à Reding : « Je suis un président heureux. Le comité rajeunit puisque nous comptons maintenant de nouveaux militants comme Salvatore Riggi et tous nos membres s'engagent activement dans les projets du Souvenir français.
Heureux aussi de voir les enfants des écoles et leurs enseignants participer de plus en plus aux cérémonies patriotiques. J'ai une autre raison de me réjouir puisque le Souvenir français a été officiellement reconnu association agréée par l'Education nationale en mai dernier.
Mon vœu le plus cher est d'amener les jeunes à réfléchir aux grands événements de l'histoire afin de leur insuffler les valeurs qui fondent notre société ».
Quant aux perspectives pour l'année à venir, le président Jung les a annoncées plus modestes : « Nous allons consacrer du temps à l'aménagement de notre nouveau local et au déménagement de nos archives. Nous serons bien sûr présents aux différentes commémorations qui se dérouleront dans et hors la commune et particulièrement à celles du centenaire de la Grande Guerre. Enfin nous aiderons à l'organisation d'un voyage à Verdun en direction des élèves du collège Pierre-Mendès-France ».
Composition du comité
Voici la composition du comité local du Souvenir français : présidents d'honneur : Georges Ketter et Nicolas Friedrich ; Pierre Jung et Alphonse Canadas, président et président adjoint ; Salvatore Riggi et Alain Mertz, secrétaire et secrétaire adjoint ; Fabrice Lheureux et Hélène Pletenka, trésorier et trésorière adjointe ; Christian Bonhuile et Jean-Marie Gagne, porte-drapeaux ; Béatrice Sovis, Férit Buhran, Jean-Claude Drouard, Joseph Griebelbauer, Henri Goetzmann et Serge Plouznikoff, assesseurs ; Gaston Gervasoni et Christian Viry, réviseurs aux comptes.
On notait la présence de Marie-Louise Kuntz, conseillère générale et régionale ; de Jean-Marc Rosier, 1er adjoint au maire ; de Jacques Mondon, successeur de Jean-Charles Barrois au poste de délégué général de la Moselle, de plusieurs personnalités du Souvenir français et de nombreux sympathisants.

| Voir le reportage de la cérémonie du dimanche 28 septembre : clic |

Lundi 17 novembre 2014
Immersion au cœur de l’histoire

Dans le cadre de leur programme d'histoire, les élèves de troisième étudient la violence de masse qui a marqué les deux guerres mondiales du XXe siècle et particulièrement la guerre de tranchées de Verdun. C'est pourquoi l'équipe éducative du collège Pierre-Mendès-France et le comité local du Souvenir français ont concocté, à l'intention de 50 élèves de troisième de l'établissement, un voyage sur les principaux sites meusiens. Ils l'ont conçu comme une immersion au cœur de l'histoire afin de favoriser le devoir de mémoire. Béatrice Clément remercie le président du Souvenir français Pierre Jung et les membres de son comité pour leurs conseils et leur aide financière. « Lorsqu'on parle en classe de devoir de mémoire, on se heurte à une certaine incompréhension. Pourtant, l'expression prend tout son sens sur le terrain. La visite commentée me semble plus efficace qu'un cours magistral. La sortie a permis à nos élèves de mieux se rendre compte de la violence de la guerre et de ses conséquences sur les plans humain et matériel. Je suis persuadée que cette journée en Meuse a marqué les esprits », explique la principale.
Accompagnés par leur professeur d'Histoire, Angélique Hoebel Seguin et par Emmanuelle Lochum, Franco Morreale et Abdelilah Loumrhari, respectivement profs de français et de mathématiques, les jeunes ont découvert les champs de bataille de Verdun et de l’Argonne, le Fort et l'Ossuaire de Douaumont, le village détruit de Fleury, la butte de Vauquois et le cimetière américain de Ramagne-sous-Montfaucon. Les jeunes ont montré de l'intérêt pour cet épisode dramatique qui a coûté la vie à tant de jeunes hommes décidés à se battre pour leur pays.



Mercredi 23 septembre 2015
Souvenir français: réunion annuelle dimanche matin

Pierre Jung, président du comité Souvenir français de la commune, invite tous les adhérents et les sympathisants de son association à participer à la réunion annuelle qui se déroulera, salle Saint-Exupéry, dimanche 27 septembre, de 9 h 30 à 10 h 30. Figurent à l'ordre du jour les rapports moral, financier et d'activité, ainsi que le renouvellement du tiers sortant. Un espace-temps sera consacré aux questions diverses et débats ouverts.
La réunion sera suivie de la commémoration de la bataille de Ladonchamps qui débutera aux alentours de 11 h, place du Monument-aux-Morts.

Jeudi 24 septembre 2015
Ladonchamps : déjà le 145e anniversaire

Ce dimanche 27 septembre, Woippy et le Souvenir français s’associeront pour célébrer le 145e anniversaire de la bataille de Ladonchamps. En 1870, des milliers de soldats de l’armée de Napoléon III y sont tombés.
Les associations patriotiques se mobilisent chaque année pour organiser les cérémonies et pour sensibiliser les jeunes générations au devoir de mémoire. La commémoration se déroulera place du monument aux Morts, dès 10 h 45, en présence des autorités civiles et militaires. Les musiciens de l’Union de Woippy joueront l’hymne national et un ténor local interprétera un chant patriotique dédié à l’Alsace et la Lorraine.
C’est alors que le mot « transmission » prendra tout son sens : les élèves du collège Jean-XXIII de Montigny remettront à ceux du collège Pierre-Mendès-France de Woippy le drapeau de la Jeunesse patriote mosellane, crée par le Souvenir français à l’intention des nouvelles générations. En fait, six drapeaux, présentés l’an dernier lors d’une cérémonie à la nécropole de Riche, près de Château-Salins, ont été remis à six collèges du département. Charge à eux de les transmettre à six autres établissements mosellans. Puis toutes les personnes présentes se retrouveront à la salle Saint-Exupéry pour la remise des médailles du Souvenir français.

Jeudi 8 octobre 2015
Les collégiens sont porte-drapeau

Créé en 1910, le comité woippycien du Souvenir français commémore chaque année la bataille de Ladonchamps, du 7 octobre 1870. La cérémonie s'est déroulée sous le signe de la transmission, en présence d'un public nombreux.
Alain Hissette président du SF de Montigny-lès-Metz a transmis le drapeau de la jeunesse patriotique mosellane à Jacques Mondon, délégué général du SF de la Moselle, qui l'a remis au président Jung du comité de Woippy. Celui-ci a alors confié solennellement le drapeau aux élèves du collège Pierre-Mendès-France, encadrés par Hervé Gagliardi et Sabah Athimni, respectivement principal et principale adjointe de l'établissement. Le jeune Jonathan Lheureux, promu porte-drapeau du collège, a rejoint les rangs des nombreux porte-drapeaux présents. La manifestation s'est poursuivie à la salle Saint-Exupéry où le sénateur-maire François Grosdidier a évoqué les valeurs universelles qui fondent les démocraties.
Cinq personnalités de la commune, remarqués pour leur engagement auprès du SF de Woippy, ont été honorées : Isabella De Simone, Hélène Pletenka, Albert Lelay et Jean Claude Drouard ont reçu la médaille de bronze du SF tandis qu'Alain Mertz recevait la médaille de vermeil.

Dimanche 8 novembre 2015
Souvenir français : cinq membres honorés

Présidée par Pierre Jung, la réunion annuelle du Souvenir français local s'est déroulée en présence de nombreux élus, et des membres et sympathisants de l'association patriotique, créée en 1910. Il a évoqué l'exercice 2014-2015, riche en activités liées à la mémoire et à la transmission. Ainsi, le comité local a participé à quelque soixante-douze cérémonies, organisées en dehors de la commune. Il a également multiplié les actions relatives à la transmission en direction de la population scolaire de la Ville et celles liées à l'histoire locale, comme la bataille de Ladonchamps.
À l'ordre du jour de chaque commémoration, la guerre de 1870, celle de 1914-1918, l'Armistice de 1939-1945, les guerres d'Indochine, de Corée, d'Afrique du Nord, et la disparition de soldats français tombés en Opérations extérieures (Opex). « Ce qui est important à nos yeux, c'est l'hommage avec un grand H que nous rendons en toutes circonstances à tous ceux qui ont combattu pour sauvegarder les valeurs de la République », a insisté le président.
À l'issue de la réunion, les responsables du Souvenir français local et le maire, François Grosdidier, ont félicité cinq personnalités particulièrement méritantes : Isabella De Simone, Hélène Pletenka, Albert Lelay, Jean-Claude Drouard et Alain Mertz.
L'année 2015-2016 promet d'être aussi intense que la précédente : commémorations, quête annuelle au profit des œuvres du Souvenir français, réunions en mairie, activités de la délégation départementale et congrès départemental du Souvenir français, préparation de la cérémonie souvenir de la bataille de Ladonchamps.
Composition du bureau :
Pierre Jung, président ; Alphonse Canadas, vice-président ; Salvatore Riggi et Alain Mertz, secrétaire et secrétaire adjoint ; Fabrice Lheureux et Hélène Pletenka, trésorier et trésorière adjointe ; Christian Bonhuile et Jean-Marie Gagne, porte-drapeaux.
Membres du comité : Béatrice Sovis, Férit Buhran. Jean-Claude Drouard, Gaston Gervasoni, Henri Goetzmann, Joseph Gri¬belbauer, Serge Plouznikoff, Christian Viry.



Samedi 21 mai 2016
Rencontre de l'histoire et de la mémoire

Au lendemain de la commémoration du 8-Mai, deux classes de CM2 de l'école Pierre-et-Marie-Curie ont visité le fort de Queuleu, haut lieu de la mémoire locale. Organisée par le comité du Souvenir français de Woippy, cette sortie s'inscrit dans le programme scolaire sur l'histoire de France. Les écoliers ont bénéficié d'une visite guidée par deux bénévoles de l'association du fort de Queuleu. Ils ont appris que le fort, conçu pour défendre Metz pendant la guerre de 1870, est devenu un camp de concentration, annexe du Struthof, puis un sonderlager géré par la gestapo dans les années 1943-1944. C'est ici qu'étaient enfermés et torturés les résistants mosellans, les réfractaires et les saboteurs. Les enfants ont découvert combien les conditions de détention des prisonniers étaient particulièrement inhumaines. Leurs guides leur ont également raconté le programme de rénovation du fort qui vient d'aboutir.
Le président du Souvenir français de Woippy, Pierre Jung, s'est réjoui de l'intérêt des enfants pour cet épisode tragique de l'histoire locale : « La meilleure façon de transmettre le devoir de mémoire et d'illustrer les cours d'histoire est d'aller sur le terrain et de visiter des lieux symboliques comme celui de Queuleu. »

Vendredi 23 septembre 2016


Samedi 23 septembre et Dimanche 24 septembre 2017
Commémoration de la bataille de Ladonchamps

La municipalité et le Souvenir français de Woippy invitent tous les Woippyciens à la cérémonie commémorative de la bataille de Ladonchamps devant le monument aux Morts de la commune. Dimanche 24 septembre à 11 heures, Place du Souvenir Français.

Samedi 7 octobre 2017
147 ans après, qui se souvient encore de Ladonchamps ?

À part les associations patriotiques, les élus locaux, les militaires du détachement du 6e RMAT (régiment du matériel) de Woippy, les porte-drapeaux, les membres de la société d'histoire et une poignée de citoyens, qui se souvient encore de ce pan d'histoire locale? La bataille de Ladonchamps qui fit rage aux portes de la ville le 7 octobre 1870 en pleine guerre franco-prussienne s'est soldée par un échec. Tous ceux qui participent chaque année à cette commémoration pensent aux soldats du 25e régiment de ligne du général Émile-Armand Gibon tombés au champ d'honneur ; au général lui-même coupé de sa hiérarchie, mortellement blessé et enterré au carré mïlitaire du cimetière communal ; mais aussi au maréchal Bazaine, lâché par Napoléon III, et à ses hommes de l'armée du Rhin qui, voulant franchir les lignes prussiennes, sont encerclés dans la cité messine, assiégés et affamés jusqu'à la reddition.
Leur sacrifice n'évitera pas la défaite de l'armée française, la chute du Second empire et l'annexion de la Moselle et de l'Alsace. Cette annexion marquera les Woippyciens comme tous les Mosellans et Alsaciens sur plusieurs générations. Mais la jeunesse d'aujourd'hui sait-elle que beaucoup de leurs aïeux sont nés allemands et que l'annexion de nos territoires entraîna deux autres guerres encore plus meurtrières.
Malgré ses efforts pour développer le devoir de mémoire, la section woippycienné du Souvenir Français a bien du mal à mobiliser la population si ce n'est les scolaires invités à visiter les ouvrages militaires de la région.
Lors de la cérémonie commémorative, Carole Astié, adjointe à la culture, a relaté le triste enchaînement des faits historiques avant de céder la parole à Jacques Mondon, délégué général du Souvenir français de Moselle. Ce dernier a évoqué le formidable élan du souvenir impulsé en 1885 par un fervent défenseur des Mosellans (Monseigneur Dupont des Loges) ; l'engagement des dames de Metz qui ont soigné sans relâche les blessés du siège de la ville et la création du Souvenir français en 1887 pour ne pas oublier la guerre de 1870.
Depuis, le Souvenir français et ses membres travaillent à maintenir la mémoire de ceux qui se sont battus et qui se battent encore pour préserver les valeurs de la République. Parmi ses adhérents, la section de Woippy a voulu honorer quelques Woippyciens remarquables. Sur recommandation de la délégation générale du Souvenir français, Gérard et Thierry Gribelbauer ainsi que Maryse Hasselmann ont reçu la médaille de bronze ; Gaston Gervasoni, la médaille d'argent et Jean Sechehaye, la médaille de vermeil. À noter que dans la famille Gribelbauer, bien connue des Woippyciens, parents et enfants sont engagés dans les actions du Souvenir français et qu'ils sont tous médaillés pour leur engagement citoyen.
« Maintenir la mémoire de ceux qui se sont battus et qui se battent encore »



Jeudi 27 septembre 2018
En souvenir de Ladonchamps

Au début de l'automne 1870, lors du siège de Metz, les troupes du maréchal Canrobert et celles du maréchal Bazaine affrontaient les armées prussiennes de l'empereur Guillaume ler. Dans les bois de Woippy, sous le feu nourri de l'ennemi, lâchés par ses supérieurs, la brigade du général Gibon subit de nombreuses pertes, dont celle de son général. Il sera inhumé au carré militaire du cimetière communal avec trente-huit de ses hommes. C'est cette tragédie humaine et militaire que le Souvenir français tient à commémorer chaque troisième dimanche de septembre.
Légion d'honneur
Rendez-vous donc aujourd'hui, à ll h, devant le monument aux Morts pour célébrer le 148e anniversaire de la bataille de Ladonchamps. Elle se tiendra en présence d'une délégation du 6e Régiment du matériel et de vingt-cinq sapeurs-pompiers de Maizières-lès-Metz.
Un lâcher de ballons par les élèves de l'école Jacques-Yves-Cousteau clôturera la cérémonie durant laquelle Joseph Gribelbauer recevra la Légion d'honneur des mains du premier adjoint Jean-Marc Rosier.
Le traditionnel pot de l'amitié, offert par la municipalité, sera ensuite servi salle Saint-Exupéry.

 


Diplôme et médailles du Souvenir Français

Médailles

Bronze Argent Vermeil Vermeil
Bélière laurée


Les revues du Souvenir Français



| Retour menu "Vie associative" | Page précédente | Haut de page | Page suivante |

raconte-moi-woippy Retour menu